La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lancement du séminaire: Les remarques paradoxales de Laurent DAVEZIES Professeur Alain JM. BERNARD UTC.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lancement du séminaire: Les remarques paradoxales de Laurent DAVEZIES Professeur Alain JM. BERNARD UTC."— Transcription de la présentation:

1 Lancement du séminaire: Les remarques paradoxales de Laurent DAVEZIES Professeur Alain JM. BERNARD UTC

2 Les lieux communs Pour un territoire, son revenu, et plus largement son développement, dépendent de sa capacité à créer des richesses. Pour un territoire, son revenu, et plus largement son développement, dépendent de sa capacité à créer des richesses. La mondialisation saccompagne de la métropolisation La mondialisation saccompagne de la métropolisation Un découplage entre métropole et hinterland (urban interworld selon Taylor, 2001) : Périphérie délaissée au profit de lavant-pays Un découplage entre métropole et hinterland (urban interworld selon Taylor, 2001) : Périphérie délaissée au profit de lavant-pays Le rural, les petites villes sont abandonnés Le rural, les petites villes sont abandonnés Saskia SASSEN, La ville globale, 1991,1996 Saskia SASSEN, La ville globale, 1991,1996 Alain JM. BERNARD, Hinterland, in Dictionnaire de la géographie et de lEspace des Sociétés, 2003 Alain JM. BERNARD, Hinterland, in Dictionnaire de la géographie et de lEspace des Sociétés, 2003

3 Diverses explications depuis le début des années 90 Diverses explications depuis le début des années 90 Pour lune dentre elles, la nouvelle économie géographique ( NEG), le territoire est un facteur de croissance en raison des externalités liées à lagglomération géographique ( les économies dagglomération) Pour lune dentre elles, la nouvelle économie géographique ( NEG), le territoire est un facteur de croissance en raison des externalités liées à lagglomération géographique ( les économies dagglomération)

4

5 Laurent DAVEZIES Né en 1952 Analyse économique du développement territorial Professeur à Paris 12-Val de Marne Enseigne à lInstitut dUrbanisme de Paris, à Science Po Paris, et à Paris 1. A collaboré au Dictionnaire de la Géographie et de lEspace des Sociétés, Belin 2003

6 La République des Idées Une collection dirigée par Pierre ROSANVALLON Un think tank

7 Section 1. Le renouvellement de la question territoriale Compétitivité résidentielle Vs Compétitivité productive

8 Les paradoxes de L. Davezies: Observation 1: la métamorphose des territoires. Observation 1: la métamorphose des territoires. - « Il y a un divorce géographique entre les forces productives et les dynamiques de développement» - « Les lieux de croissance ne sont pas (plus) nécessairement ceux du bien-être »

9 Les paradoxes paradoxe 2. le bien être se perçoit comme lattractivité résidentielle paradoxe 2. le bien être se perçoit comme lattractivité résidentielle - « Des régions a priori dépourvues datouts où il fait bon vivre »

10 Les paradoxes Paradoxe 3. La dissociation PIB/revenus. Paradoxe 3. La dissociation PIB/revenus. - Il y a réduction des disparités interrégionales de revenus - quand les disparités interrégionales de PIB augmentent.

11 Illustrations La région Ile de France (Idf) La région Ile de France (Idf)

12 Illustrations Aussi bien en Ile de France, quà Milan, Madrid, Barcelone, Londres, New York Aussi bien en Ile de France, quà Milan, Madrid, Barcelone, Londres, New York La région Ile de France (Idf) La région Ile de France (Idf) - Région locomotive française - Région française où le revenu progresse le moins - Région où les nouveaux RMIstes sont les plus nombreux - Dans le département francilien 93, on distribue le plus de salaires, mais le revenu par habitant est lun des plus bas 27 % du PIB français en % du PIB français en % du revenu national en % du revenu national en 2008

13 Conclusions de L. Davezie Conclusions 1: Lévolution des revenus des territoires ne semble plus dépendre de lévolution des richesses quils créent. Lévolution des revenus des territoires ne semble plus dépendre de lévolution des richesses quils créent. Il y a donc rupture par rapport au passé: Il y a donc rupture par rapport au passé: * Autrefois les régions compétitives étaient les lieux stratégiques du progrès social * La question sociale sarticulait avec la question spatiale

14 Conclusions de L. Davezies Conclusions 2. - Il y a des forces centrifuges qui égalisent quand des forces centripètes concentrent dans certains lieux « Létourdissante mauvaise nouvelle du retour des disparités territoriales de production masque la réduction des disparités territoriales de revenus » - Les régions sont en compétition pour produire mais aussi pour capter les richesses produites ailleurs. La mobilité des personnes saccompagne dune mobilité des richesses - Avec des nuances géographiques: les corrections ont lieu entre région/département). Mais, les écarts sobservent entre communes et quartiers

15 Conclusions de L. Davezies Conclusions 3: les remises en cause Conclusions 3: les remises en cause - Remise en cause de la politique économique et daménagement du territoire: autrefois, pour créer du développement il fallait dynamiser lappareil de production, autrefois, pour créer du développement il fallait dynamiser lappareil de production, attirer lemploi métropolitain ( déconcentration / décentralisation) attirer lemploi métropolitain ( déconcentration / décentralisation) - Remise en cause des discours politiques français: - La fracture sociale - Travailler plus pour gagner moins

16 La thèse de L. Davezies Il faut cesser de considérer le territoire comme un support de croissance Il faut cesser de considérer le territoire comme un support de croissance Il faut aussi considérer le territoire comme Il faut aussi considérer le territoire comme i) Support de redistribution i) Support de redistribution ii) Support de mobilité iii) Support de consommation iv) dans un contexte de compétition interterritoriale

17 Section 2 Explications Lespace support de 4 mécanismes de redistribution

18 Explication 1: la redistribution 1. Les transferts publics de revenus: 1. Les transferts publics de revenus: - Une des raisons du décalage entre richesse créée et richesse disponible réside dans les mécanismes de redistribution. En particulier la croissance des transferts publics: les dépenses publiques sont passées en France de 28 % du PIB en 1950 à 39 % en 1973, 55% en « La mondialisation occulte ce qui sest renforcée: la mutualisation » Partout, y compris en Idf, la somme des salaires privés est inférieure à celle des salaires publics plus les prestations sociales. Partout, y compris en Idf, la somme des salaires privés est inférieure à celle des salaires publics plus les prestations sociales. - Idf, Londres contribuent pour 10% aux revenus des autres régions - NB. Les politiques de prélèvement et de dépenses publiques se fondent largement sur des bases a-spatiales. - Elles sont aussi plus rapides que les actions daménagement du territoire

19 Explication 2 2. Les revenus des retraites: 2. Les revenus des retraites: « Un élément décisif de rééquilibrage des revenus entre régions » - En 2004, les pensions de retraite représentaient 23,5 % des revenus des ménages déclarés à limpôt ( NB. Vieillissement futur) - En France, il y a une spécialisation fonctionnelle du territoire en fonction du cycle de vie, et in fine une forte intégration du territoire français. - LIdf perd un quart de ses habitants. - Cest moins vrai dans les pays fédéraux ( attachement régional ?)

20 Transferts privés des résidents 3 Aux effets distributifs des budgets publics et sociaux sajoutent les effets des choix privés. Ceux-ci dépendent de deux variables clefs: Aux effets distributifs des budgets publics et sociaux sajoutent les effets des choix privés. Ceux-ci dépendent de deux variables clefs: i) La réduction des temps de travail et de production Vs augmentation des temps de loisir et de consommation ii) La mobilité qui permet une dissociation des lieux de production et de consommation cf Jean VIARD, Eloge de la mobilité, 2006 cf Jean VIARD, Eloge de la mobilité, 2006

21 Conclusion 1: « la géographie de la production nexplique plus grand-chose à elle seule à la géographie des revenus ». Illustrations: 7% des revenus franciliens sont versés à des actifs qui ne résident pas en Idf Dans le 93, plus de 50% des emplois ( 85 % des plus qualifiés) sont occupés par des résidants ailleurs. Doù sous consommation. Dans le rural, les banlieues dortoirs sont source de renouveau. Conclusion 2: Les enjeux du développement sont plus les sources de revenus que les emplois Des paradoxes pour certains élus

22 Transferts privés des non résidents 4 Limpact du tourisme ! Limpact du tourisme ! Des mécanismes dampleur étatique: Des mécanismes dampleur étatique: - 1,3 milliards de nuitées - 3,6 millions dhommes années dépensant 80 euros par jour soit 8 millions de français supplémentaires - Fonction redistributrice considérable. En 1999, le bilan aurait été de 8 milliards deuros de lIdf vers la province. NB1. Des gagnants et des perdants: - Languedoc, PACA, Bretagne, Aquitaine: positif - Nord-Pas de Calais, Picardie: -4% du revenu disponible brut NB 2. Forte corrélation retraités/ revenus touristiques

23 CONCLUSIONS DE LAUTEUR Il y a renouvellement des problématiques: Compétitivité résidentielle Vs compétitivité productive Compétitivité résidentielle Vs compétitivité productive Les avantages comparatifs résidentiels compensent linégalité croissante des avantages comparatifs productifs Les avantages comparatifs résidentiels compensent linégalité croissante des avantages comparatifs productifs Deux modèles d économie territoriale: lun expliquant la contribution des territoires, lautre le développement social. lun expliquant la contribution des territoires, lautre le développement social. Dans un cas, le territoire est facteur de production, dans lautre le territoire est un support de population Dans un cas, le territoire est facteur de production, dans lautre le territoire est un support de population

24 CONCLUSIONS DE LAUTEUR Le modèle territorial qui gagne : celui du territoire faiblement métropolisé, celui du territoire faiblement métropolisé, peu exposé à la mondialisation peu exposé à la mondialisation qui capte plus de richesses quil nen crée qui capte plus de richesses quil nen crée

25 Conclusions des auteurs Limportance de la sphère résidentielle conduit à relativiser la portée de deux aspects souvent évoqués: i) limpact modeste de la mondialisation: on assiste à un reflux de la part de la population quelle affecte directement alors que la mondialisation se renforce ii) Limpact de léconomie de la connaissance apparaît faible puisquelle touche dabord la sphère productive

26 CONCLUSIONS DE LAUTEUR Contraire à toute léconomie des territoires et aux théories du développement local Contraire à toute léconomie des territoires et aux théories du développement local Si le problème est La Côte dAzur : Baie des Anges Vs Sophia Antipolis Si le problème est La Côte dAzur : Baie des Anges Vs Sophia Antipolis Imaginer une nouvelle économie géographique: celle de la consommation Imaginer une nouvelle économie géographique: celle de la consommation Renouveler la théorie de la base économique Renouveler la théorie de la base économique

27 COMMENTAIRES: Linterpellation est-elle nouvelle ? Linterpellation est-elle nouvelle ? - Alain Reynaud, Société, Espace et justice, La justice spatiale: égalité/équité; rattrapage/compensation - Aménagement du Territoire et dépenses publiques (dont militaires)

28 Section 3 Formalisations Les 3 sphères La théorie de la base

29 La typologie des 3 sphères dactivités LINSEE distingue désormais 3 sphères LINSEE distingue désormais 3 sphères La sphère productive concerne les activités économiques marchandes engagées dans une compétition nationale et internationale. La sphère productive concerne les activités économiques marchandes engagées dans une compétition nationale et internationale. Elle englobe le primaire le secondaire (sauf lindustrie au service des particulier), les services aux entreprises, le transport des marchandises, le commerce de gros et una partie des activités immobilière. Elle englobe le primaire le secondaire (sauf lindustrie au service des particulier), les services aux entreprises, le transport des marchandises, le commerce de gros et una partie des activités immobilière. Elle dépend de la qualité de loffre permises par les facteurs de production, et par lenvironnement des entreprises au niveau local Elle dépend de la qualité de loffre permises par les facteurs de production, et par lenvironnement des entreprises au niveau local

30 La sphère résidentielle La sphère résidentielle concerne les activités économiques marchandes couvrant les besoins de la population sur le territoire La sphère résidentielle concerne les activités économiques marchandes couvrant les besoins de la population sur le territoire Elle dépend de la localisation des ménages et de leur pouvoir dachat, lié pour une large part à la redistribution. (En dépit de son appellation, elle est tributaire du lieu de dépense plutôt que du lieu de résidence des ménages). Elle dépend de la localisation des ménages et de leur pouvoir dachat, lié pour une large part à la redistribution. (En dépit de son appellation, elle est tributaire du lieu de dépense plutôt que du lieu de résidence des ménages). Elle comprend: la construction, le commerce de détail, les transports de voyageurs, les services aux particuliers, la santé non publique, laction sociale, la fabrication de produits de proximité et les activités financières. Sont inclus les établissements publics à caractère industriel et commercial ( SNCF, La Poste) Elle comprend: la construction, le commerce de détail, les transports de voyageurs, les services aux particuliers, la santé non publique, laction sociale, la fabrication de produits de proximité et les activités financières. Sont inclus les établissements publics à caractère industriel et commercial ( SNCF, La Poste) Elle repose sur la compétitivité résidentielle. Elle repose sur la compétitivité résidentielle.

31 La sphère publique La sphère publique concerne les activités qui fournissent à la population des services financés pour lessentiel par des prélèvements obligatoires. La sphère publique concerne les activités qui fournissent à la population des services financés pour lessentiel par des prélèvements obligatoires. Il sagit des 3 administrations publiques- dEtat, territoriale, hospitalière- qui reposent sur des décisions politiques Il sagit des 3 administrations publiques- dEtat, territoriale, hospitalière- qui reposent sur des décisions politiques Sa logique est proche de celle de léconomie résidentielle. Dans les deux cas, les fonctions sont liées à lévolution des effectifs et des besoins de la population du territoire à la différence de la sphère productive. Sa logique est proche de celle de léconomie résidentielle. Dans les deux cas, les fonctions sont liées à lévolution des effectifs et des besoins de la population du territoire à la différence de la sphère productive.

32 Des chercheurs utilisent les données INSEE CLAP ( Connaissance localisée de lappareil productif) ( Michel CABANNES, 2008, sur lAquitaine) Des chercheurs utilisent les données INSEE CLAP ( Connaissance localisée de lappareil productif) ( Michel CABANNES, 2008, sur lAquitaine) Le repérage statistique des 3 sphères névite pas une certaine dose darbitraire. Exemples de difficultés de délimitation des sphères Le repérage statistique des 3 sphères névite pas une certaine dose darbitraire. Exemples de difficultés de délimitation des sphères i) Frontière résidentiel/public. lenseignement privé sous contrat est dans la sphère publique, dans la sphère résidentielle sil est hors contrat. Les hôpitaux sont classés dans la sphère publique, la santé privée dans la sphère résidentielle. ii) Frontière résidentiel/productif. De manière plus pertinente, on remarque que des activités exportatrices soumises à la concurrence internationale sont classées dans le résidentiel: les revenus du tourisme, les touristes étant des non résidents. Idem pour la construction entièrement classée dans le résidentiel Ces questions de délimitation peuvent avoir des incidences dans le diagnostic des zones infrarégionales

33 Résultats empiriques En France, léconomie résidentielle vient en tête des 3 sphères ( 40,4% des effectifs salariés) devant léconomie productive ( 36,9%) et léconomie publique ( 22,7%) En France, léconomie résidentielle vient en tête des 3 sphères ( 40,4% des effectifs salariés) devant léconomie productive ( 36,9%) et léconomie publique ( 22,7%) Elle a contribué à lessentiel de la progression de lemploi total entre 1990 et En France de province, le résidentiel a contribué au 4/5 de la hausse globale Elle a contribué à lessentiel de la progression de lemploi total entre 1990 et En France de province, le résidentiel a contribué au 4/5 de la hausse globale

34 Résultats régionaux La spécialisation résidentielle caractérise le Sud et lOuest. La spécialisation résidentielle caractérise le Sud et lOuest. En Picardie: En Picardie: - Sphère productive: 37, 7 %. 7e Rang Fr - Sphère résidentielle: 35,4 %. 21 e Rg - Sphère publique: 26,9 %. 7 e rang

35 Moyenne aires urbaines Moyenne zones demplois Base productive marchande Revenus du travail, du capital 24 % 19% Base publique Salaires des emplois publics 21%13% Base résidentielle Retraites,tourisme,rev enus dactifs ailleurs 42%55% Base sociale Prestations sociales 13%12 Total base 100%100%

36 La théorie de la base économique La croissance dépend des revenus basiques et de la propension à dépenser localement le revenu. La croissance dépend des revenus basiques et de la propension à dépenser localement le revenu. La base économique est la partie des activités répondant à une demande externe ( activités dites exportatrices) La base économique est la partie des activités répondant à une demande externe ( activités dites exportatrices) Le revenu total RT inclut le revenu basique RB et le revenu non basique RNB Le revenu total RT inclut le revenu basique RB et le revenu non basique RNB

37 RT= RB+RNB RT= RB+RNB Le revenu non basique dépend de la propension (e) à consommer localement le revenu total Le revenu non basique dépend de la propension (e) à consommer localement le revenu total RNB= eRT RNB= eRT

38 Le revenu total est fonction du revenu basique et de la propension à dépenser localement le revenu Le revenu total est fonction du revenu basique et de la propension à dépenser localement le revenu RT=RB+RNB RT=RB+RNB RT=RB+e RT RT=RB+e RT RT=(1/1-e)* RB RT=(1/1-e)* RB

39 Au sein des revenus basiques, on peut distinguer: Au sein des revenus basiques, on peut distinguer: i) Les revenus basiques productifs privés ( revenus du travail, du capital, bénéfices) ii) Les revenus basiques résidentiels ou présentiels ( revenus des retraités, dépenses des résidents temporaires et des touristes, revenus des résidents travaillant à lextérieur) iii) Les revenus basiques sociaux ( prestations sociales) iv) Les revenus basiques publics ( salaires du public)

40 Moyenne aires urbaines Moyenne zones demplois Base productive marchande Revenus du travail, du capital 24 % 19% Base publique Salaires des emplois publics 21%13% Base résidentielle Retraites,tourisme,rev enus dactifs ailleurs 42%55% Base sociale Prestations sociales 13%12 Total base 100%100%

41 Section 4 Commentaires

42 Commentaires Est-ce neuf ? Est-ce neuf ? Alain RAYNAUD ( 1981), Espace et justice Alain RAYNAUD ( 1981), Espace et justice MARKUSEN travaille sur la « consumer city » (2007) MARKUSEN travaille sur la « consumer city » (2007) Le cas français accuserait la dissociation production / consommation des pays industrialisés. Le cas français accuserait la dissociation production / consommation des pays industrialisés.

43 COMMENTAIRES: Les nouveautés: Les nouveautés: - limportance des choix privés comme facteur de convergence - Léconomie résidentielle induit une économie présentielle ( emplois non délocalisables) - Ségrégation dissociée et associée selon les échelles géographiques: la solidarité entre les Hauts de Seine et le Lubéron prend le pas sur celle avec la Seine Saint Denis

44 Commentaires : matrice 1 Matrice 1: La compétitivité productive en abscisse: + / - La compétitivité productive en abscisse: + / - Lattractivité résidentielle en ordonnée : + / - Lattractivité résidentielle en ordonnée : + / - Quatre situations: le livre ne traite que deux types de territoires ( les +/- et -/+) en instaurant un lien systèmique ( flux de richesses, migrations touristiques ou définitives ) entre les deux. Névoquent pas le cas des ++ ( Côte dAzur: baie des Anges+Sophia Antipolis) et des - - (La Picardie?)

45 Commentaires: matrice 2 Matrice 2: Gagnants et perdants de la mondialisation Gagnants et perdants de la mondialisation Gagnants et perdants du système français Gagnants et perdants du système français Quatre situations. Le livre traiterait des perdants de la mondialisation qui sont les gagnants du système français. Quatre situations. Le livre traiterait des perdants de la mondialisation qui sont les gagnants du système français. Quid des double perdants, de la mondialisation et du système français ( cf Nord Pas de Calais, Picardie évoqué par lauteur) Quid des double perdants, de la mondialisation et du système français ( cf Nord Pas de Calais, Picardie évoqué par lauteur)

46 Conclusion critique En quoi léconomie résidentielle est-elle gagnante?: En quoi léconomie résidentielle est-elle gagnante?: Des rémunérations relativement faibles/ productif ( écart de 26,6%) Des rémunérations relativement faibles/ productif ( écart de 26,6%) Donc moindre augmentation du pouvoir dachat et moindre demande de biens et services que la création demplois dans le productif Donc moindre augmentation du pouvoir dachat et moindre demande de biens et services que la création demplois dans le productif Des conditions demplois moins favorables: temps partiel et travail subi Des conditions demplois moins favorables: temps partiel et travail subi Perte de qualification Perte de qualification Incidence sur les finances locales ( T Professionnelle ?) Incidence sur les finances locales ( T Professionnelle ?) Démobilisation des décideurs publics Démobilisation des décideurs publics Un mode de développement non durable ? Dépendant et non généralisable Un mode de développement non durable ? Dépendant et non généralisable Un développement décentralisé sous-optimal en raison des externalités négatives pour dautres territoires ( captation de revenus au détriment des régions productives) Un développement décentralisé sous-optimal en raison des externalités négatives pour dautres territoires ( captation de revenus au détriment des régions productives)

47 Section 5 Questionnement Le cas compiègnois

48

49 Elections municipales à Compiègne: Marini (maire sortant UMP) Vs Rossignol (PS)

50 Elections présidentielles 2007 Premier Tour à Compiègne

51 Elections présidentielles er et second tours

52 Comparaison des élections présidentielle/municipale

53 Conclusion critique Léconomie résidentielle est-elle gagnante?: Léconomie résidentielle est-elle gagnante?: Des rémunérations relativement faibles/ productif ( écart de 26,6%) Des rémunérations relativement faibles/ productif ( écart de 26,6%) Donc moindre augmentation du pouvoir dachat et moindre demande de biens et services que la création demplois dans le productif Donc moindre augmentation du pouvoir dachat et moindre demande de biens et services que la création demplois dans le productif Des conditions demplois moins favorables: temps partiel et travail subi Des conditions demplois moins favorables: temps partiel et travail subi Perte de qualification Perte de qualification Incidence sur les finances locales ( T Professionnelle ?) Incidence sur les finances locales ( T Professionnelle ?) Démobilisation des décideurs publics Démobilisation des décideurs publics Un mode de développement non durable ? Dépendant et non généralisable Un mode de développement non durable ? Dépendant et non généralisable Un développement décentralisé sous-optimal en raison des externalités négatives pour dautres territoires ( captation de revenus au détriment des régions productives) Un développement décentralisé sous-optimal en raison des externalités négatives pour dautres territoires ( captation de revenus au détriment des régions productives)

54 CONCLUSION DE LINTERVENANT Ne pas caricaturer: Au niveau national, et même local, pas de revenu sans PIB, sans création de richesses Au niveau national, et même local, pas de revenu sans PIB, sans création de richesses Pour une théorie élargie du développement local L. DAVEZIES comme Pierre VELTZ pensent quil faut tenir compte des divers types despaces. L. DAVEZIES comme Pierre VELTZ pensent quil faut tenir compte des divers types despaces.

55 Je vous remercie pour votre attention. Alain JM BERNARD UTC


Télécharger ppt "Lancement du séminaire: Les remarques paradoxales de Laurent DAVEZIES Professeur Alain JM. BERNARD UTC."

Présentations similaires


Annonces Google