La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE VESUVE Présentation du volcan qui détruisit Pompéi Par les 4° latinistes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE VESUVE Présentation du volcan qui détruisit Pompéi Par les 4° latinistes."— Transcription de la présentation:

1 LE VESUVE Présentation du volcan qui détruisit Pompéi Par les 4° latinistes

2 PLAN DE LEXPOSE Introduction I.Caractéristiques du volcan a)Situation géographique b)Présentation du volcan c)Pourquoi explose-t-il? II.Léruption de 79 après J.-C. et la destruction de Pompéi a)Pompéi b)Déroulement des faits c)Un témoignage: la lettre de Pline le Jeune Conclusion

3 INTRODUCTION Le Vésuve est un volcan italien. Particulièrement dangereux, il est toujours en activité aujourdhui. Une de ses éruptions a détruit entièrement la ville romaine de Pompéi en 79 après Jésus Christ.

4 II. CARACTERISTIQUES Photographie aérienne du cratère du Vésuve

5 Le Vésuve est un volcan qui se trouve en Europe, dans une région dItalie appelée Campanie. Il est situé à proximité de Naples. a) Localisation

6 b) Présentation du volcan Le Vésuve est situé sur une fosse due au chevauchement de deux plaques tectoniques: la plaque eurasiatique et la plaque africaine. La fosse est dune profondeur de 300 km. Cest un stratovolcan : ses éruptions sont de plusieurs types: elles peuvent être effusives ou explosives, voire effusivo-explosives.

7 Schéma général dun volcan

8 c) Pourquoi explose-t-il ? Le caractère explosif est du à un mélange de gaz dans la chambre magmatique, associé à un magma qui durcit de plus en plus: le gaz finit par faire pression pour sortir, et le volcan explose. Cest pourquoi les cycles déruptions commencent toujours par une éruption explosive.

9 Schéma dune éruption explosive

10 A vous de jouer! Trouvez les lettres correspondant aux numéros du schéma. a)Nuée ardente b)Chambre magmatique c)Cône du volcan d)Panache éruptif e)Dépôt de débris f)Cratère g)Retombée de cendres et de fragments de roche

11 III. LERUPTION DE 79 En 79 après J.-C., le Vésuve est au centre dun séisme à cause du frottement des plaques. Son activité se précipite et il connait une violente éruption de type explosif. Or, de nombreuses villes sont bâties sur les flans du volcan en raison de la fertilité de la terre volcanique (à cause des cendres): Pompéi et Herculanum principalement.

12 a) POMPEI Pompéi est une ville romaine assez prospère. Cest un lieu de villégiature: les gens viennent sy reposer de la vie trépidante de Rome. Le climat est très doux. De nombreux habitants y vivent, et le commerce est très actif, ainsi que la viticulture. Les romains ignorent ce quest un volcan: ils nont pas de traces de précédentes éruptions. Ils nont aucune idée du danger qui les guette. Pour eux, le Vésuve est une montagne comme les autres.

13 b) Déroulement des faits Léruption se déroule en deux temps: Tout dabord, une pluie de cendres se déverse sur la ville, provoquant un assombrissement du ciel et la panique des habitants. Plus tard, cest une nuée ardente qui dévale les flancs du volcan et engloutit la ville: la température à lintérieur de ce nuage mortel sélève à environ 400 degrés.

14 Les villes alentour sont elles aussi touchées: Herculanum, Oplontis et Stabies seront-elles aussi détruites. Herculanum disparait, ensevelie sous un dépôt de 20 mètres laissé par la nuée ardente: sous leffet de la chaleur, tout le bois de la ville sest transformé en charbon. Stabies subit des heures durant une pluie de cendres qui recouvre tout. Le désastre est complet. Pompéi est rayée de la carte et la ville disparaitra peu à peu des mémoires, jusquà être redécouverte des siècles plus tard, dans le même état quaprès la catastrophe.

15 c) Un témoignage historique: la lettre de Pline le Jeune Pline le Jeune assiste indirectement à la catastrophe, qui causera la mort de son oncle, le célèbre Pline lAncien. Il relate son expérience dans une lettre à Tacite, célèbre historien romain; nous avons conservé ce témoignage de première main.

16 Pline le Jeune raconte les derniers instants de son oncle, Pline lAncien. Le neuvième jour avant les calendes de septembre, vers la septième heure, ma mère l'avertit qu'il paraissait un nuage d'une grandeur et d'une forme extraordinaire. Après sa station au soleil et son bain d'eau froide, il s'était jeté sur un lit où il avait pris son repas ordinaire, et il se livrait à l'étude. Il demande ses sandales et monte en un lieu d'où il pouvait aisément observer ce phénomène. La nuée s'élançait dans l'air, sans qu'on pût distinguer à une si grande distance de quelle montagne elle sortait. L'évènement fit connaître ensuite que c'était du mont Vésuve. Sa forme approchait de celle d'un arbre, et particulièrement d'un pin : car, s'élevant vers le ciel comme sur un tronc immense, sa tête s'étendait en rameaux. peut-être le souffle puissant qui poussait d'abord cette vapeur ne se faisait-il plus sentir ; peut-être aussi le nuage, en s'affaiblissant ou en s'affaissant sous son propre poids, se répandait-il en surface. Il paraissait tantôt blanc, tantôt sale et tacheté, selon qu'il était chargé de cendre ou de terre. 1.De quel évènement sagit-il ici? 2.Quelle est la date donnée? 3.Quelle étape de léruption décrit cette scène?

17 Pline lAncien fait préparer un navire pour aller observer le phénomène de plus près; entre temps, il reçoit un message dappel à laide de la part de ses amis; il décide daller à Stabies les chercher. Déjà sur ses vaisseaux volait une cendre plus épaisse et plus chaude, à mesure qu'ils approchaient ; déjà tombaient autour d'eux des éclats de rochers, des pierres noires, brûlées et calcinées par le feu ; déjà la mer, abaissée tout à coup, n'avait plus de profondeur, et les éruptions du volcan obstruaient le rivage. Mon oncle songea un instant à retourner ; mais il dit bientôt au pilote qui l'y engageait : La fortune favorise le courage. Menez-nous chez Pomponianus. Pomponianus était à Stabies, de l'autre côté d'un petit golfe, formé par la courbure insensible du rivage. Là, à la vue du péril qui était encore éloigné, mais imminent, car il s'approchait par degrés, Pomponianus avait transporté tous ses effets sur des vaisseaux, et n'attendait, pour s'éloigner, qu'un vent moins contraire. Mon oncle, favorisé par ce même vent, aborde chez lui, l'embrasse, calme son agitation, le rassure, l'encourage ; et, pour dissiper, par sa sécurité, la crainte de son ami, il se fait porter au bain. Après le bain, il se met à table, et mange avec gaieté, ou, ce qui ne suppose pas moins d'énergie, avec les apparences de la gaieté. Cependant, de plusieurs endroits du mont Vésuve, on voyait briller de larges flammes et un vaste embrasement dont les ténèbres augmentaient l'éclat. Pour calmer la frayeur de ses hôtes, mon oncle leur disait que c'étaient des maisons de campagne abandonnées au feu par les paysans effrayés. Ensuite, il se livra au repos, et dormit réellement d'un profond sommeil, car on entendait de la porte le bruit de sa respiration que sa corpulence rendait forte et retentissante. 1.Quelles caractéristiques des éruptions volcaniques reconnaissez-vous ici? 2.Que pensez-vous de lattitude de Pline lAncien?

18 Cependant la cour par où l'on entrait dans son appartement commençait à s'encombrer tellement de cendres et de pierres, que, s'il y fût resté plus longtemps, il lui eût été impossible de sortir. On l'éveille. Il sort, et va rejoindre Pomponianus et les autres qui avaient veillé. Ils tiennent conseil, et délibèrent s'ils se renfermeront dans la maison, ou s'ils erreront dans la campagne : car les maisons étaient tellement ébranlées par les effroyables tremblements de terre qui se succédaient, quelles semblaient arrachées de leurs fondements, poussées dans tous les sens, puis ramenées à leur place. D'un autre côté, on avait à craindre, hors de la ville, la chute des pierres, quoiqu'elles fussent légères et minées par le feu. De ces périls, on choisit le dernier. Chez mon oncle, la raison la plus forte prévalut sur la plus faible ; chez ceux qui l'entouraient, une crainte l'emporta sur une autre. Ils attachent donc avec des toiles des oreillers sur leurs têtes : c'était une sorte d'abri contre les pierres qui tombaient. 1.Quelle étape de léruption pouvez-vous nommer ici?

19 1. Quest-il arrivé, probablement, à Pline lAncien? 2. Quels éléments propres à léruption pouvez-vous trouver ici? Le jour recommençait ailleurs ; mais autour d'eux régnait toujours la nuit la plus sombre et la plus épaisse, sillonnée cependant par des lueurs et des feux de toute espèce. On voulut s'approcher du rivage pour examiner si la mer permettait quelque tentative ; mais on la trouva toujours orageuse et contraire. Là mon oncle se coucha sur un drap étendu, demanda de l'eau froide, et en but deux fois. Bientôt des flammes et une odeur de soufre qui en annonçait l'approche, mirent tout le monde en fuite, et forcèrent mon oncle à se lever. Il se lève appuyé sur deux jeunes esclaves, et au même instant il tombe mort. J'imagine que cette épaisse vapeur arrêta sa respiration et le suffoqua. Il avait naturellement la poitrine faible, étroite et souvent haletante. Lorsque la lumière reparut trois jours après le dernier qui avait lui pour mon oncle, on retrouva son corps entier, sans blessure. Rien n'était changé dans l'état de son vêtement, et son attitude était celle du sommeil plutôt que de la mort.

20 CONCLUSION Le Vésuve est toujours en activité de nos jours. Afin déviter une nouvelle catastrophe, il est placé sous la surveillance permanente de 12 stations sismiques et dun satellite. En cas dalerte (mouvements sismiques inhabituels par exemple), des moyens dévacuation ont été mis en place par train, autocar et ferry. La zone sera entièrement évacuée en moins de dix jours (les objectifs à venir sont de parvenir à une évacuation en trois jours). Le pourtour du volcan a été classé parc naturel afin de limiter limplantation humaine.


Télécharger ppt "LE VESUVE Présentation du volcan qui détruisit Pompéi Par les 4° latinistes."

Présentations similaires


Annonces Google