La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

20e conférence pour la promotion de la santé 11-15 juil.2010 Genève OPS: Reproductive and Maternal health-Challenges and opportunities Images de la maternité

Présentations similaires


Présentation au sujet: "20e conférence pour la promotion de la santé 11-15 juil.2010 Genève OPS: Reproductive and Maternal health-Challenges and opportunities Images de la maternité"— Transcription de la présentation:

1 20e conférence pour la promotion de la santé juil.2010 Genève OPS: Reproductive and Maternal health-Challenges and opportunities Images de la maternité en milieu urbain à Douala au Cameroun par Jeannette Wogaing Université de Douala Département dAnthropologie

2 Le Cameroun féminin en chiffre Population totale en 2010: 18,8 millions Soit 52% de filles/femmes Taux dalphabétisation des femmes adultes: 54% Indice de fécondité : 4 enfants par femme Taux de mortalité maternel: 669/ naissances vivantes (EDSC, 2004) ; 1 décès de fille/femme toutes les 2h selon le Minsanté (2009) Ration infirmier 1/2200 habitants Ratio médecin 1/13500 habitants

3 Système de santé (SS) au Cameroun Le système de santé (public et privé) a une forme pyramidale qui va de la base au sommet. Le secteur public compte : –En 1er le centre de santé (niveau communautaire avec un infirmier breveté accoucheur (titulaire du brevet dinfirmier ; niveau requis classe de 3e) –En 2snd lhôpital de district avec à sa tête un médecin et des infirmières brevetées accoucheuses (titulaire du brevet infirmier) ; des infirmières diplômées détat accoucheuses (titulaire dun probatoire (niveau 1ère) ou dun baccalauréat –En 3e lhôpital de référence avec des spécialistes Le secteur privé à but lucratif (cliniques et cabinets privés) et le secteur privé à but non lucratif (les hospices confessionnelles, les ONG). La médecine traditionnelle nest pas structurée.

4 Parcours de la fille/femme enceinte Le système hospitalier (public et privé) camerounais a une forme pyramidale où les soins dispensés (curatifs, préventifs et promotionnels) obéissent à une logique thérapeutique allant de la base au sommet, même si les parturientes vont de lun à lautre établissement hospitalier indépendamment de cette organisation des soins.

5 Matériel et méthode Lobjectif de notre recherche était celui de connaître la réalité vécue par les filles[1]/femmes enceintes au cours de leur vie gravidique. Dans cinq établissements hospitaliers de niveaux et de milieux différents dont le point commun est celui de disposer dun service ou dune unité obstétricale, dun personnel pouvant assurer les consultations prénatales et pratiquer des accouchements. nous avons opté pour une étude qualitative qui combine avec quelques données statistiques provenant de notre échantillon aléatoire. Dans cette optique, nous avons discuté avec 136 filles/femmes gravides soit 30 par site urbain (4) et 16 en zone rurale (1). [ 1]Le terme fille renvoie aux adolescentes dont lâge est inférieur ou égal à 18 ans. [ 1]

6 Sites de létude/site de collectes des données Etude multi centrée et rétrospective menée dans cinq maternités (trois) publiques et (deux) confessionnelles de niveaux différents implantées dans la région littorale plus précisément dans la ville de Douala et ses environs soit : un hôpital public de référence : Hôpital Laquintinie de Douala (HLD), un hôpital public de niveau intermédiaire : Hôpital de District de la Cité des Palmiers (HDCP), deux hospices confessionnels : lun catholique : Centre de Santé et Maternité Catholique Sainte Thérèse (CSMCST), lautre protestant : Hôpital Protestant de Ndogbati (HPN) et, un centre de santé intégré public communautaire situé en zone rurale : Centre de Santé Intégré de Bomono (CSIB).

7 Population cible –Des filles/femmes enceintes[1], en gésine ou accouchées en suite de couches rencontrées, en premier, dans les établissements sanitaires suscitées et, en second en dehors des structures hospitalières ;[1] Des personnels accoucheurs[2] rencontrés dans les unités obstétricales des formations sanitaires ciblées. [1] Nous avons exclu de notre échantillon celles qui se déclaraient séropositives.[2] [1] [4] Dans la rubrique personnel accoucheurs, nous rangeons les différents spécialistes de la mise au monde dans le contexte camerounais : sage-femme, infirmière diplômée détat accoucheuse, infirmière brevetée accoucheuse, médecin, gynécologue, obstétricien.[4]

8 Outils de collecte Nous avons utilisé les techniques de la recherche anthropologique que sont : –lobservation, –le guide dentretien, – les récits de vie/études de cas, –les entretiens informels, –le journal de terrain. Nous avons fait une analyse des contenus de nos différentes données (théoriques et empiriques).

9 Résultats Sociographie des 136 filles/femmes interviewées Âge : 79% étaient âgées de ans: soit 49% de ans, 19% de 26-30ans et 11% de 31-35ans. Statut civil : 32% étaient mariées contre 31% de concubines, cependant 30% étaient des célibataires. Niveau détude : 80% avaient fait des études secondaires contre 14% qui avaient fait des études supérieures. Profession : Religion : 48% de filles/femmes étaient catholiques tandis que 30 dentre elles étaient protestantes.

10 Résultats (suite) Age gestationnel à la première consultation prénatale (CPN): Sur un échantillon aléatoire de 136 filles/femmes, nous avons 65% de multipares et 35% de primipares. 51% de filles/femmes font leur 1ère CPN au cours du 1er trimestre de la grossesse, cest-à-dire entre 4 et 8 semaines daménorrhées (soit 34% de primipares et 21% de multipares). 71% de ces filles/femmes font leur 1ère CPN à partir de la 12e semaine daménorrhées soit 39% de multipares 32% de primipares. 30% dentre elles font en visite prénatale après le 1er trimestre de la grossesse (à partir de la 16e semaine d aménorrhées) soit 17% de primipares contre 13% de multipares.

11 Résultats (suite) Age gestationnel à la première consultation prénatale (CPN): « je suis venue à quatre mois parce que je navais pas dargent. Jattendais mon mari. » Multipare, primipare «je suis venue à deux mois parce que je voulais massurer que lenfant est bien placé » Primipare, Multipare « je ne sais pas sil y a une raison particulière, je commence mes visites toujours à trois mois » Multipare, Primipare « comme cest ma première grossesse, jai souhaité me confier à la sage-femme dès le début » Primipare, Multipare « jétais très menacée au début de ma grossesse. En général, je viens à trois mois » Multipare, Primipare « ma mère dit quelle a toujours souffert pendant ses grossesses. Cest elle qui ma dit de venir aussitôt » Primipare, Multipare

12 Résultats (suite) La grossesse nest pas une maladie mais je pense quil est important de voir la sage-femme.

13 Résultats (suite) Critères de choix de la formation sanitaire (pour 90 filles/femmes) 30% de filles/femmes choisissent une formation sanitaire à cause de sa proximité ou par curiosité (cas de celles qui fréquentent les hospices confessionnels) 20% y vont à cause de la qualité des soins ou par le biais des cercles de passeurs. Par contre, celles qui fréquentaient le centre de santé de Bomono y allaient à cause de la présence du personnel soignant. Tandis que celles qui font à lHôpital Laquintinie de Douala y vont à cause de la présence des spécialistes nous disaient ces dernières.

14 Résultats (suite) Accessibilité géographique 46% de filles/femmes parcourent de 2 à 3 km pour atteindre la FS, soit 23% qui font 2km, et 23% qui font de 2 à 3km. 27% dentre elles font de 5 à 10km pour atteindre la FS. Observation: Les critères de choix sont parfois multiples pour une seule interlocutrice. Il sagit parfois de laccueil et de la proximité, laccueil et la qualité des soins, à laccueil et à la typologie de létablissement sanitaire: public ou confessionnel.

15 Résultats (suite) Les critères objectifs: –Le plateau technique –La proximité –La qualité des soins Les critères subjectifs: –Laccueil –Le rançonnage –La violence obstétricale selon J. De Fortes (2001)

16 Résultats (suite) Les discours des accoucheuses/médecins –Le début tardif des CPN, –La dépendance économique des filles/femmes enceintes, –Lattitude non préventive des accoucheuses, –Le non respect des limites de compétences des accoucheuses, –Les références tardives vers les FS compétentes.

17 Résultats (suite) Le coût élevé des soins obstétricaux; Laccès difficile aux SH; Le manque dambulance; Labsence de sensibilisation sur les risques liés à la grossesse et à laccouchement; Lexistence des disparités dans le système de soins dans les FS ciblées.

18 Discussion La grossesse et laccouchement sont dans notre contexte des états physiologiques normaux. La prise en charge de la gravidité et de la parturition sont à la charge des filles/femmes enceintes ou de leur famille.

19 Discussion Lexpérience des filles/femmes interviewées montre que le quotidien gravidique varie dune filles/femme à une autre. Le vécu des filles/femmes indique que leur situation socio sanitaire peut saméliorer dès lors quil y a une prise de conscience de la notion de risque lié à la grossesse et à laccouchement.

20 Discussion (suite) Les niveaux de prise de conscience: –Sensibilisation de la fille/femme sur les risques liées à la grossesse; –Sensibilisation du partenaire en vue de lamélioration de sa perception du genre féminin; –Recrutement et Formation des sages-femmes –Recyclage des infirmières accoucheuses actuellement en service dans les services hospitaliers.

21 Discussion (suite) Mise en place dun système de mutualisation de la grossesse et de laccouchement en fonction des niveaux de vie des familles. Amélioration des conditions de travail du personnel soignant. Harmonisation du système de soins obstétricaux. Augmentation de budget au département de santé reproductive et de santé.

22 conclusion Sans une action conjuguée des différentes parties prenantes, le taux de mortalité maternel sera sans cesse croissant. Il est urgent de mener des études denvergure aux niveaux régional et national qui permettront dévaluer le vécu de la grossesse et surtout de la prise en charge de laccouchement et prendre des mesures qui tiennent compte de la réalité vécue par les filles/femmes et le personnel sanitaire.

23 Conclusion Je vous remercie de votre aimable attention


Télécharger ppt "20e conférence pour la promotion de la santé 11-15 juil.2010 Genève OPS: Reproductive and Maternal health-Challenges and opportunities Images de la maternité"

Présentations similaires


Annonces Google