La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Au cœur de la Bourgogne, en Saône-et-Loire, la ville de Tournus se regroupe autour de son abbaye. Labbaye, cest-à-dire léglise abbatiale et le cloître,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Au cœur de la Bourgogne, en Saône-et-Loire, la ville de Tournus se regroupe autour de son abbaye. Labbaye, cest-à-dire léglise abbatiale et le cloître,"— Transcription de la présentation:

1

2

3 Au cœur de la Bourgogne, en Saône-et-Loire, la ville de Tournus se regroupe autour de son abbaye. Labbaye, cest-à-dire léglise abbatiale et le cloître, présentent un moment fort de la visite de Tournus. Chef-dœuvre de lart roman des XI° et XII° siècles, cette haute silhouette surplombe la ville ancienne. Léglise abbatiale, le cloître, la salle capitulaire, le réfectoire et le cellier constituent le seul ensemble monastique du XII° siècle conservé en Europe. Larchitecture unique de la nef offre une luminosité saisissante. La photo densemble de la diapo suivante, le plan de labbaye et les commentaires "techniques" sont issus dune brochure offerte par lOffice du Tourisme.

4

5 Aussi clairement que la photo, ce plan vous per- met de vous faire une idée de limportan- ce de cet en- semble archi- tectural.

6 Pour ponctuer ces pages, des photos prises dans le cloître de vestiges regroupés là. Sur la page suivante, lavant nef : cest ici que les pèlerins étaient accueillis. On y retrou- ve les caractéristiques des églises romanes du XI° siècle, en particulier labsence de lumière liée au choix du voû- tement. Quelques traces de peintures murales rappellent quau Moyen-âge toute léglise était recouverte de peintures. La chapelle Saint-Michel est construite au-dessus de lavant-nef.

7

8

9 Ordinairement, léglise romane est qualifiée de sombre, car elle comporte un berceau longitudinal, empêchant l'ouverture de fenêtres dans les murs latéraux. Ici, au contraire, une innovation architecturale apporte hauteur et luminosité, ce qui est exceptionnel pour le milieu de lan En effet, grâce à une voûte à berceaux transversaux, presque unique en France, la poussée des voûtes ne se fait pas sur les murs nord et sud, mais sur le chœur et lavant- nef. Ils servent ici, en quelque sorte, de contreforts, ce qui permet louverture de grandes fenêtres dans les bas-côtés, mais aussi dans la nef centrale. Les vitraux de cette nef, réalisés par Brigitte Simon au cours des années 1950 participent également à la clarté.

10

11 Quand une photographe joue avec larchitecture…

12

13 Notre-Dame de la Brune : Cette statue-reliquaire romane de la Vierge à lEnfant a lattitude caractéristique des Vierges noires auvergnates. Elle a été offerte aux moines de Saint Philibert qui, fuyant Noirmoutier, ont fait étape à Saint-Pourçain dans lAllier. Noire à lorigine, car sculptée dans du bois de cèdre, elle a été dorée au 19° siècle. Pendant la Révolution française, léglise est transformée en Temple de la Raison. La Vierge Noire sera sauvée par une citoyenne qui lemportera pour servir de poupée à ses filles. Elle la rendra après le Concordat.

14 Partout cette merveilleuse luminosité, qui donne toute sa valeur à larchitecture.

15 Pendant une grande partie de la visite, lorgue jouait. Et lon entendait aussi des doigts malhabiles, des exclamations denfants. Lorganiste initiait sans doute des gosses de la paroisse aux mystères et aux beautés de son instrument. Mais il jouait aussi des morceaux dans leur entier, et cela donnait à cette visite un aspect un peu surréaliste, presque magique..

16 Le Grand Orgue… Et peut-être, en toute logique, le Petit Orgue ???

17 Vous le voyez, beaucoup de belles choses. Pourtant, lorsque jai emprunté le déambulatoire pour faire le tour du chœur mattendait la merveille des merveilles : une mosaïque au sol ! Elle date de la première moitié du 12° siècle, et a été, à un moment, recouverte dun dallage. Cest vous dire que sa fraîcheur en a subi quelques contrecoups. Mais elle a toujours ses belles couleurs. En France, très peu de mosaïques ont été conservées en place pour cette période. Les thèmes du calendrier et du zodiaque représentés ici, et qui illustrent le temps de Dieu à travers le cycle cosmique, celui de la nature et celui des travaux des hommes, en illustraient pourtant dautres au XII° siècle. (Saint-Lazare dAutun, Saint-Denis près de Paris…) Les tesselles sont taillées dans des calcaires de provenance locale, gris- beiges, roses ou noirs pour lessentiel mais on note aussi des éléments de marbre blancs ou bleutés, et quelques fragments de roches dimpor- tation très colorées sans doute récupérées de dallages antiques, ainsi que des morceaux de terre cuite.

18

19 Vous le voyez, il nen subsiste pas grand-chose. Mais ce que jai découvert a suffi à me faire pousser un cri de joie qui a fait se retourner une dame qui visitait de son côté… Une passerelle en fer domine louvrage et permet de lapprécier sans le dégrader davantage.

20 Le déambulatoire facilitait la circulation des pèlerins qui allaient se recueillir devant les reliques de Saint-Philibert. Les mosaïques, mises à jour lors des derniers travaux de restauration, en 2001, datent de la fin du XII° siècle. Une vingtaine de médaillons, représen- tant les mois de lannée et les signes du zodiaque, permettaient aux pèlerins de cheminer symboliquement à travers le temps et lespace. Il ne reste de nos jours que quatre médaillons : les signes du Cancer et des Gémeaux, et les activités correspondant à ces mois : le faucheur de juin et le chasseur à lépervier du mois de mai. Moi, je vais vous dire : jaurais voulu être là lorsque louvrier a fait cette décou- verte. Et voir la tête des responsables de labbaye en voyant cette merveille !

21 Labbaye répond parfaitement au plan traditionnel des abbayes bénédictines, car tout sorganise autour du cloître. A lorigine, le jardin était clos par quatre corps de bâtiment, desservis chacun par une galerie comme celle de la diapositive suivante. Dans ce qui était le Parloir sont entreposées des sculptures qui faisaient partie de labbaye : chapiteaux, décors de murs. Vous en avez trouvé au cours de ces diapositives. Le Cellier, dont vous voyez lemplacement sur le plan, servait aux moines à conserver la nourriture. Au sous-sol, dans des caves, ils élaboraient des vins réputés.

22

23

24 Sur le mur du Parloir sont accrochées ces statues de Saint-Philibert, patron de la pa- roisse, à droite, et de Saint Valérien, à gau- che. Saint Philibert était de ma région, il était né en Aquitaine, vers 616, et vécut à la cour du roi Dagobert ; peu satisfait par la vie futile quil menait à la cour, il décida de consacrer sa vie à Dieu en devenant moine. Il fonda entre autres le monastère de Jumièges en Normandie. Il mourut au monastère de Noirmoutier. Les reliques de Saint-Philibert sont à Tour- nus depuis 875. Elles ont été longtemps conservées dans la chapelle axiale. Le nou- veau reliquaire, œuvre de lorfèvre Goudji, est aujourdhui dans le chœur de labbatiale.

25

26 Allez ! Vous reprendrez bien un petit morceau de cette magnifique fresque ?

27 Trop courte visite, qui ne rend pas vraiment justice à la beauté de cette abbatiale, mais vous donne- ra peut-être envie de mieux la découvrir… Un dernier regard, une dernière prière… Nous refermons le portail et partons sur la pointe des pieds.

28 Photos : Yvonne Texte : Jacky Musique : Mercedes Sosa – Missa criola Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix


Télécharger ppt "Au cœur de la Bourgogne, en Saône-et-Loire, la ville de Tournus se regroupe autour de son abbaye. Labbaye, cest-à-dire léglise abbatiale et le cloître,"

Présentations similaires


Annonces Google