La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID-TLEMCEN FACULTÉ DES SCIENCES DE LA NATURE ET DE LA VIE ET SCIENCES DE LA TERRE ET DE LUNIVERS LABORATOIRE GESTION CONSERVATOIRE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID-TLEMCEN FACULTÉ DES SCIENCES DE LA NATURE ET DE LA VIE ET SCIENCES DE LA TERRE ET DE LUNIVERS LABORATOIRE GESTION CONSERVATOIRE."— Transcription de la présentation:

1 UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID-TLEMCEN FACULTÉ DES SCIENCES DE LA NATURE ET DE LA VIE ET SCIENCES DE LA TERRE ET DE LUNIVERS LABORATOIRE GESTION CONSERVATOIRE DE LEAU, SOL ET LA FORÊT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE DES ZONES DE MONTAGNES Colloque : Gestion et Conservation de la biodiversité Continentale dans le Bassin Méditerranéen. Tlemcen Octobre 2010 Présentée par MEDJAHDI B. LETREUCH-BELAROUCI A. LETREUCH-BELAROUCI N. ETUDE DES REPONSES FONCTIONNELLES DE LA VEGETATION DES MONTS DES TRARA AUX PERTURBATIONS ET GESTION DE LA BIODIVERSITE

2 INTRODUCTION GENERALE Monts des Trara : Un espace tantôt dégradé présentant des versants dénudés, une végétation rabougrie et tantôt préservée avec une végétation luxuriante exhibant les dernières zones refuges de lAlgérie du Nord. cette mitoyenneté est un laboratoire grandeur nature pour létude de la dynamique végétal Cette contribution est axée sur : les réponses fonctionnels de la végétation vis-à-vis des principales perturbations. la proposition de certaines solutions faciles et pratiques pour la restauration ou la réhabilitation des zones dégradées.

3 GEOGRAPHIE DES MONTS DES TRARA

4 Lorographie : Lorographie de la région est très caractéristique, avec un allongement parallèle à la côte des principaux reliefs, formant ainsi des barrières relativement continues, sur le trajet des masses dair venant de la mer. Lhydrographie : présente une série de bassins disposés parallèlement le long du littoral. Cette hydrographie procure aux Trara une position exceptionnellement stratégique du point de vue phytogéographique.

5 CADRE CLIMATIQUE : Les monts des Trara sont soumis à un climat méditerranéen semi-aride chaud avec une moyenne des précipitations annuelles atteignant 306,80 mm et une température moyenne de 18,59°C. Les précipitations varient entre 405 mm pour les périodes humides et 257 mm pour les périodes sèches. LE CADRE PEDOLOGIQUE Les sols rubéfiés Les accumulations calcaires Les autres sols

6 METHODOLOGIE Plan déchantillonnage Réalisation des relèves (Classique) Traitement des données (AFC, CHA ACC) LA VEGETATION DES TRARA

7 REPONSE DE LA VEGETATION AUX PERTURBATIONS PERTURBATIONS ET REPONSES Perturbation Le surpâturage 1- Présent mais sans causer de dégâts autres que sur la strate herbacée ; 2- dégâts assez importants sur la strate herbacée et sur le feuillage de la strate buissonnante ; 3- dégâts importants sur la strate buissonnante ; 4- sous-bois fortement dégradé ; 5- disparition presque totale de la strate buissonnante. Lincendie - limportance de la biomasse végétale brulée. Volume incendié est inférieur à 25% ou à ¼ du volume total de la biomasse Volume incendié est compris entre 25% et 50% Volume incendié est compris entre 50% et 75% Volume incendié est supérieur à 75% - le temps écoulé depuis le déclanchement du feu. Présence de trace dincendie mais lincendie est très ancien pour déterminer lâge Plus de 5 ans 3-4 ans 1-2 ans Accessibilité et pénétrabilité Echelle daccessibilité : 1- Route goudronnée 2- Piste forestière carrossable 3- Piste forestière non carrossable 4- Piste danimaux ou chemin arabe 5- Aucun sentier Echelle pour la pénétrabilité Pénétrabilité très facile (la pénétration nest pas gênait par les végétaux. Lindividu pénètre sans rien toucher) Pénétrabilité facile (la pénétration nest pas gênée par les végétaux, mais lindividu pénètre en touchant quelques végétaux sans aucune résistance) Pénétrabilité moyenne (la pénétration est un peu gênée par les végétaux inerme qui présente une légère résistance). Pénétration difficile (la pénétration est gênait par les végétaux épineux et certaines buissons et arbustes qui saccrochent aux habiles) Pénétration très difficile ou impossible (impossible de pénétrer sans se faire piquer ou se blesser par les épineux).

8 NOTIONS DE REPONSES Les réponses physionomiques La présence Coefficient de stabilité (labondance dominance de chaque espèces Le taux de recouvrement (global, strate arborée, arbustive, buissonnantes Les réponses fonctionnelles Les stratégies fonctionnelles Les stratégies adaptatives sensu Grime

9 Encadré 8 : Clé dattribution rapide des sept types principaux de stratégies adaptatives sensu Grime (Vela, 2002). 1 -Plante annuelle ou bisannuelle……………………………………………………. 2 1-Plante pluriannuelle à vivace……………………………………………………… 3 2 -Adaptation aux stress (abroutissement, froid, sel, sécheresse), croissance toujours assez lente et réduite, floraison en fin de vie …………………………...SR 2-aucune adaptation aux stress (malacophylle comestible), croissance pouvant être très rapide (nitrophile), floraison précoce et durable durant le cycle de vie………………………………………………………………………………… R 3 -Production de graines forte et précoce, à maturation rapide, à longue durée de vie, et forte pouvoir germinatif …………………………………………………… Production de graines modérée et tardive, à maturation lente, à durée de vie courte à moyenne, et pouvoir germinatif modéré……………………………… Appareil aérien bien développé et persistant (ligneux phanérophyte)……… 5 4-appareil aérien réduit (chaméphytes) ou éphémère (hémicryptophytes et géophytes)…………………………………………………………………………6 5 -Appareil foliaire adapté au stress (réduit, spinescent, induré, crassulescent, laineux, odorant)………………………………………………………………….CSR 5-appareil inadapté au stress (important, malacophylle, comestible)……………...CR 6 -Appareil foliaire adapté au stress (réduit, spinescent, induré, crassulescent, laineux, odorant)………………………………………………………………….SR 6-appareil foliaire inadapté au stress (important, malacophylle, comestible)…….CR N.B. : ne sont pas différenciés ici les types CS et SC, CR et RC, SR et RS, ni les diverses stratégies triples.

10 Les types fonctionnels Gitay et Noble (1997) définissent les types fonctionnels (ou groupe fonctionnels) comme étant : « des classifications non phylogénétiques menant au groupement dorganismes qui répondent de manière similaire à un ensemble de facteurs environnementaux » Le choix des traits de vie à étudier Types de disséminations ( Anémochorie : Anémochores légers (Alég), Anémochores lourds (Alou) Anémochores rouleurs (Arou), Anémochores à tige projetante (Apro) Autochorie (Auto) Barochorie (Baro) Hydrochorie (Hydr) Zoochorie : Epizoochorie (Zépi) Endozoochorie (Zend) Zoochorie à élaéosome (= Stomatochories) (Zélé) Dyszoochorie (Zdys) Types lumineux (Héliophiles, scaphiles tolérantes) Types nutritifs (Oligotrophe, Mésotrophe, Eutrophe et Parasite Types pollinisateurs Anémogame, Entomogame, Hydrogame, Anémogame/Entomogame, Autogame/ entomogame Types végétatifs : Bulbes et bulbilles, Drageons, Marcottage naturel, Rhizomes, Stolons épigés et/ou hypogés, Tubercules Types phénologiques Annuel, Bisannuel, Caduc, Sempervirent, Vivace

11 METHODOLOGIE Mésologie Topographie sensu lato : Altitude (en m), codée selon le gradient suivant : 1 = m ; 2= ; 3 = ; 4 = , 5 = ; 6= 500 et plus. Exposition du versant, codée selon un gradient densoleillement (1 = N ; 2=NE, NW ; 3= E, W aucune, 4 = SE, SW ; 5 = S). Pente, codée en classes de pourcentage (0=nulle, 1= 1-10 %, 2= 10-25% ; 3= % ; 4 = %). Stratification et Recouvrement Le recouvrement des différentes catégories retenues, est codé en classes de pourcentage : 0 = absent ; 1 = 1-10% ; 2 = 10-25% ; 3 = % ; 4 = ; 5 = % La stratification a été introduite aussi comme une forme de réponse : 1-présence des strates arborescente, arbustive et buissonnante 2- présence des strates arbustive et buissonnante 3- présence uniquement de la strate buissonnante Erosion 5- Erosion hydrique par ravins 4- Erosion hydrique par rigoles 3- Erosion hydrique par nappe forte 2- Erosion hydrique par nappe moyenne 1- Erosion hydrique par nappe faible Traitements statistiques Lanalyse en Composantes Principales (ACP) Lanalyse canonique des correspondances (ACC)

12 Réponses Physionomique Importance de la strate sous-arbustive dans les différentes formations. Quatre espèces dominent cette strate : le thuya, le lentisque, la lavande dentée et le ciste de Montpellier. Limportance de la strate buissonnante qui est sans doute liée en partie aux conditions du milieu (bioclimat semi-aride, forte pressions anthropozoogènes par endroit…), mais aussi à lhistoire de la région. RESULTATS ET INTERPRETATIONS

13

14

15

16

17 La superposition des résultats permet de déterminer quatre groupes fonctionnels de réponses. 1- Groupe fonctionnel dominé par des Thérophytes souvent annuelles quelques fois bisannuelles, Mésotrophes ou eutrophes à stratégie adaptative R ou SR en réponses au surpâturage. Les modes de dissémination les plus fréquents sont les modes épizoochores et Barochores. Ce groupe fonctionnel est lié aux terrains plus ou moins argileux à labri de la brise marine. 2- Prés du littoral et toujours sur des milieux ouverts les stratégies démographiques imposées sont de type S. Le type biologique Chaméphytes domine dans ces milieux. Le groupe fonctionnel est représenté par des espèces héliophiles, sans aucune multiplication végétative avec une préférence pour une dissémination type zoochore à élaéosome et quelque fois de type anémochores à tige projetantes. Ces types de milieux sont assez riches en endémiques comme ailleurs en méditerranée. Les deux autres groupes sont liés aux milieux fermés. Un groupe correspond aux formations forestières incendiées. Ce groupe est dominée par des Nanophanérophytes et à un degré moins par les phanérophytes et les phanérophytes lianes. La même remarque est notée pour les stratégies adaptatives. Ce groupe est dominé par les espèces de type CSR mais il est aussi fréquent de voir les espèces CS qui dominent plutôt dans lautre groupe. Le groupe fonctionnel correspondant englobe les espèces à multiplication végétative par stolon, drageon et rhizome, tolérantes ou sciaphiles disséminées par endozoochorie ou par dyszoochorie. Le deuxième groupe des milieux fermés correspond aux formations forestières les plus matures de la région. Ce groupe soppose au surpâturage sur laxe 1 et à lincendie sur laxe 2 dans lensemble des analyses. Il est caractérisé par des phanérophytes et phanérophytes lianes compétitrices résistantes au stress. Le seule trait de vie qui distingue se groupe est type phénologique sempervirent.

18 La réponse fonctionnelle de la végétation se présente sous quatre formes. Une situation où lincendie et le surpâturage sont quasiment absents, et la végétation évolue vers le climax. Sur le littoral en absence des perturbations les climax ou plutôt les formations plus ou moins matures correspondantes sont dominées par des Chaméphytes tolérantes au stress à cause de limportance des vents, sels et la fréquence des terrains sableux ou caillouteux qui favorisent une certaine sécheresse édaphique. Le troisième est marqué par limportance du surpâturage souvent lié aux milieux ouverts sur sols caillouteux et/ou superficiels. Les espèces dominantes sont des Thérophytes annuelles ou bisannuelles, rudérales et résistantes au stress. Le deuxième groupe correspond aux milieux fréquemment incendiés. Ces espaces sont riches en Nanophanérophytes à stratégies CSR.

19 Les 13 groupes correspondant aux 14 associations végétales ou habitats qui ont été mis en évidence grâce à lutilisation de la méthode phytosociologique sont reportés sur un plan factoriel semblable à celui obtenu par lAFC. Au bout de chaque axe sont portés les facteurs du milieu les plus significatifs. Les groupes fonctionnels et les stratégies adaptatives sensu Grime sont placés aussi sur ce plan.

20 Un grand nombre de relevés se rattachent aux matorrals de thuya et Calicotme occupent dimportantes surfaces dans la zone. Les 3 variantes de ce groupement occupent le centre du plan du. Elles représentent les groupements les plus diversifiés et les plus intéressants de point de vue flore remarquable. La dégradation par le surpâturage de ces trois habitats donne des garrigues à Erica multiflora et lavandula dentata ou des garrigues à Satureja fontanesii et Lavandula dentata. Dans ces formations très ouvertes les Thérophytes rudérales et rudérales résistantes au stress trouvent leur optimum de développement. La dissémination est assurée par le bétail doù la dominance de lépizoochorie. De part est dautres des 3 sous associations sindividualisent 4 habitats. Vers le littoral apparaissent deux groupements. Le premier correspond aux matorrals arborescents à genévrier rouge sur substrat sableux Le deuxième aux matorrals à Thuya et Romarin sur substrat marneux calcaire. Sur le continent et plus en altitude se développent deux autres groupements. Le premier correspond aux boisements purs de pin dAlep et le deuxième aux matorrals à Thuya et Periploca laevigata Ces matorrals occupent les rares lambeaux forestiers de la partie Ouest des monts des Trara. Ils sont très ouverts et remarquablement riches en espèces herbacées doù leur importante diversité. Ils sont dans une position intermédiaire entre les garrigues et les matorrals à thuya et calicotome. Ils représentent ainsi, de grandes similitudes fonctionnelles avec les garrigues par limportance des Thérophytes annuelles et bisannuelles à stratégies adaptatives SR et R. cest aussi des milieux très fréquentés par le bétail et très érodés. Les boisements de pin dAlep, malgré leurs grandes similitudes floristiques avec ces matorrals xériques, sont moins ouverts et pas trop surpâturés mais plus incendiés. Ces boisements présentent ainsi des réponses fonctionnelles intermédiaires entre les groupes fonctionnels à incendie et surpâturage. Ils sont richesses en Thérophytes rudérales et résistantes au stress (SR) et, en Nanophnarophytes à stratégie CSR. Linfidélité phytosociologique qui marque les boisements de pin dAlep est à lorigine des difficultés de leur rattachement à un groupe fonctionnel particulier (aucun trait de vie nest corrélé à ce groupe sur le plan factoriel).

21 Par ouverture ces groupements peuvent évoluer vers lune des 3 sous associations des matorrals à thuya et calicotome. Lincendie et le surpâturage des matorrals à thuya et Periploca laevigata et des boisements de pin dAlpe engendrent des formations très dégradées correspondant à des matorrals bas à Pistacia lentiscus et Arisarium vulgare. Sur le littoral, les matorrals arborescents à genévrier rouge sont liés aux substrats sableux et/ou aux versants très exposés à la brise marine. Limportance du stress (sel et vent) a favorisé les ligneux bas (Chaméphytes) résistants au stress (S). Le groupe fonctionnel est dominé par les espèces héliophiles à dissémination par zoochorie à élaéosome et sans aucun mode de multiplication végétative. La diversité floristique nest pas très importante mais le nombre despèces remarquables notamment les endémiques algéro-marocaines et Ibéro-algéro-marocaines sont très présentes. La transition entre ces matorrals et les matorrals à thuya et calicotome est souvent occupée par les Rosmarino tournefortii- Tetraclinetum articulatae (le matorral à thuya et romain). Cet est inféodé aux substrats marneux calcaires. Dans ces matorrals le pin dAlep est bien représenté. La richesse spécifique est plus importante par rapport au groupe précédent. Le milieu est toujours marqué par la proximité du littoral, les Chaméhytes résistantes au stress sont ainsi bien représentées. Le groupe fonctionnel a de grandes similitudes avec le groupe précédent. Il présente aussi certaines nuances avec les matorrals à thuya, calicotome et pin dAlep du fait de sa proximité. Les groupements végétaux épargnés par les incendies et le surpâturage se concentrent principalement dans le petit bassin versant dOued Honïane et certaines vallées très encaissées. Ces groupements évoluent vers un climax à chêne kermès similaire à celui du Rif. En Altitude et sur les substrats acides où la fréquence des incendies est plus importante, apparaissent les maquis à Bruyère et myrte ( Erico arboreae-Myrtetum communis). Ces formations sont très fermées. Les Nanophanérophytes à stratégie CRS dominent, les lianes ligneuses sont également bien représentées. Là aussi sindividualise un groupe fonctionnel caractérisé principalement par des espèces à grande capacité de multiplication végétative (rhizome, drageon, stolon), sciaphiles ou tolérantes disséminées par endozoochorie ou dyszoochorie. Les maquis à bruyère et myrtes forment des stades de blocage où la formation végétale semble tournée sur place. Les incendies répétés transforment ces maquis en garrigues à Cistus monspelliensis et Lavandula dentata. Cette garrigue évolue rapidement vers un maquis à Bruyère et myrtes dans le cas darrêts des incendies. Si leur fréquence est importante la végétation se bloque dans ce deuxième palier (garrigues à ciste de Montpellier et lavande dentée). Cette garrigue peut évoluer aussi sous laction du surpâturage à un matorral bas à lentisque et Arisarium vulgare. Le groupe fonctionnel est constitué principalement par les Nanophanéphytes sempervirents à stratégie CRS et les vivaces rhizomateuses ( Pulicaria odora ) ou des vivaces à stolon. Le brachypodium retasum trouve son optimum dans ces garrigues. Sur le plan biodiversité les formations calcifuges précitées sont pauvres en espèces. Les subéraies se développent plus en altitude. Elles sont liées à Erico arboreae-Quercetum cocciferae. Elles forment des maquis ouverts où dominent les caractéristiques des Cisto-Rosmarinea.

22

23 - La production et le développement dune sylviculture appropriée - Protection (aire protégée) - écotourisme

24 Nous souhaitons, à lissue de ce travail, que celui-ci puisse permettre délaborer des stratégies optimales pour assurer une meilleure gestion de cette zone sensible, et si possible, dassurer le départ dune remontée biologique.

25 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID-TLEMCEN FACULTÉ DES SCIENCES DE LA NATURE ET DE LA VIE ET SCIENCES DE LA TERRE ET DE LUNIVERS LABORATOIRE GESTION CONSERVATOIRE."

Présentations similaires


Annonces Google