La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Force et faiblesse des nouvelles économies émergentes: le cas du Brésil. Amsterdam - Third IIRE Seminar on the Economic Crisis Rosa Maria Marques Pontifícia.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Force et faiblesse des nouvelles économies émergentes: le cas du Brésil. Amsterdam - Third IIRE Seminar on the Economic Crisis Rosa Maria Marques Pontifícia."— Transcription de la présentation:

1 Force et faiblesse des nouvelles économies émergentes: le cas du Brésil. Amsterdam - Third IIRE Seminar on the Economic Crisis Rosa Maria Marques Pontifícia Universidade Católica de São Paulo (PUCSP) - Brasil

2 Résumé Introduction 1. L'économie de Lula et Dilma 2. L'intensification de la présence de capitaux étrangers et l'affaiblissement de l'économie IDE - privatisation et période récente Le stock d'IDE Les investissements de portefeuille et des dérivés L'investissement brésilien à l'étranger Impact de l'investissement étranger dans la balance des paiements et le taux de change Conclusion

3 Introduction C'est complexe et difficile à analyser la situation actuelle de l'économie brésilienne. Pourquoi? a) les indicateurs enregistrent performances dexcellents à des médiocres et préoccupantes, selon la variable qu´on utilise. b) nouvelles formes de dépendance ont apparu et à la fois certains secteurs de la modernité ont avancé. c) lorsque l'on prend en compte les résultats des politiques dites «d'inclusion», la popularité de Dilma Rousseff qui augmente (pris comme réélu dans toutes les enquêtes), paradoxalement le nombre de grèves et de manifestations qui atteignent tous les coins du pays, aussi.

4 L'économie de Lula et Dilma La croissance 7ème économie du monde, surpassé seulement par les vieux pays impérialistes et par la Chine. Mais la croissance au cours des dernières années a été médiocre par rapport aux périodes précédentes, et varie considérablement – moyenne de 3,6% dernières années - de grandes variations - 2,7% (2011) 0,9% (2012) 2,28% (2013) 7,5% (2010) Pourtant, le résultat était meilleur que la croissance de 2,31% sur les 8 ans du gouvernement Fernando Henrique Cardoso.

5 L'économie de Lula et Dilma L'emploi et le revenu Malgré cette performance : a) taux de chômage le plus bas de la série– 4,3% en 12/2013 en 2002 – 11,5% en 2013 – 5,4% b) formalisation accrue durant la période– de 41,8% à 52,9% c) l'augmentation du revenu moyen de la population active de 27,1% chez les travailleurs ayant des liens formels - 13,6% chez les informels - 31,2%). d) augmentation réelle du salaire minimum de 73,3% - entre Avril 2002 et janvier 2014

6 L'économie de l'Lula et Dilma + Politiques de revenus pour les plus pauvres En vedette - Bolsa Família ,9 millions de ménages – c'est à dire 28% de la population le coût – très faible – 0,4% du PIB. l'impact - 16% de la réduction de l'inégalité des ménages sur le revenu (entre 1999 et 2009) - même si le revenu de cette prestation ne vient pas représenter 0,8% du revenu des familles brésiliennes. La valorisation du salaire minimum et les politiques de revenus ont eu un impact important sur la consommation.

7 L'économie de Lula et Dilma Prêts consignés » et réduction d'impôt les prêts des banques aux particuliers - Ressources libres dez/2009 – 14,5% du PIB dez/2013 – 26,0% du PIB Sur ce total, près de 30% était sous la forme de prêts consignés. total des prêts (les particuliers, entreprises et les gouvernements) dez/2002 (FHC) – 24,0% du PIB dez/ ,5% du PIB la réduction ou l'élimination des taxes l'automobile et électroménager – réduire les stocks et l'oisiveté - fin en Juillet cesta básica - panier Resultat de l´ensemble de politiques - après 2008, la croissance économique a été assurée par l'expansion de la consommation. 6,26% (2010) 3,53% (2011) e 3,10% (2012). Au cours de la période, le taux moyen annuel de la formation brute du capital était de 0,26% et la formation brute de capital fixe était de 2,89%.

8 L'économie de l'Lula et Dilma Taux d'intérêt - Dilma Augmente dans les premiers mois, puis réduit de 12,5% à 7,25%, mais commence laugmenter en Mar/ est aujourd'hui de 10,5%. Points saillants a) la performance des médias, en soulignant que la cible d'inflation a été dépassé et que sa cause était la demande. b) en fait, il a démontré le pouvoir du capital à intérêt, que ce soit national ou international, n'accepte pas de voir leur rentabilité diminuer. c) absence de tout contrôle sur le mouvement des capitaux étrangers fait ses sorties brusques, même de courte durée, un outil puissant dans le maintien de taux d'intérêt élevés. Résultats: a) total des intérêts payés sur la dette intérieure - 3 dernières années - moyenne annuelle de 5,25%, du PIB années (Lula et Dilma) - moyenne annuelle de 6,4% du PIB. b) Titres de créance du Trésor émis – 62,1% du PIB. - sur le marché - 42,2%, du PIB Les institutions financières (30,2%), les fonds d'investissement (21,7%), Les fonds de pension (17,1%), les non-résidents (16,1%) Gouvernement (6,6%), des Assurances (4,0%) Autres (4,3%).

9 L'économie de Lula et Dilma Taux de change Le grand afflux de dollars a poussé le taux de change – real valorisé - malgré les efforts du gouvernement. Résultats: a) la réduction de l'excédent commercial US$ 29,8 milliards (2011) US$ 19,4 milliards (2012) US$ 2,558 milliards (2013) b) croissance de déficit des transactions courantes. US$ 54,23 milliards (2012) US$ 83,1 milliards s (2013) - 3,66% du PIB - pire résultat depuis Pour cela, fondamentalement influencé la mauvaise performance de la balance commerciale, bien que le déficit dans les services et les comptes des revenus a augmenté par rapport aux années précédentes.

10 L'intensification de la présence de capitaux étrangers et l'affaiblissement de l'économie 2.1 – IDE dans la privatisation et dans la période récente Privatisation – 1990 – 1994; 1995 – 2002 Jusqu'en la présence de capitaux étrangers a été de 5%. Après 53%. Cela a augmenté le flux de capitaux étrangers directs (IED) dans le compte de capital. (Graphique 1). Deux impulsions: la deuxième phase de la privatisation et après En 2012, le Brésil est le cinquième pays de destination de l'IED.

11 Graphique 1 – IED net (millions de dollars) participation au capital - prêt entre l'entreprise

12 L'intensification de la présence de capitaux étrangers et l'affaiblissement de l'économie Stock total d'IDE - en Dec/2012, 719 milliards de dollars. Entre 1995 et 2012, le stock a augmenté de plus de 17,4 fois! Stock d'IDE par investisseur final de pays (considérer la chaîne de contrôle de la société non-résidente) Etats-Unis (19,6%) Espagne a (13,1%) Belgique (9,3%)

13 L'intensification de la présence de capitaux étrangers et l'affaiblissement de l'économie Secteur dactivité. En 2011, IED – participation au capital services (44,2%), l'industrie (39,8%) et l'agriculture et l'extraction minière (16%). En 1995, les secteurs étaient: l'industrie (66,9%), les services (30,9%) et l'agriculture et l'extraction minière (2,2%) L'augmentation significative de la participation de ces deux derniers secteurs reflète le processus de privatisation et la participation étrangère dans les services de télécommunications, la banque et l'exploitation minière le secteur agroalimentaire.

14 L'intensification de la présence de capitaux étrangers et l'affaiblissement de l'économie Fusions et acquisitions capitaux étrangers a été impliqué dans 31,19% des fusions et acquisitions En 2012, il y avait 812 opérations (un record depuis 1994): 342 ont été faites par les entreprises brésiliennes par l'étranger et 474. Il en résulte une augmentation de la concentration du capital dans les diverses activités.

15 L'intensification de la présence de capitaux étrangers et l'affaiblissement de l'économie 2.3 – L investissement de portefeuille étrangers et dérivés

16 L'intensification de la présence de capitaux étrangers et l'affaiblissement de l'économie 2012 – stock de US$ 638,8 milliards attaque spéculative contre la monnaie brésilienne entre le 1er et le 2ème trimestre - entre Mars et Juin 2013, il y avait une réduction du stock de plus de 80,0 milliards de dollars. Pour faire face à cette pression brutale à la dévaluation, la Banque centrale a commencé un programme de vente de 3,0 milliards de dollars par semaine - de 2,0 milliards en d'un appel d'offres de swap de change et de 1 milliard sur le marché - annonçant que ce programme avait 55 milliards de dollars.

17 L'intensification de la présence de capitaux étrangers et l'affaiblissement de l'économie Dérivés Le mouvement de ce compte n'est pas significatif par rapport à l'IDE ou portefeuille. Stock – de US$ 4,0 millliards en Septembre 2013.

18 Capitaux brésiliens à l'étranger - investissements directs Ont augmenté d'année en année 70% sont des investissements directs US$ millions - investissement direct – services financiers (38,2%) - industrielles (18,1%) Les capitaux brésiliens sont également de plus en plus international. En termes de destination, du total IBD traduit en participation au capital, seulement 6,9% sont destiné aux pays d'Amérique latine.

19 Impacts de l'investissement étranger dans la balance des paiements et taux de change L'afflux de capitaux étrangers a coûté cher. a) le solde du compte courant est négatif depuis en 5 ans - déficit accumulé de US$ ,7 millions - compte de revenus - trajectoire ascendante négative : US$ millions (1994) US$ millions (2012) US$ millions (2013) - la grande majorité ont été revenus provenant de l'investissement direct, principalement des bénéfices et des dividendes. Dans le cas des répercussions de la crise mondiale sur l'économie brésilienne approfondir, le volume du revenu que laisserá le pays devrait s'accélérer, comme cela s'est produit en 2008 et une partie de 2009, en raison de l'anticipation de rapatriements de bénéfices et de dividendes, avec des répercussions sur le taux de change.

20 Conclusion Semble avoir épuisé l'alternative de développement grâce à l'expansion de la consommation. Le gouvernement est l'otage des intérêts du capital, principalement sous la forme de capital fictif.


Télécharger ppt "Force et faiblesse des nouvelles économies émergentes: le cas du Brésil. Amsterdam - Third IIRE Seminar on the Economic Crisis Rosa Maria Marques Pontifícia."

Présentations similaires


Annonces Google