La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Définitions de base Toutes les productions que vous allez voir ont un objectif commun : illustrer la Gestion Mentale à lœuvre sur le terrain et cela, en.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Définitions de base Toutes les productions que vous allez voir ont un objectif commun : illustrer la Gestion Mentale à lœuvre sur le terrain et cela, en."— Transcription de la présentation:

1 Définitions de base Toutes les productions que vous allez voir ont un objectif commun : illustrer la Gestion Mentale à lœuvre sur le terrain et cela, en ciblant une des notions-clés :... lEVOCATION.

2 Définitions de base Perception Activité perceptive Evocation Activité évocative Evoqué Pour assurer une meilleure compréhension et pour essayer de respecter la complexité de la vie mentale, nous vous proposons, en enchaînement, des définitions des concepts suivants : Concept voisin : projet (voir document sur ce mot) Sensation

3 Les organes des sens captent les informations que nous envoie le monde extérieur et ils les transmettent au cerveau pour y recevoir un traitement. La sensation cest lentrée en activité des récepteurs sensoriels. Elle précède immédiatement la perception.

4 « Nos souvenirs se constituent à partir des messages sensoriels que le monde extérieur nous fait parvenir. Nos cinq sens – la vue, louïe, le toucher, lodorat et le goût – sont donc les portes dentrée majeures de notre mémoire Mais ce qui est perçu par les sens nest jamais mémorisé tel quel, à linstar dune photographie ou dune bande sonore... Sensation Perception... A peine perçues par le cerveau, les informations sensorielles sont analysées en profondeur, puis associées entre elles, comparées à dautres et affectées de marqueurs émotionnels, topographiques (le lieu de lapprentissage) et temporels (la date). » Extrait de Votre Mémoire, Larousse, 2004, p. 100.

5 Quels que soient lendroit et le moment où je me trouve, des tas de stimuli extérieurs à moi viennent en permanence à ma rencontre : il y a en effet des tas de choses que je peux voir, entendre, toucher, sentir et goûter. On peut dire que ces stimuli viennent continuellement mettre en action les différents organes des sens que je possède : visuel, auditif, tactile, olfactif, gustatif.... et la sensation entraîne la perception. Sensation Perception

6 Perception Cette perception, déclenchée par un stimulus extérieur, aboutit à une impression qui permettra la constitution dun objet (mental) et puis, à sa reconnaissance. Quand cet acte est déclenché délibérément, cest-à-dire quand il est animé ou porté par un projet, alors on parle dactivité perceptive. Celle-ci donne lieu à des évocations qui donnent sens aux choses perçues. Au cours dune journée, nos sens perçoivent énormément dinformations, dont bien souvent, nous navons pas conscience parce que nous nen avons pas besoin.

7 Définition de base... lEVOCATION De quoi sagit-il ?

8 Un exemple Ce matin, en passant dans un jardin public pour me rendre à mon travail, je vois une magnifique fleur aux couleurs vives et au parfum délicieux. Elle se balance doucement au gré du vent. Maintenant que je travaille depuis plusieurs heures dans mon bureau, je repense à cette fleur et elle est présente en moi, presque... comme ce matin. Quel est le processus en jeu ?

9 Quel est le processus en jeu ? En passant devant cette fleur, ce matin, je me suis arrêté, je lai bien regardée, je lai touchée, je lai sentie, je lai encore regardée, afin de men faire une image mentale car je voulais lavoir encore avec moi quand elle ne serait plus présente en réalité.

10 Schéma EN SCHEMA Objet de ma perception MOI Allers et retours nombreux entre la fleur que je vois et que je sens en réalité et limage que je construis dans ma tête de cette fleur. Jévoque mentalement cette fleur.

11 Schéma et définition EN SCHEMA Objet de perception MOI Les flèches bleues qui vont de droite à gauche et de gauche à droite indiquent : - lactivité perceptive exercée avec le projet dévoquer la fleur par une image mentale. - lactivité évocative exercée à partir de lobjet de perception; elle nécessite du temps. Pour désigner tout ce processus, on parle dévocation. Cest une des deux significations de ce mot. Processus évocatif

12 Schéma et définition EN SCHEMA Objet de perception MOI Lobjet mental constitué dans le prolongement de lactivité perceptive est, dans ce cas-ci, un objet visuel. Cet objet mental a pu être constitué parce quil y avait au départ un projet précis (voir document sur ce mot). Cet objet mental sappelle aussi évocation; cest le deuxième sens de ce mot. Il sagit bien du résultat de lacte dévoquer. On parle également dans ce cas dévoqué. Processus évocatif

13 Autre possibilité EN SCHEMA Objet de perception MOI Je peux aussi « me parler cette fleur » en la regardant et ne pas la voir dans ma tête. Cette fleur vient de souvrir ! Elle a huit pétales triangulaires qui vont du jaune au brun; le cœur est jaune orange; elle a 4 feuilles, 2 petites vert clair et 2 plus grandes, vert foncé. Comment sappelle-t-elle ? A quelle famille appartient-elle ? Cette fleur vient de souvrir ! Elle a huit pétales triangulaires qui vont du jaune au brun; ensuite, le cœur est jaune orange; elle a aussi 4 feuilles, 2 petites vert clair et 2 plus grandes, vert foncé. Comment sappelle-t-elle ? A quelle famille appartient-elle ? Elle ressemble à cette fleur que jai vue il y a quelques jours dans un jardin; comment était- elle encore ? Et puis, elle a un parfum proche du lilas et elle bouge légèrement avec le vent,... Lobjet mental constitué dans le prolongement de lactivité perceptive est, dans ce cas-ci, un objet verbal. Cest aussi une évocation, mais de nature différente de celle de la diapositive précédente puisquelle est constituée par des mots que je me parle dans ma tête.

14 Autre possibilité EN SCHEMA Objet de perception MOI Je peux aussi entendre quelquun me parler de cette fleur et ne pas la voir dans ma tête ni me la parler moi-même. Lobjet mental constitué dans le prolongement de lactivité perceptive est alors un objet auditif. Cest toujours une évocation, mais de nature différente de celles des diapositives précédentes puisquelle est constituée par des mots que jentends parler dans ma tête avec la voix dun autre. Cette fleur vient de souvrir ! Elle a huit pétales triangulaires qui vont du jaune au brun Elle ressemble à une fleur que lon voit couramment dans les jardins et dont les graines sont comestibles Et puis, elle a un parfum proche du lilas et elle bouge légèrement avec le vent,...

15 Autre possibilité EN SCHEMA Objet de perception MOI Je peux encore toucher cette fleur et puis dans ma tête, lévoquer par une impression, un ressenti tactile. Lobjet mental constitué dans le prolongement de lactivité perceptive est, dans ce cas-ci, un objet tactile auquel je peux ajouter une image et/ou des mots. Cest une évocation, mais de nature encore différente de celle des diapositives précédentes puisquelle est constituée par un ressenti tactile, qui peut être accompagné ou suivi de mots ou dimages.

16 Autres possibilités EN SCHEMA Objets de perception MOI Les objets de perception peuvent être de différentes natures : visuels, auditifs, tactiles, olfactifs, gustatifs, en mouvements, fixes, etc. Quels quils soient, ils peuvent être évoqués de différentes manières, avec fidélité et/ou transformations. Jentends le bruit de la mer sur les rochers du phare. Ce poulet va être délicieux !

17 Prolongements possibles... EN SCHEMA Objet initial de perception MOI Je peux aussi à partir de cette fleur que je vois penser à dautres choses qui ne sont pas présentes en réalité, mais auxquelles je songe dans ma tête. Jimagine que janalyse au microscope un pétale... Je la compare à dautres fleurs connues en remarquant les ressemblances et/ou les différences Je la décompose Etc., etc.

18 Evocation en situation de rappel Cette fleur vient de souvrir ! Elle a huit pétales triangulaires qui vont du jaune au brun; ensuite, le cœur est jaune et orange; elle a aussi 4 feuilles, 2 petites vert clair et 2 plus grandes, vert foncé. Comment sappelle-t-elle ? A quelle famille appartient-elle ? Elle ressemble à cette fleur que jai vue il y a quelques jours dans un jardin; comment était- elle encore ? Et puis, elle a un parfum proche du lilas et elle bouge légèrement avec le vent,... MOI Je peux aussi à certains moments être en situation dévocation sans quil y ait aucun contact perceptif. Je peux par exemple repenser à ma fleur quelques heures ou quelques jours plus tard sans lavoir revue en réalité.

19 on peut dire que : En dautres mots

20 Monde extérieur et intérieur Perception Evocation(s) Production Objet de percep- tion

21 Perception Evocation(s) Production Objet de percep- tion Nos sens fonctionnent en permanence. Mais une fois que les stimuli ne sont plus là, nous navons pas doffice conscience de tout ce que : -nos yeux ont vu -nos oreilles ont entendu -notre bouche a goûté -notre corps et nos mains ont touché -notre nez a senti

22 Activité perceptive - évocation Perception Evocation(s) Production Objet de percep- tion Activité perceptive Activité évocative guidées par un projet Retour vers des acquis / des évoqués antérieurs afin daboutir à une production.

23 Quelques définitions Lévocation est une façon de faire vivre dans sa tête le monde extérieur. Cest la « traduction mentale » personnelle de ce que jai vu / entendu / senti/ goûté / touché, en labsence de lobjet de perception. « EVOQUER, cest faire exister dans sa tête ce que lon a perçu, en se le « redonnant » sous forme dimages mentales, visuelles, auditives ou tactiles ». (A. de La Garanderie).

24 Quelques définitions Lévocation est un objet « mental » constitué et produit dans le prolongement dune activité perceptive. Lévocation est également un processus mettant en scène un geste opératoire de la pensée en quête de sens. « Lévocation est lACTION du sujet qui se représente mentalement, en leur donnant des formes accessibles à la conscience, les informations perçues, mémorisées ou créées par lui. » (Ch. EVANO, La gestion mentale, p.11). « Lévocation est aussi le RESULTAT de cette action, lOBJET MENTAL, obtenu et utilisé. La forme de cet objet dépend du langage intérieur employé par le sujet ». ( Ch. EVANO, idem) En dautres mots encore :

25 Lévocation est bien au cœur de la gestion mentale. Les évocations peuvent sexprimer par des images concrètes ou abstraites, par des mots, par des réminiscences tactiles, olfactives ou gustatives. Elles peuvent être fixes ou mobiles, colorées ou non. Lévocation suppose que le sujet est en état de veille. Pour conclure Et siI ny a pas dapprentissage sans évocation, alors, donnez-moi le temps dévoquer ! Cest ce quon appelle la pause évocative.

26 Pour conclure Les évocations sont personnelles à lindividu, mais elles peuvent devenir accessibles à la conscience par lintrospection aidée par le dialogue pédagogique (voir document sur ces mots). La complexité et la diversité du travail évocatif sont immenses. A vous de compléter votre information !

27 Réalisation : Michèle Giroul de lInstitut International de Gestion Mentale Anne Moinet, Hélène et Pierre-Paul Delvaux dInitiative et Formation Belgique. Mise en forme Microsoft PowerPoint 2003 : Hélène Delvaux pour le projet européen Co-nai-sens Photos : PP. Delvaux Images : clipart sur


Télécharger ppt "Définitions de base Toutes les productions que vous allez voir ont un objectif commun : illustrer la Gestion Mentale à lœuvre sur le terrain et cela, en."

Présentations similaires


Annonces Google