La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définition : Identité 2. Prise de vue : Lidentité est-elle statique ou dynamique ? 3. Questions / Discussion : Deux questions préalables.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définition : Identité 2. Prise de vue : Lidentité est-elle statique ou dynamique ? 3. Questions / Discussion : Deux questions préalables."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définition : Identité 2. Prise de vue : Lidentité est-elle statique ou dynamique ? 3. Questions / Discussion : Deux questions préalables avant dessayer de répondre à la question. 4. Tentative de conclusion Septi-Philo Narbonne le 18 juillet 2009

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Identité vient du latin identitas, qualité de ce qui est le même. De même racine quidem, même. Traduction du grec tautotês, tautologie (redite de la même chose), de to autos, (le même) et de logos (discours). Définitions : Définitions : Le Robert : Caractère de deux choses identiques. Caractère de ce qui est un, de ce qui demeure identique à soi-même. Ce qui permet de reconnaître une personne parmi toutes les autres. Dictionnaire de philosophie dAndré Comte-Sponville : Au sens strict, lidentité suppose lunicité : cest être un et le même, et nul nest le même que soi. Cest lidentité numérique. Au sens large, on parle didentité à propos dobjets différents pour marquer quils sont semblables. Cest lidentité spécifique ou qualitative.

3 Prise de vue Lidentité est-elle statique ou dynamique ? 1.Lidentité statique : Pas plus, que la carte du même nom, lidentité ne se prononce sur le contenu de ce quelle désigne, mais seulement sur ce qui de son enveloppe résiste au temps et ne change pas. Lidentité nest pas la quiddité (réponse à la question Quid ?/ Quoi ?/ Quest-ce que cest ?) à laquelle on répond ordinairement par une définition. Même si lessence suppose lidentité, lidentité nest pas lessence. Si lidentité est statique/identique, comment pourrait-elle se construire ? Si lidentité est dynamique, comment sédifie-t-elle ? Dans cette acception, nest-ce pas plutôt le je, lêtre-sujet en tant que tel, que lidentité désigne par ce qui reste identique à lui-même dans le temps ? 2.Lidentité dynamique : Mais quid du moi en tant que contenu signifiant du je ? Le moi nest pas une substance, ni un être : il nest « ni dans le corps ni dans lâme » disait Pascal ; il nest que lensemble des qualités quon lui prête ou des illusions quil se fait de lui- même. Ainsi chez Freud le moi est linstance psychique toujours en construction entre lénergie pulsionnelle du ça (la matière au sens biologique et génétique) et les exigences du surmoi (les valeurs morales, sociales et/ou culturelles transmises) voire les contraintes de la réalité (la nature et autrui). Dans cette acception, nest-ce pas plutôt le moi, lêtre-sujet toujours en construction que lidentité désigne ?

4 Questions 1.Les valeurs que je fais miennes contribuent-elles à lédification de mon identité ? 2.La raison peut-elle modeler mon identité ? Deux questions préalables : Avant de tenter de répondre à : Peut-on construire son identité ?

5 1.Les valeurs que je fais miennes contribuent- elles à lédification de mon identité ? Animation Marie Hiéronymus Quest-ce quune valeur ? Comme le pense Spinoza : Une valeur est-elle lobjet au moins possible dun désir ? Les valeurs sont-elles absolues ou relatives ? Quand peut-on dire quelles sont morales ?

6 1. Les valeurs que je fais miennes contribuent-elles à lédification de mon identité ? Que je sois libre ou pas de choisir les valeurs qui sont les miennes qui pourrait douter quelles ne contribuent pas à lédification du moi, mon identité dynamique ? A lexception de ceux qui croient en la vérité révélée, la plupart des participants estiment que les valeurs sont relatives, non absolues, propres à chacun, ce qui nempêche pas quelles puissent être partagées en tendance par des groupes, des sociétés ou des civilisations. Le relativisme des valeurs va de pair avec lindividualisme, alors que labsoluité des valeurs débouche fréquemment sur lintolérance dès lors quelle se confond avec la vérité. Mais sommes nous vraiment libres de choisir les valeurs auxquelles on adhère ? La question du déterminisme et de sa compatibilité avec la liberté est évoquée. Faut-il à ce sujet penser, comme la plupart des scientifiques contemporains, que le déterminisme strict (le prédéterminisme qui va souvent de pair avec la fatalité) est une illusion ou, au contraire, une réalité, comme tendait notamment à le penser un participant ? Quand peut-on dire que les valeurs sont morales ? Si valeurs absolues et morales dogmatiques vont de pair, cela ne veut pas dire que les valeurs individuelles et relatives soient étrangères à la morale. Mais où commence la morale ? Kant disait que la morale est ce qui est universalisable sans contradiction. Quest-ce qui peut être universalisable sans contradiction si ce nest lanti-égoïsme qui caractérise les valeurs tournées vers autrui ? Certains parleront alors déthique de lamour, mais cela nest-il pas synonyme de morale dès lors que celle-ci est strictement personnelle, non dogmatique et quon ne la confond pas avec la vérité ?

7 2. La raison peut-elle modeler mon identité ? Quest-ce que la raison ? La raison est-elle impersonnelle, universelle et objective ? Que cherche-t-elle ? Pourquoi désirer être raisonnable ? La raison est-elle une catharsis de légoïsme ?

8 2. La raison peut-elle modeler mon identité ? Mais qui pourrait douter que celui qui, avec sa raison, cherche la vérité ne modifie pas, chemin faisant, son moi, son identité dynamique ? Que pourrait bien chercher la raison si ce nest la vérité ? La question de la vérité fait débat : comment peut-on en parler au singulier si on estime que chacun a la sienne ? Comment, pour les mêmes motifs, pourrait-on penser que la raison est impersonnelle, universelle et objective si chacun a de bonnes raisons de penser ce quil pense ? Mais qui pourrait prétendre que, contrairement aux valeurs qui dépendent de ce que nous voulons ou désirons, la vérité dépende de nos désirs ? Si la vérité dépendait de celui qui la cherche, à quoi bon la chercher ? Mais qui peut prétendre détenir la vérité ? La vérité ne serait-elle quun chemin, une recherche sans fin qui, telle une asymptote, ne pourrait que tendre vers elle ? Le sage ne serait-il pas celui qui par une telle démarche parviendrait à sapprocher au plus près possible de la vérité par une espèce de catharsis de son égoïsme ? Au lieu de nous différencier la vérité ne serait-elle pas plutôt ce qui nous unit ? Valeurs et vérité ; coeur et raison ne seraient-ils pas dessences différentes ?

9 Peut-on construire son identité ? Penser quune valeur est bonne ne conduit-il pas à lintégrer à mon identité ? Ce que je tiens pour vrai ne modifie-t-il pas mon identité ? Naît-on sage ou le devient-on ?

10 3. Peut-on construire son identité ? Dès lors quon ne naîtrait pas sage mais quon pourrait pour le moins y tendre,nest-ce pas reconnaître quon puisse construire son identité ? Quil sagisse des valeurs auxquelles jadhère parce que je les trouve bonnes, sauf si elles sont innées, comment pourraient-elles ne pas contribuer à construire mon identité dynamique ? Quil sagisse des efforts de rationalité auxquels je consens dans ma recherche de la vérité, précisément parce que je ne crois pas la détenir, comment pourraient-ils ne pas modifier, chemin faisant, mon identité dynamique ?

11 « Philosopher, cest penser sa vie et vivre sa pensée » dit André Comte-Sponville Dans ces conditions, philosopher ne conduit-il pas à construire son identité ? Informations et documents sont disponibles sur :


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définition : Identité 2. Prise de vue : Lidentité est-elle statique ou dynamique ? 3. Questions / Discussion : Deux questions préalables."

Présentations similaires


Annonces Google