La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le contactualisme et les animaux non-humains. 1) Le contractualisme A) La tradition du contrat social la moralité résulte dun contrat imaginaire entre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le contactualisme et les animaux non-humains. 1) Le contractualisme A) La tradition du contrat social la moralité résulte dun contrat imaginaire entre."— Transcription de la présentation:

1 Le contactualisme et les animaux non-humains

2 1) Le contractualisme A) La tradition du contrat social la moralité résulte dun contrat imaginaire entre des parties constituées dagents rationnels qui, par consensus, donnent leur accord sur des règles ou des percepts sur lesquels leurs divers comportements et actions seront régulés. les théories néo-contractualistes (contractarian) les théories contractualistes

3 1) Le contractualisme A) La tradition du contrat social les théories néo-contractualistes (contractarian): - les contractants sont mus par leurs propres intérêts rationnels les théories contractualistes: - le respect des personnes exige que les principes moraux puissent être publiquement justifiés de façon rationnel.

4 1) Le contractualisme A) La tradition du contrat social Quatre prémisses principales : 1) le contrat social marque une transition dun état à un autre; 2) Le contrat social implique la limitation de certaines libertés; 3) Les parties contractantes sont des individus libres et égaux, capables de comprendre les termes du contrat et dy consentir; 4) Le contrat bénéficie à toutes les parties contractantes(relation gagnant-gagnant).

5 1) Le contractualisme B) La théorie de John Rawls Le mérite de la terminologie du contrat vient de ce quelle transmet lidée que les principes de la justice peuvent être conçus comme des principes que des personnes rationnelles choisiraient et quon peut ainsi expliquer et justifier des conceptions de la justice. Le mot « contrat » suggère cette pluralité ainsi que les conditions dune répartition adéquate des avantages, à savoir quelle doit se faire en accord avec des principes acceptables par tous les partenaires.

6 1) Le contractualisme B) La théorie de John Rawls voile de lignorance: - Les contractants dans la position originelle, cest-à-dire sous le voile de lignorance détient des vérités générales de psychologie, de sociologie, déconomies, etc. Mais ils sont ignorants de toutes notions ou caractéristiques spécifiques sur eux-mêmes, par exemple leur race, sexe, âge, classe sociale, richesse, etc. en plus de la position quils vont occuper dans la société qui résulte des choix de règles faites sous le voile de lignorance.

7 1) Le contractualisme B) La théorie de John Rawls Lidée qui nous guidera est plutôt que les principes de la justice valables pour la structure de base de la société sont lobjet de laccord originel. Ce sont les principes mêmes que des personnes libres et rationnelles, désireuses de favoriser leurs propres intérêts, et placées dans une position initiale dégalité, accepteraient, et qui, selon elles, définiraient les termes fondamentaux de leur association. Ces principes doivent servirent de règles pour tous les accords ultérieurs; ils spécifient les formes de la coopération sociales dans lesquelles on peut sengager et les formes de gouvernement qui peuvent être établies. Cest cette façon de considérer les principes de la justice que jappellerai la théorie de la justice comme équité.

8 1) Le contractualisme C) La théorie de Thomas Scanlon Tomas Scanlon est un professeur de religion naturelle et de philosophie morale et politique à lUniversité dHarvard aux États-Unis. En 1998, il publie un de ces plus prestigieux ouvrages, What We Owe to Each Other, dans laquelle il expose sa version du contractualisme.

9 1) Le contractualisme C) La théorie de Thomas Scanlon la moralité émane des règles morales construites de façon que personne ne peut raisonnablement les rejeter comme base dun accord général fait de façon libre et spontané entre des individus qui partagent le but de parvenir à un tel accord.

10 1) Le contractualisme C) La théorie de Thomas Scanlon moral wrongness : An act is wrong if its performance under circumstances would be disallowed by any system of rules for the general regulation of behavior which no one could reasonably reject as a basis for informed, unforced general agreement.

11 1) Le contractualisme C) La théorie de Thomas Scanlon Chez Scanlon: tous les choix et objections sont toujours faits de façon rationnelle ; toute inquiétude ont comme fin datteindre un consensus ou un accord de façon libre et spontanée; les agents avec lesquelles nous délibérons sont pleinement informé.

12 2) Les difficultés conceptuelles du contractualisme à légard des animaux non humains A) Rawls 1) Pour quun contractant puisse se mettre dans la position dun animal dans le but de défendre ses intérêts, la personne en questions doit avoir des préconceptions morales à légard des animaux. 2) Les animaux ne possèdent pas de « sens de la justice »:inclure les animaux non humains dans la sphère morale nous imposerait seulement davantage de devoir et de restriction sans rien avoir en retour (pas de relation gagnant-gagnant).

13 3) Quelques arguments en faveur des animaux non humains A) Rawls Les arguments contre les animaux non humains suivent la logique suivante : P1. The occupants of the original position are rational agents; P2. It is the rational agents who are responsible for formulating the contract and the principles of morality embodied therein; P3. Therefore, the contract and its embodied principles of morality apply only to rational agents; P4. But non-human animals are not rational agents;

14 3) Quelques arguments en faveur des animaux non humains A) Rawls P5. Therefore, the contract and its embodied principles of morality do not apply to non-human animals; P6. But, direct moral rights are possessed only by those individuals subsumed by the contract and its embodied principles of morality; C. Therefore, non-human animals do not possess direct moral rights.

15 3) Quelques arguments en faveur des animaux non humains A) Rawls Le problème avec cet argument est linférence de P2 à P3: P1. The occupants of the original position are rational agents; P2. It is the rational agents who are responsible for formulating the contract and the principles of morality embodied therein; les contractants qui formulent le contrat doivent être des êtres rationnels, mais il ny a rien qui affirme que les récipiendaires du contrat doivent être rationnels

16 3) Quelques arguments en faveur des animaux non humains A) Rawls De plus, le but de la position originelle est de balayer de forme de propriété ou de contingence naturelle qui avantagerait une personne. En suivant ce raisonnement, nous pouvons facilement affirmer que la propriété de « rationalité » est une propriété issue dune contingence naturelle, puisque nous possédons toute la rationalité, mais à des degrés différents.

17 3) Quelques arguments en faveur des animaux non humains A) Rawls Tom Regan: Regan suppose que si les agents derrière le voile de lignorance ignorent toute caractéristique particulière deux-mêmes, alors il ny a pas de raison que les agents dans la position originelle devraient avoir connaissance de leur espèce.

18 3) Quelques arguments en faveur des animaux non humains B) Scanlon Puisque les contractants ont accès à leurs propres désire et intérêts idiosyncrasiques, les agents dans le cadre de la théorie de Scanlon, ont la possibilité davoir des préconceptions morales sur un sujet. Par conséquent, un contractant peut prendre la défense des intérêts des animaux lorsquil est temps de justifier les règles qui constitueront les termes du contrat.

19 3) Quelques arguments en faveur des animaux non humains B) Scanlon En somme, la seule chose nécessaire pour octroyer des droits dans le cadre du contractualisme de Scanlon est que lêtre en question a un bien-être. Ainsi, chez Scanlon, on évite le problème retrouvé chez Rawls où lêtre en question doit être doué dhabilités cognitive pour comprendre et réagir aux principes proposés et le besoin de réciprocité dont semble manqué les animaux non humains. Alors, pour conclure, le cadre conceptuel de la théorie de Scanlon semble plus apte à inclure les animaux non humains dans la sphère morale que celle de Rawls.


Télécharger ppt "Le contactualisme et les animaux non-humains. 1) Le contractualisme A) La tradition du contrat social la moralité résulte dun contrat imaginaire entre."

Présentations similaires


Annonces Google