La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Maria Berger - Maîtrise d'AES 1 Le modèle Entité-Association.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Maria Berger - Maîtrise d'AES 1 Le modèle Entité-Association."— Transcription de la présentation:

1 Maria Berger - Maîtrise d'AES 1 Le modèle Entité-Association

2 Maria Berger - Maîtrise d'AES 2 Analyse des systèmes d'information Compétitivité d'une entreprise déterminées par : – Les éléments matériels L'infrastructure Les supports financiers – Les éléments intellectuels La compétence des employés La motivation des employés Le recueil et l'exploitation optimale des informations utiles Implication de tous les employés dans la gestion et l'exploitation des données.

3 Maria Berger - Maîtrise d'AES 3 Définitions des S.I. Une information est un élément qui permet de compléter notre connaissance sur un objet, un évènement, une personne... Un système d'information est constitué par l'ensemble des informations relatives à un domaine bien défini. Un système d'information existe indépendamment des techniques informatiques.

4 Maria Berger - Maîtrise d'AES 4 Le modèle entité-association Modèle le plus connu de la classe des modèles sémantiques. Modélisation de la sémantique = préoccupation de bon nombre de recherches fin 70-début 80. Motivation : les systèmes à base de données n'ont qu'une compréhension limitée de la signification des données. Si les sytèmes en comprenaient un peu plus, ils pourraient répondre de manière plus intelligente aux interactions de l'utilisateur.

5 Maria Berger - Maîtrise d'AES 5 Présentation globale de l'approche Modélisation sémantique caractérisée par les 4 étapes suivantes : – on identifie des concepts sémantiques utiles pour décrire le système d'informations – on imagine l'ensemble d'objets symboliques qui sont utilisés pour représenter ces concepts sémantiques – on imagine un ensemble de règles d'intégrité formelles pour donner une signification à ces objets formels. – on développe un ensemble d'opérateurs formels pour manipuler ces objets formels.

6 Maria Berger - Maîtrise d'AES 6 Présentation globale de l'approche ConceptDéfinition formelleExemples ENTITEun objet que lon peut distinguer Fournisseur, pièce, cargaison, Personne Employé, département PROPRIETEune information qui décrit une entité N° fournisseur, qté cargaison, département demployé, poids de personne ASSOCIATIONune entité qui permet de connecter 2 entités ou plus Cargaison( fournisseur-pièce) Affectation( employé-département)

7 Maria Berger - Maîtrise d'AES 7 Un aperçu du modèle E-A : les objets sémantiques Modèle introduit par Chen en 1976, raffiné par Chen et d'autres. Entité [définition de Chen] : – chose qui peut être identifiée distinctement Propriété (ou Attribut) : – les entités (et les associations) sont décrites par des propriétés caractérisées par un nom et un type Association [définition de Chen] : – Lien entre entités – elle peut être binaire, ternaire, n-aire

8 Maria Berger - Maîtrise d'AES 8 Les diagrammes E-A Les entités – Représentées par un rectangle contenant le nom du type de l'entité Les propriétés (ou attributs) – le nom de la propriété écrit dans l'entité ou l'association correspondante – Les propriétés clés sont soulignées

9 Maria Berger - Maîtrise d'AES 9 Les diagrammes E-A Les associations – Représentées par une ellipse contenant le nom de l'association – Les entités participantes de chaque association sont rattachées à l'association au moyen de lignes continues. – Chacune de ces lignes est étiquetée par la cardinalité de l'association.

10 Maria Berger - Maîtrise d'AES 10 Entité ENTITE : – Concept : pourvu d'une existence propre conforme aux besoins de gestion de l'entreprise – Il peut représenter une notion concrète : CLIENT ou une notion abstraite : PORTEFEUILLE D'ACTIONS – Synonymes : INDIVUDU, OBJET

11 Maria Berger - Maîtrise d'AES 11 Association ASSOCIATION : – Lien sémantique entre deux ou plusieurs entités. – Le lien n'est pas orienté : les commandes comportent des produits veut dire également que les produits peuvent être commandés. – Souvent nommé par un verbe ou un substantif – Synonyme : RELATION

12 Maria Berger - Maîtrise d'AES 12 Entités vs Associations Il est difficile de faire une distinction entre les 2 concepts. Le même objet peut être vu comme entité par certains utilisateurs et comme association par d'autres. Exemple : le mariage – association entre deux personnes – une entité à part entière (si l'on veut connaître, par exemple, le nombre de mariages célébrés dans cette église depuis le début de l'année)

13 Maria Berger - Maîtrise d'AES 13 Propriété PROPRIETE : – Donnée élémentaire permettant de décrire une entité ou une association. – Cette donnée peut se mesurer par une valeur. – Synonyme : ATTRIBUT REGLES DE BASE : – Une propriété ne peut pas figurer sur deux objets différents. – Une entité possède au moins une propriété (son identifiant : par exemple le N° de commande). – Une association peut ne pas avoir de propriété

14 Maria Berger - Maîtrise d'AES 14 Un diagramme

15 Maria Berger - Maîtrise d'AES 15 OCCURRENCE OCCURRENCE : – Réalisation particulière d'une entité, propriété ou association. – Synonyme : INSTANCE Le mot "commande" est donc ambigü : ou bien le concept ou bien l'instance. Si l'on souhaite l'éviter, on peut employer pour les concepts les mots de : ENTITE-TYPE et ASSOCIATION-TYPE. En pratique, et en l'absence de précision, un mot sera relatif à un concept et lorsque l'on voudra parler d'un individu, on dira occurrence de...

16 Maria Berger - Maîtrise d'AES 16 Les cardinalités La cardinalité est une notion OBLIGATOIRE du modèle qui permet de résoudre la question de l'anomalie d'une commande qui aurait pris la liberté de ne point comporter de produits. C'est donc l'expression d'une CONTRAINTE (une "loi") perçue sur le monde, et que l'on écrit dans le modèle. Par exemple, "il n'est pas possible qu'une commande ne concerne aucun produit". Comme il s'agit d'exprimer des lois, on ne peut pour ce faire qu'utiliser une autre loi : – Pour une occurence de cette entité, combien y a-t-il d'occurrences de l'association auxquelles cette occurrence d'entité participe, au plus et au moins ?

17 Maria Berger - Maîtrise d'AES 17 Cardinalités Association 1,1 – Un client donné ne commande qu'un seul produit. – Un produit donné n'est commandé que par un seul client. CLIENT PRODUIT Commande 1,1

18 Maria Berger - Maîtrise d'AES 18 Cardinalités Association 1,N – Un client donné commande plusieurs produits. – Un produit donné n'est commandé que par un seul client. CLIENT PRODUIT Commande 1,N 1,1

19 Maria Berger - Maîtrise d'AES 19 Cardinalités Association 0,1 – Un client donné commande plusieurs produits. – Un produit donné est commandé au maximum par un seul client mais peut ne pas être commandé. CLIENTPRODUIT Commande 1,N 0,1

20 Maria Berger - Maîtrise d'AES 20 Cardinalités Recette : – Pour calculer la cardinalité, se POSITIONNER sur l'entité concernée et regarder EN FACE combien de fois l'une de ses occurrences participe à l'association. – Puis se DEPLACER du côté de l'autre entité et faire la même chose dans l'autre sens.

21 Maria Berger - Maîtrise d'AES 21 Cardinalités

22 Maria Berger - Maîtrise d'AES 22 Cardinalités

23 Maria Berger - Maîtrise d'AES 23 Les identifiants IDENTIFIANT D'ENTITE : – Propriété PARTICULIERE de l'entité telle que pour chacune des valeurs de cette propriété, il existe une occurrence UNIQUE de l'entité. Remarque : Si l'on ne sait pas trouver d'identifiant à une entité, c'est qu'elle n'a peut être pas d'existence propre. Il pourrait donc s'agir d'une association. Présentation : L'identifiant est inscrit en tête de la liste des propriétés et souligné. Dans les modèles très denses il peut suffire à résumer les autres propriétés, pour faciliter la lecture.

24 Maria Berger - Maîtrise d'AES 24 Les identifiants

25 Maria Berger - Maîtrise d'AES 25 Les identifiants IDENTIFIANT D'ASSOCIATION : – Une association N'A PAS D'IDENTIFIANT explicite : l'association dépend des entités qu'elle relie. Son identifiant se déduit par calcul du produit cartésien des identifiants des entités associées. Exemple : – Pour l'association CONCERNE qui relie COMMANDE à PRODUIT, l'identifiant est le produit cartésien de N° Commande et N°Produit.

26 Maria Berger - Maîtrise d'AES 26 Dimensions d'une association On appelle DIMENSION d'une association le nombre d'entités qu'elle relie. On dit souvent : son nombre de "pattes". – Remarques : Il n'existe pas de limite au nombre de pattes d'une association. Cependant, un nombre de pattes élevé est un indice que l'étude a été superficielle et approximative. Une association "réflexive" est une association qui lie des occurrences d'une même entité entre elles (c'est un cas particulier de la dimension 2).

27 Maria Berger - Maîtrise d'AES 27 Dimension supérieure à 2 d'une association et cardinalités Supposons une société immobilière dont l'activité consiste à louer des locaux commerciaux Remplacer les points d'interrogation par des cardinalités :

28 Maria Berger - Maîtrise d'AES 28 Dimension supérieure à 2 d'une association et cardinalités Supposons qu'il soit nécessaire de "maîtriser les dépenses de santé". Il nous faut savoir ce que font exactement les médecins du Centre Médical. Remplacer les points d'interrogation par des cardinalités :

29 Maria Berger - Maîtrise d'AES 29 Règles de construction du modèle STATUT ET FONCTION DES REGLES DE CONSTRUCTION EN GENERAL – Elles prescrivent des normes qui assurent que les définitions des concepts du modèle sont bien respectées. – Elles concernent donc l'aspect SYNTAXIQUE des schémas. – Mais un modèle bien formé n'est pas nécessairement convenable. C'est l'aspect SEMANTIQUE.

30 Maria Berger - Maîtrise d'AES 30 Règles relatives aux entités Une entité possède au moins une propriété : son identifiant. – Permet de garantir que toutes les occurrences d'une entité sont distinctes. – Chacune des propriétés d'une entité doit caractériser toute occurrence de cette entité de la même manière. Exemple : Dans une bibliothèque, on gère des ouvrages. Les uns sont achetés en librairie et les autres mis à disposition gratuitement par les éditeurs. Soit l'entité suivante, qu'en pensez vous ? :

31 Maria Berger - Maîtrise d'AES 31 Règles relatives aux associations S'il existe une occurrence d'association, alors il existe nécessairement une occurrence de chacune des entités associées. Deux occurrences d'une entité ne peuvent participer à la même occurence de l'association (sauf si l'association est réflexive).

32 Maria Berger - Maîtrise d'AES 32 Règles relatives aux propriétés Une même propriété ne peut figurer que sur UN SEUL objet (que ce soit une entité ou une association). Une propriété doit être ELEMENTAIRE, atomique, de telle sorte qu'on ne puisse pas la décomposer. – Il y a deux façons pour une propriété de n'être pas atomique : lorsqu'elle est constituée d'une agrégation de propriétés plus élémentaires : Domiciliation bancaire est un composé de : Code banque, Code Guichet, N° Compte, Clé lorsqu'elle admet plusieurs valeurs comme c'est le cas dans une liste : La propriété Enfants pour une Personne est multivaluée et n'est donc pas élémentaire.

33 Maria Berger - Maîtrise d'AES 33 Règles relatives aux propriétés Une propriété doit dépendre PLEINEMENT (c'est- à-dire : de la totalité) de l'identifiant. (éviter des redondances de valeurs dans la base de données. Une propriété doit dépendre DIRECTEMENT de l'identifiant (c'est-à-dire sans passer par l'intermédiaire d'une autre propriété). Elle vise à empêcher des redondances et permet de mettre au jour une entité qui était imbriquée dans un objet (entité ou association) 33

34 Maria Berger - Maîtrise d'AES 34 Passage EA – modèle relationnel QUEL EST LE PROBLEME ? On ne sait pas implémenter aisément un modèle Entité-Association dans une machine : – une association de dimension supérieure à 2 doit être transformée – une association porteuse de données n'est pas toujours implémentable telle quelle

35 Maria Berger - Maîtrise d'AES 35 Passage EA – modèle relationnel QU'EST-CE QUE LE NIVEAU LOGIQUE ? – Le niveau logique est une REPRESENTATION du système tel qu'il sera implémenté dans des ordinateurs. Vu qu'il s'agit d'une représentation, on utilisera également un modèle et : – il ne faut pas confondre le modèle conceptuel (entité- association par ex.) avec le modèle logique (relationnel par exemple) – il ne faut pas confondre le modèle logique (relationnel par ex. ) avec son implémentation physique en machine (avec Access ou Oracle par ex.)

36 Maria Berger - Maîtrise d'AES 36 Passage EA – modèle relationnel LA SOLUTION CLASSIQUE: On passe du modèle conceptuel au modèle logique par une opération de TRADUCTION

37 Maria Berger - Maîtrise d'AES 37 UNE RELATION Une RELATION est une partie finie du produit cartésien de n ensembles (ou domaines). Un attribut prend ses valeurs dans un DOMAINE (soit l'ensemble de ses valeurs possibles)

38 Maria Berger - Maîtrise d'AES 38 UNE RELATION CLE de relation : un attribut particulier tel qu'il ne peut exister qu'une seule valeur de cet attribut pour tous les n-uplets de la table. – Ressemble donc étrangement à notre définition d'un identifiant. CARDINALITE de relation : le nombre de ses n-uplets (ou lignes). – Rien à voir donc avec la cardinalitédu modèle entité- association. DEGRE (ou encore ORDRE, ARITE) de relation : le nombre d'attributs (ou colonnes). – Rien à voir donc avec la dimension d'une association.

39 Maria Berger - Maîtrise d'AES 39 Règles de passage REGLE N°1 : TOUTE ENTITE DEVIENT UNE RELATION dans laquelle : – les attributs traduisent les propriétés de l'entité – la clé primaire traduit l'identifiant de l'entité

40 Maria Berger - Maîtrise d'AES 40 Règles de passage REGLE N°2 : UNE ASSOCIATION DE DIMENSION 2 AVEC CARDINALITE 1,1 SE REECRIT EN : portant dans la relation fille la clé primaire de la relation mère. L'attribut ainsi ajouté s'appelle clé étrangère. Symbole : #.

41 Maria Berger - Maîtrise d'AES 41 Règles de passage Relation fille

42 Maria Berger - Maîtrise d'AES 42 Règles de passage REGLE N°3 : UNE ASSOCIATION DE DIMENSION 2 AVEC CARDINALITE PLUSIEURS A PLUSIEURS SE REECRIT EN : – créant une relation particulière qui contient comme attributs les identifiants des 2 entités associées – ces attributs constituent à eux 2 la clé primaire de la relation ils sont individuellement clés étrangères ajoutant la ou les éventuelles propriétés de l'association à cette relation.

43 Maria Berger - Maîtrise d'AES 43 Règles de passage

44 Maria Berger - Maîtrise d'AES 44 Règles de passage REGLE N°4 : UNE ASSOCIATION DE DIMENSION SUPERIEURE A 2 SE REECRIT SELON LA REGLE 3

45 Maria Berger - Maîtrise d'AES 45 Règles de passage : CONCLUSION Les règles de passage d'un modèle Entité- Association en schéma logique d'une Base de Données Relationnelles sont totalement formalisables (pourvu que le modèle E-A soit au moins en 3ème Forme Normale) – Par conséquent, on peut les automatiser au moyen d'un programme : c'est ce que font tous les Ateliers de Génie Logiciel qui vous aident à dessiner votre modèle E-A et vous génèrent ensuite tous seuls le schéma de la BD


Télécharger ppt "Maria Berger - Maîtrise d'AES 1 Le modèle Entité-Association."

Présentations similaires


Annonces Google