La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le Web 2.0 (ça doit bien servir à quelque chose !)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le Web 2.0 (ça doit bien servir à quelque chose !)"— Transcription de la présentation:

1 Le Web 2.0 (ça doit bien servir à quelque chose !)

2 A la question « Qu’est-ce que le Web 2
A la question « Qu’est-ce que le Web 2.0 ? » posé par un journaliste de BFM, Frédéric Lefebvre, l'un des porte-paroles de l'UMP, répond de cette façon : « Le Web 2.0 c’est tout simplement l’internet d’aujourd’hui, c’est à dire le… Ce que… Enfin… Le, le, enfin sur quoi surfent tous les français, moi comme les autres (…) C’est à dire internet d’aujourd’hui ! » 2

3 >> Au menu d’aujourd’hui :
• Au début était le 1.0 • Le Web 2.0, c’est quoi ? • Le Web 2.0 selon Tim O’Reilly • 7 critères pour un Web 2.0 • Le Web 2.0 crée des nouveaux outils et usages • La guerre du contenu a commencé ! • L’expérience utilisateur • Les RIA • Les RDA • Et demain ?

4 >> Au début était le 1.0
« Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services comme le courrier électronique et le World Wide Web. Ses utilisateurs sont désignés par le néologisme « internaute ». Techniquement, Internet se définit comme le réseau public mondial utilisant le protocole de communication IP (Internet Protocol) ». Souvenez-vous du : « ZZZBBBBBunnnnnckkkkzzzzCLaaaackk !» des modems 48k ! 4

5 >> Le Web 1.0 : • un simple report des pages papiers
• des pages statiques • un simple report des pages papiers • peu d’interactivité • de longs temps de chargement • du matériel informatique préhistorique • un « tuyau » étroit • un temps de connection « coûteux » LE WEB 1.0 = LA TELEVISION « un diffuseur vers n utilisateurs, chaque contenu est optimisé pour plaire au plus grand nombre car le temps de diffusion est limité, l’interaction est faible. » 5

6 est toujours d’actualité…
Bref, le Web 1.0 est toujours d’actualité… 6

7 de la « bulle internet », le Web évolue et est entré dans sa
Depuis 2001 et l’explosion de la « bulle internet », le Web évolue et est entré dans sa deuxième version… Le choix du « 2.0 » n’est pas anodin ! Le terme « Web 2.0 » a été utilisé pour la première fois en 2004 par Dale Dougherty

8 « Web deux points zéro » « Web deux points » « Web : »
Petite leçon de langage numérique à l’usage de ceux qui veulent briller dans les soirées mondaines : On ne dit pas : « Web deux points zéro » Mais bien : « Web deux points » Ou mieux encore : « Web : »

9 >> Mais c’est quoi alors, le Web 2.0 ?
Si le Web n’a pas changé, son contenu, lui, évolue. On admet généralement qu'un site ou une application Web est Web 2.0 lorsque : • Elle repose sur le partage des informations ou des données • Les standards sont respectés* • Il existe une dimension sociale * soit des technologies standards recommandées par le W3C : html, Xhtml, feuilles de style, Ajax… Etc. Le site peut être utilisé d’un navigateur standard !

10 >> Et le Web 2.0 est arrivé…
Le Web s’oriente définitivement vers une plus grande interaction avec l’utilisateur, ou entre utilisateurs. La notion de groupe, de réseau est au cœur du Web 2.0 « Qu’est -ce que le Web 2.0 ?» par Tim O’Reilly Google versus Netscape

11 = service « Le service s’améliore quand le nombre de ses utilisateurs augmente ». Cette dimension communautaire est une spécificité du Web 2.0.

12 >> 7 critères pour un Web 2.0
• Offrir un service, • Disposer de données uniques qui vont s’accroître et s’enrichir à mesure de leur utilisation,

13 7 critères pour un Web vraiment 2.0
• Considérer les utilisateurs comme des co-développeurs, • Tirer parti de l’intelligence collective, •  Toucher le marché jusque dans sa longue traîne, Seul, le cycliste ira beaucoup moins loin qu’un peloton dûment constitué où physiquement chaque individu créera un effet d’aspiration sur son voisin. Plutôt que de vendre massivement un produit en grande quantité dans un lieu unique de vente, on vend une multitude de produits en petite quantité via une multitude de réseaux. C’est notamment la raison de la réussite de sites comme Amazon.

14 7 critères pour un Web vraiment 2.0
La longue traine et le monde de l’édition… 14

15 « Aujourd’hui, nous avons vendu plus de livres qui ne se sont pas vendus hier que nous n’avons vendu de livres que nous avons vendu aussi hier. » (dixit un employé voulant rester anonyme - et l’on comprend pourquoi - de chez Amazon)

16 7 critères pour un Web enfin 2.0
• Libérer le logiciel du seul PC en visant notamment le nomadisme et les « devices » adaptés (pda, smartphones, portables…), • Offrir de la souplesse dans les interfaces utilisateurs, les modèles de développement et les modèles de gestion.

17 Wikipedia, pour sa part, le définie comme ceci :
Le « Web 2.0 » est avant tout une dénomination marketing pour nommer un nouveau type de services… Wikipedia, pour sa part, le définie comme ceci :

18 >> le Web 2.0 crée de nouveaux usages, des nouveaux outils…
> Le succès de sites Web 2.0 crée de nouveaux usages et de nouveaux standards… (Soit des habitudes communes à un groupe, en l’occurrence ici les internautes). > Les technologies se développent en même temps que leur apprentissage.

19 Bref… le Web 2.0 a envahi notre cyber quotidien.

20 Quelques exemples : > Les réseaux sociaux :
facebook MySpace viadeo linkedin > Les sites de partage de medias : flickr YouTube DailyMotion > Les sites de social bookmarking : digg Del.icio.us yoolink > microblogging twitter > Les moteurs de recherche : technorati exalead wikio Linkedin > La musique : deezer > Les portails : netvibes > Les blogs : La blogosphère en général 20

21 Le réseaux sociaux « Si je n’ai pas le temps de te retrouver au café, je te retrouve sur Facebook ou Viadeo ! » Quelques (nouveaux) outils :  En 1988, la première plate-forme sociale est lancée par AOL  En mai 2003 Linkedin est lancée,  En juillet 2005, MySpace est lancé,  Février 2004, Facebook est lancé… 21

22 Les wikis « Tirer parti de l’intelligence collective »
Quelques (nouveaux) outils : Trois types : • généraliste (wikipedia) • thématiques (également wikipedia) • d’entreprise « wiki » signifie « vite » en hawaiien ! 22

23 Les tags « J’étiquette mes contenus pour mieux les échanger !»
Quelques (nouveaux) outils : Les tags sont simplement des étiquettes qu'on peut coller comme on le souhaite sur du contenu - le lecteur de ce contenu va lui-même ajouter ses propres tags (crowdsourcing). Le classement et l’organisation de ces tags est directement réalisé par ceux qui les utilisent (folksonomie)… 23

24 Les blogs « Je raconte ma vie qui est super intéressante ! »
Quelques (nouveaux) outils : Les blogs « Je raconte ma vie qui est super intéressante ! » Blog vient de la contraction de deux mots Web et log. Web pour Internet et log qui est un journal de bord dans le milieu de l’aviation - navigation.En français, on a opté officiellement pour bloc note ou bloc tant dis que les Canadiens ont eux adopté blogues. Un blog est une suite antéchronologique de billets (d’articles, notes ou postes) constitués de texte, d’image, de sons, de vidéos. Il s’agit donc d’un site inernet interactif composés d’articles qui peuvent êtres commentés par tout internaute. 1 seule bonne adresse : Are You Experienced ? (www.r-u-experienced.net) 24

25 >> Cette évolution a été possible via le développement du matériel et des réseaux…
• 32 millions d’internautes en France, • le prix moyen des micro-ordinateurs baisse de 30% par an, • plus 10 millions d’internautes se sont connectés de leur téléphone portable en 2007, • 93,6 % des foyers connectés ont choisi le haut débit (ADSL ou câble), • Plus de 24 Millions d’internautes « surfent » de leur foyer en haut débit, •  77,2% des internautes se connectent tous les jours.

26 >> Dans ce contexte et à cause du Web 2.0…
26

27 Comment alimenter en contenu ce réseau ?
D’ailleurs existe-t-il suffisamment de contenu pour l’alimenter ? Les créateurs historiques de contenu ont été pris de vitesse : • téléchargement illégal, • V.O.D. « faible », • édition/presse souvent contre, • radio juste en « relais » via Internet. * Wizzgo, Napster : des exemples de réussite grand public et d’échecs juridique

28 On a d’abord pensé que les internautes allaient créer le contenu
• le phénomène des blogs, • les sites de partage d’images (photos et vidéos). On a ensuite essayé « d’agréger » des contenus existants • les flux RSS, • le social bookmarking. • les wikis

29 le Designer peut devenir l’homme de la situation !
… Dans ce contexte, le Designer peut devenir l’homme de la situation ! Le graphiste qui, depuis des siècles, sait traiter, traduire et transformer l’information peut mettre son savoir-faire au service de la création de contenus et bien plus encore !

30 (L’expérience utilisateur selon le blog synthesio.fr)
>> Les sites Web 2.0 d’aujourd’hui doivent proposer une expérience utilisateur spécifique au média Web. Comme le proposent depuis longtemps les parcs d’attractions. (L’expérience utilisateur selon le blog synthesio.fr)

31 Expérience utilisateur = plaisir d’usage*
Cette « expérience utilisateur » répond à des règles précises : • L’utilité, • La facilité et le confort d’utilisation, • La confiance, • La qualité de service. Expérience utilisateur = plaisir d’usage* * D’après Fred Cavazza (le grand gourou français des nouvelles technologies et le roi des bloggers – FredCavazza.net)

32 >> Cette « quête » de l’ultime expérience utilisateur permet
l’émergence des Rich Internet Applications ! Web Software D’après Wikipedia : « Les Rich Internet Applications (RIA) sont des applications Web qui partagent les caractéristiques des applications autonomes sur l'ordinateur. À long terme, les RIA favorisent la fusion des logiciels traditionnels et les logiciels client / serveur de type Internet. »

33 Les Rich Internet Applications font la synthèse entre :
les nouveaux usages nés du Web que l’on « rationalise » via le travail d’ergonomie, les fonctions (liés à l’applicatif traditionnel), la navigation (qui va se défaire de la notion de « page »).

34 L’ergonomie est également au cœur de cette révolution :
« l'ergonomie d'un site Web peut être définie par sa capacité à répondre efficacement aux attentes des utilisateurs et à leur fournir un confort de navigation. La principale difficulté que tente de lever l'ergonomie est la diversité des profils des visiteurs. » L’ergonomie n’est pas spécifiquement liée au Web 2.0. Mais elle devient essentielle pour le bon fonctionnement de ce type de sites Web.

35 Quelques exemples (au hasard): • Le site internet de votre banque,
• Photoshop on line, • Nike iD, • H&M, • La prochaine version d’Office, • Le site DS de Citroën, • Zimbra, • Google (maps, earth, calendar…) … Etc. 35

36 Les + des RIA : •  les RIA sont « exécutables » d’un navigateur sans installation préalable, • les RIA peuvent être utilisées de n’importe quel ordinateur connecté, • les RIA évitent un certain nombre de problèmes de sécurité, • les RIA sont, de fait, accessibles au plus grand nombre.

37 >> Egalement, voici les Rich Desktop Applications
Web Software Hardware Toujours d’après Wikipedia : Les Rich Desktop Application (RDA) sont des applications qui se lancent à partir d'un navigateur Web mais qui s'exécutent sur une machine virtuelle extérieure au Web. Chaque RDA nécessite au préalable l'installation d'un moteur d'exécution au sein duquel sera exécutée l'application. »

38 Les + des RDA : • Le fait d’être connecté, permet de garder ses informations décentralisées sur Internet. • On peut s’affranchir des contraintes du navigateur. • L’application peut fonctionner en mode connecté ou déconnecté. • Les applications sont plus performantes et proposent un plus grand nombre de fonctions.

39 L’exemple type : iTunes

40 L’Avenir c’est maintenant : les gadgets, les widgets…
Ces petites applications dédiées, souvent designées sous la forme d‘objets 3d, font déjà partie de notre quotidien :

41 >> Et demain ? Le Web 3.0
Le Web 3.0, dit le Web sémantique, répondra directement à nos envies, nos goûts, nos centres d’intérêt en nous affranchissant (notamment) d’intermédiaires encombrants : les navigateurs et les moteurs de recherche ! Il sera basé sur l’individu et non sur le groupe… « La première phase a reposé sur la construction de la plate-forme Internet et sur la mise à disposition du plus grand nombre. Le Web 2.0, dont la fin approche, a consisté à améliorer l'interface utilisateur. La troisième phase consistera à rendre le Web plus malin. » Nova Spivack 41

42 « Le numérique sera dans les prochains mois un levier
Et pour vraiment finir sur une note vraiment positive : « Le numérique sera dans les prochains mois un levier majeur de la sortie de crise pour Notre pays. » Nathalie Kosciusko-Morizet Secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique 42


Télécharger ppt "Le Web 2.0 (ça doit bien servir à quelque chose !)"

Présentations similaires


Annonces Google