La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

VACCINATIONS QUOI DE NEUF EN 2008 ADSL 23Septembre 2008 ADSL 23Septembre 2008 Philippe REINERT Philippe REINERT.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "VACCINATIONS QUOI DE NEUF EN 2008 ADSL 23Septembre 2008 ADSL 23Septembre 2008 Philippe REINERT Philippe REINERT."— Transcription de la présentation:

1 VACCINATIONS QUOI DE NEUF EN 2008 ADSL 23Septembre 2008 ADSL 23Septembre 2008 Philippe REINERT Philippe REINERT

2 ENCORE DES PROGRES A FAIRE!!! ROUGEOLE: 1500 cas en Suisse en cas en Suisse en France:épidémies : mars 2008:140 cas Recommandations : 2 doses++ et rattrapage des adultes:< 28 ans:un MMR France:épidémies : mars 2008:140 cas Recommandations : 2 doses++ et rattrapage des adultes:< 28 ans:un MMR >28 ans un MMR si pas dantécédent de rougeole et sérologie négative :profession de santé >28 ans un MMR si pas dantécédent de rougeole et sérologie négative :profession de santé

3 COQUELUCHE Le vaccin ne protège que 10 ans,la maladie guère plus Le vaccin ne protège que 10 ans,la maladie guère plus Vaccination par un vaccin dTCoq Polio à loccasion dun rappel décennal DtPolio de tout le personnel médical et paramédical des maternités et prenant en charge les moins de 6 mois Vaccination par un vaccin dTCoq Polio à loccasion dun rappel décennal DtPolio de tout le personnel médical et paramédical des maternités et prenant en charge les moins de 6 mois Délai: entre le dernier dTPolio: 2 ans et non 10. Un mois si épidémie Délai: entre le dernier dTPolio: 2 ans et non 10. Un mois si épidémie Et de s futurs parents+++ COCOONING Et de s futurs parents+++ COCOONING

4 Coqueluche 1 ème cause de décès dorigine infectieuse avant 6 mois (Service de Réanimation pédiatriques français 2000)

5

6 COQUELUCHE CHEZ LADULTE Etude MG Ile de France 1999 Etude MG Ile de France 1999 Toux + de 8 jours,moins de 31 jours Toux + de 8 jours,moins de 31 jours Diagnostic:PCR,sérologie Diagnostic:PCR,sérologie Résultats: 32% de coqueluches Résultats: 32% de coqueluches OMS résurgence périodique depuis les années 1980 OMS résurgence périodique depuis les années 1980

7 Coqueluche - Vaccin Rappel Rappel - 18 mois ans ( 1990) TETRAVAC°INFANRIX : rappel adulte ( dTCoq ac Polio) 2004 : rappel adulte ( dTCoq ac Polio) 2004 (durée de limmunité = 10 ans) REPEVAX BOOSTRIX Une solution le Cocooning !

8 RENACOQ:COQUELUCHES HOSPITALISEES EN 2004 Recrudescence:269 cas Recrudescence:269 cas Moins de 6 mois:60% Moins de 6 mois:60% Moins de 3 mois:138 cas:réa++ Moins de 3 mois:138 cas:réa++ Statut vaccinal:aucun 3 doses Statut vaccinal:aucun 3 doses Cas groupés:64% Cas groupés:64% Parents contaminateurs( moins de 6 mois)42%!!! BEH 25 avril 2006 Parents contaminateurs( moins de 6 mois)42%!!! BEH 25 avril 2006

9 COCOONING COCOONING Vacciner le futur père dés le début de la grossesse par Boostrix ou Repevax Vacciner le futur père dés le début de la grossesse par Boostrix ou Repevax Vacciner la mère après laccouchement Vacciner la mère après laccouchement Vérifier que la fratrie est bien vaccinée Vérifier que la fratrie est bien vaccinée

10 VACCIN PNEUMOCOCCIQUE Avant 2006,seule la France ne recommandait pas la vaccination systématique de tous les enfants de moins de 2 ans Avant 2006,seule la France ne recommandait pas la vaccination systématique de tous les enfants de moins de 2 ans Résultats:jusquen 2006,malgré une couverture vaccinale de 50%,le nombre de cas de méningites ne diminuait pas! Résultats:jusquen 2006,malgré une couverture vaccinale de 50%,le nombre de cas de méningites ne diminuait pas! Aucun échec vaccinal (4 doses) Aucun échec vaccinal (4 doses)

11 Evolution of the incidence (/ ) of pneumococcal meningitis in French children < 2 years old (EPIBAC) 38.6% decrease* *P<0.001 Reseau Epibac (surveillance des infections invasives à Haemophilus influenzae,…); Données épidémiologiques 2005.(25 octobre 2006).

12 MODIFICATIONS DES RECOMMANDATIONS EN JUIN 2006:ENFIN!!! Indications; tous les enfants de moins de 2 ans Indications; tous les enfants de moins de 2 ans Couverture vaccinale en 2007: 70% Couverture vaccinale en 2007: 70% Diminution des méningites: 38% Diminution des méningites: 38% Diminution des infections invasives:29% Diminution des infections invasives:29%

13 13 souches de toutes origines, tous âges % de sensibilité réduite à la pénicilline Résistance aux antibiotiques du pneumocoque Plan antibiotiques Prevenar

14 Effet direct : Nb dIIP SV évitées en 2003 = (Nb moyen IIP SV chez les <5 ans)X couverture PCV7 en 2003 avec 3 doses (68,1%) X efficacité de Prevenar pour IIP SV (93,9%) Effet indirect : Nb dIIP SV évitées en 2003 = (Nb moyen IIP SV 1998 – 1999 tous âges confondus – Nb moyen IIP SV 2003 tous âges confondus) – nb de cas IIP SV évités en 2003 par effet direct Le calcul des cas indirects prévenus ne tient pas compte du remplacement Calendrier vaccinal Avis du conseil supérieur dhygiène publique de France, 19 mai Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire n°29- 30/2006, 18 juillet 2006 : CDC. Direct and indirect effects of routine vaccination of children with 7-valent pneumococcal conjugate vaccine on incidence of invasive pneumococcal diseases. United states, Morbidity and Mortality Weekly Report, CDC, 2005, vol.54 No. 36 Nombre de cas estimés dinfections invasives à pneumocoques à sérotypes vaccinaux prévenues aux USA CDC,USA, année 2003 par rapport à

15 <5 years 5+ years All ages Rates of serotype 19A IPD ABCs July 1999-June 2004 (Pai R et al, JID 2005) Pai R et al. J Infect Dis 2005 in press

16 Les limites de Prevenar En France, il couvrait environ deux tiers des sérotypes des Infections invasives à pneumocoque (et plus pour les sérotypes résistants aux AB) ……. mais pas 100% ! En France, il couvrait environ deux tiers des sérotypes des Infections invasives à pneumocoque (et plus pour les sérotypes résistants aux AB) ……. mais pas 100% ! Couverture limitée (environ 30%) des Pleuro- pneumopathies Couverture limitée (environ 30%) des Pleuro- pneumopathies Ne contenait pas le 19A (récidives et échecs dOMA ++) Ne contenait pas le 19A (récidives et échecs dOMA ++) Augmentation de la proportion des infections pneumococciques sérotypes non vaccinaux Augmentation de la proportion des infections pneumococciques sérotypes non vaccinaux

17 AVENIR DE LA VACCINATION PNEUMOCOCCIQUE Dans quelques semaines: nouveau schéma vaccinal: 2 doses + un rappel au lieu de 3 doses+ un rappel= économies!! Dans quelques semaines: nouveau schéma vaccinal: 2 doses + un rappel au lieu de 3 doses+ un rappel= économies!! Protection identique Protection identique Dans 2 ans: nouveaux vaccins à 10 et 13 valences( au lieu de 7) contenant les sérotypes émergents Dans 2 ans: nouveaux vaccins à 10 et 13 valences( au lieu de 7) contenant les sérotypes émergents

18 HEPATITE B Enfin le vaccin Hexavalent INFANRIX HEXA est remboursé: Schéma vaccinal: 2,4 mois et 3 ème dose au moins 5 mois plus tard Enfin le vaccin Hexavalent INFANRIX HEXA est remboursé: Schéma vaccinal: 2,4 mois et 3 ème dose au moins 5 mois plus tard Risque de sclérose en plaques: étude pédiatrique française: 500 enfants et adolescents atteints de SEP:aucune corrélation avec la vaccination;la vaccination ne modifie pas le cours de la maladie(Tardieu)Facteurs de risque: mononucléose et tabagisme Risque de sclérose en plaques: étude pédiatrique française: 500 enfants et adolescents atteints de SEP:aucune corrélation avec la vaccination;la vaccination ne modifie pas le cours de la maladie(Tardieu)Facteurs de risque: mononucléose et tabagisme

19 Impact du Rotavirus en France Impact du Rotavirus en France France consultations episodes Evénements 14 décès hospitalisations

20 APPROCHES VACCINALES Immunité anti-rotavirus mal connue: muqueuse,IgAs:peu de corrélation sérologie/protection Immunité anti-rotavirus mal connue: muqueuse,IgAs:peu de corrélation sérologie/protection Vaccins sous unitaires ou inactivés: irréalisables Vaccins sous unitaires ou inactivés: irréalisables Vaccins vivants atténués:Rotaschield,Rotarix,Rotateq Vaccins vivants atténués:Rotaschield,Rotarix,Rotateq

21 VACCINS: APPROCHE JENNERIENNE HYPOTHESES HYPOTHESES -les souches humaines de Rotavirus ne sont pas responsables dIIA -les souches humaines de Rotavirus ne sont pas responsables dIIA Le sérotype/génotypeP1A est le plus répandu parmi les sérotypes G1,G3G4G9 et conférerait une immunité croisée.. Le sérotype/génotypeP1A est le plus répandu parmi les sérotypes G1,G3G4G9 et conférerait une immunité croisée.. Ne concerne pas G2 Ne concerne pas G2 Choix de ROTARIX monovalent Choix de ROTARIX monovalent

22 CHOIX DU ROTATEQ Vaccin pentavalent:souche bovineP7(5) G6 ayant incorporé les gènes humainsVP7 codant les proteines sérotypiquesG1G2G3G4 et le gène VP4 codant P1A Vaccin pentavalent:souche bovineP7(5) G6 ayant incorporé les gènes humainsVP7 codant les proteines sérotypiquesG1G2G3G4 et le gène VP4 codant P1A - le risque dIIA est lié à la souche simienne - le risque dIIA est lié à la souche simienne -les 5 sérotypes couvrent les plus fréquents aux USA et en Europe! -les 5 sérotypes couvrent les plus fréquents aux USA et en Europe!

23 ETUDES CLINIQUES: EUROPE Rotateq: Rotateq: GE sévères 100% GE sévères 100% GE simples 70% GE simples 70% Rotarix: Rotarix: GE sévères 90% GE sévères 90% GE simples 73% GE simples 73% Vesikari PIDJ Jan 2006 Vesikari PIDJ Jan 2006

24 QUESTIONS Priorité aux PEVD…mais le PRIX Priorité aux PEVD…mais le PRIX Les études ont porté surtout sur la tolérance Les études ont porté surtout sur la tolérance Acceptation par le public? Problématique proche du vaccin antigrippal Acceptation par le public? Problématique proche du vaccin antigrippal Seules 25% des GE Graves ont reçu des SRO(Martinot) Seules 25% des GE Graves ont reçu des SRO(Martinot)

25 Les infections à papillomavirus sont très fréquentes Hautement contagieux Hautement contagieux Environ 70 % des femmes sexuellement actives seront infectées par le papillomavirus au cours de leur vie 1, 2 Environ 70 % des femmes sexuellement actives seront infectées par le papillomavirus au cours de leur vie 1, 2 Transmission par contact génital Transmission par contact génital 1. Koutsky,L. "Epidemiology of genital human papillomavirus infection." Am J Med 102, no. 5A (1997): Bosch,F.X. and de Sanjose,S. "Chapter 1: Human papillomavirus and cervical cancer - Burden and assessment of causality." Journal of the National Cancer Institute.Monographs 31 (2003): 3-13.

26 Le Papillomavirus humain (HPV) et cancer du col 99,7% des cancers du col de lutérus contiennent de lADN de Papillomavirus humain 1 Dans plus de 70% des cancers invasifs, il sagit de HPV 16 ou Walboomers J et al., J.Pathol 1999; 189: Clifford GM, Smith JS, Plummer M, et al. British J.Cancer 2003 ; 88: HPV /06

27 Morbi-Mortalité 1-Exbrayat C. InVS 2003 ; Bergeron C, et al. BEH 2005; 2: ANAES, Évaluation de lintérêt de la recherche des papillomavirus humains (HPV) :18. Décès en Nouveaux cancers du col de lutérus en % ~ ASCUS % ~ HSIL-CIN2/3 Malgré le dépistage, une problématique fréquente Une priorité de santé publique 2 HSIL–CIN2/3 : Lésions de haut grade LSIL–CIN1 : Lésions de bas grade ASC-US : cellules atypiques de signification indéterminée (Atypical Squamous Cells of Undetermined Signifiance) 1.12% ~ LSIL-CIN1 Nombre de cas estimés en ,3 % danomalies sur une analyse de frottis 2 Frottis cervicaux en HPV /06

28 HPV: REPONSE IMMUNE Après primo-infection: les anticorps anti capside L ( IgG1) apparaissent18 mois plus tard dans 60% des cas Après primo-infection: les anticorps anti capside L ( IgG1) apparaissent18 mois plus tard dans 60% des cas Ces anticorps disparaissent ou persistent 10à 20 ans Ces anticorps disparaissent ou persistent 10à 20 ans Anticorps neutralisants, protègent contre une nouvelle infection Anticorps neutralisants, protègent contre une nouvelle infection Immunité cellulaire dirigée contre les proteines précoces E:les CD 8+sont seuls capablesdéliminer les virus intacellulaires,et font régresser les dysplasies Immunité cellulaire dirigée contre les proteines précoces E:les CD 8+sont seuls capablesdéliminer les virus intacellulaires,et font régresser les dysplasies

29 CONSEQUENCES Les vaccins actuels ninduisent que des anticorps neutralisants:ils protègent contre une infection Les vaccins actuels ninduisent que des anticorps neutralisants:ils protègent contre une infection Mais nont aucune action sur les virus intra-cellulaires,donc sur les dysplasies(pas dimmunité cellulaire après vaccination) Mais nont aucune action sur les virus intra-cellulaires,donc sur les dysplasies(pas dimmunité cellulaire après vaccination)

30 COUT DU DEPISTAGE Le nombre de frottis cervico-utérins remboursés par lassurance maladie sur 3 ans permettrait de couvrir la quasi-totalité des femmes de la tranche dage ans Le nombre de frottis cervico-utérins remboursés par lassurance maladie sur 3 ans permettrait de couvrir la quasi-totalité des femmes de la tranche dage ans Efficacité du dépistage: Finlande; avec 93% des femmes dépistées, diminution de80% de lincidence et de la mortalité par cancer du col!! Efficacité du dépistage: Finlande; avec 93% des femmes dépistées, diminution de80% de lincidence et de la mortalité par cancer du col!! Etude française:49% des cancers du col sont survenus chez des femmes bien suivies!!!(2006) Etude française:49% des cancers du col sont survenus chez des femmes bien suivies!!!(2006)

31 LES CERTITUDES Le vaccin induit des réponses anticorps très élevées( supérieure à limmunité naturelle) pour les 4 sérotypes Le vaccin induit des réponses anticorps très élevées( supérieure à limmunité naturelle) pour les 4 sérotypes Les taux demeurent stables au moins 10ans Les taux demeurent stables au moins 10ans La protection contre les lésions cervicales de haut grade(CIN2/3) dues à HPV 16 et 18 est proche de 100% et de 99% contre les condylomes dus à 6 et 11 La protection contre les lésions cervicales de haut grade(CIN2/3) dues à HPV 16 et 18 est proche de 100% et de 99% contre les condylomes dus à 6 et 11 Protection contre les lésions vulvaires et vaginales Protection contre les lésions vulvaires et vaginales

32 RECOMMANDATIONS CSHPF VACCINER TOUTES LES JEUNES FILLES DE 14 ans,avant quelles ne soient exposées au risque de linfection HPV VACCINER TOUTES LES JEUNES FILLES DE 14 ans,avant quelles ne soient exposées au risque de linfection HPV PROPOSER LE VACCIN AUX JEUNES FILLES ET JEUNES FEMMES DE 15 à 23 ans, qui nauraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard dans lannée suivant le début de la vie sexuelle PROPOSER LE VACCIN AUX JEUNES FILLES ET JEUNES FEMMES DE 15 à 23 ans, qui nauraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard dans lannée suivant le début de la vie sexuelle

33 RECOMMANDATIONS ORGANISER LE DEPISTAGE DES LESIONS DU COL SUR LENSEMBLE DU TERRITOIRE ORGANISER LE DEPISTAGE DES LESIONS DU COL SUR LENSEMBLE DU TERRITOIRE DE METTRE EN PLACE UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION DE METTRE EN PLACE UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION DELARGIR LES DISPOSITIFS ACTUELS POUR PERMETTRE UNE PRISE EN CHARGE FINANCIERE DES ADOLESCENTES SOUHAITANT ETRE VACCINEES SANS AVIS PARENTAL DELARGIR LES DISPOSITIFS ACTUELS POUR PERMETTRE UNE PRISE EN CHARGE FINANCIERE DES ADOLESCENTES SOUHAITANT ETRE VACCINEES SANS AVIS PARENTAL

34 BCG ON CIBLE OU PAS?

35 Incidence de la tuberculose ( pour habitants ) France métropolitaine, ( InVS ) 9,2/ ,4/10 5

36 BCG…LIBRES PROPOS!!! Epidémiologie.La Tuberculose régresse depuis les années 70,mais.. Epidémiologie.La Tuberculose régresse depuis les années 70,mais.. Son incidence chez les migrants est 13 fois supérieure,augmente de 8% par an Son incidence chez les migrants est 13 fois supérieure,augmente de 8% par an BK multi résistants 82% chez les migrants.Incidencex par 2 en 2 ans BK multi résistants 82% chez les migrants.Incidencex par 2 en 2 ans QUE FAIRE? QUE FAIRE?

37 TROIS ATTITUDES Vacciner tout le monde:intérêt à vacciner tôt les enfants à risque mais Vacciner tout le monde:intérêt à vacciner tôt les enfants à risque mais ID techniquement difficile chez le nouveau né ID techniquement difficile chez le nouveau né risque de BCGite mortelle chez 10/15 enfants / an(DIC) risque de BCGite mortelle chez 10/15 enfants / an(DIC) dévalorisation des vaccins( fréquence des effets adverses après BCGID) dévalorisation des vaccins( fréquence des effets adverses après BCGID) BCG= vaccin égoïste !! BCG= vaccin égoïste !! La tuberculose de lenfant nest pas contagieuse La tuberculose de lenfant nest pas contagieuse

38 ARRÊT DU BCG Allemagne, Autriche Islande Allemagne, Autriche Islande En Allemagne, mortalité identique à la France mais fréquence de la méningite X 2 En Allemagne, mortalité identique à la France mais fréquence de la méningite X 2 Recrudescence des Mycobactéries atypiques Recrudescence des Mycobactéries atypiques ID positive => tt antituberculeux ID positive => tt antituberculeux

39 VACCINATION SELECTIVE Belgique,Danemark,Espagne,Italie,Pays- Bas,Royaume Uni,Suisse,Suède Belgique,Danemark,Espagne,Italie,Pays- Bas,Royaume Uni,Suisse,Suède Populations risque difficilement identifiable Populations risque difficilement identifiable Risque de stigmatisation ? Risque de stigmatisation ? Drépanocytose : dépistage ciblé très efficace Drépanocytose : dépistage ciblé très efficace

40 FAILLITE DU DEPISTAGE Disparitions dispensaires médico- sociaux; à Paris de 33 à 5 entre1960 et 1992 Disparitions dispensaires médico- sociaux; à Paris de 33 à 5 entre1960 et 1992 Médecine scolaire en voie de disparition Médecine scolaire en voie de disparition Formation des médecins en santé publique? Formation des médecins en santé publique? LA REALITE; échec du dépistage autour dun cas LA REALITE; échec du dépistage autour dun cas

41 PRIORITE ABSOLUE : PLAN NATIONAL DE LUTTE Diagnostic précoce des TB-maladie Diagnostic précoce des TB-maladie Enquêtes autour des cas contagieux Enquêtes autour des cas contagieux Dépistage précoce des TB-maladie Dépistage précoce des TB-maladie Dépistage précoce des infections TB latentes Dépistage précoce des infections TB latentes Traitements bien conduits et supervisés des TB-maladie Traitements bien conduits et supervisés des TB-maladie Augmentation considérable des prescriptions de traitement préventif des infections TB latentes Augmentation considérable des prescriptions de traitement préventif des infections TB latentes Enfants et adolescents +++ Enfants et adolescents +++ Adultes Adultes

42 PLAN NATIONAL DE LUTTE Mise en place doutils de suivi TB-maladie de ladulte TB-maladie de ladulte Fins de traitement Fins de traitement TB de lenfant ( méningites, miliaires ) TB de lenfant ( méningites, miliaires ) Infection généralisée à BCG Infection généralisée à BCG Mycobactéries atypiques Mycobactéries atypiques Couverture vaccinale dans les populations ciblées Couverture vaccinale dans les populations ciblées

43 PLAN NATIONAL DE LUTTE Dépistage ciblé au sein des familles ou populations (adultes ou enfants) à risque, en particulier originaires de pays de forte endémie TB Dépistage ciblé au sein des familles ou populations (adultes ou enfants) à risque, en particulier originaires de pays de forte endémie TB Dépistage systématique à lembauche, avant prise de fonction par radiographie pulmonaire + consultation médicale de toute personne amenée à travailler au contact denfants < 15 ans Dépistage systématique à lembauche, avant prise de fonction par radiographie pulmonaire + consultation médicale de toute personne amenée à travailler au contact denfants < 15 ans immunodéprimée immunodéprimée originaire dun pays de forte endémie TB, en France depuis moins de 10 ans originaire dun pays de forte endémie TB, en France depuis moins de 10 ans

44 RECOMMANDATIONS DU C.T.V. - C.S.H.P.F. UNE FOIS LES MESURES RENFORCEES DE LUTTE CONTRE LA TUBERCULOSE MISES EN PLACE Suspension de lobligation vaccinale BCG Suspension de lobligation vaccinale BCG Vaccination fortement recommandée pour les enfants à risque élevé de TB Vaccination fortement recommandée pour les enfants à risque élevé de TB Nés dans un pays de forte endémie TB Nés dans un pays de forte endémie TB Au moins lun des parents est originaire dun de ces pays Au moins lun des parents est originaire dun de ces pays Devant séjourner plus de 3 mois dans lun de ces pays Devant séjourner plus de 3 mois dans lun de ces pays Antécédents familiaux de TB (collatéraux, ascendants directs) Antécédents familiaux de TB (collatéraux, ascendants directs) Autre situation jugée par le médecin (contexte socio- économique) Autre situation jugée par le médecin (contexte socio- économique) Possibilité du maintien dune recommandation Possibilité du maintien dune recommandation ( non obligatoire ) pour tous les enfants

45 QUE FAIRE ? SUPPRIMER LOBLIGATION VACCINALE QUI EST INDEFENDABLE!!! SUPPRIMER LOBLIGATION VACCINALE QUI EST INDEFENDABLE!!! PRIORITE AU DEPISTAGE CHEZ LES ADULTES PRENANT EN CHARGE LES ENFANTS PRIORITE AU DEPISTAGE CHEZ LES ADULTES PRENANT EN CHARGE LES ENFANTS GENERALISER LE DEPISTAGE CHEZ LES SUJETS A RISQUE GENERALISER LE DEPISTAGE CHEZ LES SUJETS A RISQUE

46 ON EN PARLE… Hépatite A: vaccination généralisée:depuis 1999,en Israël :nourrissons à 18 et 24 mois. Résultats:aucun cas dhépatite A chez les enfants: même politique en Catalogne Avantage cout-efficacité++ Hépatite A: vaccination généralisée:depuis 1999,en Israël :nourrissons à 18 et 24 mois. Résultats:aucun cas dhépatite A chez les enfants: même politique en Catalogne Avantage cout-efficacité++ Vacciner les femmes enceintes contre la grippe:100 doses vaccinales évitent 50,6 épisodes infectieux chez le nourrisson et 10 chez la mère (Steinhoff IDSA Oct. 2006) Vacciner les femmes enceintes contre la grippe:100 doses vaccinales évitent 50,6 épisodes infectieux chez le nourrisson et 10 chez la mère (Steinhoff IDSA Oct. 2006) Recommandations++ aux USA Recommandations++ aux USA En France(CSHPF) vacciner les parents et lentourage dun prématuré En France(CSHPF) vacciner les parents et lentourage dun prématuré

47 Di bcg Hib HBV Meas VZV Mum Influ Les maladies infantiles sont utiles ! On vaccine beaucoup trop et trop tôt ! Personne nattrape plusieurs maladies à la fois ! Myofasciite Les vaccins contiennent des trucs dangereux ! DOUTES & CONTREVERSES SEP AUTISME … Les enfants sains nont pas besoin de vaccins ! Même vacciné il a fait la rougeole

48 Merci de votre attention ! Documents Pr E. Caumes, photos G. Lecso, D. Richard-Lenoble, M. Danis,…


Télécharger ppt "VACCINATIONS QUOI DE NEUF EN 2008 ADSL 23Septembre 2008 ADSL 23Septembre 2008 Philippe REINERT Philippe REINERT."

Présentations similaires


Annonces Google