La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Burkart Sellin, Conseiller Spécial Institut de Travail, Université Robert Schumann; Colloque des 12 13 Octobre 2006: Le salarié acteur de son évolution.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Burkart Sellin, Conseiller Spécial Institut de Travail, Université Robert Schumann; Colloque des 12 13 Octobre 2006: Le salarié acteur de son évolution."— Transcription de la présentation:

1 1 Burkart Sellin, Conseiller Spécial Institut de Travail, Université Robert Schumann; Colloque des Octobre 2006: Le salarié acteur de son évolution professionnelle Strasbourg 12 et 13 Octobre 2006 Centre européen pour le développement de la formation professionnelle Lévolution de systèmes de formation professionnelle en Europe

2 2 Quels compétences et/ou qualifications/certifications - principales tendances et défis rencontrés en Europe- Strasbourg Octobre 2006 Part 2

3 3 Méthodes quantitatives/semi-quantitatives Prévisions macroéconomiques (effectuées par le Cedefop) Enquêtes auprès des employeurs Vérifications des compétences Approches qualitatives Méthode Delphi Études de cas Groupes focaux Examen du secteur, études novatrices (effectué par le Cedefop) Approches combinées ou holistiques Diagnostic partagé (effectué par le Cedefop) Scénarios (effectués par le Cedefop) Observatoires (sectoriel, régional) Méthodes visant à évaluer les besoins de compétences et de qualifications dans les pays de lUE

4 4 Implications au niveau de la politique Nouveaux besoins de compétences et de qualifications: où la mise en œuvre de loffre doit-elle se faire? Au niveau de la formation initiale, de la formation continue, de la reconversion? Notramment pour quel groupe cible? Jeunes, employés, chômeurs, personnes défavorisées? Focalisation sur le nouveau programme de formation, ou réforme des programmes existants, ou combinaison de plusieurs profils de formation? Au niveau formel, non formel ou informel? Nécessaire: Coordination avec les parties prenantes (y compris les partenaires sociaux), reconnaissance, acceptation ou légitimité Recherche: Fourniture et formation de chercheurs et mise à disposition de ressources financières durables Garantie de qualité, surveillance, évaluation, accreditation, certification

5 5 Rappel: Conseil européen: Lignes directrices pour lemploi Ligne directrice 18: créer des marchés du travail qui favorisent linsertion, renforcer lattrait des emplois en identifiant de manière précoce les besoins Ligne directrice 19: améliorer la réponse aux besoins du marché du travail en anticipant mieux les besoins de compétences, les pénuries et les blocages sur le marché du travail Ligne directrice 23: adapter les systèmes déducation et de formation aux nouveaux besoins en matière de compétences en répondant aux nouveaux besoins sur le plan professionnel et sur le plan des compétences clés, ainsi quaux futurs besoins en matière de qualifications

6 6 Résultats des enquêtes récentes (Cedefop et Commission Européenne) Résultats des enquêtes récentes (Cedefop et Commission Européenne) 1.Nouvel équilibre entre les compétences générales molles («soft») et les compétences techniques et professionnelles dures («hard») devant être fournies au moyen des nouvelles méthodes et nouveaux types dapprentissage: nécessité dune réforme profonde du système déducation et de formation et de la stratégie déducation et de formation tout au long de la vie (Life Long Learning, LLL) 2.Apprentissage individuel et individualisation des prestations pour se focaliser sur tous les âges; lapprentissage systématique devrait débuter aussi tôt que possible, par exemple au niveau pré - primaire 3.Apprendre à apprendre et les autres compétences et qualifications clés ou de base sont fondamentales (voir la récente recommandation du PE et du Conseil)

7 7 Principales tendances (1) Pénétration accrue de «technologies» dans la vie sociale et culturelle; les structures, contenus et méthodes dapprentissage et déducation et de formation doivent être adaptés au cheminement individuel dapprentissage: lorigine sociale et économique de lapprenant et le contexte en termes dattitudes ou de motivations, en particulier si nous souhaitons réaliser les critères fixant à moins de 10 % le nombre de personnes sans éducation secondaire supérieure ou formation dici à 2010.

8 8 Principales tendances (2) La distinction entre «deux cultures», lune étant basée sur les humanités et lautre sur la science et la technologie tend à disparaître. Les compétences de communication et les compétences molles («soft»), y compris les compétences linguistiques, sont de plus en plus nécessaires pour tout le monde et non plus uniquement pour les professionnels, les travailleurs intellectuels ou les employés.

9 9 Principales tendances (3) Les KSC peuvent désormais être acquises partout, à tout moment et à distance: dès lors, les personnes ne sont plus obligées dapprendre les compétences nécessaires pour un profil demploi durant léducation ou la formation initiales; elles peuvent choisir et réaliser un mélange de compétences et de qualifications quel que soit le moment ou le lieu: les qualifications clés, de base et de communication, telles que la lecture et lécriture, deviennent toutefois encore plus importantes.

10 10 Concepts Compétence ou qualifications? Apprentissage ou qualifications? Compétences: nécessité de distinguer de manière adéquate les connaissances, les qualifications/certifications et les compétences (Knowledge, Skills and Competences, KSC), ces dernières étant entendues comme étant personnelles et professionnelles, y compris éthiques. Apprentissage: on entend par apprentissage le processus cumulatif par le biais duquel les personnes assimilent des entités complexes et abstraites et/ou acquièrent des qualifications et des compétences élargies. Ce processus se déroule de manière tant formelle (dans les contextes formels, y compris le lieu de travail) quinformelle (par exemple, les activités sociales et de loisir). Qualification: une qualification est acquise lorsquun organisme compétent détermine que le niveau apprenant dune personne est conforme à une norme spécifique en matière de KSC.

11 11 Besoins de compétences pour les hautement qualifiés formés dans la FEP post-secondaire 1. Les hautement qualifiés (professionnels et associés) sont de plus en plus recherchés et cest toutefois à ce niveau que lécart est le plus grand et quun écart en termes de qualifications se maintient dans la plupart des pays européens. 2. Leurs principales caractéristiques sont proches de celles qui sont indiquées sous les principales tendances: bonne combinaison de KSC intellectuelles et pratiques, maîtrise des compétences de communication et techniques, souplesse, capacité à sadapter, etc. 3. Ouverture aux méthodes scientifiques et fondamentales, ainsi quaux applications dans les environnements locaux et sectoriels. 4. Les compétences dans le domaine des TIC sont un bon exemple; elles associent les mathématiques et lingénierie: pour que la performance soit de qualité, il est nécessaire de posséder des compétences sociales et de communication; cependant, les milieux industriels se plaignent du fait que ces compétences font souvent défaut.

12 12 Besoins de KSC et FEP post-secondaire La société de la connaissance et de linformation a besoin de personnes capables i.daccéder rapidement aux (nouvelles) connaissances et informations et à effectuer un tri; ii.de se situer et se resituer dans des contextes locaux, régionaux et professionnels en mutation et iii.dorganiser leur vie personnelle et professionnelle dans des environnements complexes parallèlement à dautres personnes vivant la même situation. iv.Les milieux académiques ont besoin détudiants de FEP et les étudiants de FEP ont besoin dune base scientifique adéquate: si cet équilibre nest pas assuré par le type et la méthode dapprentissage, il y aura des lacunes dans la préparation des personnes à la vie adulte et lacquisition et le maintien des KSC, tant pour la réussite personnelle et la participation citoyenne à la société que pour la poursuite de carrières économiquement valorisantes.

13 13 La FEP post-secondaire en perspective La plupart des pays dEurope et notamment les pays de lEurope de lEst (nouveaux adhérents) ne fournissent plus ce type de formation, qui est pourtant la mieux adaptée aux besoins et aux exigences actuelles et émergentes: les étudiants souhaitent plutôt aller à luniversité et refusent dêtre guidés vers une voie sans issue. La solution éventuelle: i. ouvrir les universités et prévoir un statut comparable à la FEP post-secondaire, et ii. autoriser un système européen de transfert de crédits (ECTS et/ou ECVET) qui soit applicable à tous les types dapprentissage; être doté dun système de garantie de la qualité et accrédité en coopération avec les milieux universitaires. Il faudrait reconnaître les résultats de lapprentissage indépendamment du type dapprentissage, quil soit formel ou non formel, en se fondant toutefois sur une évaluation claire des KSC respectives.

14 14 Vers un cadre européen de crédits et de certifications La récente proposition de la Commission européenne, en vue de la création dun cadre européen de certification basé sur la définition des résultats de lapprentissage (KSC) et huit niveaux dapprentissage et ses liens avec le système de transfert et daccumulation de crédits qui est en préparation, permettra de soutenir les réformes et délaborer ultérieurement la prestation de FEP post-secondaire en termes quantitatifs et qualitatifs. La parité destime entre la FEP et léducation supérieure nest toutefois pas atteinte; la récente recommandation du Conseil relative à la reconnaissance de lapprentissage non formel et informel et du cadre de garantie de la qualité est une étape importante quil faut franchir pour aller dans cette direction. Elles seront complétées par les futures propositions relatives au cadre européen des certifications (EQF) et au transfert de crédits.

15 15 Contact: Merci de votre attention! Centre européen pour le développement de la formation professionnelle


Télécharger ppt "1 Burkart Sellin, Conseiller Spécial Institut de Travail, Université Robert Schumann; Colloque des 12 13 Octobre 2006: Le salarié acteur de son évolution."

Présentations similaires


Annonces Google