La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

DOSSIER DE PRESSE « Mondialisation : et si la concentration nétait pas la solution …? » Conférence de presse au Salon International de lAgriculture 28.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "DOSSIER DE PRESSE « Mondialisation : et si la concentration nétait pas la solution …? » Conférence de presse au Salon International de lAgriculture 28."— Transcription de la présentation:

1 DOSSIER DE PRESSE « Mondialisation : et si la concentration nétait pas la solution …? » Conférence de presse au Salon International de lAgriculture 28 Février 2012 – 10h30

2 2 BAROMÈTRE DE CONFIANCE DES VIGNERONS INDÉPENDANTS DE FRANCE : « MONDIALISATION : ET SI LA CONCENTRATION NÉTAIT PAS LA SOLUTION…? » A lheure où beaucoup dexperts économiques prônent la concentration comme réponse efficace à la mondialisation des marchés, les entreprises de taille moyenne font la preuve de leur dynamisme et de leur adaptabilité. LObservatoire National des Vignerons Indépendants montre loptimisme et la confiance en lavenir des dirigeants des TPE Vignerons indépendants, contrairement au pessimisme observé dans la population générale.

3 3 I.LE VIGNERON INDÉPENDANT : UN PETIT ACTEUR SUR UN MARCHÉ MONDIALISÉ 1.1.Les vignerons indépendants : des TPE porteuses dune image, de valeurs auprès des consommateurs Lentreprise Vigneron Indépendant est une TPE Etre vigneron indépendant : un métier pluriel Le vigneron indépendant : cultive sa vigne vinifie sur son exploitation (doù la dénomination « cave particulière ») commercialise son vin : en bouteilles (à des professionnels et à des particuliers) en vrac (gros volumes, donc uniquement à destination à des professionnels) Organisation : le chef dexploitation, pilier de son exploitation Place centrale du chef dexploitation, garant de la survie et de la pérennité de lexploitation : par sa présence, à travers ses choix stratégiques dans la conduite de son entreprise. Caractéristiques dune exploitation Vignerons Indépendants de France en 2011 Surface moyenne : 21 hectares de vignes plantées Récolte moyenne : hectolitres CA moyen : 330 K HT Age moyen du chef dexploitation : 47 ans (contre 52 ans en moyenne pour lensemble des viticulteurs et 51 ans pour les agriculteurs).

4 4 Les vignerons indépendants : porteurs dune image, de valeurs auprès des consommateurs La terminologie Vigneron Indépendant Les termes « vigneron » et « indépendant », associés comme dissociés véhiculent des images fortes auprès des consommateurs : Évocation dun lien au terroir, à la nature, à la tradition, Renvoi à lartisanat : savoir-faire, compétence, qualité du travail, polyvalence, qualité du produit, proximité avec le client. Les attributs du vin Le métier de vigneron est aussi indissociable du produit « vin » et de ses représentations : produit complexe, élément de notre culture, ambassadeur de la gastronomie française, festif, convivial, bon pour la santé (« french paradox »), à risque, …

5 5 1.2.Les vignerons indépendants : une forte capacité dadaptation aux évolutions de la filière Présentation de lObservatoire National des Vignerons Indépendants Un outil inédit dans la filière : repose sur la réalisation denquêtes auprès de nos adhérents (3 à 5 vagues par an) sur des sujets à portée économique, technique et syndicale, exploite un potentiel de adhérents, place le vigneron au cœur de la démarche (ses pratiques viticoles, ses difficultés, ses besoins, son ressenti par rapport à son métier …). Un outil statistiquement fiable et robuste : représentatif de lensemble des adhérents (redressement par la méthode des quotas), sans approximation trop grande dans les résultats (calcul dintervalles de confiance). Un outil danalyse et de prospective : nourrit des études quantitatives sur le métier de vigneron, identifie et quantifie les besoins des vignerons indépendants en nouveaux services, établit des indicateurs conjoncturels (exemple : baromètre de confiance des vignerons indépendants). Quand la « petite taille » des exploitations permet aux vignerons dêtre réactifs, flexibles, parfois opportunistes pour sadapter aux évolutions du contexte économique, commercial et réglementaire, cest leur compétitivité qui marque des points mais aussi leur optimisme en lavenir de leur exploitation. Ce sont les principaux enseignements de la dernière enquête de lObservatoire des Vignerons Indépendants menée auprès des adhérents du mouvement.

6 6 2 ème édition de lenquête annuelle « baromètre des Vignerons Indépendants » Déroulé de lenquête : Enquête administrée en ligne à nos adhérents via un logiciel professionnel denquête et danalyse de données (Sphinx). Ouverture de lenquête sur une période de 25 jours sur décembre questionnaires exploitables correspondant à : un taux de réponse de 22% sur lensemble de nos adhérents, un intervalle de confiance de 2,4% pour une marge derreur de 5% (précision très satisfaisante). Ce qui signifie par exemple que si 50% des vignerons déclarent avoir une activité export, on peut conclure quil y a 95% de chance pour que la proportion réelle se situe entre 47,6 et 52,4%. Redressement de léchantillon selon la méthode des quotas pour être représentatif de lensemble de nos adhérents. 3 critères retenus : bassin viticole, taille de lexploitation (en hectares de vignes plantées), type de vin produit (AOC, vin avec IGP, vin sans IG).

7 7 Baromètre de confiance des vignerons indépendants Un moral toujours haut … En décembre 2011, 60,4% des adhérents Vignerons Indépendants de France sont sereins, voire très sereins en lavenir de leur exploitation. … mais en baisse. En un an, le moral des vignerons a baissé de 8% (de 65,5% en décembre 2010, il passe à 60,4% en décembre 2011). 60,4% -8%

8 8 Quelques éléments explicatifs du bon niveau de moral des vignerons indépendants De bons indicateurs conjoncturels sur le marché viticole : production sur la campagne : une belle production en France (50 millions dhl, soit un niveau normal après 4 années de vaches maigres), un total européen stable avec des évolutions contrastées (lItalie dévisse, lEspagne est stable, la France progresse), un total « reste du monde » stable avec là aussi des évolutions contrastées (recul aux USA, progression au Chili et en Nouvelle-Zélande), stock : un niveau de stock en France et en Europe en deçà des moyennes, commerce extérieur : poursuite de la reconquête de parts de marché des viticulteurs français à lexport, entamée en 2010, suite au décrochage de Une bonne perception des adhérents quant à la santé de leur entreprise (financière et commerciale) et à lévolution de leur chiffre daffaires sur les 6 prochains mois.

9 9 II.LES EXEMPLES GAGNANTS DADAPTATION DES VIGNERONS INDÉPENDANTS : QUAND LA RÉACTIVITÉ DOPE LA CONFIANCE 2.1.Le duo gagnant : vente en bouteilles et vente directe pour mieux valoriser ses produits Ladaptation des formats de vente : du vrac vers la bouteille (sources : enquêtes de lObservatoire de mars 2011 et décembre 2011) Le vrac : une problématique de valorisation Le grand écart pour la vente de vin en vrac : Plus d1 adhérent sur 2 vend du vin en vrac. 98% des vraqueurs sont aussi embouteilleurs. Avec 37,7% des volumes vendus (2 millions dhl), le vrac ne représente que 15,9% du CA total des adhérents (soit 0,29 milliard duros).

10 10 Le vrac : une nécessité financière mal maîtrisée sous la pression du négoce «Assurer mes besoins en trésorerie » est la motivation principale des vraqueurs (citée par 72% dentre eux). Le négoce : client incontournable des vraqueurs 86,7% des vraqueurs travaillent avec les négociants, en direct ou via un courtier. Des prix de vente non maîtrisés 60% des vraqueurs estiment navoir aucune maîtrise ou une faible maîtrise de leurs prix de vente (forte pression du négoce). Le choix stratégique des vignerons en réaction à cette sous-valorisation : une orientation massive vers la réduction du vrac En mars 2011, 71% des vraqueurs souhaitent réduire leur activité vrac au profit de la vente en bouteilles, jugée à 82% plus rentable par ceux qui pratiquent les 2 activités. Certains pourront passer au « tout bouteille » car le vrac nest quune petite activité annexe. En décembre 2011, les intentions se sont concrétisées : moins de vraqueurs et plus dembouteilleurs. -27% +25%

11 11 La force de la vente directe (sources : enquêtes de lObservatoire de mars 2011 et décembre 2011) Les atouts de la vente directe pour le vigneron assure au vigneron une meilleure maîtrise de ses prix de vente et donc de la valorisation de son travail, permet au vigneron de tisser des liens avec ses clients, relation de plus en plus appréciée par les acheteurs et source de fidélisation. Les vignerons indépendants champions de la vente directe Près de 100% des adhérents ont des relations en direct avec les particuliers (96,1% vendent au domaine et 73,3% sur des foires/salons/marchés) et réalisent 23% de leurs ventes en volume sur ces 2 circuits.

12 12 Quand les vignerons investissent le marché de la bouteille et la vente directe : la confiance en lavenir de leur exploitation est dopée 66,2% des embouteilleurs spécialisés sont sereins, voire très sereins en lavenir de leur exploitation contre seulement 47,8% pour tous les autres vignerons. Avec un différentiel de 18,4 points, le format de vente est le critère le plus discriminant du niveau de moral des vignerons. Note sur la composition des 2 groupes de vignerons : « Les embouteilleurs spécialisés » (68,4% de nos adhérents): vendent uniquement en bouteilles (100% bouteilles), pratiquent différentes formes de vente mais vendent au moins 60% de leur récolte en bouteilles. La rubrique « autres vignerons » regroupe toutes les autres configurations, dont les spécialistes du vrac (soit au total 31,6% de nos adhérents). Quand les vignerons investissent le marché de la bouteille et la vente directe : la confiance en lavenir de leur exploitation est dopée 66,2% des embouteilleurs spécialisés sont sereins, voire très sereins en lavenir de leur exploitation contre seulement 47,8% pour tous les autres vignerons. Avec un différentiel de 18,4 points, le format de vente est le critère le plus discriminant du niveau de moral des vignerons. Note sur la composition des 2 groupes de vignerons : « Les embouteilleurs spécialisés » (68,4% de nos adhérents): vendent uniquement en bouteilles (100% bouteilles), pratiquent différentes formes de vente mais vendent au moins 60% de leur récolte en bouteilles. La rubrique « autres vignerons » regroupe toutes les autres configurations, dont les spécialistes du vrac (soit au total 31,6% de nos adhérents).

13 Le défi technique : le passage à la viticulture biologique (1) Lessor du « bio (1) » chez les Vignerons Indépendants de France (sources : enquêtes de lObservatoire de mars 2011 et décembre 2011) En décembre 2010 : état des lieux de la viticulture « bio » dans notre mouvement 21,9% des vignerons pratiquent la viticulture « bio » (1/3 certifiés AB et 2/3 en conversion). 21% des vignerons indépendants non « bio » déclarent envisager une conversion au « bio » dans les 3 ans (motivations principalement éthiques et environnementales). Près d1 exploitation viticole « bio » française sur 3 (32,5%) est adhérente au syndicat des Vignerons Indépendants de France. En décembre 2011 : les intentions de conversion se sont concrétisées 26,6% des vignerons pratiquent la viticulture « bio » (1/2 certifiés AB et 1/2 en conversion). (1)Le label AB (certification agriculture biologique) dans la viticulture ne concerne aujourdhui que la production de raisins. Le terme BIO utilisé dans cette section associe les exploitations certifiées agriculture biologique (AB) et celles en conversion agriculture biologique (1 ère, 2 ème et 3 ème année). +21,4%

14 14 Quand les vignerons relèvent le défi technique du passage à la viticulture biologique : la confiance en lavenir de leur exploitation est dopée 66,6% des vignerons certifiés AB ou en conversion sont sereins, voire très sereins en lavenir de leur exploitation contre seulement 58,1% des vignerons non « bio ». Quand les vignerons relèvent le défi technique du passage à la viticulture biologique : la confiance en lavenir de leur exploitation est dopée 66,6% des vignerons certifiés AB ou en conversion sont sereins, voire très sereins en lavenir de leur exploitation contre seulement 58,1% des vignerons non « bio ».

15 Le défi commercial : lexport Les Vignerons Indépendants de France à lassaut des marchés étrangers (sources : enquêtes de lObservatoire de décembre 2010 et décembre 2011) 68% des adhérents exportent (par comparaison seulement 6% des TPE exportent). 73,4% de ceux qui exportent le font vers les pays tiers. Les adhérents réalisent en moyenne 20% de leur CA à lexport (CA global du réseau à lexport = 400 millions duros). 1 adhérent sur 3 qui nexporte pas souhaiterait le faire.

16 16 Quand les vignerons relèvent le défi commercial de lexport : la confiance en lavenir de leur exploitation est dopée 63,6% des vignerons qui exportent sont sereins, voire très sereins en lavenir de leur exploitation contre 53,4% pour ceux qui nexportent pas. Quand les vignerons relèvent le défi commercial de lexport : la confiance en lavenir de leur exploitation est dopée 63,6% des vignerons qui exportent sont sereins, voire très sereins en lavenir de leur exploitation contre 53,4% pour ceux qui nexportent pas.

17 17 III.LES MUTATIONS DU MARCHÉ DU VIN SUR LES 30 DERNIÈRES ANNÉES Un marché qui sest mondialisé … Côté production : diversification des acteurs et des structures de production Les producteurs historiques : localisés au sud de lEurope (principalement : Italie, France et Espagne), caractérisés par une multiplicité de petites exploitations et un rendement moyen à lhectare autour de 50 hectolitres. Lémergence de nouveaux acteurs : sur tous les autres continents : Amérique - Océanie - Afrique, et plus récemment Asie, caractérisés par une forte présence de grandes exploitations et un rendement moyen à lhectare autour de 95 hectolitres. Côté consommation : impact des modes de vie et de la maturation des marchés Baisse de consommation sur les marchés matures : une nouvelle conception du vin (effet dâge et de génération) chez les producteurs historiques (Italie, France et Espagne). Stagnation dans les pays traditionnellement importateurs dEurope (Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, …) où le vin est bien implanté. Hausse de consommation : dans les nouveaux pays producteurs : Etats-Unis, Canada, Australie, … dans les pays à forte croissance économique et faiblement producteurs : Russie, Inde, …

18 18 … avec comme conséquences de cette globalisation Un écart structurel entre offre et demande La dissociation entre zones de production et zones de consommation est source dinstabilité des prix et des revenus vitivinicoles. Exemple en Europe : surproduction endiguée (et donc stabilisation des prix) par des mesures darrachage de vignes subventionnées. Une restructuration de loffre avec la coexistence dune multitude de petits producteurs et de quelques grandes entreprises. Positionnement des grandes entreprises principalement sur des vins dentrée de gamme et cœur de gamme (stratégie de volume, accompagnée dune forte marketisation des produits et dune captation des réseaux de distribution). Positionnement des petites structures principalement sur les vins premium (stratégie de valeur adossée à la dimension culturelle et affective du vin).

19 19 Les atouts des Vignerons Indépendants dans ce marché mondialisé : image, diversité et réactivité La coexistence de petites et de grandes structures : une complémentarité nécessaire pour couvrir un marché complexe et évolutif. Etre « petit », cest pouvoir développer des stratégies individuelles (exemple : loenotourisme), mais aussi collectives (exemple : se fédérer autour de projets communs, mutualiser des moyens). Le succès économique ne passe pas uniquement par la globalisation, comme en témoigne le bon niveau de moral des vignerons concernant lavenir de leur exploitation. Les faiblesses des Vignerons Indépendants : structure et contexte économique Les causes endogènes : difficultés à mobiliser du capital pour investir, conquérir de nouveaux marchés, … Les causes exogènes : facteurs négatifs de compétitivité pointés du doigt par les vignerons dans lenquête de décembre 2011 de lObservatoire. Les atouts des Vignerons Indépendants dans ce marché mondialisé : image, diversité et réactivité La coexistence de petites et de grandes structures : une complémentarité nécessaire pour couvrir un marché complexe et évolutif. Etre « petit », cest pouvoir développer des stratégies individuelles (exemple : loenotourisme), mais aussi collectives (exemple : se fédérer autour de projets communs, mutualiser des moyens). Le succès économique ne passe pas uniquement par la globalisation, comme en témoigne le bon niveau de moral des vignerons concernant lavenir de leur exploitation. Les faiblesses des Vignerons Indépendants : structure et contexte économique Les causes endogènes : difficultés à mobiliser du capital pour investir, conquérir de nouveaux marchés, … Les causes exogènes : facteurs négatifs de compétitivité pointés du doigt par les vignerons dans lenquête de décembre 2011 de lObservatoire.

20 ANNEXE : PLACE DES VIGNERONS INDÉPENDANTS SUR LÉCHIQUIER VITICOLE 20

21 A. PANORAMA DE LA PRODUCTION VITICOLE FRANÇAISE Deux catégories de viticulteurs Les vignerons indépendants : un métier pluriel cultivent la vigne vinifient sur leur exploitation (doù la dénomination « cave particulière ») commercialisent leur vin : en bouteilles (à des professionnels et à des particuliers) en vrac (gros volumes, donc uniquement à destination à des professionnels) Les vignerons coopérateurs : des cultivateurs avant tout cultivent la vigne vendent leur raisin à une cave coopérative, à laquelle ils adhèrent La cave coopérative se charge ensuite de la vinification et de la commercialisation du vin Note :Un même vigneron peut porter la double casquette coopérateur / indépendant. De même quil peut vendre de la vendange fraîche, des jus et des moûts à dautres acteurs de la filière (aux négociants par exemple). 21

22 Données structurelles et quantitatives de production (source : résultats provisoires du Recensement Général Agricole base : exploitations spécialisées) 45% des exploitations spécialisées pratiquent la vinification en cave particulière (ie par un vigneron indépendant). 55% de la production de vin est issue des caves particulières. 22

23 B.FICHE DIDENTITÉ DU MOUVEMENT VIGNERONS INDÉPENDANTS DE FRANCE Structure du mouvement Organisation En 2011, les Vignerons Indépendants de France regroupent : environ adhérents, 32 fédérations départementales, 11 fédérations régionales, une confédération nationale. Principales Missions Actions politiques et syndicales : être force de propositions pour défendre le métier de vigneron indépendant et participer à la construction de la viticulture de demain. Aide à la commercialisation : organisation de 10 salons grand public et de 2 salons professionnels. Développement des entreprises : élaboration doutils permettant aux entreprises « vigneron indépendant » de gagner en performance et en productivité. 23

24 Localisation des adhérents par bassin viticole (1) 53,7% de nos adhérents se situent dans le « Grand Sud » (Vallée du Rhône-Provence + Corse +Languedoc-Roussillon + Sud-Ouest). Chiffres clés des adhérents en 2010 Le réseau Vignerons Indépendants de France, cest : hectares de vignes plantées (soit environ 16% de la surface viticole française) 5,8 millions dhectolitres de vin produits (soit environ 12% de la production viticole française) Près de 2 milliards duros HT de chiffre daffaires (1) Les bassins viticoles : 10 zones spécifiques à la viticulture et organisées en conseil (instance de concertation regroupant des professionnels de la filière et les pouvoirs publics) 9,9% 23,9% 8,4% 7,7% 4,5% 11,5% 11,4% 21,4% 24

25 VIGNERONS INDÉPENDANTS DE FRANCE 4 place Félix Eboué PARIS CEDEX 12 Tél : Contact Observatoire National des Vignerons Indépendants : Claudine COLON, Chargées dEtudes Economiques Tél : ou


Télécharger ppt "DOSSIER DE PRESSE « Mondialisation : et si la concentration nétait pas la solution …? » Conférence de presse au Salon International de lAgriculture 28."

Présentations similaires


Annonces Google