La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts / Prises de vue : Le rêve de l'antiquité à l'époque moderne; de Socrate à Sartre. 3. Questions / Discussion.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts / Prises de vue : Le rêve de l'antiquité à l'époque moderne; de Socrate à Sartre. 3. Questions / Discussion."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts / Prises de vue : Le rêve de l'antiquité à l'époque moderne; de Socrate à Sartre. 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question. 4. En guise de conclusion Tentative de synthèse de la saison Réunion préparée avec Josette Delaporte et Didier Juif.

2 Étymologie et définitions Étymologie Rêve provient peut-être du gallo-roman esvo, vagabond, du latin exvagus, vagabond. Esver en ancien français signifiait vagabonder. Définitions : Larousse sur internet - Le fait de rêver, l'activité onirique. - Production psychique survenant pendant le sommeil, et pouvant être partiellement mémorisée. - Fait de laisser aller librement son imagination ; idée chimérique : Un rêve éveillé. - Représentation, plus ou moins idéale ou chimérique, de ce qu'on veut réaliser, de ce qu'on désire : Accomplir un rêve de jeunesse. Synonymes : songe, chimère, rêverie, songerie. Dictionnaire philosophique, la philosophie de A à Z : - Activité psychique plus ou moins structurée, se produisant pendant le sommeil, indépendamment de la volonté. - Construction de limagination à létat de veille, production fantaisiste de lesprit tendant à se soustraire aux contraintes du réel.

3 Notions / Concepts / Prises de vue Le rêve de l'antiquité à l'époque moderne. 1.Antiquité : Dans la mythologie grecque, les songes ont leurs propres divinités, la plus connue est Morphée, dieu des rêves prophétiques. Selon Platon ( av. J.-C.), Socrate (Ve siècle av. J.-C.) définit le rêve comme un lieu où les désirs honteux, réprimés le jour, se réalisent. Aristote (-384 à -322 av. J.-C.), dans son "Petits Traités dhistoire naturelle" (Parva naturalia) considère que le rêve est un phénomène somatique lié au vécu de la journée. 2.Moyen-âge : Alcher de Clairvaux moine cistercien au XIIe siècle dans son ouvrage "L'Esprit et l'âme" (Liber de spiritu et anima) affirme quil existe cinq types de rêves : l' oraculum, rêve que Dieu envoie à ses émissaires; la visio, rêve prophétique clair; le somnium, rêve nécessitant une interprétation; l'insomnium, rêve commun et sans intérêt; le phantasma, apparitions fantomatiques, pendant les premières phases du sommeil, dont fait partie le cauchemar.

4 Notions / Concepts / Prises de vues Le rêve de l'antiquité à l'époque moderne (suite) 3.Epoque moderne : Pour Freud, l'« interprétation des rêves est la voie royale qui mène à la connaissance de l'inconscient » : Le rêve, loin d'être un phénomène absurde ou magique, possède un sens : il est l'accomplissement d'un désir qui a pour fonction de satisfaire le rêveur. Les rêves sont des réalisations hallucinatoires de désirs refoulés dans linconscient. Pour Jung ("L'Homme à la découverte de son âme" et "Sur l'interprétation des rêves"), le rêve est également une porte ouverte sur l'inconscient, mais il élargit sa fonction par rapport à Freud. Jung explique en effet que : « la fonction générale des rêves est d'essayer de rétablir notre équilibre psychologique». C'est ce qu'il appelle la fonction compensatrice (ou complémentaire) des rêves dans notre constitution psychique». En ce sens, le rêve participe du développement de la personnalité, en même temps qu'il lie le sujet au vaste réservoir imaginaire qu'est l'inconscient collectif. Pour Sartre, dans son essai "Limaginaire", lhomme ne peut être véritablement conscient quà partir du moment où il est éveillé : Sartre soppose au « rêve lucide » considérant que toutes les fois où le dormeur se dit « je rêve », il connaît un réveil momentané, cest ce quil nomme la conscience réflexive. Ainsi, si lorsque nous rêvons nous sommes conscients (dans le sens où nous éprouvons des sentiments ou des sensations), nous ne pouvons prendre conscience de notre conscience que lorsque nous sommes éveillés.

5 QUESTIONS 1.Le rêve est-il une hallucination ? 2.Vaut-il mieux rêver sa vie ou vivre son rêve ? 3.La vie nest-elle quun rêve ?

6 1.Le rêve est-il une hallucination ? Qu'est-ce qu'une hallucination ? Ne faut-il pas faire, à ce sujet, une distinction entre le rêve éveillé et le rêve endormi ?

7 1. Le rêve est-il une hallucination ? "Le rêve est comme une hallucination endormie; l'hallucination comme un rêve éveillé" dit ACS. Mais, si j'ai conscience de rêver, qui pourrait penser que mon rêve puisse s'identifier à une hallucination ? Ce que je perçois seul, quand les autres devraient le percevoir, n'est-ce pas cela une hallucination ? Comme l'écrit ACS, l'hallucination ne serait-elle pas "Comme un monde privé, mais qu'on ne sait pas tel, comme un monde intérieur qu'on prendrait abusivement pour l'autre" ? 2.Rêve ? Au sens propre, le rêve n'est-il pas le résultat de l'activité psychique plus ou moins structurée qui se produit pendant le sommeil, indépendamment de la volonté ? Autrement dit, comme un monde privé, mais qu'on ne sait pas tel, comme un monde intérieur qu'on prendrait abusivement pour l'autre ? Donc comme une hallucination, mais endormie ? Au sens figuré, le rêve n'est-il pas une construction de limagination à létat de veille; une production fantaisiste de lesprit qui tend à se soustraire aux contraintes du réel ? Autrement dit, comme un monde privé, mais qu'on sait tel, comme un monde intérieur mais qu'on ne prendrait pas abusivement pour l'autre ? Donc, sauf à prendre ses désirs pour la réalité, pas tout à fait une hallucination ? 1.Hallucination ? Etre halluciné, n'est-ce pas percevoir ce qui n'est pas ? Mais quel moyen avons-nous pour distinguer ce qui est de ce qui n'est pas ? N'en n'aurions-nous aucun absolument, sinon en confrontant nos perceptions à celles d'autrui ou au souvenir de nos perceptions passées ? Comme le pense Berkeley, ce que tout le monde perçoit ne serait-il pas de facto le réel, quand bien même il n'aurait d'autre réalité que cette perception collective ? Le rêve n'est-il pas comme une hallucination pendant le sommeil, alors qu'éveillé il ne l'est pas ?

8 2.Vaut-il mieux rêver sa vie ou vivre son rêve ? Animation Didier Juif Qu'est-ce que sous-tend "Rêver sa vie ?" Qu'est-ce que sous-tend "Vivre son rêve ?"

9 2. Vaut-il mieux rêver sa vie ou vivre son rêve ? "Rêver sa vie", signe de notre impuissance, ne vaudrait-il qu'en tant que préalable à "Vivre son rêve", signe de notre puissance ? "Vivre son rêve", par la volonté et l'action, n'est-il pas plutôt le signe de notre puissance ? 1.Rêver sa vie ? Même si tout rêve éveillé ne ressortit pas de l'hallucination, rêver sa vie ne ressortit-il pas toujours de l'utopie, de ce qui n'existe pas, de ce qui échappe au réel ? Rêver sa vie n'aurait-il pas deux dimensions malgré tout positives : L'une orientée vers l'avenir : prospective et de l'ordre de l'espérance L'autre orientée vers le passé : rétrospective et de l'ordre du regret ? 2.Vivre son rêve ? Pour Spinoza : Le conatus dun être, cest son effort pour persévérer dans son être, autrement dit, sa puissance dexister, de résister et dagir. Il faut désirer ce que lon fait : ce nest plus de lespérance mais de la volonté. Pour Les Stoïciens, il ne faut désirer et nagir que sur ce qui dépend de nous. Ce nest plus de lespérance mais du pragmatisme. Spinoza et les Stoïciens nauraient-ils pas raison dans leur art de vouloir et dagir ? Comment pourrais-je parvenir à vivre mon rêve si je ne le veux pas au sens des stoïciens et si je n'agis pas en conséquence au sens de Spinoza ? "Rêver sa vie", dans ses dimensions d'espérance et de regret, n'est-il pas plutôt le signe de notre impuissance si nous en restons là ?

10 3.La vie nest-elle quun rêve ? La vie s'identifie-t-elle à la conscience que j'en ai ? Qu'est-ce qu'avoir conscience ? Lorsque je rêve, suis-je conscient ?

11 3. La vie nest-elle quun rêve ? Si j'ai conscience d'avoir conscience, c'est que je suis éveillé et ne rêve pas. Par conséquent, si j'ai conscience d'avoir conscience de vivre, comment pourrais-je penser que la vie n'est qu'un rêve ? Mais qui pourrait prétendre que nous soyons absolument capables de voir la vie telle qu'elle est en vérité ? En effet, quand je regarde la vie, n'est-ce pas la conscience que j'en ai que je vois et non la vie ? N'est-ce pas, seulement de ce point de vue là, que je peux penser que la vie n'est qu'un rêve ? 2.Conscience : éveillée ou endormie ? Considérant que toutes les fois où le dormeur se dit « je rêve », il connaît un réveil momentané, Sartre, notamment, soppose au « rêve lucide ». Ainsi, si lorsque nous rêvons nous sommes conscients (dans le sens où nous éprouvons des sentiments ou des sensations), nous ne pouvons prendre conscience de notre conscience que lorsque nous sommes éveillés. Cest ce que Sartre nomme la conscience réflexive. 1.Vie et conscience de la réalité ? Le terme « vie » n'a-t-il pas deux niveaux de significations : Soit, il désigne tout un ensemble de processus biologiques qui permettent à un individu dêtre animé et de résister à la mort, autrement, dit ce qui trame sa réalité; Soit, plus spécifiquement pour les humains, il désigne ce qui se passe en eux-mêmes comme vécu dans la conscience, autrement dit, l'idée que l'homme se fait de sa réalité ? L'homme ne peut-il être véritablement conscient quà partir du moment où il a conscience d'avoir conscience, autrement dit, lorsqu'il est éveillé ? Savoir si la conscience et le rêve sont de même nature, n'est-il pas la vraie question ?

12 Comment pourrions-nous nous passer de rêver nos vies ? Mais, comment ceci pourrait-il suffire si cela ne débouche pas sur la volonté et l'action de vivre nos rêves ? En fin de compte, ne vaut-il pas mieux, "rêver petit" et faire, que "rêver grand" et ne rien faire ?

13 MDS Agde de 18h30 à 20h : MDS Agde de 18h30 à 20h : " Infini " : mardi 8 octobre " Infini " : mardi 8 octobre " Etre-avoir " : mardi 12 novembre " Etre-avoir " : mardi 12 novembre " Métaphysique ": mardi 10 décembre " Métaphysique ": mardi 10 décembre MAM Béziers de 18h30 à 20h : MAM Béziers de 18h30 à 20h : " Nos sens nous disent-ils la vérité ?" : mercredi 25 septembre " Nos sens nous disent-ils la vérité ?" : mercredi 25 septembre " Pourquoi faut-il sauver l'amour ?" : mercredi 22 janvier " Pourquoi faut-il sauver l'amour ?" : mercredi 22 janvier Prochaines réunions Informations et documents sont disponibles sur :


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts / Prises de vue : Le rêve de l'antiquité à l'époque moderne; de Socrate à Sartre. 3. Questions / Discussion."

Présentations similaires


Annonces Google