La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mesures générales dhygiène Joseph HAJJAR, Béatrice CROZE, Nadine OVANESSIAN Service dhygiène et dépidémiologie Centre hospitalier de Valence.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mesures générales dhygiène Joseph HAJJAR, Béatrice CROZE, Nadine OVANESSIAN Service dhygiène et dépidémiologie Centre hospitalier de Valence."— Transcription de la présentation:

1 Mesures générales dhygiène Joseph HAJJAR, Béatrice CROZE, Nadine OVANESSIAN Service dhygiène et dépidémiologie Centre hospitalier de Valence

2 Tenue professionnelle

3 Objectifs Remplacer la tenue de ville Protéger le professionnel et le patient vis à vis du risque infectieux

4 Principes généraux Tenue de base –Blouse / Tunique et pantalon –Chaussures Compléments en fonction du niveau de risque infectieux –Charlotte, masque, lunette de protection –Tablier de protection ou sur-blouse –Gants Spécificités pour le BO ou lors dacte de niveau dasepsie chirurgicale

5 Caractéristiques du vêtement Sobriété et confort Identification du professionnel Ergonomie –Manches courtes et sans revers –Poches (le moins possible) droites, plaquées –Fermeture par bouton pression Couleur par catégorie professionnelle et/ou par secteur

6 Caractéristiques du vêtement Changement quotidien et chaque fois que macroscopiquement souillé Entretien exclusivement par la blanchisserie de létablissement Textile –Soit polyester-coton (65% - 35%) –Soit non-tissé

7 Caractéristiques du vêtement Deux situations à discuter –Prise des repas –Sensation de froid Sous-vêtements Gilets et vestes spécifiques

8 Caractéristiques des chaussures Confortables Silencieuses Antidérapantes Fermées sur le dessus Facilement nettoyables Dédiées pour le bloc opératoire –Non nominatives

9 Bloc opératoire Objectif supplémentaire de limiter lémission de particules –Tunique avec manches courtes resserrées, rentrée dans le pantalon avec bas des jambes resserrés) –Coiffe couvrant au minimum lensemble des cheveux, assurant une protection maximale du visage et du cou (cagoule) –Masque « chirurgical » posé de façon occlusive pour le nez et pour la bouche avec protection oculaire (visière ou lunettes de protection) –Sarrau stérile pour léquipe stérile et tout acte de niveau dasepsie chirurgical

10 Incontournables Cheveux courts ou attachés Ongles courts sans vernis ni faux ongles Pas de bijoux sur les mains –Y compris montre et alliance Pas deffets personnels Poches vidées avant denvoyer la tenue en blanchisserie Hygiène des mains avant de mettre et après avoir enlever la tenue

11 Recommandations de la SRLF Port de masque et de lunettes (ou masque à visière) imposé en cas de soins exposant à un risque de projection ou daérosolisation de liquides biologiques (Accord fort) Port de sur-chaussures inutile en réanimation (Accord fort), ainsi que lusage systématique à lentrée dans la chambre de sur-blouses ou tabliers, masques et charlottes par le personnel soignant et les intervenants extérieurs (accord fort)

12 Recommandations de la SFAR Léquipe danesthésie doit appliquer les mesures recommandées pour toute personne entrant en salle dopération et pendant toute la durée de lintervention –Tenue adaptée –Calot et masque adéquats –Déplacements limités

13 Hygiène des mains

14 Principes généraux La main, outil de travail du professionnel, un agent de contamination –Présence transitoire et permanente de germes Lhygiène adaptée des mains, une mesure incontournable –Friction avec un gel ou une solution hydro- alcoolique –Lavage des mains avec un savon doux liquide –Lavage des mains avec un savon antiseptique –Désinfection chirurgicale des mains par friction –Lavage chirurgical des mains

15

16

17

18

19

20 Efficacité Lavage des mains

21 Ignace Philippe SEMMELWEIS « Il a indiqué du premier coup les moyens prophylactiques que lon doit prendre contre linfection avec une telle précision que lantisepsie moderne na rien eu à ajouter aux règles quil avait prescrites ». Professeur Widal – In : Louis Destouches. La vie et lœuvre de Philippe Ignace SEMMELWEIS. Thèse pour le doctorat détat en médecine, Paris, 1924.

22 PHA (gel ou solution) Produits à séchage rapide spécifiques pour la désinfection des mains Associant alcool, émollient, et parfois un autre antiseptique Friction sans rinçage sur des mains sèches, propres et non poudrées –Plus rapide, plus efficace, mieux tolérée

23 Efficacité Pittet

24 Efficacité Pittet

25 Efficacité Friction avec un PHA Photos de linstitut dhygiène de Strasbourg - Professeur Bientz Lavage simpleLavage antiseptiqueFriction Empreintes de mains après

26 PHA (gel ou solution) Avant et après un contact direct avec un malade et son environnement immédiat Entre deux soins à des patients différents ou un même patient Avant et après des soins à des patients en isolement protecteur ou septique Avant un geste aseptique ou invasif

27 PHA (gel ou solution) Conditions dutilisation –Manches courtes –Absence de bijoux (y compris montre et alliance) –Ongles courts, sans vernis et faux ongles Préférer le lavage si –Mains visuellement souillées –Mains humides –Mains poudrées

28 Recommandations SRLF Friction méthode à privilégier pour le contrôle de lIN (Accord fort) Friction à utiliser en réanimation pédiatrique et néonatale après avoir vérifié lactivité sur le rotavirus (Accord fort) Pas de lavage des mains avant si absence de souillure (Accord fort) Systématiquement après tout contact avec le patient ou son environnement immédiat, avant tout contact avec un malade, indépendamment du port de gants (Accord fort) Crème réparatrice entre les activités de soins lors des périodes de repos ou en fin de poste (Accord fort)

29 Recommandations SRLF Réaliser une fois / an un audit clinique de lhygiène des mains (désinfection par friction ou lavage) (Accord fort), en particulier après lintroduction dune nouvelle procédure (Accord faible) Lorsquun audit nest pas réalisable, il est recommandé de mesurer et de suivre la consommation des produits rapportée au nombre de soignants (solution hydro- alcoolique, gants) (Accord faible)… …indicateur national ICSHA !

30 Recommandations SFAR Lhygiène des mains -Lavage et désinfection par friction intérêt des solutions antiseptiques hydro-alcooliques (induction, réveil, urgence)

31 Port des gants

32 Principes généraux Une des précautions standard Un moyen fondamental dans la prévention des IN Une barrière de protection efficace vis-à-vis des risques chimiques, physiques et biologiques Un élément contribuant à lasepsie Savoir mettre des gants, savoir les enlever

33 Choix du gant Un type de gant pour –Une utilisation précise –Une catégorie professionnelle Choix éclairé –Geste à effectuer –Qualité de barrière attendue (protection bactériologique, chimique, physique) –Nature du matériau –Qualité du gant

34 Normes des gants à usage médical Novembre 2006 NF EN ISO Détermination de la poudre en surface Février 2001 EN détection des trous –Étanchéité du gant Février 2001 EN propriétés physiques –Résistance du gant (rupture, soudure) –Définition des tailles longueur, largeur Février 2001 EN évaluation biologique –Tolérance Taux de protéines totales contenues dans les gants en latex Contrôle de la teneur en endotoxines, absence de talc Présence de latex et de poudre Caractère hypoallergénique

35 Gant à usage médical non réutilisable Gants de chirurgie stériles –De forme anatomique –Manchettes longues possibles –Technique Gants dexamen ou de soins stériles ou non –De forme anatomique ou non –Manchettes longues possibles

36 Composition du gant A partir de caoutchouc naturel (latex) –Gants de chirurgie –Gants dexamen ou gants de soins A partir de caoutchouc synthétique (néoprène ou nitrile) –Gants dexamen ou gants de soins A partir de matières plastiques (vinyle, polyuréthane, polyéthylène) –Gants de soins, gants de ménage

37 Confort dutilisation du gant Ajustabilité à la main Souplesse Dextérité Enfilage facile Résistance de la manchette

38 Gant réutilisable Gant de ménage –Taille –Manchettes longues possibles –Nominatif –Nettoyable Equipement de protection individuelle –Risques mécaniques, chimiques, thermiques, radioactifs

39 Normes des autres gants EN 388 – risques mécaniques (gants de ménage) EN 374 – risques chimiques et biologiques EN 421 – risques radioactifs EN 511 – risques thermiques (froid) EN 407 – risques thermiques (chaud)

40 En pratique Gant stériles de chirurgie Gants stérilesGants non stérilesGants réutilisables - Intervention chirurgicale - Geste invasif - Actes médicaux de diagnostic, thérapeutiques - Geste invasif - Geste invasif, soins de confort - Présence de liquides biologiques - Manipulation de linge sale, des déchets, du matériel souillé -Tâches dentretien et de nettoyage, - Manipulation des containers de déchets, linge Effet barrière Résistant Confort gestuel Effet barrière Résistant Confort gestuel Effet barrière Résistant +/- Confort gestuel +/- Effet barrière Résistant Épais Emballage individuel En vrac dans des boîtes distributrices Emballage individuel Coût très élevéCoût élevéCoût variableCoût faible

41 Port inadapté de gant (insuffisant ou excessif) Redoutable vecteur dinfection manu- portée pour la personne soignée Absence de sécurité pour le personnel Un gant non enlevé = Une main non lavée

42 Incontournables du port de gant Avoir des mains propres et bien sèches, ongles courts, pas de vernis, ni bijou, … Protéger toute lésion cutanée par des pansements Porter un gant adapté à sa morphologie Changer de gants –Entre chaque patient –Entre chaque soin de niveau différent de risque pour un même patient –En cas dinterruption du soin –En cas de gant perforé –En cas de faute dasepsie

43 Incontournables du port de gant Ne jamais laver ou désinfecter un gant réutilisable Limiter la durée du port de gants Ne pas faire de réserve de gants dans la poche Ôter le gant dès la fin du soin Éliminer les gants après utilisation Réaliser une hygiène des mains Porter une double paire de gants pour certains actes chirurgicaux

44 Risques liés au port de gants Distinguer –Lirritation de contact Réaction physico chimique localisée –Les réactions allergiques Réponse du système immunitaire à un allergène –Protéines du latex, –Additifs chimiques

45 Risques liés au port de gants Conduite à tenir définie Pharmacie, médecin du travail, services économiques Avis du spécialiste Kit « sans latex »

46 Recommandations SRLF Gants non stériles pour tout contact exposant à des liquides biologiques, la peau lésée et les muqueuses (Accord fort) Ils ne doivent pas être poudrés (Accord fort) Ils son retirés entre chaque soin chez un même malade (Accord faible) Les gants stériles doivent être utilisés uniquement pour la réalisation de procédures invasives nécessitant une asepsie (Accord fort)

47 Environnement

48 Conditions techniques de fonctionnement relatives à la réanimation Locaux distribués en 3 zones –Zone daccueil (filtre) en amont des zones technique et dhospitalisation Contrôle des flux Entrée séparée (visiteurs / patients, professionnels, approvisionnements) Sas permettant aux visiteurs de revêtir une tenue de service Pas de différenciation circuit propre / sale (enfermer le sale et protéger le propre) Vestiaires du personnel (avec sanitaires) et autres locaux reliés à la zone filtre et aux 2 autres zones

49 Conditions techniques de fonctionnement relatives à la réanimation Locaux distribués en 3 zones –Zone dhospitalisation Couloir de circulation propre à la zone –Large dau moins 2,5m et pas de saillie Poste central Chambres à 1 seul lit

50 Conditions techniques de fonctionnement relatives à la réanimation Chambres à 1 seul lit –Double vitrage emprisonnant des stores –Porte daccès de 1,2m –2 points deau (lavage des mains, toilette du patient) –Ventilation (6 vol/h) + climatisation, T° 22°C à 26°C –Paillasse pour la préparation des soins (fond du plan relevé en arrondi de 10 cm) et éléments suspendus et mobiles Matériaux inaltérable, lisse, non poreux, sans joint Facilité du nettoyage, résistance aux DD

51 Conditions techniques de fonctionnement relatives à la réanimation Locaux distribués en 3 zones –Zone technique (porte daccès large de 1,2m) Espaces de rangement Local pharmacie Office alimentaire (patients) Espace nettoyage et décontamination Local ménage Locaux linge propre et sale

52 Conditions techniques de fonctionnement relatives à la réanimation Dispositions générales (hygiène) –Revêtements des sols et muraux –Faux-plafonds des chambres

53 Recommandations de la SRLF Architecture –Accord fort Accès séparés non recommandés Vide lave-bassin par sous-unité –Accord faible Organisation en 3 zones filtre recommandée Renouvellement de lair 6 à 10 fois/h –Pas de consensus Accès séparés propre / sale Nombre de points deau dans la chambre

54 Recommandations de la SRLF Environnement proche du malade (équipement médical et mobilier) nettoyé et désinfecté au moins 1/j (accord fort) Contrôles microbiologiques de surfaces inutiles en routine (Accord fort) Contrôle de leau chaude sanitaire (légionelles) 1/an (réglementaire) Contrôle de filtration 1/an et en continue de la surpression, si chambre avec traitement dair (Accord fort)

55 Bloc opératoire Permettre un entretien adapté des surfaces planes et verticales –Revêtements lisses (sols, murs), non poreux, remontant le long du mur (en arrondi) et supportant un entretien avec des détergents désinfectants Plastique (polychlorure de vinyle) en lés soudés Résine (polyuréthane) –Equipements mobiles pour vider la salle dopération en fin de journée opératoire et faciliter son nettoyage Aucun stockage de matériel en salle dopération

56 Bloc opératoire Permettre un entretien adapté du mobilier et des matériels médicaux chirurgicaux –Matériaux supportant les détergents désinfectants –Mise en place des tunnels de lavage –Matériel réservé au bloc opératoire Prévoir des portes à commande par cellule pour les accès principaux Prévoir des postes de lavage de mains adaptés

57 Bloc opératoire Séparer les entrées des différents flux (personnel, matériel, patient) = SAS –Patient (transfert) –Personnel (vestiaire) –Matériel (décartonnage) Séparer les différents flux circulant –Conteneurs fermés pour transporter les matériels contaminés (déchets, matériel chirurgical, etc.) Limiter louverture des portes

58 Bloc opératoire

59 Références Recommandations des experts de la SRLF, janvier Prévention de la transmission croisée en réanimation. Réanim 2002;11:250-6 ou Décret n° du 5 avril 2002 relatif aux conditions techniques de fonctionnement auxquels doivent satisfaire les établissements de santé pour pratiquer les activités de réanimation, de soins intensifs et de surveillance continu et modifiant le code de la santé publique CHU Saint Etienne. La culture du gant. Juin 2002 CTIN. 100 Recommandations pour la surveillance et la prévention des IN C-CLIN Paris-Nord. Les gants à lhôpital: un choix éclairé. Octobre 1998 CCLIN Sud-ouest. Recommandations pour une bonne tenue vestimentaire adaptée des personnels soignants en milieu hospitalier. 1998


Télécharger ppt "Mesures générales dhygiène Joseph HAJJAR, Béatrice CROZE, Nadine OVANESSIAN Service dhygiène et dépidémiologie Centre hospitalier de Valence."

Présentations similaires


Annonces Google