La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Équipe de recherche sur la coopération et le partenariat en éducation (ÉRCPÉ) Lise Corriveau, Michel Boyer, Nancy Lauzon, Guy Pelletier, Louise Royal,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Équipe de recherche sur la coopération et le partenariat en éducation (ÉRCPÉ) Lise Corriveau, Michel Boyer, Nancy Lauzon, Guy Pelletier, Louise Royal,"— Transcription de la présentation:

1 Équipe de recherche sur la coopération et le partenariat en éducation (ÉRCPÉ) Lise Corriveau, Michel Boyer, Nancy Lauzon, Guy Pelletier, Louise Royal, Serge Striganuk Département de la gestion de léducation et de la formation Université de Sherbrooke

2 Thèmes de recherche de lÉRCPÉ Créneau « Gestion et accompagnement des organisations scolaires » de la Faculté déducation de lUniversité de Sherbrooke Dynamique de la collaboration intra et intergroupe dans les écoles primaires et secondaires du Québec (Corriveau, Boyer et Striganuk) Dynamique dun collectif de formatrices et de formateurs dans lappropriation dun programme de 2e cycle en gestion de léducation (Corriveau, Boyer, Pelletier et Royal) Création de synergie école-communauté (Boyer) Gouvernance dans les commissions scolaires (Boyer et Pelletier) Entretien daccompagnement professionnel (Royal et Boyer) Sentiment dempowerment des directions décole accompagnantes (Lauzon)

3 Dynamique de la collaboration intra et intergroupe dans les écoles primaires et secondaires du Québec Objectifs de ces recherches Comprendre la dynamique de la collaboration intragroupe et intergroupe dans les écoles primaires et secondaires du Québec. Créer de nouvelles connaissances sur les façons complexes avec lesquelles les membres de ces milieux communiquent, agissent et interagissent et soutenir ces milieux dans la mise en œuvre de leurs pratiques de collaboration.

4 Contexte de ces recherches Entrée dans le XXIe siècle, caractérisée par un environnement marqué par la complexité, linnovation, les transformations rapides, le développement de léconomie du savoir et de linformation et par une compétition accrue. Pour faire face à ces changements et dans le but daméliorer la qualité du système denseignement et la réussite des élèves, mise en œuvre dune réforme administrative et pédagogique québécoise incitant les différents acteurs à travailler ensemble (ex. conseil détablissement, équipes-cycles, etc.).

5 Dynamique de la collaboration intragroupe (Corriveau, Boyer, Fernandez et Striganuk, 2010) Problématique La forte incitation à travailler en collaboration contraste avec le modèle de gestion bureaucratique qui a marqué le système scolaire et la culture individualiste qui a souvent caractérisé le travail des enseignants. Malgré la volonté du gouvernement du Québec dans la mise en place de la réforme en éducation, des résultats de recherche indiquent que le travail en équipe, plus spécifiquement en équipe-cycle, se développe mais à vitesse variable et de manière inégale selon les milieux (Allard, 200`; Deniger et al., 2004; Lafortune et al., 2004, Tardif, 2002).

6 Objectif de cette recherche et retombées attendues Globalement, proposer un nouveau regard théorique et pratique sur le travail collaboratif dans les équipes-écoles. Présenter des construits théoriques découverts à travers les résultats de nos diverses recherches empiriques et documentaires, illustrant différentes composantes qui semblent contribuer au développement et au maintien de la collaboration entre les actrices et les acteurs dans un établissement scolaire mais aussi dans une équipe plus restreinte.

7 Cadre théorique et conceptuel Regard sociologique La théorie de la structuration dAnthony Giddens (1987) La dialogique de différenciation-intégration (Lawrence et Lorsh, 1986) La bureaucratie professionnelle (Mintzberg, 1982 La dynamique du travail déquipe (Devillard, 2005) Lidentité professionnelle (Brassard et al. 2004; Cattonar, 2001; Gohier, 2001; Sainsaulieu, 1985)

8 Cadre théorique et conceptuel Regard psychosocial Travail en équipe, en petits groupes (Leclerc, 1999; Katzenback et Smith, 2005; St-Arnaud, 2002) Recherches de Carpentier-Roy et Pharand (1992), de Barrère (2002), Dupriez (2003), etc.

9 Méthodologie Depuis 2002, travaux de recherche auprès : de nous-mêmes, en tant quactrices et acteurs de collaboration; dactrices et acteurs dune école primaire et de deux écoles secondaires. Par : des entrevues semi-structurées individuelles et de groupe; des ateliers autobiographiques de petit groupe; des projets daction.

10 Résultats: trois structurations dans la dynamique de collaboration Identitaire Organisationnelle Relationnelle

11 Organisationnelle Les décisions, les actions, leurs conditions de réalisation et la régulation Des questions de: projets restreints plus ou moins partagés; mutualité dans un engagement envers un projet commun ; distribution de tâches à propriété collective ou individuelle; type de participation aux décisions; modulations formelles ou informelles. Dans des conditions de: aménagement du temps; aménagement de lespace; durée des affectations.

12 Relationnelle La vie affective et les processus psychosociaux qui marquent les relations entre les membres dun collectif (Leclerc, 1999) Une question de: affinités interpersonnelles; qualification des relations avec les collègues; zone de confort. Une sociabilité sélective et affective joue un rôle stérilisateur pour le travail en équipe (Barrère, 2002)

13 Identitaire Limage que lacteur élabore de son travail, de ses responsabilités, de ses rapports aux apprenants et aux collègues ainsi que de son appartenance au groupe et à lécole comme institution sociale. (Gohier, 2001) Une question de: logique territoriale dominante associée à des responsabilités individuelles : «ma classe, mes élèves»; nouveautés pouvant affecter le sentiment de compétence ; reconnaissance perçue de la part des autres; appartenances proximales et éloignées; perception possible du travail en équipe comme un surplus de tâches; perception de gains possibles en énergie et en qualité liées au travail en équipe.

14 Construit de la dynamique de coaction Interaction de proximité entre des individus Sort collectif Opérations communes Cible commune Objets communs Relations Dynamique de rôles Dynamique de la régulation Dynamique décisionnelle Production Coaction Impact durable sur les autres Réalisation commune Gains personnels Résultats Environnement Histoires antérieures

15 Dynamique de collaboration intergroupe (Corriveau, Boyer et Fernandez, soumis) Problématique Constat: dans lune des écoles secondaires visitées, des difficultés de collaboration sont associées à une forte différenciation de ses collectifs. Regard sur létude de la collaboration intergroupe au sein de cet établissement.

16 Dynamique de collaboration intergroupe Objectif: –Examiner, à titre exploratoire, la dynamique de la collaboration entre des collectifs dacteurs dun établissement scolaire secondaire. Question de recherche: –Comment se vit la collaboration intergroupe dans cet établissement scolaire secondaire dans lequel existe une forte différenciation entre ses collectifs?

17 Cadre théorique et conceptuel Modèle écosystémique de Bronfenbrenner (1979) (micro-, méso-, exo- et macro-système) Mésosystème et dimensions caractérisant les interactions entre des groupes proximaux : participation multicontexte, couplage indirect, communications intercontextes, connaissance intercontexte. Interdépendance positive et négative (Devillard, 2005; Abrami et al., 1996; Thomas, 1992; Mathieu et al., 2001) Interdépendance fonctionnelle: liée aux intrants, aux processus, aux extrants entre les groupes (Mathieu et al. 2001), Complémentarité entre les groupes (Richter et al., 2005) Dialogique différenciation-intégration (Lawrence et Lorsch, 1986) Autonomie-solidarité (Lemoigne, 1984)

18 Forces variables de différenciation des groupes et dintégration entre eux (espaces physiques occupés, horaires dactivités, programmes, catégories délèves, règles, projets, finalités… contre lencadrement commun, la coordination des actions, ladhésion à un projet rassembleur, finalités communes…); Interdépendance positive ou négative ( complémentarité ou compétitivité au regard des intrants, des processus et des extrants); Résolution de problèmes en mode transactionnel afin de marchander une solution en fonction de son groupe ou en mode consensuel afin de trouver une solution en fonction de la visée commune; Présence et vitalité des lieux de participation intergroupe; La communication intergroupe; La présence dintermédiaires entre les groupes, dont principalement les directions. (Bronfenbrenner, 1979; Lawrence et Lorsch, 1986; Thomas, 1992; Richter et al., 2005)

19 Forces variables de différenciation des groupes et dintégration entre eux (espaces physiques occupés, horaires dactivités, programmes, catégories délèves, règles, projets, finalités… contre lencadrement commun, la coordination des actions, ladhésion à un projet rassembleur, finalités communes…); Interdépendance positive ou négative ( complémentarité ou compétitivité au regard des intrants, des processus et des extrants); Résolution de problèmes en mode transactionnel afin de marchander une solution en fonction de son groupe ou en mode consensuel afin de trouver une solution en fonction de la visée commune; Présence et vitalité des lieux de participation intergroupe; La communication intergroupe; La présence dintermédiaires entre les groupes, dont principalement les directions. (Bronfenbrenner, 1979; Lawrence et Lorsch, 1986; Thomas, 1992; Richter et al., 2005)

20 La suite: projet de recherche en préparation Analyse des pratiques de décision dinstances décoles secondaires publiques du Québec au regard de la collaboration au niveau de létablissement Objectif général: –Identifier, décrire et analyser les pratiques de décision d'instances d'écoles secondaires publiques qui, aux yeux des acteurs, ont un effet sur la collaboration au niveau de l'établissement.

21 Se tisse à travers des actions éducatives souvent successives et plus ou moins conjointes entre les groupes. Les résultats, en matière dapprentissages et de socialisation appréhendés et effectifs, sont relativement intangibles. La visée commune de la réussite se situe dans une temporalité longue et distante des actions menées, pouvant amener les groupes à focaliser davantage sur leurs activités et leurs buts proximaux.

22 Lenseignement en classe Le contexte denseignement Lenvironnement scolaire


Télécharger ppt "Équipe de recherche sur la coopération et le partenariat en éducation (ÉRCPÉ) Lise Corriveau, Michel Boyer, Nancy Lauzon, Guy Pelletier, Louise Royal,"

Présentations similaires


Annonces Google