La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

En route vers une politique nationale de revitalisation intégrée Présenté par Jean-François Aubin Directeur, Réseau québécois de revitalisation intégrée.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "En route vers une politique nationale de revitalisation intégrée Présenté par Jean-François Aubin Directeur, Réseau québécois de revitalisation intégrée."— Transcription de la présentation:

1 En route vers une politique nationale de revitalisation intégrée Présenté par Jean-François Aubin Directeur, Réseau québécois de revitalisation intégrée (RQRI)

2 Une politique de revitalisation intégrée ? Un petit rappel historiqueContexteDe quoi parlons-nous ?Quelques éléments dune politique nationaleLe chemin à parcourir

3 Une politique de revitalisation intégrée ? Historique ContexteQuelle politique ? Pour y arriver

4 Une longue route…

5 Rappel historique - Il faut remonter à lidée même de «développement local» comme le démontre Bernard Vachon. Le sens premier du concept était un développement local intégré où lon devait prendre en compte la globalité de la vie à partir dun territoire donné (fin des années 1960); - Des dérives ont conduits à axer le développement local uniquement ou presque sur le développement économique local… doù la proposition, au début des années 80, de plutôt parler justement de développement local intégré;

6 Les débuts ? « Le développement local intégré apparaît ainsi comme lexpression dun changement social caractérisé par la montée du partenariat, lémergence dacteurs différents (élus locaux, entrepreneurs, universitaires, scientifiques et techniciens, représentants dorganismes publics et dassociations communautaires, professionnelles, citoyens), lidentification de créneaux économiques appropriés aux ressources et aux contraintes du milieu et lintroduction de préoccupations sociales, culturelles et environnementales au centre des rationalités purement économique. » (Vachon, 2001, p.8) cité par Claude Bégin et Lise Ouellet.

7 Linspiration américaine Début des années 80, inspiré par les expériences en cours depuis déjà une vingtaine dannées dans des quartiers dévitalisés dans des grandes villes américaines (Boston, Chicago, etc.), naît au Québec, la première corporation de développement économique communautaire. - Il sagit de RESO à Pointe St-Charles. Cest aussi une époque où lon parle beaucoup de développement économique communautaire comme une vision du développement territorial, avec une approche globale et soucieuse de la mobilisation et de la participation du plus grand nombre possible de la communauté. - Par la suite, un réseau de CDEC se développe dans certaines grandes villes du Québec.

8 Linspiration française - Lors de forums tenus à Montréal en , on y parle dapproche intersectorielle, globale, territorialisée et concertée; - En 1999, Montréal développe des projets appelés «Quartiers sensibles» où lon tente de combiner ensemble des interventions sociales, économiques et urbaines sur un même territoire; - Décembre 2001, adoption de la Politique nationale de la ruralité;

9 La santé publique En 2002, Linstitut national de santé publique du Québec (INSPQ) publie un document dans lequel on retrouve des affirmations telles: «Le développement des communautés est en fait un processus de coopération volontaire, dentraide et de construction de liens sociaux entre les résidants et les institutions dun milieu local, visant lamélioration des conditions de vie sur les plans physique, social et économique. » On y précise également que les interventions en développement des communautés tendent à : - renforcer la capacité de la communauté; - sappuyer sur la participation des citoyens et des citoyennes; - susciter des partenariats intersectoriels; - créer un climat propice à laction; - ajouter une plus-value à laction par la collaboration;

10 Santé publique et contribution des organisateurs communautaires Dès les années 80 et 90, plusieurs organisateurs communautaires, partant du principe que les déterminants de la santé demande dintervenir auprès de lensemble de la communauté, simpliquent dans des projets territoriaux. Cest notamment suite à leur travail quen 2002, la santé publique reconnaît formellement limportance du développement des communautés. La fin des années 90 et le début des années 2000 sont aussi des années où lon assiste au développement du concept de développement durable et celui du développement social.

11 La lutte à la pauvreté - Montréal tient un Sommet en 2002, au cours duquel ressort clairement lidée de la revitalisation et du développement intégrés des quartiers et de la lutte à la pauvreté dans le cadre dune approche de revitalisation urbaine intégrée (G. Divay) - À peu près en même temps, en décembre 2002, le gouvernement du Québec adopte la «Loi visant à lutter contre la pauvreté et lexclusion sociale ».Cette loi favorise une approche centrée sur la prise en charge par le milieu et lintégration du développement économique et social (Divay); - Janvier 2003, un premier contrat de ville, à limage de la France, est conclu entre le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal. On y retrouve lapproche territoriale intégrée et des zones ciblées où auront lieu des projets pilotes.

12 Lapproche territoriale intégrée En avril 2004, le Gouvernement du Québec adopte son plan daction gouvernementale en matière de lutte contre la pauvreté et lexclusion sociale. On y retrouve la section suivante: «…le développement dune approche territoriale intégrée savère un enjeu important. Cette approche se caractérise par une concertation des intervenants, une intervention intersectorielle qui place lamélioration de la situation des membres de la communauté au centre dune action globale et qui améliore la capacité dagir tant des collectivités que des individus qui les composent. Elle contribue à une meilleure synergie entre le développement économique local et le développement social, et un meilleur arrimage des différentes stratégies sectorielles visant lamélioration des conditions de vie des milieux défavorisés. Lapproche territoriale constitue lancrage concret sur le terrain de la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et lexclusion sociale » (p.69)

13 Les projets de revitalisation intégrée - En 2006, le Ministère Emploi et Solidarité sociale élabore la mise en place dune mesure pour appuyer les projets qui utilisent lapproche territoriale intégrée (ATI) selon certains paramètres déterminés par le ministère. - Parallèlement à tout cela, comme cest souvent le cas, la réalité terrain sest développée plus rapidement que les politiques publiques. - Des premiers projets qui saffichent clairement comme ayant une approche territoriale intégrée voient le jour, par exemple en 2000 à Trois-Rivières, et dans de petites municipalités. Sajouteront peu à peu, une série de projets que ce soit à Valleyfield, en Outaouais, etc. - Février 2008, un réseau de démarches de revitalisation intégrée (RQRI) se mets en place au Québec de par linitiative de plusieurs projets de revitalisation intégrée.

14 Plans daction et stratégies gouvernementales 2009, vaste consultation, Rendez-vous de la solidarité. Lapproche territoriale intégrée est fortement présente dans le document de consultation. 2010, Plan daction gouvernemental pour la solidarité et linclusion sociale 2011, mise en place graduelle des Alliances pour la solidarité (régionale) Novembre 2011, adoption de la Stratégie « Occupation et vitalité des territoires » dans laquelle lon mentionne les projets de revitalisation urbaine intégrée à Montréal Mai 2012, adoption de la loi sur loccupation et la vitalité des territoires

15 Plans daction et stratégies gouvernementales Avril 2013, adoption du premier plan daction pour lapplication de la Stratégie doccupation et de vitalité du territoire La Stratégie, dans son orientation 2, mentionne limportance dagir pour relancer les secteurs à revitaliser AU MSSS, une politique sur la prévention est en cours de discussion et ferait peut-être une place au développement des communautés….à suivre!

16 Contexte La revitalisation intégrée actuellement est nommée de différentes façons, tantôt on en parle comme des RUI, des ATI, du développement des communautés, etc. Elle est partie prenante de concepts plus larges tels le développement social, le développement économique communautaire, le développement durable, la lutte à la pauvreté et à lexclusion sociale, occupation du territoire notamment Elle a cependant ses spécifiques propres qui la démarquent Actuellement, sous différentes angles, le MAMROT, le MESS, le MSSS abordent la revitalisation intégrée

17 De quoi parlons-nous ? - Il sagit de projet de revitalisation intégrée cest-à-dire qui vise une revitalisation économique, sociale, culturelle et environnementale; - Ces projets mettent un accent important sur la participation citoyenne; - Ces projets sont basés sur un travail intersectoriel; - Ces projets sont des projets multi-partenaires où aucun des partenaires prit individuellement na le contrôle; - Ces projets reposent sur un territoire déterminé

18 De quoi parlons-nous ? - Ils visent lamélioration de la qualité de vie des résidents et résidentes et par le fait même, lutte contre la pauvreté et lexclusion. - Ces projets partagent notamment des valeurs de démocratie, dinclusion, de justice sociale et de participation; - Ce sont des projets qui produisent des résultats à court terme mais qui sont des projets de long terme.

19 Quelques éléments dune future politique… Des éléments pour encourager, stimuler et soutenir les processus de la participation citoyenne Une préoccupation et un encouragement pour un travail de concertation intersectoriel sur une base locale (le territoire local comme point de départ) Une volonté de réaliser et de maintenir à jour des « portraits/diagnostics » fait en participation avec le milieu Une reconnaissance et un soutien pluriannuel (triennal voir même quinquennal) aux concertations locales qui se donnent un plan daction pour revitaliser leur milieu Un soutien aux projets structurants dans des milieux dévitalisés par la mise en place dun fonds à cet effet (et la reconnaissance de la continuité vs toujours innover)

20 Le chemin à parcourir Avoir une volonté politique et avancer sur les innovations institutionnelles Faire travailler ensemble différents ministères (arrimage des programmes et intégration de la gestion par résultats dans une perspective globale et de processus) Avoir un ministère « porteur » Sensibiliser et former le monde municipal à cette approche qui est à la jonction de la démocratie représentative et de la démocratie participative (le cas du PAGSIS démontre des avancées mais beaucoup reste à faire et il faudrait capitaliser sur tous le travail effectué depuis 2011) Centrer laction sur le local (quartiers, secteurs, MRC). Le régional doit être en appui seulement Se doter dun observatoire national sur la revitalisation intégrée des communautés


Télécharger ppt "En route vers une politique nationale de revitalisation intégrée Présenté par Jean-François Aubin Directeur, Réseau québécois de revitalisation intégrée."

Présentations similaires


Annonces Google