La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Introduction La lumière dans lislam Traitement de la lumière religieuse La lumière dans la mosquée bleue La demeure du prophète La luminosité des demeures.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Introduction La lumière dans lislam Traitement de la lumière religieuse La lumière dans la mosquée bleue La demeure du prophète La luminosité des demeures."— Transcription de la présentation:

1

2 Introduction La lumière dans lislam Traitement de la lumière religieuse La lumière dans la mosquée bleue La demeure du prophète La luminosité des demeures appartements royaux ottomans La tradition arabo-andalouse Palis dété Al-hambra à Grenade Les jardins Mogholes Les traditions Orientales Le concept d « ambiance lumineuse » La définition du concept Lensoleillement et léclairement naturel Les demeures ottomanes du Caire Les demeures ottomanes dAlger Les demeures husseinites de Tunis

3 En terre musulmane, la lumière, associée au créateur lui-même, devient « savante » avec ses connotations symboliques et spirituelles. Sa présence est justifiée et expliquée à travers une série de causticités. Opposée aux ténèbres comme le bien est opposé au mal, elle donne espoir, connaissance, protection,pureté, chance, beauté.

4 Cest donc au sens figuré que la lumière est citée dans le Coran. Nous allons de la lumière en tant que phénomène extérieur, physique et tangible, vers la lumière intérieure, insaisissable. La lumière de lâme qui illumine le cœur et indique à ceux qui ont la foi, la clarté du chemin à suivre dans la vie terrestre. Linvocation du Prophète pour quil soit « envahi de lumière » illustre bien cette

5 L'intérieur de la mosquée, en tant quespace sacré où lhomme manifeste son amour de Dieu, saura accomplir la fusion entre le divin (les cieux et ses astres) et le terrestre (la terre et ses éléments) et ce, à travers la multiplication des vides et des ouvertures. La lumière céleste y est sans cesse recherchée, convoitée, appréciée par les fidèles, ce qui explique l'aménagement dans les murs de plusieurs types de dispositifs d'éclairement: fenêtres hautes, fenêtres basses, fenêtres hautes circulaires (oculus)portant des inscriptions épigraphiques de nature pieuses, et fenêtres menées de vitraux colorés.

6 A travers les multiples ouvertures percées au niveau de la salle de prière, la lumière du jour se répand ainsi sans obstacle, procurant au lieu, une qualité sptatiale particulière. la Mosquée Bleue, est inondée de lumière durant toute la journée, comme pour marquer la présence divine à travers la glorification et linvocation du nom de Dieu. La décoration pariétale appliquée sur les panneaux de faïence est de type végétal et floral (tulipes, pivoines, oeillets…), évoquant le jardin du séjour éternel. La lumière dans la mosquée bleu

7 Dans cet exemple, tout semble y avoir été conçu pour exalter la beauté pure et divine, lordre et lharmonie et ce en mettant en scène les effets de la couleur, de la lumière et du décor, pour émouvoir et apaiser le corps et lesprit.

8

9

10 Nous remarquons quil fut conçu en rapport avec le milieu environnant, d'une manière rationnelle et fonctionnelle Dans l'architecture musulmane, le rapprochement entre la mosquée et le jardin, entre la mosquée et la maison ou le jardin et la maison, semble ainsi se faire d'une manière naturelle. « Entre ma maison et mon préchoir, un jardin parmi les jardins du paradis » disait le Prophète.

11 Dans cet ordre d idées, le spécialiste on relève le lien intime existant entre la mosquée et le jardin, en soulignant le nom de Rawdha qui fut donné à la partie de la mosquée de Médine qui se trouve entre le tombeau du Prophète et la chaire, et qui signifie « parterre fleuri, « jardin luxuriant où l'eau abonde ».

12 La luminosité des appartements royaux, est le résultat de la disposition interne composée de « quatre byùt (pièces), divisés en deux appartements au Nord et au Sud, de part et d autre de l iwãn (ou liwãn) central, flanqué de chambres à caractère plus privé », de sorte que les espaces internes soient bien aérés et convenablement éclairés. L iwãn, issu d une tradition bien plus ancienne, est donc né du désir d'avoir des espaces fonctionnels pour toutes les heures et toutes les saisons, à labri du vent mauvais et du soleil ardent.

13 Les exemples d une architecture « salutaire » et adaptative au milieu, sont perceptibles également dans les palais almohades des XIIe et XIIIe siècles. Ceux-ci s'organisaient autour de jardins soigneusement entretenus et irrigués, appelés Bustãn el-nacoura (Jardins à noria), et de pavillons de repos pensés à la mesure de l homme, comme cette Qobbat el-nécîm (Coupole du bonheur (ou plaisir)) aubord de l eau, ou encore le bassin de la Menara à Marrakech.

14 Afin de créer les conditions optimales pour le bien-être, la conception des jardins et des pavillons a répondu à des règles géométriques bien établies qui peuvent être synthétisées en trois points Les murs(limites) Le centre (vers lequel tout converge) La quadripartion (plan régulier).

15 Les murs relient et séparent à la fois, le dedans du dehors, ce qui est fermé et protégé de ce qui est ouvert et étendu. La centralité de la forme - mise en valeur par la fontaine dans le jardin ou par la coupole dans le kiosque - fait référence à l « unité de l'essence divine »(el-Wehdéniyya). Quant à la division quadripartite, elle renvoie à toute une symbolique religieuse. Le chiffre quatre indique le nombre des sources des fleuves du Paradis (eau, lait, vin, miel ).

16 Il se réfère aussi à la loi de la nature où toutes les « choses [ont été] regroupées par quatre »pour une conception harmonieuse et intelligible du monde (saisons, vents, constellations..). Une telle organisation « ordonnée »et « centrée » del'espace, vise à obtenir une forme claire et lisible, harmonieuse, belle, voire parfaite, à l'image de toute création divine.

17

18 Leur aménagement voulait donner à l'air, au soleil, à la lumière du jour et à l'eau, la place qu ils méritent vu qu'ils contribuent à la création d'ambiances propices à la retraite, au repos et à la distraction. A ce propos, Gustave Le Bon a exalté la beauté de ces pavillons andalous « pleins de fraîcheur et de parfums, où les vitraux ne laissent tomber qu'un demi-jour, où le silence n'est troublé que par le murmure de l'eau dans les vasques de marbre », et où le sultan, « entouré de ses femmes, pouvait suivre dans la fumée de son narghilé les fantaisies de son imagination et se croire transporter dans le paradis de Mahomet »

19 « Dans ce palais la lumière brille sur le marbre, illuminant l'ombre qui baigne les zones ténébreuses. Et lorsque les rayons du soleil éclairent ses colonnes, on croirait voir des parures de perles, tant sont nombreux les corps célestes qui étincellent »

20 L'aménagement des jardins répondait au principe du char bagh (« Quatre jardins ») qui prévoient « un enclos de verdure quadripartite entouré de hauts murs, structuré par les canaux issus d'un bassin central ». Une illustration se trouve dans cette miniature moghole datée de 1590 et qui représente le jardin privé d un notable.

21 Ces lieux offraient le cadre idéal pour la détente, pour le chant et la musique ainsi que pour « les parties de majùn et de vin » Une représentation de ces jardins figure dans une miniature persane de 1580, montrant l'empereur Babur, sentretenant avec son architecte, en présence des ouvriers en train de planter et de travailler la terre (Fig. 21). Une autre miniature montre Bâbur contrôlant les travaux de construction dun bassin deau aménagé au mi lieu dun de ses jardins

22 La notion d « ambiance lumineuse » a été introduite dans le discours scientifique il y a une trentaine d'année. Elle est apparue, à l'instar des autres domaines de la recherche architecturale, liés à la qualité environnementale du cadre bâti.

23 Dans certains documents en langue arabe, l « ambiance » d un lieu est exprimée par le vocable « wasat » qui est la traduction littérale du mot « milieu ».L'autre terme qui s'y rattache est « bî a », qui procède de la racine « bawaa » donnant le verbe « tabawwaa » et qui signifie « habiter », s'établir ». Le mot indique ainsi l'espace où lhomme élit domicile

24 De lenvironnement à lambiance

25 Schéma récapitulatif

26 L'ambiance relève ainsi d'un domaine de connaissance fondamentalement interdisciplinaire où les aspects relatifs au vécu sensible de la personne, à l'esthétique et à la technique se croisent. Il est donc possible de définir l'ambiance comme une « interaction complexe d'influences réciproques » Entre la perception et la représentation des usagers, l'expérience émotionnelle qu'ils en font de l'espace architectural, et les phénomènes physiques (thermiques, lumineux, acoustiques, aérodynamiques)

27 Larchitecture domestique traditionnelle du monde arabo-musulman est classée comme modèle darchitecture passive où les ressources énergétiques naturelles, comme le soleil, le vent et lhumidité atmosphérique, sont utilisées pour favoriser le confort thermique. Dans ce qui suit, nous allons présenter la teneur de quelques travaux ayant traité des phénomènes densoleillement et déclairage naturel dans larchitecture domestique de lépoque étudiée des villes du Caire, dAlger et de Tunis.

28 Hassan Fathy sest occupé particulièrement de laspect adaptatif de lhabitat traditionnel vis-à-vis des ressources et des énergies naturelles. Ces ambiances, disait-il, étaient le produit de la disposition centrée des espaces autour du patio.

29 Une partie importante de lanalyse a traité des règles de la conception de la fenêtre en saillie du bayt Souheimi, montrant que la distance entre les « petits bâtons de bois » formant la grille ouvragée nest pas aléatoire, mais quelle est fixée selon des règles géométriques et mathématiques bien précises.

30

31 Les murs de façade ne sont pas à la même hauteur, pour jouer astucieusement avec les vents.Les fenêtres, habillées de panneaux en bois ajouré, laissent circuler lair. La cage descalier fait office de colonne aspirante…Laération des halls principaux est assurée par un système de capteur à air et par une disposition spéciale de la pièce dont la partie centrale est couronnée d'un haut lanternon, qui laisse échapper l'air chaud.

32

33 Il y a généralement des claustras de plâtre (souvent au nombre de trois) au dessus de la porte dentrée des pièces, claustras en plâtre (souvent au nombre de un) au dessus des fenêtres de part et dautre de la porte dentrée des pièces, petite fenêtre donnant sur lextérieur, éclairant lalcôve (défoncement central) des salles en « T », petite fenêtre donnant sur l'extérieur, éclairant l'escalier, fenêtres de formes diverses (carrée, arquées en accolades …) petite fenêtre sans claustra au dessus des fenêtres, ouvertures pratiquées dans l'arc lui-même, petites coupoles percées d'ouvertures (oculus), fenêtres basses disposées de fenêtres en saillie, munies de moucharabieh.

34 A cette analyse des types douverture, sest ajoutée celle des dispositions spatiales caractérisant larchitecture de ces demeures, à savoir le patio à ciel ouvert entouré de galeries, le patio couvert par une grande coupole et entourée de galeries, et les puits de lumière pour la cuisine, la drîba et la grande skîfa. Représentation schématique de lenvironnement lumineux

35 La thématique des ambiances physiques a été traitée également par des architectes tels que Gilles Faltrept1 et Radhia Ben Mbarek. Il s'agit de deux études climatiques sur larchitecture tunisienne qui s'inscrivent dans la même approche que celle de Sakina Missoum, précédemment citée. En parcourant les solutions constructives adoptées, les deux auteurs ont montré le degré d'adaptabilité de cette architecture aux changements climatiques dans les diverses régions du pays (Jerba, Matmata, Tozeur). Concernant l'architecture de la médina de Tunis, l'intérêt s'est porté spécialement sur les propriétés thermiques et aérodynamiques du patio, sur le comportement thermo hygrométrique des façades, et sur les propriétés isolantes des matériaux utilisés(terre, chaux, plâtre, pierre de taille).

36 Les fonctions aérauliques et thermiques

37 Notre étude a traité des grandes demeures de la médina de quelque pays du magrheb. Notre préoccupation principale a porté sur un certain nombre de points relatifs à la fabrication, à la gestion et à la maîtrise des ambiances lumineuses produites au sein de ces demeures, aussi bien par l « architecte » lui même que par les usagers. Notre objectif était de saisir, à travers la mentalité et les modes de sensibilité de ces personnes, leurs pratiques vis-à-vis du phénomène lumineux et le vécu sensible correspondant.

38 Entre la situation urbaine du passé et celle du présent, plusieurs aspects ont changé. Les grandes demeures citadines étaient situées dans un tissu urbain dense où les constructions étaient adossées les unes aux autres. Dans cette masse compacte habitations, elles se développaient en hauteur et disposaient grâce à leurs ouvertures, de plus d'air et de lumière. Aujourdhui, les villas généralement situées dans des zones urbaines et périurbaines, sont beaucoup plus espacées. Les voiries d'accès sont plus larges et les effets de « masques » produits par les constructions voisines sont moins importants que ceux observés dans la ville ancienne. Ces écarts touchent non seulement la quantité de lumière disponible sur le site, mais aussi lusage quon en fait.


Télécharger ppt "Introduction La lumière dans lislam Traitement de la lumière religieuse La lumière dans la mosquée bleue La demeure du prophète La luminosité des demeures."

Présentations similaires


Annonces Google