La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

11 e leçon : Quelle théorie critique de la société ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "11 e leçon : Quelle théorie critique de la société ?"— Transcription de la présentation:

1 11 e leçon : Quelle théorie critique de la société ?

2 150 ans après : Marx « tort » ? 1. société dominée par le profit 2. logique destructrice dynamique centrifuge Pourquoi le système se maintient-il ? Quelle théorie critique ?

3 les identités collectives matériel / symbolique nationalisme et racisme centres / périphéries / surnuméraires Quelle théorie critique ?

4 Immanuel Wallerstein Le capitalisme historique Comprendre le monde. Introduction à lanalyse des systèmes-monde Quelle théorie critique ?

5 Etienne Balibar (avec Wallerstein) Race, Nation, classe. Les identités ambiguës Quelle théorie critique ?

6 Etat-Nation : lutte des classes amortie par le nationalisme démocratie parlementaire marché mondial: lutte des classes accélérée par le racisme peuples « développés » / « arriérés » Quelle théorie critique ?

7 « ignorance de lautre » = sappuie sur un « savoir » théorie biologique des races Le racisme

8 « ignorance de lautre » = sappuie sur un « savoir » Orientalisme non-historicité de lAfrique Le racisme

9 20 e : conquérant « mission civilisatrice de lOccident » 21 e : défensif Europe forteresse assiégée par les immigrés / lislam Le racisme

10 pays dimmigration depuis 1945 augmentation récente: élargissement de lUnion européenne 50% immigrés : Français, Hollandais, Italiens La migration en Belgique

11 migration légale : / an asile : 5% humanitaire (« régularisation ») 25% travail 9 % études 12% regroupement familial 50% migration illégale (sans-papiers): filières La migration en Belgique

12 phénomènes que le marxisme nexplique pas 1.épurations ethniques, viols collectifs, génocides 2.meurtres anomiques Le racisme

13 phénomènes que le marxisme nexplique pas 3. pourquoi certaines populations discriminées sont-elles également touchées par le racisme ? Le racisme

14 phénomènes que le marxisme nexplique pas 4. pourquoi certaines populations discriminées sont-elles elles-mêmes racistes ? Le racisme

15 sexualité = « a-sociale » sexualité = « a-sociale » « passion égoïste » « passion égoïste » Freud Freud ( ) ( )

16 sexualité = « a-sociale » sexualité = « a-sociale » « il ny a pas de rapport sexuel » « il ny a pas de rapport sexuel » Jacques Lacan ( )

17 liens sexuels et affectifs = désir du même : désir de fusion, dappartenance narcissisme (miroir) « prohibition de linceste » : libido orientée vers les autres, le monde sexualité = « a-sociale » sexualité = « a-sociale »

18 si la société se désagrège, lindividu se replie sur ses groupes didentification primaire « narcissisme des petites différences » (Freud) « autre » intérieur, familier miroir: processus réversible Le racisme

19 « peur de lautre » = haine de soi « monstrueux déplacements psychiques moyennant lesquels le sujet peut garder laffect (la haine de soi) en changeant dobjet » (Cornélius Castoriadis, Le monde morcelé, Seuil, p.43). Le racisme

20 + une société parvient à assurer la cohésion sociale sur le plan matériel (Marx) -> moins elle aura besoin de référents identitaires sur le plan symbolique (Freud) moins une société forme un monde commun matériel -> + elle aura besoin de référents collectifs Le racisme

21 v° lhistoire depuis 1945 : : promotion du collectif dans lordre matériel (sécurité de lemploi, sécurité sociale) = promotion de lindividu dans lordre symbolique (libération sexuelle, déclin nationalisme et racisme) ; 1980-aujourdh : lindividualisme prime (atomisation monde du travail) = demande de collectif autochtones : populisme nationaliste allochtones : communautarisme.

22 théorie morale déduite de principes a priori = théorie qui essaie de comprendre le réel point de vue critique : penser et agir autrement Quelle théorie critique ?

23 tout système de pouvoir repose sur la force la croyance (légitimité) droit exercé au nom dune valeur supérieure théorie de la justice Quelle théorie critique ?

24 passage de lhétéronomie à lautonomie passage de lhétéronomie à lautonomie du droit surnaturel au droit naturel du droit surnaturel au droit naturel

25 Jérusalem Moïse recevant les Tables de la Loi la Justice : Infini la Justice : Infini la violence: péché la violence: péché

26 Athènes Athena, déesse de la Raison La Justice : harmonie naturelle La Justice : harmonie naturelle violence : démesure violence : démesure

27 modernité passage du théocentrisme à lhumanisme la Justice: = liberté et égalité la violence : la violence : = domination

28 modernité la politique : liberté / domination Machiavel : Cité = conflit entre Machiavel : Cité = conflit entre Peuple (liberté) Peuple (liberté) Grands (domination) Grands (domination)

29 modernité liberté individuelle protégée par la violence dEtat ? liberté soumise à la domination ? Hobbes Hobbes

30 modernité liberté = idéal logé dans la conscience morale liberté abstraite ? Rousseau Rousseau volonté générale volonté générale

31 modernité liberté se réalise à travers la violence la philosophie : pas juger mais comprendre lhistoire Hegel Hegel ruse de la raison ruse de la raison

32 théorie de la justice : poser des normes primordiales évaluer le réel « droit naturel » théorie critique : comprendre les rapports de domination chercher chemins de lémancipation

33 Chez Hegel et Marx le résultat de la théorie critique est donné davance : Progrès « « fin de lhistoire » « grand récit » de lémancipation universelle Esprit (Hegel) Peuple (Marx)

34 Histoire du 20 e siècle impérialisme et colonialisme

35 Histoire du 20 e siècle nationalisme 2 guerres mondiales

36 Histoire du 20 e siècle nazisme génocide juif

37 Histoire du 20 e siècle guerre froide USA / URSS Guerre du Vietnam

38 Histoire du 20 e siècle conflits ethniques ex-Yougoslavie Srebrenica

39 Histoire du 20 e siècle 11-Septembre Irak / Afghanistan

40 Histoire du 20 e siècle déclin de lidée de progrès théorie critique « grand récit » marxisme psychanalyse

41 « LEcole de Francfort » Theodor Adorno et Max Horkheimer La Dialectique de la Raison (1944)

42 « LEcole de Francfort » le capitalisme: colonisation de la vie quotidienne société de consommation triomphe de la raison technique lhomme = objet modernité mutilée : les instruments démancipation deviennent des instruments de domination

43 « LEcole de Francfort » Walter Benjamin ( ) « Thèses sur la philosophie de lhistoire » histoire des vaincus

44 Paul Klee Angelus Novus poussé par lHistoire en lui tournant le dos ruines

45 anticolonialisme Franz Fanon( ) Les Damnés de la Terre (1961) entre colons et colonisés: pas de récit commun ; rapport de pure extériorité Révolution : les subalternes porteurs duniversel

46 Freud (1856 – 1939) psychisme : lieu dun conflit inconscient entre pulsions (libido sexuelle): ça règles sociales intériorisées : Surmoi

47 Freud (1856 – 1939) refoulement : barrage pour éviter les conflits entre ça et surmoi compromis : évitement de la censure par linconscient rêves, actes manqués, mots desprit

48 Freud (1856 – 1939) les « passions » répondent à une logique « linconscient est structuré comme un langage » (Lacan)

49 Freud (1856 – 1939) introduction de la notion de pulsion de mort 1 ère topique : principe de plaisir (éviter les conflits ça / Surmoi) principe de réalité : différer le désir mais : compulsion de répétition; masochisme, cruauté v° guerre 14-18; montée fascisme

50 Freud (1856 – 1939) introduction de la notion de pulsion de mort 2 e topique : désir de retourner au néant, de détruire narcissisme pulsion de vie (Eros) : sujet lié au monde pulsion de mort (Thanatos) : sujet coupé du monde : haine de soi

51 La philosophie du soupçon la raison critique se critique elle-même se retourne sur son histoire « soupçon » : sous la conscience, une autre scène : sous la Cs politique, conflit de classes (Marx) sous la Cs psychologique, conflit ça / Surmoi (Freud)

52 La philosophie du soupçon la raison critique se critique elle-même métacritique : « Raison élargie » souvre à ses autres

53 Freud (1856 – 1939) « Une difficulté de la psychanalyse » lhomme blessé dans son narcissisme: blessure cosmologique (Copernic) blessure biologique (Darwin) blessure psychologique (Freud) décentrement

54 Le féminisme domination masculine ? contrôler le pouvoir des femmes de féconder « seules » réduire la femme à sa fonction biologique soumission au mari / frère / … relégation dans lenceinte domestique exclusion du pouvoir / savoir

55 Le féminisme domination masculine ? idéologies justificatrices (mythes, religions) = différence sexuelle = hiérarchie le masculin = actif le féminin = passif = le masculin = modèle de lhumain v° « homme »

56 Simone de Beauvoir ( ) Le deuxième sexe (1949)

57 Simone de Beauvoir ( ) Le deuxième sexe (1949) « On ne naît pas femme : on le devient. Aucun destin biologique, psychique, économique ne définit la figure que revêt au sein de la société la femelle humaine ; c'est l'ensemble de la civilisation qui élabore ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat qu'on qualifie de féminin »

58 Simone de Beauvoir ( ) Le deuxième sexe (1949) enfant, rien ne distingue garçon et fille seule différence : « fonction biologique » de la femme : enfanter la femme = conditionnée pour devenir épouse et mère

59 Simone de Beauvoir ( ) Le deuxième sexe (1949) la société : organisée entre hommes : actifs, autonomes, rationnels femmes : passives, dociles, émotives « amour maternel » : aliénation la femme : pas de projet

60 Simone de Beauvoir ( ) Le deuxième sexe (1949) la F doit refuser la fatalité de sa condition refus du mariage; accès au travail, au savoir ; contrôle des naissances SdB critique les hommes : sexisme les femmes : manque de courage

61 Sylviane Agacinski Politiques des sexes (1998)

62 Sylviane Agacinski Politiques des sexes (1998) contraception : la maternité cesse dêtre une fatalité -> choix, projet comment penser une différence qui ne soit pas domination ? inégalités H/F persistent

63 se décentrer vers les autres refoulés par les dispositifs daliénation prolétaires / colonisés / femmes / sexualité déconstruire ces hiérarchies concilier égalité et différence Quelle théorie critique ?

64 Poitiers expérience hôpital psychiatrique Collège de France renommée mondiale intellectuel engagé Révolution Iran (1979) Michel Foucault ( )

65 soupçon : étudier une société non à travers ce quelle affirme mais à travers ce quelle rejette Histoire de la folie à lâge classique Surveiller et punir Histoire de la sexualité Michel Foucault ( )

66 « lhistoire des gestes obscurs, nécessairement oubliés dès quaccomplis, par lesquels une culture rejette quelque chose qui sera pour elle lExtérieur (…). Ce vide creusé, cet espace blanc par lequel elle sisole, la désigne tout autant que ses valeurs ». Préface à Folie et déraison (1961), texte n°4, in Dits et écrits. Michel Foucault ( )

67 « Cest quil y a un échiquier de cases grises, à peine perceptibles, qui définissent la modalité dune culture : cest la trame de ces cases « négatives » que jai voulu appliquer à létude de lhistoire des systèmes de pensée ». « La folie et la société », in Dits et écrits, II, texte n°83 Michel Foucault ( )

68 Moyen-âge : fous maltraités mais inclus dans la société Histoire de la folie 17 e : avènement raison = exclusion folie

69 17 e : enfermement 19 e : asiles « humanisation » et exclusion Histoire de la folie 17 e : avènement raison = exclusion folie

70 Le fou est exclu: des rapports de parenté des rapports économiques des espace de parole Histoire de la folie 17 e : avènement raison = exclusion folie

71 Surveiller et punir. Naissance de la prison Ancien Régime : peines spectaculaires cachot

72 Surveiller et punir. Naissance de la prison 19 e : prison : contrôler, redresser

73 Surveiller et punir. Naissance de la prison échec de la prison ? surpopulation, hygiène, sécurité, abus de préventive, récidives lieu dapplication du droit : zone de non-droit = critique depuis le … 19 e !

74 Surveiller et punir. Naissance de la prison prison fonctionnelle ? « déchetterie sociale » non pas lieu de sanction mais de relégation des surnuméraires, inutiles, dysfonctionnels

75 Surveiller et punir. Naissance de la prison non pas lieu de sanction mais de relégation centres fermés : irréguliers pas illégaux EDS : internés prisons : 30 % préventive; 10% de malades mentaux

76 face cachée de lhumanisme: ceux qui devraient bénéficier prioritairement de la protection des DH en sont exclus Les Lumières : indissociable dun inframonde obscur Michel Foucault ( )

77 « Quest-ce que les Lumières ? » redescendre jusquaux pratiques concrètes partages fondamentaux : raison /folie, normal / pathologique, utile / inutile lespace politique na rien de naturel: construction historique => possibilité de penser et dorganiser la société autrement Michel Foucault ( )

78 « quest-ce donc que la philosophie aujourdhui si elle nest pas le travail critique de la pensée sur elle-même ? Et si elle ne consiste pas, au lieu de légitimer ce quon sait déjà, à entreprendre de savoir comment et jusquoù il serait possible de penser autrement ? » Michel Foucault, Lusage des plaisirs, Gallimard, 1984, p.14. Michel Foucault ( )


Télécharger ppt "11 e leçon : Quelle théorie critique de la société ?"

Présentations similaires


Annonces Google