La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 ÈRE PARTIE : L A GUERRE FROIDE : CONFLIT IDÉOLOGIQUE, CONFLIT DE PUISSANCES En quoi la guerre froide est-elle un conflit idéologique et un conflit de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 ÈRE PARTIE : L A GUERRE FROIDE : CONFLIT IDÉOLOGIQUE, CONFLIT DE PUISSANCES En quoi la guerre froide est-elle un conflit idéologique et un conflit de."— Transcription de la présentation:

1 1 ÈRE PARTIE : L A GUERRE FROIDE : CONFLIT IDÉOLOGIQUE, CONFLIT DE PUISSANCES En quoi la guerre froide est-elle un conflit idéologique et un conflit de puissances ?

2 Avant scène: deux puissances, deux rêves, une planète Charles de Gaulle: discours de Strasbourg, avril 1947 « Nous nous trouvons désormais dans un univers entièrement différent de celui où notre pays a vécu pendant des siècles. Nous fûmes longtemps accoutumés à Europe équilibrée, où cinq ou six puissances, tout en rivalisant entre elles et en se faisant lune à lautre périodiquement la guerre, avaient une civilisation semblable, une commune manière de vivre, un même droit des gens, où les Etats moins importants se trouvaient protégés par la parité des plus grands, où notre vieux continent dominait en fait le monde par sa richesse, sa puissance, son rayonnement, où la France pouvait mener, avec bonheur ou malheur suivant les circonstances, mais toujours à son gré, une politique traditionnelle. Le tableau a complètement changé! Notre planète, telle quelle est aujourdhui, présente deux masses énormes, toutes deux portées à lexpansion, mais entrainées par des dispositions essentiellement différentes et, du même coup, par des courants idéologiques opposés. LAmérique et la Russie, si on a le droit despérer quelles ne deviendront pas ennemies, sont automatiquement rivales. Dautant plus que le rapetissement de la terre, par suite de lévolution technique, les met partout en contact, cest-à-dire partout en garde, et que linvention de moyens de destruction terribles introduit dans leurs relations un élément acrimonieux dinquiétude, sinon dangoisse. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, fin de la domination européenne sur le monde Monde apparaissant dominé par deux puissances, les Etats Unis et lURSS, aux idéologies opposées, avec un idéal de liberté côté américain (liberté politique dentreprendre…), un idéal dégalité (lutte des classes pour parvenir à leur abolition…) côté soviétique Rivalité pouvant se jouer partout dans le monde, comme durant la seconde guerre mondiale. Rivalité se jouant de plus à lère atomique et susceptible dentrainer une guerre danéantissement plus violente encore que la seconde guerre mondiale

3 Berlin, dun enjeu à un symbole de la guerre froide Statut de Berlin hérité des conférences de la fin de la guerre: ville occupée par les quatre puissances considérées comme vainqueurs de la guerre et ville située dans le secteur doccupation soviétique. Secteurs français, britannique et américain formant une enclave en territoire dominé par les soviétiques. Enclave disposant de communications avec lOuest Enclave berlinoise enjeu de la confrontation Est/Ouest: volonté duniformisation du territoire sous domination soviétique dun côté, du maintien dun pôle dinfluence occidentale de lautre. Volonté de ne pas perdre de terrain face à ladversaire

4 Berlin, dun enjeu à un symbole de la guerre froide Le blocus de Berlin vu par Konrad Adenauer. Extrait de Adenauer K.: Mémoires ( ), 1963 « A la fin du mois de mars 1948, les Soviétiques se mirent à couper les lignes de communication terrestres les unes après les autres sous les prétextes les plus divers. […] Lorsque, le 20 juin, la réforme monétaire entra en vigueur dans les zones occidentales, le trafic international fut interrompu par les Russes ce même jour, le trafic ferroviaire interzonal encore ouvert, le 24, et le trafic fluvial le 30. […] Les Soviets voulaient mettre les habitants et les alliés occidentaux à genoux en leur fermant les issues par terre et par eau. […] Les alliés répondirent à ce défi par létablissement dun pont aérien. […] Entre le 25 juin 1948 et le mois de mai 1949, 1 million et demi de tonnes environ de marchandises les plus diverses, vivres, charbons, matières premières et médicaments, parvinrent ainsi par air. […] Dans la nuit du 12 mai 1949 les Russes levèrent le Blocus. Leurs buts […] navaient pas été atteints. Berlin demeurait le bastion de lOccident. Le blocus de Berlin vu par Konrad Adenauer. Extrait de Adenauer K.: Mémoires ( ), 1963 « A la fin du mois de mars 1948, les Soviétiques se mirent à couper les lignes de communication terrestres les unes après les autres sous les prétextes les plus divers. […] Lorsque, le 20 juin, la réforme monétaire entra en vigueur dans les zones occidentales, le trafic international fut interrompu par les Russes ce même jour, le trafic ferroviaire interzonal encore ouvert, le 24, et le trafic fluvial le 30. […] Les Soviets voulaient mettre les habitants et les alliés occidentaux à genoux en leur fermant les issues par terre et par eau. […] Les alliés répondirent à ce défi par létablissement dun pont aérien. […] Entre le 25 juin 1948 et le mois de mai 1949, 1 million et demi de tonnes environ de marchandises les plus diverses, vivres, charbons, matières premières et médicaments, parvinrent ainsi par air. […] Dans la nuit du 12 mai 1949 les Russes levèrent le Blocus. Leurs buts […] navaient pas été atteints. Berlin demeurait le bastion de lOccident. Première crise de Berlin provoquée par la volonté des Occidentaux dunir leurs zones, volonté évoquée ici avec la création du Deutsche Mark qui se traduit par le blocus de Berlin et, en retour la mise en place dun pont aérien par les Occidentaux. Confrontation ne débouchant pas sur un conflit armé.

5 Berlin, dun enjeu à un symbole de la guerre froide

6 Crise du Blocus ayant pour effet daccélérer lémergence de deux Allemagnes face à face, chacune reliée à lun des deux Grands. RFA et RDA naissant toutes les deux en 1949, intégrées à leurs Blocs respectifs (intégration à lOTAN pour la RFA, au CAEM puis au Pacte de Varsovie pour la RDA). Crise amenant à une ossification des aires dinfluence des deux Grands, participant à la construction de Blocs opposés

7 Berlin, dun enjeu à un symbole de la guerre froide Ossification des Blocs paraissant particulièrement bien visible dans les années Monde étant alors coupé en deux, chacun des deux Grands ayant multiplié les alliances mais aussi les relations économiques à léchelle de la planète entière. Le monde apparait bipolaire…

8 Berlin, dun enjeu à un symbole de la guerre froide Coupures internes à la ville de Berlin restant cependant un enjeu de discorde. Liaisons (métro, tramway, lignes de bus…) coupées entre les deux parties de la ville, cependant visites entre personnes de lEst et de lOuest de Berlin restant possibles même si elles sont très contrôlées dans le sens Est Ouest. Emigration importante dAllemands de lest à partir de Berlin (2,8 millions de personnes entre 1949 et 1961) Emigration entrainant une nouvelle crise de Berlin entre 1958 et 1961 Demande soviétique, à partir de 1958 dun changement de statut de Berlin (soit zone internationale contrôlée par lONU, soit rattachement à la RDA). Devant le refus Occidental construction dun mur de séparation entre les deux parties de la ville à partir dAoût 1961 Refus dune intervention occidentale à Berlin: acceptation de ce fait du fait accompli et de la cassure de la ville qui est aussi lopposition renforcée de deux Blocs jusquau bout. En revanche Berlin Ouest symbole du camp occidental au cœur de la RDA. De ce fait ville devenant un symbole de lopposition Est Ouest et perdant son rôle denjeu dans laffirmation des Blocs Pour les Occidentaux, mur de Berlin et enfermement des Berlinois de lEst devenant le symbole de léchec du communisme. Idée développée par Kennedy en 1963 lors de sa venue à Berlin Ouest Textes extraits de Le Quintrec G.: Histoire 1 re L, ES, S, Nathan, 2011

9 Berlin, dun enjeu à un symbole de la guerre froide Document repris de Colon D.: Histoire 1 re L/ES/S, Belin 2011 Chaque côté de la ville est caractérisé par une volonté de manifester sa différence et/ou sa puissance face à ladversaire, ici avec ces projets architecturaux. Et il ny a plus de volonté de transformer le statut de Berlin. Ainsi en 1971, accord entre les quatre puissances occupant la ville réaffirmant le statut et donc la coupure de Berlin. Cest la reconnaissance de deux mondes face à face à Berlin. Toutefois politique douverture à lEst (Ostpolitik) du chancelier Brandt permettant certains contacts familiaux pour les Allemands de lOuest avec leurs parents de lEst Le musicien russe M. Rostropovitch improvisant un concert au pied du mur de Berlin au lendemain de son ouverture. Source: Cette acceptation du fait accompli à Berlin visible aussi à travers le processus qui amène à la chute du Mur. Processus de sortie du communisme relativement tardif par rapport à dautres démocraties populaires comme la Hongrie, lié aux initiatives du dirigeant soviétique Gorbatchev bien plus quà la volonté des dirigeants (est)allemands de sortir de lopposition Est/ouest. Cependant, du fait du rôle de Berlin tout au long de la guerre froide, chute de mur restant un symbole de la fin de la guerre froide… Au final, il apparait que Berlin, de lieu majeur daffirmation de la guerre froide est devenu au fil du temps un lieu denregistrement de ses soubresauts, une fois le condominium américano-soviétique et les Blocs de chacun des deux Grands fixés. Après la crise du Mur, situation dacceptation de la coupure de Berlin reflétant le climat de la « Détente » entre les deux Grands, de la reconnaissance dun relatif équilibre des forces et influences entre eux dans le monde. De la même manière Berlin enregistrant laffaiblissement soviétique dans les années 1980 avec la chute du Mur.

10 A. BERLIN AU CŒUR DE LA GUERRE FROIDE Le blocus de Berlin ( ), première crise de la guerre froide froide/video/AFE /ravitaillement-de-berlin-par-avion.fr.html

11 Dès le 12 mai 1945, un mois après la mort du président américain Franklin Roosevelt et quelques jours après la capitulation de l'Allemagne, Winston Churchill écrit au président Truman: «un rideau de fer est tombé sur le front russe». Très vite cependant, les désaccords entre Staline et ses anciens alliés éclatent au grand jour. L'URSS rejette l'assistance économique des États-Unis pour mieux contrôler la vie politique dans tous les pays où ses troupes sont présentes, jusqu'au cœur de l'Allemagne.

12 Le 22 septembre 1947, Andreï Jdanov (publie un Rapport sur la situation internationale. Le troisième secrétaire du Parti communiste de l'URSS, après Staline et Malenkov, écrit : «Plus nous nous éloignons de la fin de la guerre et plus nettement apparaissent les deux directions principales de la politique internationale de l'après-guerre, correspondant à deux camps : le camp anti-impérialiste et démocratique et le camp impérialiste. Les États-Unis sont la principale force dirigeante du camp impérialiste. L'Angleterre et la France sont unies aux États-Unis. Les forces anti-impérialistes et antifascistes forment l'autre camp. L'URSS et les pays de la démocratie nouvelle en sont les fondements.» Les rapports entre les deux grandes puissances vont désormais se dégrader.

13 Les causes du Blocus Coup de Prague : 13 février 1948 nomination de commissaires de police communistes ministres non communistes du gouvernement de coalition démissionnent monopole du pouvoir aux communistes. Parallèlement, PCT organise des manifestations douvriers armés (« milices populaires ») qui occupent les sièges des autres partis politiques. 25 février 1948 : formation nouveau gouvernement (majorité communistes) dirigé par K. Gottwald. Jan Masaryk, ministre des affaires étrangères (non communiste) « tombe » dune fenêtre le 20 mars… Élections mai 1948 : liste communiste unique. Fin du processus en juin 1948 démission du président Bénès. Gottwald le remplace. Tchécoslovaquie devient une démocratie populaire. Staline et Klement Gottwald, chef du PC tchèque

14 ar6.htm

15 Salami Tactics The Hungarian Communist Rakosi described this process as slicing salami – gradually getting rid of all opposition, bit-by-bit. In this way, Russia gained control of: Albania (1945) – the Communists took power after the war without opposition Bulgaria (1945) – a left-wing coalition gained power in 1945; the Communists then executed the leaders of all the other parties. Poland (1947) – a coalition government took power in 1945, but Stalin arrested all the non-Communist leaders in 1945, and the Communists forced the other non-Communists into exile. Romania (1945–1947) – a left-wing coalition was elected in 1945; the Communists gradually took over control.

16 Salami Tactics Hungary (1947) – Hungary was invaded by the Russians, and in 1945 the allies agreed that Russian troops should stay there. Stalin allowed elections, in which the non-communists won a big majority. However, some communists were elected, led by a pro-Russian called Rakosi. Rakosi now started demanding that groups which opposed him should be banned. If not, he hinted, the Russians would take over the country. Then he got control of the police, and started to arrest his opponents. He set up a sinister and brutal secret police unit, the AVO. By 1947 Rakosi had complete control over Hungary. Czechoslovakia (1945–48) – a left-wing coalition was elected in In 1948, the Communists banned all other parties and killed their leaders. East Germany (1949) – the Russian turned their zone of Germany into the German Democratic Republic in 1949.

17 Did Salami Tactics Really Happen? from Mark Mazower, Dark Continent (1998) Although the rhythms differed across eastern Europe, the sub­sequent pattern looked similar in retrospect: government by coalition, in which the Communist Party played an influential and dominant part; then, marginalization and outright repression of those parties and splinter groups which remained outside the coalition. Finally elections, which gave the Government Front 89 per cent in Poland, 98 per cent in Romania (up in 1948 from 91 per cent in 1946!) and 79 per cent in Bulgaria. By , this process had succeeded in crushing the agrarian and socialist parties which were the most serious threat in a democratic setting to communist hegemony; some of their leaders had been executed or forced to flee, while others had led splinter groups into government.

18 Was this a Machiavellian strategy carefully planned in advance? Some contemporary observers had no doubts. [The historian] Hugh Seton-Watson discerned a pattern of three stages: genuine coalition; bogus coalition; the `monolithic' regime. Yet in a curious way, this series of stages mirrored the emerging Soviet view which also saw the region moving by stages to communism. Both perhaps were trying to see a logic and a tidiness to events which did not exist. The actual course of events suggested - at least before a far more hesitant and uncertain Soviet Union than Seton-Watson implied. The 1945 elections in Hun­gary, for example, resulted in a humiliating defeat for the communists and a 57 per cent triumph for the Smallholders. Some coalitions (Poland, Yugoslavia in early 1945) were mere showpieces from the start, disguising communist control; others were genuine coalitions for several years ( Hungary,Czechoslovakia ); Romania and Bulgaria fell somewhere between the two.

19 Les causes du Blocus 20 Juin 1948, les Américains, Anglais et Français dotent leur zone doccupation (fusionnée en « trizone ») dune monnaie unique, le Deutsche Mark. Trizone incluse dans lOECE, chargée de répartir les crédits du Plan Marshall. Cette monnaie doit aussi circuler à Berlin dans les 3 zones américaine, anglaise et française. En réaction, Staline coupe les accès terrestres à Berlin Ouest (route, voies ferrées et voies fluviales).

20 En 1946, la situation est donc la suivante en Europe: Les pays « libérés » par lURSS tombent sous une domination soviétique avec imposition de gouvernements et dune économie communiste ( Pol, Rou, Tché, Hon…). On parle de Bloc de lEst. A lOuest, (vert) les pays sengagent à devenir les alliés des USA, recevant ( en 1947) une aide financière de reconstruction: le Plan Marshall. Dans les deux camps, des bases US et russes sinstallent. Mais que devient lAllemagne dans cette histoire?

21 Le pays est divisé en 4 zones doccupation: Une zone française Une zone anglaise Une zone étatsunienne Une zone soviétique Berlin ( et Vienne ) dispose dun traitement spécial: la ville est divisée en 4 zones doccupation, comme le pays ! La carte suivante montre bien la situation de la ville au sein dune Allemagne occupée.

22 On voit mieux ici les zones doccupation. Berlin est totalement isolée au cœur de la zone soviétique et pourtant, des quartiers sont sous contrôle des troupes alliées. Cest pourquoi on compte un aéroport par zone doccupation allié. Devant le désaccord entre les deux grandes puissances sur le sort quil faut réserver à lAllemagne, lURSS décide de prendre les devants en 1948.

23 Berlin est lancienne capitale du Reich, elle est au cœur de la zone doccupation soviétique; Staline veut donc mettre la main sur toute la ville. Cest pourquoi en 1948, il impose un blocus ferroviaire et routier sur les zones alliés afin de forcer les Etatsuniens à céder toute la ville. Ces-derniers refusent et organisent un pont aérien pour ravitailler la population; ce blocus fut un échec. Staline na pas dit son dernier mot.

24 Dès 1945, lAllemagne est découpée en 4 parties. La moitié Est sous domination soviétique, devient une République communiste en 49 (RDA) Berlin-Ouest est enclavée. Dès 1945, lAllemagne est découpée en 4 parties. La moitié Est sous domination soviétique, devient une République communiste en 49 (RDA) Berlin-Ouest est enclavée. En juin 48, les Soviétiques mettent en place un blocus de Berlin-ouest en bloquant tous les accès terrestre de la ville, afin que les Occidentaux la quitte. Cependant, ceux-ci ripostent par un pont aérien en mai 49, les Soviétiques abandonnent. En juin 48, les Soviétiques mettent en place un blocus de Berlin-ouest en bloquant tous les accès terrestre de la ville, afin que les Occidentaux la quitte. Cependant, ceux-ci ripostent par un pont aérien en mai 49, les Soviétiques abandonnent.

25 Le pont aérien Ravitailler plus de 2 millions de Berlinois par la voie aérienne (« Operation Vittles ») 324 jours, vols, (1 avion toutes les 1½ minutes en moyennes, record de 1 toutes les 45 secondes le 16 avril 1949), tonnes de fret (68 % de charbon et 23 % de nourriture). Plus de tonnes de marchandises par jour en moyenne. « Candy Bombers » : 23 tonnes de bonbons et chocolat !

26 Berlin devient un symbole Le Lait, nouvelle arme de la Démocratie ! Ravitaillés uniquement par la voie aérienne, 2½ millions de Berlinois sessayent à un nouveau mode de vie. Dans la bataille diplomatique qui se livre actuellement pour Berlin, lUS Air Force permet à des millions dEuropéens de lOuest de ne pas perdre espoir en la démocratie. Cest presque uniquement à bord davions Douglas que les équipages Yankees ont déversé plus dun demi million de tonnes de ravitaillement à Berlin depuis Juin dernier. Cet exploit remarquable met à rude épreuve nos ressources aériennes. Cela montre que des avions cargos en nombre suffisant doivent être considérés comme essentiels dans le cadre dun programme de défense militaire moderne. Nous avons besoin – désespérément besoin – d'avions plus grands, plus rapides, destinés uniquement au transport aérien. Et pour faire face à ce besoin, Douglas construit maintenant le DC-6A géant. Capable d'emporter tonnes de cargaison à 480 km/h, le DC-6A fournira aux forces armées un transport aérien solide et fiable, capable de ravitailler les bases du monde entier pour toutes sortes de situations durgence nationale. Publicité dans un magazine américain début 1948

27 Conséquences du blocus 4 avril 1949: signature du traité de lAtlantique Nord, (alliance défensive) par les Occidentaux. (En 1955, les pays signataires se doteront dune structure militaire commune : lOTAN) 12 mai 1949 : Staline lève le blocus loi constitutionnelle du 23 mai 1949 : la trizone devient la R.F.A 7 octobre 1949 : création de la RDA

28 En 1949, la partie occupée par les Soviétiques devient La RDA ( république démocratique allemande). Cest la fin de lAllemagne unie. RDA La même année, la zone occupée par les Alliés ( France, GB, USA) devient la RFA ( république fédérale allemande). RFA Mais au fil des années, le niveau de vie entre les zones berlinoises connaissent de profondes inégalités; on vit mieux à Berlin- Ouest quà Berlin-Est; nombreux sont donc les habitants de lEst qui sinstallent dans les quartiers occidentaux ou mieux encore… Ils passent à Berlin-Ouest afin de prendre un avion pour rejoindre la RFA où ils trouveront une vie meilleure.

29 Le blocus de Berlin-Ouest (juin 1948-mai 1949)

30 Situation de lEurope au milieu des années Le continent est divisé en 2 blocs opposés, comme lAllemagne, comme Berlin ! Un rideau de fer sinstalle; les 2 camps sont désormais membres dalliances militaires ( OTAN et Pacte de Varsovie). Les armées sobservent avec méfiance; on est au cœur de la Guerre Froide.

31 En quoi cette crise est révélatrice de la guerre froide ? - tension entre les deux Grands mais pas daffrontement direct, pas dusage de larme atomique - logique dintimidation (épreuve de force) : volonté de faire céder ladversaire - logique bipolaire : séparation de lAllemagne en deux à limage de lEurope séparée en deux par le rideau de fer

32 On la vu, Berlin est isolée au cœur de la RDA. Elle est divisée en 4 zones occupées par les pays vainqueurs de la guerre; des panneaux indiquent les changement de zones et les passages sont très surveillés.

33 Devant la forte émigration (2,5 millions depuis 1947 ) des Allemands de lEst vers lOuest, le chef de lEtat russe, Nikita Khrouchtchev décide en 1961 de faire bâtir en quelques jours un mur circulaire emprisonnant totalement Berlin-Ouest.

34 1961: Le Mur de Berlin

35 Au 13 août 1961, le mur est érigé en quelques temps; il mesure 155kms, avec des plaques de 3,60m de haut, 302 miradors avec 1200 soldats qui ont ordre de tirer à vue. 254 personnes mouront en sévadant; 5000 personnes parviendront à fuir. Un seul point de passage entre les 2 Berlin, le « Checkpoint Charlie ». Les Berlinois vivent cet événement comme une nouvelle déchirure après celle de leur pays.

36 Début de la construction : nuit du 12 au 13 août 1961 Entre 2,6 et 3,6 millions d'Allemands fuient la RDA par Berlin entre 1949 et Une émigration qui concerne particulièrement les jeunes actifs problème économique majeur qui menace l'existence même de la RDA.

37 De Peter Fechter à JFK

38 De Peter Fechter… Le 17 Août 1962, en tentant de passer le mur, Peter Fechter, jeune Est-Allemand est repéré et abattu par les gardes Est-Allemands. Des centaines de spectateurs observent le drame des deux côtés du mur pendant que le jeune homme meurt en appelant longuement à laide. Les Berlinois de lOuest supplient les G.I. américains de laider mais ceux- ci ont reçu lordre de ne rien faire. Les Vopos (policiers Est-Allemands) du côté Est ont quant à eux peur dêtre pris pour cible par les Américains. 55 minutes plus tard il est emmené, mort, par les gardes Est-Allemands.

39 À J.F. Kennedy Pour regagner le soutien des Berlinois de lOuest, le président Kennedy se rend à Berlin Ouest le 26 Juin 1963 et prononce son célèbre discours : « Il y a beaucoup de gens dans le monde qui ne comprennent pas vraiment – ou disent quils ne comprennent pas - quel est le problème entre le monde libre et le monde communiste. Quils viennent à Berlin ! […] Tous les hommes libres, où quils vivent, sont des citoyens de Berlin. Cest pourquoi en tant quhomme libre, je suis fier de prononcer ces mots : « Ich bin ein Berliner ».

40

41

42 A. BERLIN AU CŒUR DE LA GUERRE FROIDE La chute du Mur : symbole de la fin de la guerre froide

43 Willy Brandt (né Herbert Ernst Karl Frahm en 1913) est membre du part social démocrate (SPD), il est chancelier fédéral de 1969 à Il est à lorigine de lostpolitik « politique de lEst » qui a pour but daméliorer les relations entre la RFA et la RDA.

44 La chute du Mur de-liberte.fr.html

45 Le Travail (groupes de 3) Lire pages (Le Blocus de Berlin) Répondre aux 5 Ws… « Quel a été leffet de cet événement sur le déroulement de la Guerre Froide ? » Le blocus sest transformé en épreuve de force entre lURSS et lOccident. Loccident a remporté cette bataille symbolique quand les Soviétiques ont aboli le blocus au bout de 11 mois.

46 clip

47 Le Blocus de Berlin Ce massif pont aérien dura 11 mois après lequel en 1949pont aérien les trois secteurs occidentaux se réunirent pour former la République Fédérale Allemande (RFA). le secteur russe devint la République Démocratique Allemande (RDA). Berlin de l'Est fut incorporé dans la RDA pour enfin devenir sa capitale en 1954, par contre Berlin de l'Ouest continua d'être un territoire séparé avec son propre gouvernement et liens économiques et culturels avec la RFA.

48 Le Blocus de Berlin La première confrontation majeure de la GF. Pourquoi par lair? Truman voulait éviter une guerre.

49

50

51

52

53


Télécharger ppt "1 ÈRE PARTIE : L A GUERRE FROIDE : CONFLIT IDÉOLOGIQUE, CONFLIT DE PUISSANCES En quoi la guerre froide est-elle un conflit idéologique et un conflit de."

Présentations similaires


Annonces Google