La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Conférence donnée par André Bélisle, Président de l’AQLPA

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Conférence donnée par André Bélisle, Président de l’AQLPA"— Transcription de la présentation:

1 Conférence donnée par André Bélisle, Président de l’AQLPA
Gestion de la pollution de l’air au Canada et changements climatiques. Quel enjeux? Conférence donnée par André Bélisle, Président de l’AQLPA 11 avril 2013

2 Au menu L’AQLPA Le contexte canadien L’effet shrapnel

3 L’AQLPA 30 ans de luttes victorieuses
Un regroupement indépendant de personnes travaillant activement à l’amélioration de la qualité de l’atmosphère au Québec ; Fondé en 1982 pour faire face aux problèmes des pluies acides ; Un des plus anciens groupes écologistes du Québec.

4 Un cheminement rempli de défis et de succès
1986- Présentation de l’effet Shrapnel, une première mondiale Les actions de l’AQLPA dans le dossier des pluies acides conduisent à un traité de réduction de près de 50% des émissions d’oxydes de soufre dans l’est du continent. L’AQLPA forme la « Coalition québécoise pour un débat public sur l’énergie ». Cela mena à la création de la Régie de l’énergie et de l’Agence de l’efficacité énergétique et à la première politique énergétique au Québec. L’AQLPA lance une campagne qui se conclut par l'abandon du projet de centrale du Suroît et déclencha un virage important vers la production d’énergies vertes et travaille à la mise en œuvre du Protocole de Kyoto. Le programme Faites de l'air! / Adieu bazou prend son envol et recycle de vieilles voitures polluantes au-delà des attentes fixées. L’AQLPA est la principale instigatrice du mouvement citoyen pour un moratoire sur l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste. 2012 – L’AQLPA fête ses 30 ans avec 300 000 personnes le 22 avril

5 L’AQLPA met en place des solutions concrètes!
Faites de l’air! Programme de recyclage écologique de vieux véhicules.   CHANGEZ D’AIR! Programme de retrait et de remplacement de vieux appareils de chauffage au bois. Le Chantier québécois en efficacité énergétique est une campagne de sensibilisation et d’éducation à l’énergie dans un contexte québécois de développement durable. L’Automobiliste astucieux est un outil offrant des conseils et des outils pour réduire la consommation de carburant des véhicules

6 Contexte légal au Canada
1980 – Protocole d’entente concernant la pollution transfrontalière entre le Canada et les États-Unis – Loi sur la sécurité des véhicules automobiles (resserrement des normes d’émission pour le CO et les COV et nouvelle norme pour les NOx) 1988 – Adoption de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (remplace la Loi sur les contaminants et la Loi sur la lutte contre la pollution atmosphérique) 1988 – Protocole de Montréal sur la couche d’ozone 1991 – Accord entre le Canada et les États-Unis sur la qualité de l’air 1992 – Convention cadre sur les changements climatiques 1993 – Le Québec s’engage à limiter les émissions futures de SO2à t/an

7 Contexte légal au Canada
1995 – Plan d’action régional sur les polluants organiques persistants (POP) (Canada–États-Unis–Mexique) 1998 – Stratégie pancanadienne sur les émissions acidifiantes après l’an 2000; limite de t/an pour 2005 et de t/an pour – Annexe sur l’ozone de l’Accord Canada –États-Unis sur la qualité de l’air Standards pancanadiens relatifs aux particules (PM) et à l’ozone (Le Québec s’engage à agir en cohérence à l’égard des standards pancanadiens relatifs aux fines particules et à l’ozone) w 2005 – Protocole de Kyoto par le Canada 2011 – Le Canada se retire du protocole de Kyoto 2012 – Les lois mammouth C-38 et C-45 limitent et affaiblissent la portée d’un grand nombre de mesures de protection environnementale.

8 L’effet Shrapnel (AQLPA, UQCN, 1986)
Une approche systémique La polémique actuelle est due au fait que les chercheurs ont adopté l’approche analytique au détriment de l’approche systémique. Les spécialistes se perdent dans les mécanismes qui tuent les arbres: est-ce l’ozone qui attaque les feuilles, est-ce l’acide qui affecte les racines ou qui entraîne la libération d’aluminium? Quel est le plus grand coupable, les oxydes de soufre ou les oxydes d’azote?

9 L’effet Shrapnel Le transport
Nous ne connaissons pas toutes les réponses à ces questions, mais elles ne sont pas pertinentes en termes de solutions. Le transport routier est la principale source de NOx et, par conséquent, d’ozone; Le transport est également une source importante de pluies acides parce que les NOx sont éventuellement transformés en acide nitrique.

10 L’effet Shrapnel plus de 50% des oxydes de soufre en Amérique du Nord;
Centrale thermique au Charbon plus de 50% des oxydes de soufre en Amérique du Nord; responsables d’environ un tiers des émissions d’oxyde d’azote.

11 L’effet Shrapnel Peu importe les mécanismes et l’impact relatif des divers polluants, ils proviennent tous des mêmes sources. Comment est-il possible de se tromper en imposant des normes plus sévères et des choix de développement plus lucides dans le secteur des transports alors que ces mesures peuvent réduire simultanément les pollutions par l’ozone, les oxydes d’azote, les pluies acides, le monoxyde de carbone, les particules et les métaux lourds? Comment pourrions-nous faire une erreur en diminuant les émissions polluantes des centrales thermiques alors que les équipements anti-pollution peuvent réduire la pollution par les oxydes de soufre, les oxydes d’azote, l’ozone, les métaux lourds et les particules, sans compter le très dangereux protoxyde d’azote (N20), destructeur de la couche d’ozone?

12 L’effet Shrapnel Comment des programmes de conservation de l’énergie pourraient-ils être des erreurs alors qu’ils réduisent simultanément tous les types de pollution, peu importe leurs effets relatifs? Il n’est pas nécessaire de connaître tous les mécanismes avant d’agir; il suffit de bien connaître les sources et de penser globalement.

13 L’EFFET SHRAPNEL

14 L’EFFET SHRAPNEL Polluants primaires

15 Polluants secondaires
L’EFFET SHRAPNEL Polluants secondaires

16 L’EFFET SHRAPNEL Végétations

17 L’EFFET SHRAPNEL Polluant tertiaires

18 Smog Pollution atmosphérique
Causes, éléments chimiques en jeu et en interactions (http://www.ec.gc.ca/publications/31B2381E-56BF-44CC-8D65-BF6FDB7125AD/Gouvernement-du-Canada_-rapport-d%27%C3%A9tape-quinquennal-standards-pancanadiens-relatifs-aux-particules-et-%C3%A0-l%27ozone.pdf) Source : Gouvernement du Canada, Rapport d'étape quinquennal Standards pancanadiens relatifs aux particules et à l'ozone

19 Les particules Source : Gouvernement du Canada. Rapport d'étape quinquennal. Standards pancanadiens relatifs aux particules et à l'ozone. 2006

20 Source : Environnement Canada
Printemps 2010 Polluants qui affectent le climat et comment Source : Environnement Canada plus de 6 oC au­dessus de la normale dans certaines régions de l’Arctique et du nord de l'Ontario

21 Analyse Plusieurs régions ont connu un réchauffement notable au cours des années 1960 à Le réchauffement le plus marqué des températures a été observé dans l’ouest (Abitibi-Témiscamingue, Outaouais, Laurentides, Lanaudière, Montréal, Laval, Montérégie) et le centre du Québec méridional (Mauricie, Estrie, Centre-du-Québec, Capitale-Nationale, Saguenay–Lac-Saint-Jean, Chaudière-Appalaches). Dans ces régions, les températures annuelles moyennes ont enregistré une augmentation se situant entre 0,5ºC et 1,2ºC. Dans l’est de la province (Bas-Saint-Laurent, Côte-Nord, GaspésieÎles-de-la-Madeleine), le réchauffement du climat se produit à un rythme moins prononcé, inférieur à 0,5ºC.

22 Polluants qui affectent la couche d’ozone et comment
Polluants qui affectent les pluies acides et comment Source : Gouvernement du Canada. Rapport d’étape quinquennal. Standards pancanadiens relatifs aux particules et à l’ozone. Janvier 2007

23 Polluants qui affectent la santé et comment + Les coûts pour la santé
Source : Le transport urbain, une question de santé Rapport annuel 2006 sur la santé de la population montréalaise Direction de santé publique Agence de la santé et des services sociaux de Montréal

24 http://ville. montreal. qc
Source : Bilan environnemental Qualité de l'air à Montréal, 2009

25 Particules fines et chauffage au bois à Montréal
Source : Bilan environnemental Qualité de l'air à Montréal, 2009

26 Québec Analyse En 2009, le pourcentage de jours pour lesquels l’indice de la qualité de l’air est classé « bon » varie entre 14,5 %, dans la région de Montréal (53 jours) et 81,6 % au Saguenay–Lac-Saint-Jean (289 jours). L’indicateur illustre le fait qu’à l’échelle régionale, la qualité de l’air est meilleure dans les régions périphériques du Québec. La classe « acceptable » varie entre 18,4 % au Saguenay–Lac-Saint-Jean (65 jours) et 66,8 % à Montréal (244 jours). Le pourcentage de la classe « mauvais » varie, pour sa part, entre 0 % au Saguenay–Lac-Saint-Jean, et 18,6 % dans la région de Montréal. Comme pour la classe « acceptable », les pourcentages les plus élevés surviennent dans le sud-ouest du Québec.

27 Bilan des efforts de réduction
Sources : Santé publique de Montréal, Ville de Montréal, Environnement Canada, Statistique Canada et Ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs du Québec.

28 Sources : Santé publique de Montréal, Ville de Montréal, Environnement Canada, Statistique Canada et Ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs du Québec.

29 La part des transports Source : Le transport urbain, une question de santé, Rapport annuel 2006 sur la santé de la population montréalaise Direction de santé publique Agence de la santé et des services sociaux de Montréal

30 Croissance - automobiles de promenade et de camions légers 2004 à 2009
Autos et camions légers 2004 2005 2006 2007 2008 2009 TOTAL Nombre Ajouts Qc Ajouts Mtl +2 882 +5 451 +7 723 +4 889 Ajouts 5 régions incluant Mtl De plus, les consommateurs se procurent des véhicules de + en + LOURDS Et de + en + de camions légers, - en – de voitures. Source : Dossier statistiques bilan 2009, Accidents, Parc automobile, Permis de conduire, SAAQ, juin 2010

31 La part des transports Source : Rapport annuel 2006 sur la santé de la population montréalaise Direction de santé publique Agence de la santé et des services sociaux de Montréal

32 La part des transports La contribution du secteur du transport aux émissions de ces polluants et des GES varie selon le contaminant considéré et selon qu’il s’agit du milieu urbain ou rural. Dans l’ensemble, on constate que le transport constitue une source majeure dans la plupart des cas, mais à un degré plus élevé en milieu urbain (figure 6). Source : Rapport annuel 2006 sur la santé de la population montréalaise Direction de santé publique Agence de la santé et des services sociaux de Montréal

33 Projection dans l’Est du Canada, 2000-2015
Perspectives Projection dans l’Est du Canada, Les projections des émissions de 2000 jusqu’en 2015 indiquent que les émissions de SO2 devraient continuer à baisser à l’échelle nationale, quoique à un rythme beaucoup plus lent que dans le passé, avec une réduction de l’ordre de 11 %. À l’échelle régionale, les émissions de SO2 sont projetées d’augmenter dans l’Ouest (de 16 %) et de diminuer dans l’Est (de 34 %). Les émissions nationales de NOX devraient renverser leur tendance et commencer à diminuer avec une baisse de 11 % projetée entre 2000 et À l’échelle régionale, les NOX devraient rester plus ou moins stables dans l’Ouest (hausse de 4 %) et diminuer dans l’Est (de 30 %). Source : . Gouvernement du Canada. Rapport d’étape quinquennal. Standards pancanadiens relatifs aux particules et à l’ozone. Janvier 2007.

34 Au Canada Source : . Gouvernement du Canada. Rapport d’étape quinquénal. Standards pancanadiens relatifs aux particules et à l’ozone. Janvier 2007.

35 Pistes d’actions pour un avenir mobile

36 Pistes d’actions pour un avenir mobile et en santé

37 Pistes d’actions pour un avenir mobile et en santé
Deuxième photo à gauche, Moteur-roues qui propulsent un train à grande vitesse suspendu entre les deux voies de l’autoroute, entre Montréal et Québec. Dans le livre de Pierre Langlois, Rouler sans pétrole.

38 Transport de marchandises et de personnes
Véhicule électrique de livraison Autobus touristique Autobus scolaire Nev-Nemo

39 Mobilité individuelle électrique de petite dimension
Yike Bike Segway Renault Twizy ZE Vélo électrique Mobilette électrique Moto électrique

40 Merci de votre attention
Suivez - nous sur internet!


Télécharger ppt "Conférence donnée par André Bélisle, Président de l’AQLPA"

Présentations similaires


Annonces Google