La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PERSPECTIVE DE RECHERCHE : ADDICTIONS AUX SUBSTANCES PSYCHO ACTIVES ET RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH Présenté par le Dr Idrissa BA CHU DAKAR.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PERSPECTIVE DE RECHERCHE : ADDICTIONS AUX SUBSTANCES PSYCHO ACTIVES ET RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH Présenté par le Dr Idrissa BA CHU DAKAR."— Transcription de la présentation:

1 PERSPECTIVE DE RECHERCHE : ADDICTIONS AUX SUBSTANCES PSYCHO ACTIVES ET RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH Présenté par le Dr Idrissa BA CHU DAKAR

2 Etude de la prévalence et des déterminants de linfection à VIH chez les personnes utilisant les substances psycho- actives au Sénégal en 2009 BUT Contribuer à maintenir la prévalence de linfection à VIH en dessous de 2% au Sénégal dici 2011 OBJECTIF GENERAL Disposer dune analyse situationnelle actuelle de linfection à VIH chez les personnes utilisant les substances psycho-actives au Sénégal avant décembre 2009

3 OBJECTIFS SPECIFIQUES Déterminer la prévalence de linfection à VIH chez les personnes utilisant les substances psycho-actives au Sénégal en 2009 Déterminer les caractéristiques socio-démographiques et professionnelles des personnes utilisant les substances psycho-actives au Sénégal Identifier les facteurs de risque de linfection à VIH chez les personnes utilisant les substances psycho-actives au Sénégal Formuler des recommandations en terme de solutions efficaces et adaptées pour la prévention de linfection à VIH chez les personnes utilisant les substances psycho- actives au Sénégal

4 JUSTIFICATIFS Dans le monde, plus de 13millions dindividus se droguent par voie I.V. Au moins 10% des nouveaux cas dinfection au VIH sont dus à lusage de drogues par injection. Ce chiffre grimpe à 30% lorsque lon retire lAfrique sub-saharienne (la corrélation serait donc plus faible dans cette zone) Dans certains pays dAsie et dEurope ; prés de 70% des infections au VIH sont le résultat de lusage de drogues par injection (lopium étant la drogue la plus injectée).

5 JUSTIFICATIFS (2) Cas de transmission de linfection par injection en 2006 aux Etats-Unis : –Nombre total de cas détectés : –Nombre de personnes infectés par injection : Hommes Femmes (Total: ) –Soit prés de 25% des cas observés

6 JUSTIFICATIFS (3) En France (1990) –359 toxicomanes usagers de séringues (héroïnomanes principalement), répartis sur 3 sites : paris (156 sujets), marseille (110 sujets) et metz (93 sujets). –Les résultats suivants ont été enregistrés : –82,5 % avaient déjà effectué un test de dépistage –28 % des sujets sont séropositifs –35 % sont séronégatifs –36,5 % ont un statut sérologique incertain dont : 17,5 % qui nont jamais fait de test 19 % dont le test remonte à plus dun an

7 JUSTIFICATIFS (4) Au Sénégal –Absence de données –Données séparées concernant seulement les toxicomanes et linfection à VIH –Fléaux des temps modernes –Danger pour lavenir de nos pays –Dimension incontournable de lusage abusif des drogues dans la propagation du vih : non prise en compte dans le cadre de la prévention de linfection à vih/sida –Préoccupation majeure au niveau des structures sanitaires

8 Produits Cannabis: 67 % Alcool: 16 % Héroïne: 8 % Cocaïne: 3 % Solvants organiques: ? Tabac: 73 % Polytoxicomanies +++

9 MÉTHODOLOGIE Type détude Deux études vont être réalisées : une étude quantitative transversale descriptive et analytique, une étude qualitative tranversale analytique. La période détude Début : 01 Janvier 2009 Fin : 31 décembre 2009

10 MÉTHODOLOGIE (2) Les unités statistiques Dans létude qualitative, les unités statistiques sont les unités au niveau desquelles les résultats de lenquête vont être recueillis. Elles sont donc constituées par les personnes utilisant les substances psycho-actives et consultant dans les structures de prise en charge spécialisée identifiées au Sénégal. Les critères dinclusion et de non inclusion Les critères dinclusion sont les suivants : Personne utilisant les substances psycho-actives et consultant dans les structures de prise en charge spécialisée au moment de lenquête (en 2009). Et disposant dun test VIH au moment de lenquête. Les critères de non inclusion sont les suivants : Personne utilisant les substances psycho-actives qui refuse de participer à létude

11 MÉTHODOLOGIE (3) La population détude Il sagit dune étude exhaustive qui concerne lensemble des unités statistiques constitué par les personnes utilisant les substances psycho-actives, consultant dans les structures de prise en charge spécialisée au Sénégal et remplissant les critères dinclusion sans être dans les critères de non inclusion. Le recueil des données –Confection de linstrument de recueil des données Hétéroquestionnaire: outil ASSIST autoquestionnaire

12 MÉTHODOLOGIE (4) Formation des enquêteurs Pré-test Collecte –Deux questionnaires saisie des données –logiciel épi 2000 versions –Plan danalyse Étude descriptive Étude analytique (cas-témoins


Télécharger ppt "PERSPECTIVE DE RECHERCHE : ADDICTIONS AUX SUBSTANCES PSYCHO ACTIVES ET RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH Présenté par le Dr Idrissa BA CHU DAKAR."

Présentations similaires


Annonces Google