La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Alimentation des chèvres laitières Yves Lefrileux Station Expérimentale Caprine du Pradel.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Alimentation des chèvres laitières Yves Lefrileux Station Expérimentale Caprine du Pradel."— Transcription de la présentation:

1 Alimentation des chèvres laitières Yves Lefrileux Station Expérimentale Caprine du Pradel

2 Maîtriser lalimentation : une priorité Pour le producteur : Produire suffisamment pour tirer un revenu Maîtriser ses coûts : améliorer lefficience Maîtriser les volumes en lien avec la demande Pour la filière : Le plan de relance : une demande de « lait » Un constat : souvent des marges de manœuvre non négligeables. Réécriture dun guide pratique de lalimentation

3 Optimisation de lalimentation passe par : Une connaissance de base de la physiologie des ruminants, des caprins. Produire du lait = optimiser le fonctionnement de la mamelle Les points clés à connaître pour maîtriser : Approche « cycle de production » De lindividu au lot Équilibre alimentaire Des aspects pratiques : –Conditions de distribution, le bâtiment….

4 Le fonctionnement de la mamelle Matériaux pour la fabrication du lait Unité de fabrication du lait Canal du trayon Sang alvéoles

5 Produire du lait … Favoriser le nombre de cellules sécrétrices –Gestation : multiplication des cellules –En début de lactation : augmentation modeste du nombre de cellules sécrétrices –Après le pic, baisse de la production suit la baisse du nombre de cellules sécrétrices Favoriser lactivité des cellules. Le sang véhicule des matériaux…issus de la digestion, de la mobilisation des réserves corporelles.

6 Produire du lait… Nombre et activité des cellules liés ….. dont lalimentation. –Fortement dépendante des prélèvements Gestation…….Energie. PROTEINES Lactation……. ENERGIE. PROTEINES stratégies en fonction des stades –Donc de lalimentation

7 Exprimer le potentiel génétique Créer des animaux qui ont toutes les chances de produire. Importance de lélevage des chevrettes, fortes croissances avec un développement suffisant du rumen….. Rations « fourragères » Favoriser lingéré : –« concevoir le concentré comme un correcteur » –et non « comme la ration de base » –Ne pas viser une forte « densité Energétique »

8 Les essentiels….. Plus dingestion…plus de nutriments dans le sang, plus facile de couvrir les besoins Favoriser le fonctionnement du rumen Mobilisation et reconstitution des réserves Les équilibres alimentaires, les stratégies Énergie/Azote

9 Plus dingestion = plus de lait Au Pradel : MSVI = 1,7 + 0,34 X

10 Plus dingestion : plus de lait Variations avec le poids vif : 10 kg de différence 100 à 150 g de MSI Nature et mode conservation des fourrages : –Légumineuses > graminées –Fourrages verts > Foin > Ensilage –Stade (tardif) : baisse de lingestibilité et de la digestibilité Trop de concentré moins dingestion

11

12 Mobilisation et reconstitution Utiliser la capacité de la chèvre à mobiliser, à reconstituer Des idées fortes : le niveau de réserves en fin de gestation sera un indicateur sur « le potentiel mobilisable » Une relation entre lalimentation en fin de gestation et le pic Couvrir rapidement « les besoins protéiques en début de lactation » La persistance dépend de du niveau alimentaire pendant la lactation « Reconstituer les réserves »

13 Production de lait Niveau dingestion M.S NEC tarissement Mises-bas Mobilisation et reconstitution

14 tarissement Mises-bas Stratégie Énergie Azote ENERGIE AZOTE

15 Des exemples de rations (1) GESTATION S-3 (matière sèche ingérée) Foin montagne 1,77 Foin de luzerne L.D 23%0,18 Concentré0,44 MST2,39 N Bas 100/110 N haut 200/170 Pradel 1996

16 Réponses lait Pradel 1996

17 Des exemples de rations (2) Distribué (brut) Ingéré MS Foin de luzerne (2)1,71,21 Foin de graminée (1)1,71,21 LD 18%0,30,26 Maïs0,80,7 Concentré PDIA0,10,09 MST3,48 Refus : 18 % 4,5 kg Lait 100% E 130% PDIN 120% PDIE Pradel 2003

18 RATION TYPE : PÂTURAGE 3,5 kg de lait /j5 kg de lait / jremarques Ration Kg / JEn brutEn secEn brutEn sec Herbe pâturée Herbe >8cm Bonne qualité >10 h de présence Foin graminée Maïs Tx de soja Total ingéré

19 RATION TYPE : ENSILAGE DE MAÏS (1) 3,5 kg de lait /j5 kg de lait / jremarques Ration Kg / JEn brutEn secEn brutEn sec Ensilage maïs Maïs rationné RGI à volonté Foin de RGI Tx de soja Orge Luz deshy Pulpe de betterave Ca CO3 (g)1822 Total ingéré % E 130% PDI Ration ingérée = prévoir les refus !

20 RATION TYPE : ENSILAGE DE MAÏS (2) 3,5 kg de lait /j5 kg de lait / jremarques Ration Kg / JEn brutEn secEn brutEn sec Ensilage maïs Maïs rationné RGI à volonté Foin de RGI ,10 Tx de soja Maïs Luz deshy Pulpe de betterave0000 Total ingéré % E 130% PDI Ration ingérée = prévoir les refus !

21 RATION TYPE : Foin-Paille-deshy-concentré 3,5 kg de lait /j5 kg de lait / jremarques Ration Kg / JEn brutEn secEn brutEn sec Paille0.450,40 Foin de RGI0,750,701,701,46 Tx de soja 460,230,200,230,20 Maïs0,650,600,650,60 Luz deshy1,101,001,551,40 Total ingéré3,332,904,133, % E 135% PDI Ration ingérée = prévoir les refus !

22 Ne pas oublier… Les besoins : –Lait brut et lait standard PLS = Lait brut x ( 0,01375 TB +0,00825 TP + 0,263) Un coefficient de 0,8 à 1,10 Protéines et qualité des protéines.

23 Les indicateurs dalerte Rumination Réactivité, locomotion lors des distributions Taux de présence à lauge Taux de retardataires inhabituels Refus de consommation de concentré Refus de fourrages avec beaucoup de feuilles et pas de tiges Diminution de lingestion de fourrage.

24 Des travaux sur lalimentation Au Pradel : –« produire du lait » en toute sécurité – Impacts de la qualité des protéines Un projet « CAS DAR » –Indicateurs pratiques de conduite –Maîtrise des impacts environnementaux Un guide pratique à destination des éleveurs, des étudiants, des enseignants.

25


Télécharger ppt "Alimentation des chèvres laitières Yves Lefrileux Station Expérimentale Caprine du Pradel."

Présentations similaires


Annonces Google