La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le deuxième mois. Tout a commencé par une conception fœtale « ni moi et ni autre mais l UN » LIDENTIFICATION La trace: « je est un autre, je suis autre,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le deuxième mois. Tout a commencé par une conception fœtale « ni moi et ni autre mais l UN » LIDENTIFICATION La trace: « je est un autre, je suis autre,"— Transcription de la présentation:

1 Le deuxième mois

2 Tout a commencé par une conception fœtale « ni moi et ni autre mais l UN » LIDENTIFICATION La trace: « je est un autre, je suis autre, Le JE nest pas que, le je deviens »

3 liens Des liens à LAUTRE aux liens à soi-même Lacuité visuelle entraîne la première séparation, différenciation moi/autre. Ma MÈRE est ma mère, ce nest pas moi… Intolérable réalité qui se nie dans « Moi et lautre cest pareil, cest par œil» Au deuxième mois Lait maternel jusquà six mois

4 La tentative de se rassurer cohabite avec une démarche INCISIVE, coupante qui conduira au sevrage et lapparition du NON. Il est déjà sur les DENTS dans les rapports à lautre… Il MORD dans la VIE LE SEVRAGE A six mois Incisive de lait vers 4 À 6 mois

5 Au début la joie du lien à son image La création des liens à son imageDans les premières rencontres avec son reflet, lenfant JUBILE. La création des liens à son image, la création de ce double lenthousiasme comme ce rêve dune relation à un autre aimable, à un autre bébé. Au début la joie du lien à son image A six mois Cest le bonheur de la RELATION en elle-même « TOUT est en UN, Un est en TOUT »

6 Au huitième mois, mon père est bien mon père, ce nest pas nimporte quel homme CELUI qui sinterpose entre moi et ma mère. Les autres, linconnu cest passivement ce quen fait vivre la mère: « lenfer, cest les autres ou… » « MOI, cest MOI, TOI TAIS TOI. » LE VISAGE DUN TIERS A HUIT mois « LEMPIRE DU VISIBLE »

7 Il retrouve la JUBILATION, celle de créer des liens à son IMAGE en reflet, à ce double visible qui le suit par tout fidèle quand il se regarde dans le miroir. Il ne fait quUN avec lui-même, dans le BONHEUR dêtre soi-même. Je ne suis pas ma mère, ni un autre bébé Je ne suis pas ma mère, ni un autre bébé MOI, CEST MOI MOI, CEST MOI La confirmation des liens De huit mois à 16 mois: deux mois de perfection Marqué par labsence de doutes. La confirmation narcissique !!! « LEMPIRE DU VISIBLE »

8 La maturation normale des ÉCARTS avec son image EN REFLET La création des LIENS à son image double visuel Dans les premières rencontres avec son reflet, lenfant JUBILE. La création des LIENS à son image, la création de ce double visuel le rassure.

9 La maturation des ÉCARTS avec son image commence À 18 mois:

10 LE CLIN DŒIL de la BUÉE À 18 mois À 18 mois lenfant découvre un écart. Cest la fin de lespoir Cest la fin de lespoir dune fusion moi/autre. Cest la fin de lespoir Cest la fin de lespoir dune fusion image/soi.

11 La maturation des écarts avec son image À 18 moisCette BUÉE est le signe au niveau visuel À 18 mois : Cette BUÉE est le signe au niveau visuel de la fin de la fusion moi/autre. leffroi. lEFFROI ! La séparation du corps et de limage du corps est source de leffroi. Dans la loi du tout ou rien, la création dun écart correspond au risque de la perte du lien à son image, de la perte de soi, de la RÉCIDIVE de la perte du lien à lautre doù lEFFROI ! LEFFROI

12 La maturation des écarts avec son image À 18 moisCette BUÉE est le signe au niveau visuel À 18 mois : Cette BUÉE est le signe au niveau visuel de la fin de la fusion entre la représentation de soi et soi-même. de la fin de la fusion entre la représentation de soi et soi-même. Cette rencontre est une séparation qui introduit une limite à limaginaire tout puissant. Limaginaire pouvant rendre compte de la réalité ou créer la réalité rencontre une limite en ce qui concerne la représentation de soi et la relation à soi-même. LEFFROI

13 La maturation des écarts avec son image Cette buée souligne linévitable séparation mère enfant. Ce baiser de Judas est un baiser de rupture… Ce qui sera une intolérable PRIVATION pour NARCISSE LEFFROI

14 NARCISSE INSOUTENABLE Pour NARCISSE, cet écart est un MANQUE INSOUTENABLE Pour NARCISSE leffroi est aggravé tant le lien à son image tente de compenser labsence de lien à la mère… Il bascule dun monde sans autre à,sans consolation, sans liens, sans soutiens, le STYX. Pour NARCISSE leffroi est aggravé tant le lien à son image tente de compenser labsence de lien à la mère… Il bascule dun monde sans autre à un monde vide,, sans consolation, sans liens, sans soutiens, le STYX. À 18 mois

15 Le lien et la dépossession Le reflet à ce moment nest pas la source dune jubilation mais il est bien au contraire loccasion dun CHOC, celui de la confirmation de la perte de lillusion de lUN, dune séparation entre soi et lautre, de langoisse de labandon, de sa solitude, de la révélation cruelle de sa petitesse, de sa solitude doù l EFFROI… l EFFROI… À 18 mois:

16 La maturation des ÉCARTS avec son image Ce choc visuel illustre et inaugure lensemble des discriminations, des séparations, des différenciations moi/autre qui vont construire une identité autonome, nuancée, singulière, vivante, complexe… Cest ce qui inaugure les frustrations du désir fusionnel entre son imaginaire et la réalité et sa représentation… Il comprend que la perte de lespoir fusionnel nest pas ce risque de la perte soi comme conséquence de la perte de lautre, du lien fusionnel à lautre… À 18 mois:

17 La maturation des écarts avec son image Lenfant découvre les négociations nécessaires entre lécart et le lien avec son image, ENTRE SOI et lautre, entre son imaginaire et la réalité. « Jarrive, nai je jamais rien fait dautre, de chrysanthèmes en chrysanthèmes, nos amours sont en partance, à chaque fois plus solitaire, surnuméraire » jacques BREL À 18 mois:

18 La maturation des écarts avec son image Cette BUÉE est le signe de la fin de la fusion moi/autre, de la fusion à la représentation de soi. La séparation du corps et de limage du corps est vécue de façon effrayante dans la loi du tout ou rien. LEFFROI À 18 mois:

19 La maturation des écarts avec son image Cette buée confirme au niveau visuel linévitable séparation mère enfant, la contrainte de lautonomie Quest-ce que ce double visuel, quel liens nouer avec lui ? La rencontre de son reflet interroge la qualité des liens imaginaires entre le corps et limage de soi-même. Cet événements inaugure la relation à lincomplétude à soi-même source du questionnement du qui suis-je et du que suis-je à jamais ouvert. La dynamique psychique démarre là. La dynamique psychique démarre là. La Rupture des liens FUSIONNELS est une introduction aux liens RELATIONNELS.

20 La maturation des écarts avec son image Cette buée lui confirme au niveau visuel ce quil sait déjà, cest la fin des évidences de la communication inconsciente, de la magie lillusion de lUN, de la confusion moi/autre, pour un ersatz, pour un double visuel, pour une existence à lavantage du langage, des dialogues, de la conscience, de la LOGIQUE de la RÉALITÉ…

21 LA RÉFLEXION: LIENS et ÉCARTS La rencontre de son reflet interroge la qualité des liens imaginaires entre le corps et limage de soi-même. Notre image en reflet NOUS RENSEIGNE sur notre apparence, sur cet autre visible tels que les autres nous voient et on peut en déduire des interprétations stéréotypées quils en feront. Doù le choc entre ce que lon aurait voulu être et ce que lon est… Limage UNIFIÉE LIMITÉE est trompeuse… Entre 18 mois et 24 mois

22 LA RÉFLEXION: LIENS et ÉCARTS Le reflet de moi est comme cette occasion de maturation des liens et des écarts à un autre, comme la répétition du style des liens et des écarts à la mère, pose la question de la sortie de ses liens… Cest aussi commencer à découvrir que lautre ne pense pas comme soi… Il y a ce que les autres voient et ce que je suis… Il existe des écarts entre toute représentation de soi et la réalité (insaisissable, changeante, éphémère, dynamique)… Le souvenir de soi sinstalle, mais lequel… « Le reflet cest bien moi, mais je ne suis pas que le reflet », que le visible rendu par un miroir, que ce que je donne à voir, que ce que je projette de façon imaginaire sur limage, que ce que je choisis de montrer… Entre 18 mois et 24 mois

23 LA RÉFLEXION: LIENS et ÉCARTS Ainsi le reflet est une castration par le visible de la toute puissance de limaginaire et dautre part cest une sécurisation qui consacre les liens à soi-même. Cette rencontre illustre les prémices de ce qui autorisera lauto nomination de soi, lautonomie, lindividualisation, la différenciation moi autre… Gérer les séparations, les renoncements, les frustrations, les manques de fusionnel, limperfection, labsence d UN en conservant la sécurité des liens à lautre est un exercice complexe, celui de la fonction identitaire. Entre 18 mois et 24 mois

24 LA RÉFLEXION: LIENS et ÉCARTS Se regarder comme un autre est ce qui ouvre la réflexion dun autrement dynamique, à la méfiance vis-à-vis de notre imaginaire, au doute, à lattention, à léveil, aux questions du pourquoi… dans une préhension dé possédante de la volonté de posséder… Se regarder comme les autres vous regardent crée une distance, un écart doù la complaisance narcissique sestompe… Se RE PRÉSENTER comme se donner une nouvelle CHANCE au prés de personnes différentes, que cela soit au travers des écrits, des discours, de ses œuvres, du type de relation aux autres, de la création artistique (dessin, peinture, sculpture, musique, théâtre, ) est un questionnement sur la liberté intérieure. LA RÉFLEXION

25 LA RÉFLEXION: LIENS et ÉCARTS Regarder lautre avec EMPATHIE conduit à limitation automatique en écho de ses expressions émotionnelles comme la création dune communauté, dun répertoire de sentiments et dexpressions qui sont testé. Viendras ensuite la question: Ne suis-je que le REFLET, lÉCHO de lautre? LA RÉFLEXION

26 LA RÉFLEXION: LIENS et ÉCARTS A dix huit mois limitation nest plus automatique mais il se crée une distance entre soi et lautre et une autonomie de lexpression, une perception de la différence entre les pensées des autres et les siennes qui se déduit de lobservation de lautre et qui reste sous la dépendance de ses interprétations dont les limites sont la source derreurs. LA RÉFLEXION

27 Les LIENS : la proie de nos délires Nous verrons quil est risqué de limiter la relation à soi- même à une tentative possessive, fusionnelle à son image, sans aucun écart entre son imaginaire, ses souhaits et la réalité, à propos de NARCISSE. Cest ainsi que nos émotions : la peur, langoisse, lenvie, lorgueil, la vanité, le désir de pouvoir trouvent à influencer notre lien à notre image. Cest ainsi que nos mécanismes de défense contre le manque, contre la privation trouvent à modifier la représentation de soi ce qui est à la source de la création dun faux moi !

28 Les LIENS et les TRANSITIONS Toute tentative de se RE présenter, de se redonner une chance dexister se présente de façon contradictoire tant elle reste la proie de nos mécanismes de défense, le signe douloureux des cris vains (décrivains)…Surgit parfois la déception de nêtre que soi et la nécessité de faire avec… LA DIGNITÉ

29 Les LIENS et les TRANSITIONS Toute tentative de se RE présenter, de se redonner une chance dexister se présente de façon contradictoire tant elle reste la proie de nos mécanismes de défense… CONFRONTER les fantasmes à la réalité sous entend une TRANSITION dans la représentation de SOI, une adaptation aux changement du corps et des relations aux autres… Lobjet intermédiaire, transitionnel de la représentation de soi PREND LASPECT de la poupée FLEUR.

30 La maturation enfantine Le jeu de la BOBINE. Plutôt que SUBIR puisque lon doit vivre de séparations et de retrouvailles autant sentraîner et déclancher soi-même les séparations et les rencontres. Lenfant sexerce… Vas ten Reviens Maman Une drôle de bobine À 18 mois:

31 La maturation enfantine Le jeu de la BOBINE et la dénégation. Plutôt que SUBIR puisque lon doit vivre de séparations et de retrouvailles autant sentraîner et déclencher soi-même les séparations et les rencontres, apprendre à se détacher, à faire face au manque, apprendre à maitriser ses émotions au travers dune re présentation symbolique, une re mise en scène… Lenfant sexerce, santicipe lautonomie lui qui ne marche pas encore et ne peut suivre sa mère dans ses déplacements…Il tient à peine debout Tout prés Maman au loin Maman À 18 mois:

32 Les LIENS et les TRANSITIONS Le test de GALLUP Le test de GALLUP. LENFANT efface la tache sur son corps et ne cherche plus à effacer sur son reflet. Le corps nest pas le reflet, le reflet nest pas le corps La naissance du JE: LA PREMIÈRE CAUSALITÉ: « Cest le corps qui entraine lexistence du reflet. » A 24 mois: il tâtonne pour effacer la tâche sur son front.

33 Les LIENS et les TRANSITIONS Limage de soi dans le miroir nest quune représentation, un pâle reflet trompeur du réel et partiel de la réalité, une image muette, sans émoi, sans dialogue, fallacieuse et pourtant fascinante parce que synchrone et précise obtenue sans effort, de façon passive… Cest une construction de nos sens et de notre esprit. Lenfant va devenir actif. Il va dessiner, parler, questionner… quen pensez-vous de cette représentation ? Peut-on tenter de se faire comprendre, communiquer ? A 24 mois: DEBOUT Fin de la MATURATION du système pyramidal: le signe de BABINSKY

34 Les LIENS et les TRANSITIONS Dans le miroir une IMAGE Y NÉ ? Lai-je imaginé, Est-elle RÉELLE? Quel rapport entretenir avec son image? Suis-je autre que mon image, que ce jimagine à partir de mon image, que ce que je projette sur mon image? Le DOUTE et lINCERTITUDE sinsinuent… A 24 mois: DEBOUT, bipèdique, il tâtonne pour effacer la tâche sur son front

35 LIDENTITÉ MULTIPLE STRUCTURE DE LA PSYCHÉE

36 liens Les liens à soi-même Le corps Le corps et ses liens avec limage inconsciente, les rêves, le double, le reflet, les IMAGERIES.

37 COMMENT VOUS VOYEZ VOUS ? COMMENT VOUS VOYEZ-VOUS ?

38

39 Souffrances denfance Souffrances denfance de la MYTHOLOGIE à la PSYCHANALYSE


Télécharger ppt "Le deuxième mois. Tout a commencé par une conception fœtale « ni moi et ni autre mais l UN » LIDENTIFICATION La trace: « je est un autre, je suis autre,"

Présentations similaires


Annonces Google