La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

25 ans dévolution des approches statistiques de la pauvreté »Par D. Verger »INSEE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "25 ans dévolution des approches statistiques de la pauvreté »Par D. Verger »INSEE."— Transcription de la présentation:

1 25 ans dévolution des approches statistiques de la pauvreté »Par D. Verger »INSEE

2 Une pseudo définition en 1984 »La délicate définition de la pauvreté : une quasi absence de définition. Définition (?) du conseil européen (1984) : doivent être considérées comme pauvres « les personnes dont les ressources (matérielles, culturelles ou sociales) sont si faibles quelles sont exclues des modes de vie minimaux acceptables dans lÉtat membre où elles vivent ». »Peu opérationnelle et en contradiction avec les pratiques des statisticiens européens mais qui oriente plutôt vers des mesures de type « absolu ».

3 »Pauvreté : avoir un niveau de vie en retrait de celui de la majorité de la population, soit avoir un niveau de vie inférieur à un certain seuil, à un certain pourcentage du niveau de vie réputé « normal ». »Principale approche : pauvreté monétaire relative Simple mesure dinégalité. »Notion arbitraire : choix de la mesure du niveau de vie (notion de revenu, choix des « unités de consommation »), de la valeur centrale censée représentée la « normalité » et des seuils, de la population de référence à retenir etc… Une pratique atypique des pays dEurope occidentale : lapproche par la pauvreté relative

4 Explorer une autre voie : la pauvreté absolue –Les approches absolues aux États-Unis, dans certains pays anglo-saxons comme lAustralie, et dans la plupart des pays de lEurope de lEst. »Principe général : une norme de consommation fixe les besoins fondamentaux dune société donnée à une époque donnée (=> « absolu sociohistorique »). Sont considérés comme pauvres ceux qui ne peuvent sassurer ce niveau de consommation, aux prix les plus bas du marché »Définition proche des représentations spontanées mais qui nest pas à labri des critiques »Laccessibilité des plus démunis aux prix les plus bas du marché »risque de biais ethnocentriques ou tutélaires »définition de la norme, des « besoins fondamentaux » : limpossibilité déchapper à un choix de société de nature politique

5 Des travaux de recherche innovants –LADEPS adapte pour la France des approches étrangères : les travaux de P. Dickes dans la lignée des recherches de Townsend –Une étape importante : le dossier Economie et Statistique de 1997 »Une clarification des problèmes conceptuels : compréhension délicate de la « pauvreté relative » : des « paradoxes » ? »si tous les revenus doublent, le taux de pauvreté ne change en rien. »si les revenus de tous augmentent, la pauvreté relative peut augmenter, si le revenu augmente moins vite en bas de la distribution quen haut. –Introduction dans la statistique publique de deux nouvelles mesures »La pauvreté en conditions de vie »La pauvreté « subjective »

6 La pauvreté en conditions de vie »Construction dun score de privations et définition des pauvres comme la fraction de la population subissant le plus grand nombre de manques. »nécessité dune axiomatique pour limiter les risques de subjectivité dans la liste des items retenus pour le score Le contrôle par la fréquence : sont acceptables pour le score les items qui sont répandus dans la majeure partie de la population Le contrôle par le consensus : sont acceptable les items qui sont considérés comme faisant partie du niveau de vie « normal » par la population concernement général : les domaines qui ne sadressent quà certains ménages (ceux qui travaillent, ceux qui ont des enfants…) ne pourront être retenus

7 Malgré diverses difficultés…. absence dunanimité des chercheurs, au niveau des axiomes de larbitraire dans la transcription concrète de ces axiomes Le traitement des manques choisis : le respect des goûts ascétiques ? Choix de la pondération des items : construit-on un score où chaque manque est pondéré par 1 ou par un coefficient, comme par exemple linverse du taux de diffusion, traduisant lidée quun manque est dautant plus cruellement ressenti quil porte sur un bien plus répandu ? …une mesure qui a bien des avantages Intègre certains effets du passé : Reflet des dépenses passées, des dons ou des héritages Dépend de la qualité des soins apportés à son entretien et incorpore un aspect « production domestique » négligé par ailleurs.

8 Approche dite « subjective » »Est pauvre celui qui narrive pas à boucler ses fins de mois avec le revenu dont il dispose, qui considère quil lui faudrait pour (sur)vivre davantage de ressources... »Une approche qui a aussi ses limites »Évite tout jugement normatif extérieur mais accorde une valeur extrême aux préférences individuelles »Le libellé exact des questions a une incidence très forte sur les réponses. »Est-ce de la pauvreté ou un décalage par rapport aux aspirations ? »..mais qui doit aussi trouver sa place dans la batterie des mesures (Utilisation : école de Leyden ou indicateur synthétique)

9 Multidimensionnalité »au moins les trois types de pauvreté, monétaire, en conditions de vie et subjective, étaient distinctes »Si on regarde les 10 % de ménages situés au bas de chacune des échelles, lintersection représente environ 2 % »La prise en compte dun lissage temporel ne permet pas de se ramener, même de loin, à un indicateur unidimensionnel »On na pas affaire aux mêmes populations »Certains sont pauvres monétairement (personnes âgées) et pas dans les autres dimensions (subjectivement en particulier : attrition des besoins ?) Une hypothèse : un décalage temporel »Facteurs communs : faiblesses en compétences, difficultés dinsertion, problèmes de santé »Pas plus de recouvrement avec dautres approches (satisfaction ressentie, le fait de percevoir des ressources de pauvres) qui pourraient aussi permettre de définir la pauvreté

10 »Deux publications annuelles depuis fin 2000 »Le rapport de lObservatoire »Les travaux La création de lONPES en 1999 marque le début des publications régulières sur la pauvreté

11 Lélargissement aux comparaisons internationales –Le colloque de Bratislava en juin 2000 : 13 études (la plupart à partir du panel européen) et 22 pays participants –Le numéro dEconomie et Statistique de 2005 : 9 monographies dans une même méthodologie –Le séminaire des pays de la CEI en 2005 –Principales conclusions : le faible recouvrement des diverses approches nest pas un phénomène purement français : il se présente a peu près de la même façon dans tous les pays –Une première approche des aspects de causalité : une interrogation sur le rôle de la santé

12

13 La période récente marque de nouvelles avancées –Ladoption des sources fiscales comme base de la statistique française sur la pauvreté (meilleure fiabilité des données) –Reconnaissance des inconvénients des indicateurs trop synthétiques=> privilégier un ensemble de plusieurs indicateurs partiels –Les indicateurs de Laeken –Le sommet de 2001 : 15 chefs détats de lUnion européenne –Le but poursuivi : la lutte contre les exclusions –=> un tableau de 18 indicateurs ; puis 21 indicateurs (dont 12 primaires) –Le tableau de bord français pour mesurer le degré de réalisation de lobjectif gouvernemental de réduction dun tiers de la pauvreté (décret 2009)

14 –La poursuite de leffort de publication de lInsee »Les Insee-Référence : édition la plus récente 2009 –En matière de collecte : »Des opérations détude de la population des sans domicile (une enquête en 2001, rééditée à Toulouse en 2009 et qui sera reprise sur tout le territoire en 2012) ; »Le nouveau panel européen (SRCV/SILC) avec un mélange de données denquête et de données administratives »Une première française : une enquête sur les représentations du minimum vital »Larticle de Accardo-de Saint-Pol « Quest-ce quêtre pauvre aujourdhui en Europe ? » »Un minimum vital ascétique »Dans certains pays, place spécifique pour lenfant, mais pas en France

15 Et pour lavenir ? –L approche actuelle est perfectible : –quelques exemples damélioration envisageables »pour lapproche par la pauvreté monétaire : élargissement du revenu monétaire à une notion de ressources plus vaste ? Loyer fictif ou autre valeur dusage du patrimoine Production domestique Capital social, capital santé Services rendus par la collectivité Valeur du temps laissé libre par lacquisition des ressources Pénibilité à obtenir le revenu, etc… Elargissement qui pose des difficultés techniques et conceptuelles => de la notion de revenu vers la notion dutilité : revenu observé ou potentiel ? (cf rapport Sen- Stiglitz-Fitoussi)

16 –Sur la multidimensionnalité ; aller au-delà de ce qui est fait actuellement nécessite une investigation théorique encore très loin dêtre aboutie : Clarifier les options sur la nature des inégalités qui doivent être compensées Justifier le choix des approches retenues (nombre et nature) Outre les trois dimensions (Insuffisances monétaires, Insuffisance de capital matériel, difficultés à faire face aux échéances), on pourrait penser à intégrer : Manque de capital social (parents, amis, isolement) Problèmes de santé Insuffisance de capital humain (illettrisme) »Etudier les classements des ménages/individus selon les différents concepts et effectuer des choix normatifs –politiques et non scientifiques- sur les priorités à établir quand les positionnements sont différents

17 Le cumul des difficultés (par exemple trois sur six) permettrait de cerner la très grande pauvreté, Intérêt : Vulnérabilité forte des populations ainsi désignées aux évolutions de court terme => Consensus social pour solidarité publique, même si les individus en sont responsables (pas acquis pour la pauvreté monétaire) –mais difficultés scores parfois peu homogènes, peu interprétables (exemple : situations apparemment semblables mais qui sinterprètent de façon opposée en termes dexclusion –exemple du communautarisme) »Besoins daméliorer le dispositif statistique »(exemple : observation plus systématique du réseau dentraide et des produits de la production domestique)

18 Une recommandation qui tend à devenir générale –Les pays qui ont une mesure absolue de la pauvreté pensent à se doter dune mesure relative en complément –Inversement les pays qui nont quune mesure relative ressentent de plus en plus le besoin de se doter également dune mesure absolue –=> mouvement duniformisation qui se dessine, avec une double approche de la pauvreté, faisant une place à la fois aux approches relatives et aux approches absolues –Mais aucune des deux voies ne permet déchapper à la nécessité de choix de nature politique

19 Quelques statistiques récentes sur lévolution de la pauvreté monétaire (relative) –Une évolution dont la mesure est perturbée par des ruptures de série mais qui montre un lent mouvement de décroissance de 1996 à 2004 qui sinverse depuis (derniers chiffres connus 2006) –Au seuil de 60 % de la médiane : « pauvres » en France métropolitaine en 2006 soit un taux de 13,2% (7,1 % pour un seuil de 50 % de la médiane) (hors sans domicile : personnes ?) –Linversion de tendance un peu plus précoce sur lindicateur dintensité de la pauvreté (2002) –La pauvreté en conditions de vie a plutôt tendance à diminuer sur la période récente

20 –La France parmi les pays européens les moins touchés par la pauvreté : »19 % au Royaume-Uni »21 % pour la Grèce –Certains pays de lex-bloc de lEurope de lEst ont des taux plus faibles (10% pour la république tchèque) mais avec des niveaux de seuil beaucoup plus bas


Télécharger ppt "25 ans dévolution des approches statistiques de la pauvreté »Par D. Verger »INSEE."

Présentations similaires


Annonces Google