La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Atelier sous régional de lAFRACA ETUDE DE CAS DU BURKINA FASO Thème : Comment intégrer les Offres de Services financiers aux Stratégies de Lutte contre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Atelier sous régional de lAFRACA ETUDE DE CAS DU BURKINA FASO Thème : Comment intégrer les Offres de Services financiers aux Stratégies de Lutte contre."— Transcription de la présentation:

1 1 Atelier sous régional de lAFRACA ETUDE DE CAS DU BURKINA FASO Thème : Comment intégrer les Offres de Services financiers aux Stratégies de Lutte contre la Pauvreté ? Plan de présentation

2 2 1. Aperçu sur la situation économique, sociale du pays et politique du Burkina du pays 2. Aperçu sur les stratégies nationales de lutte contre la pauvreté 3. Aperçu sur le système financier national 4. Réglementation et cadre juridique 5. Progrès et difficultés rencontrées 6. Recommandations Aperçu sur la situation économique

3 3 Situation économique, sociale, politique Précédent Contexte géographique Contexte démographique Pays enclavé situé en Afrique de lOuest Pays limitrophes : Mali, Niger, Côte dIvoire, Ghana, Togo, et le Bénin Superficie : km² Climat : type tropical avec une pluviométrie irrégulière et mal répartie

4 4 Situation économique, sociale, politique Population estimée à habitants en 2005 selon lINSD Population active : 70% de la population totale Population rurale : 80% de la population totale Densité moyenne : 47,8 habitants au km² Taux de croissance : 2,4% Précédent Contexte démographique Contexte administratif

5 5 Situation économique, sociale, politique Précédent Contexte administratif Contexte politique Le Burkina Faso compte - 13 régions, - 45 provinces - 49 communes communes rurales villages

6 6 Situation économique, sociale, politique Précédent Contexte politique Stratégies nationales de lutte contre la pauvreté - Succession de nombreux régimes politiques de Engagement dans un processus de démocratisation (02 juin 1991) -Processus de démocratisation en phase de maturation

7 7 Stratégies nationales de lutte contre la pauvreté Précédent Introduction Orientations de développement [du Gouvernement] - Adoption dun cadre stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) en Réactualisation du CLSP en 2003 en intégrant le mécanisme de suivi évaluation -Actuellement, la tendance est de doter chaque Région dun CSLP qui lui est propre

8 8 Stratégies nationales de lutte contre la pauvreté Précédent Orientations du Gouvernement Objectifs poursuivis par le gouvernement - Renforcer les actions visant à réduire létat de pauvreté et de vulnérabilité des populations, - Réaliser une croissance forte, durable et mieux répartie (à travers des politiques macroéconomiques), - Accélérer et renforcer le processus de décentralisation et les actions de modernisation de ladministration publique, - Réussir linsertion du pays dans le processus dintégration régionale et de modernisation.

9 9 Stratégies nationales de lutte contre la pauvreté Accroître le produit intérieur brut dau moins 4% par an à partir de 2004, Ramener lincidence actuelle de la pauvreté à moins de 35% à lhorizon 2015, Accroître lespérance de vie à au moins 60 ans à lhorizon 2015 Précédent Objectifs poursuivis Définition des secteurs prioritaires

10 10 Stratégies nationales de lutte contre la pauvreté Précédent Secteurs prioritaires Axes dintervention de la stratégie nationale 9 secteurs prioritaires à fort impact sur la réduction de la pauvreté - léducation, - la santé, - la lutte contre le VIH/SIDA, - leau potable, - le développement rural, - lenvironnement et le cadre de vie, - la lutte contre linsécurité, - les PME/PMI et petite mine - le renforcement des capacités et la promotion des NTIC

11 11 Stratégies nationales de lutte contre la pauvreté Axe 1 : Accélérer la croissance et la fonder sur léquité, Axe 2 : Garantir laccès des pauvres aux services sociaux de base, Axe 3 : Élargir les opportunités en matière demplois et dactivités génératrices de revenus pour les pauvres, Axe 4 : Promouvoir la bonne gouvernance Précédent Axes dintervention Impacts des stratégies de lutte

12 12 Stratégies nationales de lutte contre la pauvreté Évolution des croissances sectorielles Années Secteur primaire (%) 15,02,410,8-3,3 Secteur secondaire (%) 0,414,19,510,2 Secteur tertiaire (%) 2,43,76,08,1 PIB au prix du marché (%) 6,84,68,04,6 Précédent Impacts des stratégies Typologie du système financier national

13 13 Typologie du système financier national Le paysage financier comprend Le système bancaire (09 banques) Les établissements financiers (05) Les fonds détat (07) Les systèmes financiers décentralisés (56) Précédent Introduction Principaux acteurs et leurs rôles

14 14 Principaux acteurs et rôles Précédent Acteurs et Rôles Produits financiers offerts à la clientèle ÉTAT : création dun environnement favorable au développement dun réseau bancaire et mutualiste, BCEAO : formation des acteurs et réglementation APBEF : défense des intérêts de la profession bancaire et des établissements de crédit, APIM-BF : renforcement des capacités techniques et dorganisation des membres Partenaires techniques et financiers (coopérations bilatérales et Multilatérales)

15 15 Produits financiers offerts Précédent Produits dépargne Gamme des crédits Dépôt à vue (produit le plus utilisé) Dépôts à terme Comptes dépargne spécifiques

16 16 Produits financiers offerts Précédent Gamme des crédits Performances du système financier Crédit de consommation Crédit immobilier (réalisation habitat) Crédit dinvestissement Crédit destiné aux AGR Crédit agricoles (intrants, fonctionnement, approvisionnement) Crédit artisanat

17 17 Performances du système financier Limites du système financier actuel Précédent Situation des Banques et des SFD Pour le système bancaire Hausse des dépôts de 39,7% (353,5 milliards à 494,0 milliards entre 2002 et 2003) Hausse des crédits de 23,7% pour atteindre 371,0 milliards en 2003 Pour le système financier décentralisé * Augmentation des dépôts de 39,7% pour atteindre 27,1 milliards en 2003 Augmentation des crédits de 29,5% pour atteindre 23,7 milliards en 2003 * En termes daccès aux services financiers : 8,3% de la population pour les SFD contre 2,02% qui bénéficient des prestations des banques * Du point de vue couverture géographique : on note 402 guichets pour les IMF contre 154 pour les banques.

18 18 Limites du système financier actuel Choix porté sur les fonctionnaires, les gros commerçants et les grandes entreprises, Insuffisance de couverture géographique, Faible diversification des produits financiers, Faible refinancement des SFD, [entre autres] Précédent Banques et Établissements financiers Au niveau des SFD

19 19 Limites du système financier actuel Faiblesse des relations entre les SFD et le circuit bancaire notamment pour le refinancement, Faible diversification des produits financiers, Crise de croissance du fait de leur faible surface financière, Insuffisances organisationnelles et de formation Précédent Au niveau des SFD Réglementation et cadre juridique

20 20 Réglementation et cadre juridique Les Banques et établissements financiers sont soumis à la loi ADP du 02 mai 96, portant réglementation bancaire. Renforcement du cadre réglementaire avec ladoption : - du règlement N°14/CM/UEMOA relatif au gel des fonds et autres ressources financières (lutte contre le financement du terrorisme), - De la directive 07/2002/UEMOA (lutte contre la blanchissement des capitaux dans les États membres), - De la directive N°8/2002/CM/UEMOA portant promotion de la réglementation et de lutilisation des moyens de paiements scripturaux - Du règlement N°15/2002/UEMOA relatif au système de paiement dans les États membres, - Et des efforts consentis pour lapplication de lOHADA Précédent Banque et Établissements financiers) Pour les SFD

21 21 Réglementation et cadre juridique Le fonctionnement des SDF est régi par lordonnance de N°59-94-ADP du 15 décembre 1994 Ce cadre juridique est composé de 3 textes essentiels : - Ordonnance qui sapplique aux coopératives dépargne et de crédit (agrément à demander auprès du Ministère des Finances), - Décret n° /PRES/MEFP du 1 er août portant modalité dapplication de la loi ci-dessus citée - Convention cadre adoptée le 3 juillet 1996 portant modalité de reconnaissance des structures non constituées sous la forme mutualiste Précédent Pour les SDF Progrès et difficultés rencontrées

22 22 Progrès et difficultés rencontrées On peut mentionner - renforcement du secteur financement et assainissement du système bancaire avec le concours des partenaires au développement, - Adoption du PAFMR afin daméliorer laccès aux services financiers et en élargir loffre, - Appui à la création de lAPIMBF, - Création de la maison de lEntreprise - Élaboration et adoption dune stratégie nationale de microfinance - Création du CIF pour mettre au point et tester de nouveaux produits financiers - Mise en place dun programme financier de la Banque Mondiale en faveur du secteur privé et de la microfinance. Précédent Progrès réalisés Difficultés rencontrées

23 23 Progrès et difficultés rencontrées Faiblesse de lintermédiation financière : le volume des crédits accordés par les Banques ne représentent que le 1/3 de leurs avoirs, Faible bancarisation : une cartographie qui révèle la non couverture des zones rurales surtout, Gamme limitée des produits offerts à la clientèle (insuffisance dans la diversification des produits) Marginalisation des acteurs de linformel (faible accès aux produits et services financiers) Insuffisances des capacités de gestion de certaines SFD qui justifient dans une certaine mesure la méfiance des Banques vis-à-vis de celles- ci. Précédent Difficultés rencontrées Recommandations

24 24 Recommandations pour une meilleure offre de services financiers Précédent Recommandations (1/4) Recommandations (suite) * Développer loffre des services financiers de façon à accroître les populations touchées qui pourront ainsi créer ou mettre en œuvre des activités économiques productives générant des revenus monétaires et des emplois. * La modernisation du fonctionnement des institutions à travers les nouvelles technologies de linformation et de la communication. Cette action savère indispensable pour faire face à laccroissement du volume des opérations et à lexigence de la qualité de gestion. * Encourager les efforts des institutions dans la promotion des crédits moyen & long terme et le développement de nouveaux produits

25 25 Recommandations pour une meilleure offre de services financiers Précédent Recommandations (2/4) Recommandations (suite) La mobilisation des ressources financières importantes au profit de la microfinance : eu égard au nombre de personnes qui sont exclues du secteur financier et les besoins à satisfaire, il sagira de mobiliser des ressources financières pour offrir des services financiers adaptés à toutes les franges de la population. Lamélioration des systèmes dinformation et de gestion : cette action est indispensable pour une gestion financière efficiente ; elle est aussi nécessaire pour mieux appréhender la situation des institutions et des bénéficiaires. * Le renforcement des capacités des acteurs, pour favoriser la professionnalisation du secteur.

26 26 Recommandations pour une meilleure offre de services financiers (3/3) Précédent Recommandations (3/4) Recommandations (suite) * Lintégration de la politique de microfinance avec les autres politiques sectorielles. La mise en place dun mécanisme performant de contrôle et de surveillance afin de garantir la viabilité et la stabilité du secteur. * La création dun environnement incitatif et un cadre légal et réglementaire adéquat permettant à différents acteurs dintervenir en synergie dans la microfinance ; elle doit offrir la possibilité aux institutions bancaires dintervenir dans le secteur de la microfinance.

27 27 Recommandations pour une meilleure offre de services financiers (3/3) Précédent Recommandations (4/4) Échanges – Questions - Réponses Accorder des faveurs fiscales (pour les IMF et les clients) pour améliorer laccès au crédit, Développer des partenariats entre Institutions financières, les promoteurs/bénéficiaires, lEtat et les autres partenaires, Le financement détudes sur les différents secteurs dactivités ou corps de métiers (organisation du secteur et des acteurs, technicité des acteurs, existence du marché, la rentabilité des différents secteurs…) * Pour les populations démunies : les organiser par corps de métiers et accompagner leur évolution vers des formes de sociétés de cautionnement mutuel

28 28 FIN DES TRAVAUX Précédent Conclusion Échanges – Questions / Réponses


Télécharger ppt "1 Atelier sous régional de lAFRACA ETUDE DE CAS DU BURKINA FASO Thème : Comment intégrer les Offres de Services financiers aux Stratégies de Lutte contre."

Présentations similaires


Annonces Google