La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La christianisation des Gallo-romains dans le cadre de lEmpire romain : une deuxième latinisation La christianisation de la Gaule Ce projet a été financé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La christianisation des Gallo-romains dans le cadre de lEmpire romain : une deuxième latinisation La christianisation de la Gaule Ce projet a été financé"— Transcription de la présentation:

1 La christianisation des Gallo-romains dans le cadre de lEmpire romain : une deuxième latinisation La christianisation de la Gaule Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) nengage que son auteur et la Commission nest pas responsable de lusage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

2 Les Gaules, une évolution au sein de lEmpire romain : naissance, développement et reconnaissance Une diffusion lente et superficielle : dabord les élites urbaines Vers une nouvelle civilisation : une autre cosmogonie

3 Problématique Processus de très longue durée, inachevé encore autour de lan 1000.

4 Les Gaules, une évolution au sein de lEmpire romain : naissance, développement et reconnaissance

5 Comment lempire romain considère la religion chrétienne ? Pourquoi ? Comment se manifestent ces relations ? Quelles sont les conséquences pour le christianisme ? IIe – début du IVe siècle 313 : édit de Milan IVe – Ve siècle Christianisme interdit Les chrétiens refusent de participer à la religion impériale Persécutions antichrétiennes Le christianisme se développe de manière discrète et limitée 313 : édit de Milan Christianisme autorisé Lempereur veut préserver la paix et favoriser lunité de lempire Fin des persécutions antichrétiennes Lempereur et les évêques entretiennent des relations étroites Le christianisme devient la religion de lEmpire Le christianisme renforce lautorité de lempereur Interdiction des religions païennes (non-chrétiennes) LEglise chrétienne devient dominante

6 Lempereur Honorius, représenté en soldat du Christ. Panneau gauche du diptyque en ivoire du consul Probus, daté de 406, trésor de la cathédrale dAoste,Italie le chrisme (les 2 premières lettres du mot grec Χριστός, Christ). Une Victoire : déesse ailée Traditionnelle dans lart grec (cf. Athéna Niké) Reprise dans lart romain Tend une couronne de laurier, emblème de victoire quon offrait au général triomphateur + une palme qui était linsigne donnée au vainqueur dans les compétitions sportives et les jeux du cirque. Donc, une double victoire. Référence à la victoire de lEmpereur Constantin au Pont Milvius en 312 contre Maxence Très vite emblème du triomphe du christianisme sur le paganisme, de la victoire du bien sur le mal La palme devient le symbole du martyre « A notre seigneur Honorius toujours auguste » « Offrande du consul Probus homme illustre protégé par lempereur » « Au nom du Christ tu seras toujours vainqueur » Hampe de légionnaire Méduse

7 1. Juifs et grecs : Dabord dans le milieu des marchands juifs cités du couloir rhodanien et de la Narbonnaise aux IIe et IIIe 177, 1 ère communauté identifiée à Autun L'évangélisation commence avec des Grecs Paul à Narbonne, Saturnin à Toulouse, Denis à Paris. Les élites urbaines sont touchées 2.Très vite les persécutions : Pothin, évêque de Lyon et premier évêque des Gaules, et Blandine: 177 apr. J.-C. À Paris lévêque Saint Denis vers : Sainte Foy, Saint Caprais à Agen 3.LEglise de la clandestinité Réunions à proximité des villes dans les endroits où étaient ensevelis leurs morts et où ils célébraient leur culte Culte dans les maisons En Gaule, une diffusion lente et superficielle : dabord les élites urbaines La Gaule chrétienne au IIIème et IVème siècles Premiers chrétiens et premiers martyrs

8 Plus ancien monument chrétien de Gaule tradition polythéiste gréco-romaine très présente Phoebus / Apollon Dieu solaire (dieu ouralien) Gardien des troupeaux Pêcheur à la ligne qui sort un poisson de l'eau. Le pêcheur, c'est saint Pierre à qui le Christ a annoncé qu'il serait « pêcheur d'hommes » ou le Christ lui- même, le poisson, c'est celui qui devient chrétien, régénéré par l'eau du baptême. L'ancre marque lattachement au Christ forme une croix Un personnage adulte, assis, qui enseigne un enfant image profane du philosophe et image chrétienne du Christ annonçant la Bonne Nouvelle. Pluton, dieu romain des Enfers (dieu chtonien) Celui qui juge les âmes (Champs Elysées ou Tartare) L'orante = symbole de la prière et de l'âme qui monte vers Dieu. La colombe avec le rameau d'olivier dans le bec = l'âme qui a atteint la paix de Dieu Les moutons bien ancrés au sol représentent lEglise (terrestre). De plus, christianisme clandestin à lépoque ! Le Bon Pasteur portant la brebis sur ses épaules = Christ sauveur et l'âme quil a sauvée. Sarcophage de la Gayole (Var), IIIème siècle

9 Une religion qui devient publique à partir du IVème siècle 1.Un christianisme qui se montre X des basiliques Une communauté organisée : une caisse commune gérée par les plus anciens (presbuteroi, en grec, doù prêtres …) sous la direction dun évêque cest la paroisse Les rituels : Le baptême : lentrée dans la communauté La cérémonie du dimanche : La Cène en partageant le pain et le vin : lEucharistie Prières et lecture des évangiles Des signes de reconnaissance Poisson Agneau Colombe Croix

10 Poisson en grec I (I, Iota) : ΙΗΣΟΥΣ (Iêsoûs) « Jésus » ; Χ (KH, Khi) : ΧΡΙΣΤΟΣ (Khristòs) « Christ » ; Θ (TH, Thêta) : ΘΕΟΥ (Theoû) « Dieu » ; Υ (U, Upsilon) : ΥΙΟΣ (Huiòs) « fils » ; Σ (S, Sigma) : ΣΩΤΗΡ (Sôtr) « Sauveur ». Ce qui est traduisible par « Jésus-Christ fils de Dieu, notre sauveur ». Lorsque le poisson est à l'intérieur d'une ligne circulaire cest un acronyme : ICHTUS ICHTUS

11 2.A la conquête des campagnes Grandes missions d'évangélisation de saint Martin de Tours dans le courant du IVè siècle vallée de la Loire, Bourgogne, Berry et régions de l'Est Ve s- VIe s : campagnes missionnaires (éradication de coutumes païennes, destruction de temples païens …). Rôle majeur de laristocratie gallo-romaine : Tôt convertie au christianisme Exemplarité de leurs modes de vie Construction de chapelles privées sur leur domaine. 3. Le syncrétisme chrétien Cultes locaux aménagés par le culte chrétien Eglises élevées sur d'anciens temples : Saint-Bertrand de Comminges, Marseille, etc... Quelques héritages celtes

12 Vers une nouvelle civilisation : une autre vision du monde 1.Dès le début, des missionnaires : Les premiers sont Denis, évêque de Paris au IIIe siècle, et Hilaire, évêque de Poitiers au IVe siècle. 6 évêques en 250 apr. J.-C., 12 en Ensuite des fonctionnaires « romains » : Le diocèse : 112 civitates gallo-romaines = 112 diocèses. Cité = centre administratif magistrats + curies municipales dominés par lévêque. Au dessus, l'institution métropolitaine (future archevêché) Le cadre de la province romaine devient celui de la province ecclésiastique Reconnue au concile de Turin (398) 3.Evêques et métropolitains saffirment fonctions qui attirent laristocratie (richesse et prestige) avec les crises, pouvoir monopole de la culture et du savoir Devenue religion officielle lEglise a calqué son administration sur celle de l'état romain Le rôle des évêques

13 1.La main mise sur les territoires En ville : Les évêques pratiquent lévergétisme : bâtisseurs et bienfaiteurs de leur cité. Le groupe cathédral (léglise cathédrale, le baptistère) devient le nouveau centre de la cité (bâti, faute despace disponible, à la périphérie ou près des remparts) et remplace le forum Autour du groupe cathédral, le quartier épiscopal (résidence de lévêque). Dans les campagnes : Le territoire est découpé en paroisses Des églises seront construites dans presque chaque paroisse au cœur du village. Le monachisme se développe et contribue à la christianisation des campagnes. 2.Le temps commence à se christianiser La journée reste solaire La semaine : dimanche, jour de loffice Les fêtes chrétiennes se multiplient Le calendrier reste romain (julien) 3.Lordre du monde devient chrétien La hiérarchie sociale : lEglise tente dimposer la suprématie des clercs sur les laïques et légitime le pouvoir de laristocratie La morale, la justice : les valeurs chrétiennes se glissent toujours plus dans la justice des hommes La vie et la mort : vie terrestre = examen pour la vie éternelle ; foi + œuvres = salut Développement du culte des saints, des reliques, des martyrs (intercesseurs auprès de Dieu) Les églises sont aussi des lieux de refuge et dasile. LEglise simpose dans la tourmente des Vème et VIème siècles

14 Sobriété des épitaphes romaines LYON, 493 après J.-C, lépitaphe dUrsus, Colombe : Déjà présente dans la religion juive et chez les Grecs La colombe LEsprit Saint La pureté La paix quand elle est associée à lolivier L'âme sauvée lorsqu'elle tient une branche de laurier ou une couronne La Communion (lorsqu'une ou plusieurs colombes se désaltèrent dans une fontaine ). « Dans ce tombeau repose Ursus de bonne mémoire qui vécu en paix … » La vigne Le Seigneur, les membres de son Eglise sont les sarments. Le sang du christ Le blé La Cène Le corps du Christ (Eucharistie) Les symboles chrétiens simposent.

15 Conclusion Le christianisme est né au sein de lempire romain. Persécuté dabord, il sy développe puis fini par être reconnu. Ensuite il devient la religion de lEtat romain. Après leffondrement de lEmpire le christianisme transmettra lhéritage de Rome le transformant en latinité.


Télécharger ppt "La christianisation des Gallo-romains dans le cadre de lEmpire romain : une deuxième latinisation La christianisation de la Gaule Ce projet a été financé"

Présentations similaires


Annonces Google