La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PAGE 2 Lhistoire de la démoustication Atlantique débute à la fin des années 60 en Charente-Maritime. Pour favoriser le développement touristique du département,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PAGE 2 Lhistoire de la démoustication Atlantique débute à la fin des années 60 en Charente-Maritime. Pour favoriser le développement touristique du département,"— Transcription de la présentation:

1

2 PAGE 2 Lhistoire de la démoustication Atlantique débute à la fin des années 60 en Charente-Maritime. Pour favoriser le développement touristique du département, il a fallu rechercher des solutions adaptées à la nuisance que représentait alors linvasion des moustiques, notamment en période estivale. Ainsi, avec pour priorité de préserver la qualité des milieux naturels, a été créé en 1968 en Charente-Maritime un Office départemental puis interdépartemental en 1972 avec ladhésion de la Vendée. En 1976 lEntente Inter- départementale pour la Démoustication (EID Atlantique) est constituée à ladhésion de la Loire-Atlantique, rapidement rejointe en 1979 par la Gironde puis en 1997 par le Morbihan. 20 secteurs pour ha de marais surveillés.

3 PAGE 3 Trois EID, Trois Ententes Interdépartementales pour la Démoustication sont les opérateurs publics des conseils généraux adhérents. Ailleurs, Des communes se sont regroupées pour engager des actions de démoustication.

4 PAGE 4 L'ADÈGE, agence nationale pour la démoustication et la gestion des espaces naturels démoustiqués, réunit les opérateurs publics français. L'EDEN, association européenne des maîtres d'ouvrages et opérateurs de démoustication, a été créée le 4 mai 1999, dans le but de faire valoir la dimension de la démoustication au niveau européen.

5 PAGE 5 Un conseil d'administration L'Entente Interdépartementale pour la Démoustication du Littoral Atlantique est administrée par un Conseil d'Administration composé de 4 Conseillers Généraux titulaires (+ 4 suppléants) pour chacun des 5 départements. Un conseil scientifique Un Conseil Scientifique et Technique restreint, composé de personnalités telles que les professeurs dUniversités, veille à ce que les méthodes de lutte préconisées soient appliquées dans les règles. 55 agents BUDGET :

6 PAGE 6 L'EID Atlantique est une collectivité territoriale chargée par les Conseils Généraux adhérents d'assurer la lutte contre les moustiques. (Loi du 16/12/1964 modifiée par la loi du 13/08/2004 relative aux libertés et responsabilités locales). Contrôle des larves en milieu marécageux dans les zones touristiques pour garantir la qualité de l'accueil Contrôle des larves en milieu urbain dans des secteurs ciblés (fossés, égouts,...) Réhabilitation et entretien des marais en collaboration avec les producteurs de sel, des claires avec des ostréiculteurs,... Gestion des milieux

7 PAGE 7

8 PAGE 8 CULEX PIPIENS, le moustique urbainAEDES, un autre genre ! Il naît autour de la maison et pique la nuit. La femelle, après l'accouplement, pique et aspire du sang pour amener ses œufs à maturation puis les pond à la surface de l'eau. Les larves grandissent, se transforment en nymphe et deviennent un moustique. Certaines espèces évoluent dans les marais salés, d'autres en milieux doux. Quelque soit son terrain de jeu, il pique l'homme de préférence à la tombée de la nuit. Son cycle de vie est identique à celui de Culex ; seule différence, la femelle pond ses œufs sur le sol, à sec.

9 PAGE 9 Il ne faut pas confondre le moustique avec d'autres insectes qui lui ressemblent mais ne piquent pas (ils n'ont pas de trompe), en particulier : les chironomes, de la même taille, ou les tipules (ou cousins), bien plus grands.

10 PAGE 10 Détermination de la nuisance Etude sociologique des nuisances Inventaire des espèces ; captures et détermination Recherche des biotopes potentiels Etude des facteurs climatiques et géographiques Etudes scientifiques préalables Cartographie Etude de l'hydrodynamisme Etude technique des moyens à mettre en œuvre Des techniques adaptées au biotope Interventions dans le respect de l'environnement Utilisation de produits à base de bacille de thuringe, variété israelensis spécifique et non assimilable par les milieux

11 PAGE 11 La situation des gîtes larvaires est très précisément identifiée sur des cartes phyto-écologiques des bassins de marais (1/5000ème). Le principe de ces cartes est basé sur la corrélation entre les lieux de ponte et les niveaux écologiques. La cartographie de la végétation (répartie en fonction de deux gradients : salinité et humidité) permet de déterminer les gîtes larvaires potentiels. La fonctionnalité des gites dépend de la dynamique hydraulique (unité de mise en eau). la cartographie urbaine

12 PAGE 12

13 PAGE 13 Lutte biologique (alevinage) Lorsque cela est possible : Elever des petits poissons dans les bassins permet déviter la présence de larves de moustiques… (ce mode de lutte ne peut sappliquer aux moustiques Aèdes car ils colonisent des mares temporaires qui sassèchent régulièrement) Lutte anti-larvaire Dans le cadre de la lutte intégrée contre les moustiques, les traitements anti-larvaires sont une solution efficace car rapide, écologique et économique. Cette lutte, très ciblée, ne s'intéresse qu'aux moustiques susceptibles de constituer une gêne collective. Travaux et gestion Dès le début de leurs interventions, les agents de l'EID Atlantique constatent que des travaux de remise en état de marais suppriment les gîtes larvaires. Ainsi, dès 1977, un service est spécialement créé pour mettre en œuvre des programmes de travaux d'entretien et de restauration de marais propres à l'Entente qui dispose alors d'un moyen supplémentaire pour remplir sa mission.

14 PAGE 14 Une technicité développée La lutte anti-larvaire ponctuelle résulte dune connaissance très fine des marais et de la situation des sites où se produiront les éclosions des larves. Avec des larvicides à base de Bti, lapplication doit être soignée car les larves doivent ingérer ce produit pour sintoxiquer. Mais, comme il ny a aucune persistance du larvicide, les traitements doivent être renouvelés à chaque nouvelle éclosion. Le travail du technicien intégre divers paramètres comme la température, les stades dévolution des larves et leur activité, afin que le traitement soit efficace. TRAITEMENT MANUEL Lagent utilise un pulvérisateur, à dos ou auto-porté, pour une précision optimale. Lapplication est répandue dans leau. TRAITEMENT MÉCANISÉ Au fil du temps, les agents ont adapté leur matériel aux traitements sur des grandes surfaces (surfaces homogènes de plusieurs hectares).

15 PAGE 15 Grâce à un savoir-faire reconnu, l'EID Atlantique réalise, à la demande de ses partenaires, des diagnostics fonctionnels des différents réseaux hydrauliques des marais littoraux et propose des programmes d'entretien et de restauration. GENIE ENVIRONNEMENTAL Plus de 25 opérations de réhabilitation, dentretien et de restauration des réseaux hydrauliques et des marais sont réalisées chaque année, le plus souvent en partenariat avec les professionnels du marais (saliculture, ostéiculture,…). GESTION DURABLE LEID Atlantique propose dassocier à ces travaux la gestion de leau. La gestion hydraulique permet daméliorer lefficacité des travaux et apporte une véritable plus-value écologique en limitant les traitements larvicides et en renforçant le potentiel biologique des milieux aquatiques. Ainsi l'EID Atlantique développe, avec ses partenaires, des modes de gestion hydraulique répondant à la fois aux objectifs de démoustication et au maintien de la biodiversité.

16 PAGE 16 Depuis plus de 25 ans, des équipes spécialisées interviennent en milieu urbain, notamment en travaillant en partenariat avec les services dhygiène des villes de Bordeaux et de Libourne en Gironde et sur le secteur de Royan en Charente-Maritime. Ces agents sont particulièrement formés pour intervenir sur un moustique à la parfaite qualité dadaptation : culex pipiens. PROSPECTION Avant toute intervention, les techniciens prospectent afin de repérer les gîtes larvaires. En fonction des terrains, ils mettent en place un cycle dintervention approprié. MISSION DINFORMATION ET DE CONSEILS Les techniciens sappuient sur un réseau dacteurs de terrain : services municipaux, syndics, propriétaires privés, gestionnaires despaces verts, correspondants dans les établissements publics, scolaires, … auxquels ils dispensent des informations et des conseils pour éviter la formation de gîtes larvaires. TRAITEMENTS Réalisée grâce à des produits dorigine biologique, la lutte anti- larvaire peut-être, dans certains cas, complétée par une lutte anti-adultes. Ces actions sont toujours inscrites dans le cadre de lhygiène publique. TRAVAUX Les Inspecteurs de salubrité, en lien avec les techniciens de la démoustication, interviennent auprès des propriétaires ou des administrateurs de biens immobiliers afin de faire procéder aux travaux dassainissement pour éliminer les gîtes larvaires (par pompage et réparation des canalisations défectueuses).

17 PAGE 17 EVACUEZ VOS POINTS DEAU STAGNANTE ! Une part importante de laction de démoustication en milieu urbain passe par la diffusion dinformations précises telles celles regroupées dans laffiche "Maison du Moustique". LE PÔLE URBAIN : UN SERVICE DE FORMATION Dès 2005, un stage de formation spécifique « Pôle Urbain » a été créé pour répondre aux particularités de cette lutte contre les moustiques. Lexigence des connaissances pointues, notamment en matière de : maîtrise des risques, utilisation du matériel, manipulation de produits, nécessite de former régulièrement des techniciens spécialisés.

18 PAGE 18

19 PAGE 19 Une organisation territoriale originale Depuis plus de 40 ans, les agents de l'EID Atlantique vivent au plus près des territoires d'interventions et sont organisés en fonction de zones bien spécifiques. Sous l'autorité du Directeur, chaque responsable départemental propose des réponses techniques cohérentes, organisent des équipes solidaires et programment les interventions pluri-annuelles. Ainsi, il est le garant de la cohésion départementale. Les secteurs d'intervention sont définis par les Conseils Généraux, maîtres d'ouvrages en matière de démoustication, à la demande des communes ou, souvent, de l'intercommunalité.

20 PAGE 20 En Gironde : 35 communes Le Département a intégré lEID Atlantique en La première campagne anti-larvaire a démarré en Aujourdhui, 35 communes bénéficient dun contrôle des populations de moustiques pour une population denviron personnes sédentaires en accroissement constant. Les secteurs dintervention se situent dans le Nord-Médoc, le bassin dArcachon, le libournais, lagglomération bordelaise, la vallée du Ciron. 13 Agents sont en charge des opérations. Chaque année, en moyenne, 2300 hectares et 850 km de fossés sont contrôlés. Le laboratoire de parasitologie de luniversité de Bordeaux II héberge la base opérationnelle de léquipe girondine. Une convention lie les deux établissements sur des termes de coopération mutuelle. De la même manière, une convention technique est établie entre la ville de Bordeaux (service dhygiène) et lEntente.

21 PAGE 21 En Charente-Maritime : 25% du territoire couvert Le Conseil Général de la Charente-Maritime confie dès 1968 la démoustication des zones touristiques à lEID. Le principe reposait et repose toujours sur la demande des communes de traiter des zones bien déterminées. Au fil du temps, le territoire dintervention sest développé et aujourdhui les agents de la démoustication interviennent sur le territoire de 78 communes charentaises maritimes. En moyenne sur les cinq dernières années, le volume annuel de traitement est de hectares et de près de 300 km de fossés. 16 agents sont répartis sur le département ; 6 sur le bassin de la Seudre, 4 dans lîle dOléron, 1 à Rochefort, 2 à La Rochelle et 2 dans lIle de Ré.

22 PAGE 22 En Vendée : 35 années dexpérience Le département a rejoint lEID Atlantique en Les interventions ont débuté cette même année sur le secteur de la Tranche-sur-Mer, puis en 1973 sur lIle de Noimoutier et en 1974 sur les marais dOlonnes. Sur ces trois secteurs dintervention, ce sont plus de 4000 hectares de marais salés, répartis sur 20 communes, qui sont surveillés par les agents de lEID Atlantique. Une assistance technique et scientifique est également mise en place pour accompagner la commune de lîle dYeu dans ses opérations contre les moustiques. Les agents sont associés à la gestion durable de marais pour mieux réguler les éclosions de moustiques et participent ainsi aux comités de gestion de nombreuses réserves naturelles.

23 PAGE 23 En Loire-Atlantique, les secteurs dintervention de lEID Atlantique couvrent actuellement 4500 hectares de marais littoraux, répartis sur 15 communes. Le département, soucieux de rompre avec les traitements aériens aberrants entrepris par une société privée, adhère à lEID Atlantique en En 1976, à la demande des communes du bassin de Guérande, et après des études scientifiques préalables, les premières opérations débutent. Progressivement, les opérations sétendent aux rives de la Loire - Saint Brévin en au bassin du Mès (1987) et enfin à la partie salée du Marais Breton-Vendéen dès Parallèlement aux traitements anti-larvaires, les 5 agents de lEID Atlantique, assurent la gestion déléguée de marais afin de limiter la prolifération des moustiques et daméliorer la qualité écologique de ces milieux.

24 PAGE 24 MORBIHAN : 25 ANS DE COLLABORATION AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES De 1981 à 1996, lEID Atlantique intervient à la demande de certaines communes pour des missions dexpertises et de mise en place de régulation des populations de moustiques. Six communes sont concernées. En 1997, à la demande dautres communes, le Conseil Général du Morbihan adhère à lEntente et lui confie une mission de démoustication sur un territoire plus vaste. Les interventions sont réalisées sur les marais littoraux des rivières de Pénerf, dEtel et du Saint-Eloi. Les 4 agents interviennent sur un territoire qui dénombre 20 communes et représente 1500 hectares de marais littoraux sous surveillance.

25 PAGE 25

26 PAGE 26


Télécharger ppt "PAGE 2 Lhistoire de la démoustication Atlantique débute à la fin des années 60 en Charente-Maritime. Pour favoriser le développement touristique du département,"

Présentations similaires


Annonces Google