La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Généalogie de la morale Nietzsche. DEUXIEME TRAITE : La « faute » et la « mauvaise conscience » Les notions abordées sont : La faute La justice Le ressentiment.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Généalogie de la morale Nietzsche. DEUXIEME TRAITE : La « faute » et la « mauvaise conscience » Les notions abordées sont : La faute La justice Le ressentiment."— Transcription de la présentation:

1 Généalogie de la morale Nietzsche

2 DEUXIEME TRAITE : La « faute » et la « mauvaise conscience » Les notions abordées sont : La faute La justice Le ressentiment

3 Lhomme est un animal, mais différent des autres grâce à sa capacité à promettre (= fiabilité, garantie, notion davenir) Donc : sa faute = ne pas tenir ses engagements Promis !

4 I. Les origines de la faute et les premiers châtiments La relation créancier / débiteur Faute = Dette Relation entre le créancier et le débiteur : fondée sur une promesse le débiteur offre une garantie et gage sur quelque chose quil a en sa possession. Si le créancier ne reçoit pas léquivalent de ce quil a prêté à son débiteur, il va chercher à obtenir une compensation.

5 Les conséquences : la souffrance comme compensation Si le débiteur ne peut pas régler sa dette de manière matérielle (argent, terre…), le créancier a la possibilité de dominer le débiteur. Faire le mal Plaisir Equivalence satisfaisante

6 Lapparition de la justice Le créancier abusé par le débiteur souhaite punir l'injure faite par le fautif. Donc : Ressentiment Justice Afin que la haine ne se déverse pas directement sur le fautif.

7 Mais cette justice n est valable que lorsqu il s agit de matériel, si l injure touche d autres aspects retour des hostilités envers le fautif La justice devient « une continuation de l injure subie », une vengeance. L homme tend à limiter l extériorisation de sa haine.

8 II. Pacification de « l'animal » homme : évolution de la souffrance Le sentiment de honte au regard de la cruauté Au fil des siècles, l'homme éprouve de la honte au sujet de sa propre cruauté. Autrefois de notoriété publique, la violence est maintenant proscrite. Dégoût de lhomme face à ses instincts

9 « Invention » des divinités But : bannir la souffrance clandestine Regard des dieux sur les hommes (surveillent leur comportement moral) Ceux-ci redoutent de faire le mal

10 Le châtiment et la mauvaise conscience But premier du châtiment : que le coupable se rende compte de l'ampleur de son erreur (mauvaise conscience, remords). Mais effet inverse : -E-Endurcissement du coupable -A-Aiguisement du sentiment dexclusion -A-Accroissement de la force de résistance -I-Incompréhension de la part du coupable de la gravité de ses actes (il endure les mêmes sortes daction)

11 III. Lintériorisation de lhomme et ses conséquences La mauvaise conscience Mauvaise conscience : décrite comme une « maladie grave » qui atteint l'homme à un tournant de son existence : l'intériorisation. Tous les instincts qui agissaient sur le monde qui lentoure se retournent contre lui car le monde est désormais plein dexigences Souffrance causée par lui-même, et non plus par le monde et les autres.

12 Lorigine de la mauvaise conscience Contexte : Une tyrannie La majorité est oppressée par une minorité qui ne connait pas le sentiment de la faute. Naissance de la mauvaise conscience chez la majorité. « Cet instinct de liberté refoulé, rentré, renfermé au- dedans, et qui ne se décharge et se déchaine finalement que sur soi-même »

13 La conscience de la dette éternelle Relation Hommes/Divinité = Relation Débiteur/Créancier L homme est redevable à dieu pour par exemple le monde, les bonnes choses qui surviennent etc… Il lui est redevable pour l éternité.

14 TROISIEME TRAITE : Que signifient les idéaux ascétiques ? Lascétisme (syn. Austérité) : recherche de la libération de lesprit par la mortification des sens. Privation ou abstinence (nourriture, sexualité…) Sorte de perfection spirituelle (vérité, bonheur, sagesse…)

15 Enonciation des différentes formes dascétisme Pour le philosophe : « quelque chose qui tient du flair et de linstinct des préalables les plus propices à la haute intellectualité » Pour les femmes : « une séduction de plus » Pour les prêtres : « une tentative, un instrument qui assure leur puissance » Lidéal ascétique cherche à tendre vers une perfection spirituelle par une forme de renonciation.

16 I. Lartiste, un ascète ou non ? Lexemple de Richard Wagner Rends hommage à la chasteté à la fin de sa vie, seulement donc, après la privation. Lascétisme na donc en soi aucune importance pour les artistes. Nietzsche explique cela par un manque de manière de penser, de sa philosophie propre, le fait de se fier à dautres « points dappui, une autorité déjà établie ».

17 II. Le philosophe Référence à Shopenhauer Beau = calmant de la souffrance due au vouloir (« calmant du vouloir », du désir) Mais : la création du Beau nécessite une vie ascétique Il est dans lintérêt de « lhomme torturé qui échappe à la torture » Lidéal ascétique = échappatoire à la torture ?

18 Mais la torture peut plutôt permettre de persévérer dans le vie, elle permet lexpression de la puissance. Idéal ascétique = apparence qui a permis au philosophe dexercer sa philosophie, dexister. Exemple de la femme qui serait un obstacle pour le philosophe : lascétique resterait célibataire, mais nen tirerait quune satisfaction égoïste.

19 III. Le prêtre ascétique Vision ascétique de la vie actuelle comme un passage vers une autre existence. Introduction de la notion de pêché : « Mauvaise conscience animale », ressentiment de lhomme qui veut se punir lui-même, après avoir commis une faute, avant que ce ressentiment se tourne vers les autres.

20 Désir de puissance du prêtre il domine les pêcheurs qui ont besoin de son aide : leur recommande quoi faire etc… Ce désir en masque un plus profond : Nietzsche le désigne en fait comme un « négateur », un être hostile à la vie. Son idéal ascétique comporte un caractère nihiliste.

21 Le nihilisme Négation de lêtre, volonté de néant. Monde dénué de toute signification ou de toute valeur. On peut y voir : - Du pessimisme : les valeurs, croyances, morales que les hommes ont tendance à considérer nont plus aucune signification sentiment de mal-être envie dautodestruction et de néant, de mort. Refus et « dégoût de lhomme »

22 - Du scepticisme : nie toute valeur et toute croyance, doctrine dont le dogme principal est de douter, de naffirmer rien; rejet du monde tel quil est. Le nihilisme chez les prêtres : Le prêtre désir en fait la cessation de la souffrance. Il ressent la souffrance des autres Il souffre lui- même Volonté de sanéantir soi-même Répercussion de cette volonté sur le monde

23 IV. Que nous apporterait lidéal ascétique ? Cette critique de lidéal ascétique est en fait une critique du christianisme et des ses croyants. Lascétisme religieux et la science seraient dans la continuité lun de lautre : vérité inatteignable dans les deux cas. Idéal ascétique = but pour lhomme, mais la volonté dexistence de Dieu donnerait des valeurs négatives

24 Lidéal ascétique en tant que recherche de la vérité nest pas condamné par Nietzsche, il condamne le fait quil aboutisse à lexistence de Dieu, inculquant à lhomme des valeurs négatives.


Télécharger ppt "Généalogie de la morale Nietzsche. DEUXIEME TRAITE : La « faute » et la « mauvaise conscience » Les notions abordées sont : La faute La justice Le ressentiment."

Présentations similaires


Annonces Google