La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Département de Médecine Générale Faculté de médecine et pharmacie de Poitiers LA DEMARCHE APPLIQUEE Séminaire n°3 Version 01-2011 Responsable Philippe.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Département de Médecine Générale Faculté de médecine et pharmacie de Poitiers LA DEMARCHE APPLIQUEE Séminaire n°3 Version 01-2011 Responsable Philippe."— Transcription de la présentation:

1 Département de Médecine Générale Faculté de médecine et pharmacie de Poitiers LA DEMARCHE APPLIQUEE Séminaire n°3 Version Responsable Philippe BINDER avec Pascal PARTHENAY, Pierrick ARCHAMBAULT et François BIRAULT 1

2 Temps 1 DIAGNOSTIQUER MODES DE REPRESENTATION DE LA MALADIE Daprès François LAPLANTINE (CN) et Dr Pascale FRANCK (B) 2

3 Temps 1 DIAGNOSTIQUER Résultats de consultation 3

4 LES 10 PREMIERS RESULTATS DE CONSULTATION en médecine générale (sur cs en 2007) Source : drefc - Sfmg

5 5

6 Temps 1 DIAGNOSTIQUER Triangulation systémique daprès les travaux de Louis LEVY 6

7 SYSTEME définition : Ensemble : Collection déléments = 11 joueurs Système : Interaction déléments = 1 équipe 7

8 SYSTEME définition : Niveaux logiques différents Conséquences de complexité croissante Caractéristiques: des éléments des limites des inter relations 8

9 « Bio » « Psycho» « Social» *Engel GL. The biopsychosocial model and medical education. N Engl J Med. 1982, 306 : Maladie APPROCHE SYSTEMIQUE 9

10 « Bio » « Psycho» « Social» Maladie Triangulation systémique STRUCTURELFONCTIONNELDYNAMIQUE =un inventaire 10

11 Maladie Triangulation systémique STRUCTURELFONCTIONNEL « Bio » « Psycho» « Social» = des interactions Maladie Le patient Sa famille Ses ressources Sa maison Ses hobbies Laide ménagère Le médecin 11

12 Maladie Triangulation systémique STRUCTURELFONCTIONNEL « Bio » « Psycho» « Social» Maladie = des interactions ? X Génogramme familial 12

13 Triangulation systémique STRUCTURELFONCTIONNEL Maladie = des interactions 13

14 Triangulation systémique STRUCTURELFONCTIONNELDYNAMIQUE = une histoire 14

15 Triangulation systémique STRUCTURELFONCTIONNELDYNAMIQUE 15

16 Triangulation systémique STRUCTUREL Plainte, symptôme. Maladie Vécus Aptitudes Humain Matériel Économique institutionnel Organe Personne Environnement -Patient -Médecin -Entourage Quel organe souffre ? ? comment le vit la personne ? ? Quel est le contexte ? ? 16

17 FONCTIONNEL Triangulation systémique STRUCTUREL Interactions relationnelles Fonctions et finalités Objectif et projets Organe Personne Environnement Qui demande quoi et pour qui ? Qui provoque quoi ? A qui ça sert ? ? Quel projet davenir et pour qui ? ? 17

18 Triangulation systémique DYNAMIQUE Historique Prospectif les crises les stratégies Les cibles daction Les propositions FONCTIONNELSTRUCTUREL Interactions relationnelles Fonctions et finalités Objectif et projets Organe Personne Environnement DYNAMIQUE Comment en est- on arrivé là ? ? Quels sont les éléments susceptibles de modification? ? Quelles sont les croyances ? ? 18

19 Triangulation systémique DYNAMIQUE Historique Prospectif FONCTIONNELSTRUCTUREL Interactions relationnelles Fonctions et finalités Objectif et projets Organe Personne Environnement Quel est le contexte ? ? comment le vit la personne ? ? Quel organe souffre ? ? Quel projet davenir et pour qui ? ? A qui ça sert ? ? Qui demande quoi et pour qui ? Quels sont les éléments susceptibles de modification? ? Quelles sont les croyances ? ? Comment en est- on arrivé là ? ? 19

20 « Chaque système est vrai par ce quil propose et faux par ce quil exclu » Roger Caillois

21 Temps 2 SACCORDER MODES DE REPRESENTATION DE LA MALADIE Daprès François LAPLANTINE (CN) et Dr Pascale FRANCK (B) 21

22 EBM expérience et habitudes du praticien préférences du patient données récentes de la science Problèmes éthiques Besoin de négociation Problème de compétence

23 Temps 2 SACCORDER Représentations de la maladie Daprès François LAPLANTINE (CN) et Dr Pascale FRANCK (B) 23

24 Modèles élémentaires de la maladie Modèles étiologiques: – Ontologique et fonctionnel – Exogène et endogène – Additif et soustractif – Maléfique et bénéfique Modèles thérapeutiques – Allopathique et Homéopathique – Additif et soustractif – Excitatif et Sédatif – Exorcistique et adorcistique 24

25 Modèle ETIOLOGIQUE : 25

26 Modèle ETIOLOGIQUE : ONTOLOGIQUE Centré sur LA maladie Classe par spécialité selon la cause ou la localisation Maladie: altération dorgane, isolable Approche objective Étude expérimentale FONCTIONNEL Centré sur LE malade Classe par paradigme expliquant lensemble des processus Maladie: dérèglement par excès ou défaut Approche subjective Etude empirique 26

27 EXOGENE Cause externe : réelle ou symbolique liée à : Microbe/Nourriture Climat / Planète Emprise de la société ou culture. Sorciers Resp=environnemen t ENDOGENE interne: désordre intérieur au sujet selon Hérédité immunité Tempérament-Terrain- Constitution Liberté individuelle culpabilité Responsable: le sujet Modèle ETIOLOGIQUE : 27

28 ADDITIF Mal = une chose en plus, en trop, invasive « Jai …» Douleur /Fièvre Tumeur Burn-out Sortilège Handicap en plus SOUSTRACTIF Mal = carence une chose en moins « je suis …sans » Essoufflé/ Fatigué Sans défense Dépressif Perd la raison Amputé de Modèle ETIOLOGIQUE : 28

29 MALEFIQUE exorcistique Maladie nocive, Non sens Scandale Altère, dévalue Guéri = homéostasie Eviter Combat Honte Diminue BENEFIQUE adorcistique Expérience positive Un sens Occasion de Salut Endurcit, fait grandir Guéri = allostasie Vivre avec =exploit Comprend /compose Attire lattention Gratifie (bénéfices sec.) Modèle ETIOLOGIQUE : 29

30 Modèle THERAPEUTIQUE : 30

31 ALLOPATHIQUE Détruire la cause Juguler symptômes Preuves Scientifiques Thérapies frontales Chimio Antiallergiques Effets secondaires sont inévitable TCC: thér.cogn.comp HOMEOPATHIQUE Renforcer linterne Aider la nature Témoignages T.daccompagnement Vacciner Désensibiliser Effets secondaires sont le problème Psychanalyse Modèle THERAPEUTIQUE : 31

32 ADDITIF Apporter Médicaments Nourriture Fortifiants-Vitamines Greffes SOUSTRACTIF Éliminer Saignée Diète - vomir Pets rots Ablations Modèle THERAPEUTIQUE : 32

33 EXCITATIF Fortifiants Toniques/ antiasth Antidépresseurs Désensibilisation Bio-énergie/Cri primal Rééducation Langage des signes SEDATIF Freinateurs Calmants Sédatifs Anti-allergiques Cure de repos Chirurgie Prothèse auditive Modèle THERAPEUTIQUE : 33

34 EXORCISTIQUE Combat Ordonne « Traite » Des réponses ciblées Extrait le mal Explique, conseille Programme précis Fait le meilleur choix ADORCISTIQUE Assiste Propose « Soigne » Une réponse globale Aide à intégrer le pb Projet de santé Education thérapeutiq. Augmente les choix possibles Modèle THERAPEUTIQUE : 34

35 « Ta manière de penser sorientera daprès la nature des objets que tu représentes le plus souvent car cest des représentations que lâme prends sa couleur » Marc Aurèle

36 Temps 3 INTERVENIR MODES DE REPRESENTATION DE LA MALADIE Daprès François LAPLANTINE (CN) et Dr Pascale FRANCK (B) 36

37 Temps 3 INTERVENIR Niveaux de négociation daprès Gilles Girard et Paul Grand'Maison animation Ph Binder 37

38 Les Niveaux de négociation. passivité contrôleexpertisepartenariat facilitation dépendancecoopérationautonomie LE PATIENT : LE MEDECIN 38

39 passivité contrôleexpertisepartenariat facilitation dépendancecoopérationautonomie LE PATIENT : LE MEDECIN Les Niveaux de négociation. 39

40 Passivité-contrôle = Relation centrée sur le médecin : Situations critiques Altération mentale 40 passivité contrôle

41 Dépendance-expertise = Relation centrée sur la maladie: traditionnel le plus fréquent patho.organiques ponctuelles 41 expertise dépendance

42 Coopération-partenariat = Partage du contrôle et la responsabilité Soins à long terme Maladies chroniques 42 partenariat coopération

43 Autonomie-facilitation = Relation centrée sur le patient : Réponses aux questions Pour choix et orientations 43 passivité contrôle facilitation autonomie

44 Temps 4 SUIVRE MODES DE REPRESENTATIONS DE LA MALADIE Daprès François LAPLANTINE (CN) et Dr Pascale FRANCK (B) 44

45 Temps 4 SUIVRE Occasion, moment Temps et durée Philippe Binder 45

46 « En médecine de famille, cest souvent loccasion pour et parfois le moment de. On na pas le temps, mais on a la durée »

47 LOCCASION : « voilà loccasion de » Lobjectif : prévenir, revenir sur Le moyen: utiliser les éléments triviaux Le risque : interprétations erronées La nécessité : être attentif et réactif 47

48 LOCCASION : « voilà loccasion de » Ce qui vient du patient : – La carte vitale ……… – La carnet de santé. – Les résultats ………. – Qui paye…………….. – Présence de tiers.. – Sa documentation – Un cadeau…………. être attentif à : = composition de la famille = qualité du suivi = son opinion préalable = relations familiales = nature des liens = ses représentations = sa représentation du Dr 48

49 LOCCASION : « voilà loccasion de » Ce qui vient du médecin : – lordonnance ………….. – larrêt de travail……….. – le courrier ………………. – RDV avec spécialiste… – le certificat scolaire…. – la date du RDV…….…… – le dépliant remis………. – Linterrupt° téléphone. être attentif à = sa compréhension = le secret / le vécu = la confiance (non cacheté = la responsabilité = le niveau de responsabilité = fait exister lintervalle = lintérêt aux info = faire un point récapitulatif 49

50 LE MOMENT : « cest le moment de » Lobjectif : pertinence relationnelle Le moyen :saisir une opportunité Le risque : être ressenti intrusif La nécessité : être ouvert et réactif 50

51 Vaccinations…………. Certificats ……………. Gardasil………………. choix médecin ttt…. Il a juste 50 ans…..… début et fin de cons° LE MOMENT : « cest le moment de » =ambiance éducative = bilans annuels = aborder la sexualité = étape dautonomisation, = faire un bilan = moments émotionnels 51

52 LE TEMPS : « je nai pas le temps …» = lacte Lobjectif : rentabiliser lentretien Le moyen: être vite synchrone Le risque : rester au symptôme, à lorgane La nécessité : reformulation centrifuge 52

53 LA DUREE : « …mais jai la durée» : = la continuité Lobjectif : assurer la continuité des soins Le moyen: répartir, différer Le risque : perdre le lien, La nécessité : trier tracer séquencer 53

54 Cest le moment de, loccasion de … Si je nai pas le temps… (minutes) Il me reste la durée… (années) 54

55 «La durée est essentiellement une continuation de ce qui nest plus dans ce qui est » Henri Bergson

56 Département de Médecine Générale Faculté de médecine et pharmacie de Poitiers LA DEMARCHE APPLIQUEE FIN Responsable Philippe BINDER avec Pascal PARTHENAY, Pierrick ARCHAMBAULT et François BIRAULT 56


Télécharger ppt "Département de Médecine Générale Faculté de médecine et pharmacie de Poitiers LA DEMARCHE APPLIQUEE Séminaire n°3 Version 01-2011 Responsable Philippe."

Présentations similaires


Annonces Google