La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Lécole est en crise un peu partout dans le monde. Malgré tout, comparativement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Lécole est en crise un peu partout dans le monde. Malgré tout, comparativement."— Transcription de la présentation:

1 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Lécole est en crise un peu partout dans le monde. Malgré tout, comparativement à beaucoup de pays, la France ne sen sort pas trop mal. Pourtant dans les banlieues, les collèges et les lycées font la une des journaux. En Seine-Saint-Denis, il faut une longue grève des enseignants du secondaire pour que les pouvoirs publics daignent réfléchir sur le cas de cette banlieue sinistrée par le chaos économique du libéralisme mondial. Soucieux de connaître la raison de la désaffection des jeunes à légard de lécole, le ministère de léducation nationale lance une grande enquête sur toute la France en Elle sadresse aussi bien aux élèves quaux enseignants ou à ladministration. Ses conclusions sont éloquentes. Les élèves, particulièrement, réclament des enseignants plus compréhensifs et relationnels, ouverts aux problèmes des jeunes daujourdhui.

2 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Habiter lhumanité se prépare en chacun, prend du temps, appelle un discernement qui travaille une texture de sagesse pratique. La conviction y tresse ses fils avec la raison. De tous temps en effet les être humains ont tenté de donner du sens à leur place dans lunivers et à leurs pratiques pour y survivre et se perpétuer. Léducation prend racine dans cet élan pour décrypter lorigine et la fin de toute chose. Cest dire quon ne saurait séparer sans artifices léducation de la sagesse de lhumanité. Chaque société a eu sa part de désespérance. Jean Delumeau nous a montré que lAn Mil, avec son cortège de peurs de toutes sortes, nétait pas une époque paradisiaque. Chaque culture, quand on y regarde de plus près, suscite des hommes remarquables pour lui prêter du sens. La nôtre, en cette fin de siècle, est divisée entre un retour à un traditionnalisme virant à lintégrisme meurtrier et une écoute du fond spirituel commun aux autres civilisations comme à celles des religions du Livre. Elle souvre même à une interrogation émanant de la science qui bute sur limprévu et limprenable aux confins de la matière.

3 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Aujourdhui les valeurs sont en question mais la question de la valeur en sort peut-être fortifiée. LÉducation se nourrit de valeurs. Elles sont le contraire de lindifférence comme lécrit le philosophe Olivier Reboul. Elles constituent lessentiel de ce qui fait sens pour un être humain. Cest la raison pour laquelle le sens ne peut se réduire à lanalyse habituelle en termes sémantique, syntaxique ou pragmatique. Le sens, tissé de valeurs, dépasse toutes les catégories des sciences du langage et même des sciences de lhomme. Il est porté par une expérience singulière enracinée dans un tremblement de lêtre qui, souvent, échappe à linterprétation dun autre. Au-delà des grands systèmes philosophiques de plus en plus incertains aujourdhui, lhomme cherche un homme, comme Diogène dans la cité. Il semble le rencontrer dans des espaces sociaux inhabituels et non académiques, au sein des ces associations humanitaires qui augmentent de jour en jour et dans les expériences de bénévolat. La sub-culture adolescente cherche des valeurs et trouve les soirées rave où la musique techno sert répétitivement de rituel de transe.

4 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Que serait une éducation qui tenterait de reprendre goût à la vie ? Si nous articulons le savoir, lenseignant et lélève, dans la perspective proche du triangle pédagogique de Jean Houssaye, le sens se trouve dans linteraction de ces trois pôles. Ce sens de léducation devienttranspersonnel dans la mesure où il intègre des dimensions irréductibles à toute explication purement rationnelle et déterminée, sans la nier pour autant. Le transpersonnel signifie donc quun ensemble de déterminations, qui nexclut ni la raison, ni la dimension non-rationnelle, passe par le sujet et le structure en même temps. Mais le sujet nest pas passif dans ce flux social et cosmique. Par sa réceptivité lucide il est capable de participer à son animation interne. Par là il dépasse les frontières imposées par une interprétation en termes simplement historique, économique, sociologique ou psychologique et devient attentif à la notion dimprévu, de vécu singulier et de coformation de soi à soi, de soi au Monde et de soi aux autres.

5 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Éduquer sorigine dans le latin duco, ducere, qui signifie conduire hors de. Éduquer cest tirer hors de létat denfance. Mais une autre origine plus probable, educare, signifie nourrir et souvre sur le soin des enfants, ce que les Grecs nommaient la paideia. Les romains avaient quant à eux, inventé une déesse, Edule, qui nourrissait les enfants, leur donnant à manger et à boire au moment de leur sevrage. L éducation devient un incontournable de nos sociétés modernes. Étatisée elle voit son sens réduit à une direction programmée qui surdétermine toute signification et laisse de côté lunivers des sensations non utilisables socialement. Reprécisons les termes apprendre, sinstruire, se former, séduquer

6 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Posons demblée quapprendre est le terme le plus générique pour indiquer un processus daccès compréhensible à un certain niveau dinformations. Apprendre implique de comprendre ce qui nous informe. Apprendre correspond à quelque chose de plus quêtre simplement informé. Apprendre dépend nécessairement du niveau de culture que lon possède. En passant de la sphère du savoir sur la nature à la Connaissance de lêtre, sans doute devrais-je perdre beaucoup de savoir acquis pour apprendre à connaître un peu plus spirituellement le monde. Connaître, cest méditer et méditer cest désapprendre avant tout pour comprendre, cest-à-dire perdre de linformation acquise pour devenir réceptif à une information potentielle. Lhomme neuronal de Jean-Pierre Changeux nous signale quil en est ainsi au niveau des neurones du cerveau : il faut perdre pour pouvoir acquérir. Le Vide est une notion centrale de toute activité de Connaissance. Acceptons lidée que je peux apprendre toutes sortes de choses dans nimporte quel domaine. Apprendre nimplique pas nécessairement une institution spécifique. Apprendre est ouvert à tous vents !

7 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Instruire vient du latin instruere qui signifie insérer, bâtir, disposer, outiller. Sinstruire cest alors se doter doutils conceptuels et imagés. Mais le champ sémantique est plus vaste : instruire signifie également éclairer, avertir, informer, aviser, initier. Sinstruire consiste donc à se renseigner, à sinformer dune manière éclairante. Par rapport à apprendre, sinstruire implique une direction de linformation, une intentionnalité plus précise en vue dune fin encore vague: léclairement, la mise au jour dun sens à venir. En vérité on sinstruit souvent en participant à un enseignement. Lorsquil y a institutionnalisation de lactivité de connaissance qui renforce lintentionnalité de lenvie de savoir, cette institutionnalisation comporte ses méthodes codifiées, comprend ses professionnels qualifiés. Tout le savoir externe est déterminé par des lignes de force qui nous échappent. On sinstruit en saliénant, en se faisant prendre au piège dun réseau de significations destinées à nous marquer et nous séparer de notre état de culture présente, pour le meilleur et pour le pire

8 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Enseigner ? En latin insignare veut dire dabord indiquer, signaler, montrer quil y a un lieu, une direction, une orientation, un éclairage. Le contenu de ce qui est ainsi indiqué à lévidence importe, le geste même,lorientation signalée importe au moins autant car il implique la mise en mouvement en direction de... Enseigner nest donc pas seulement transmettre un contenu, enseigner implique une mise en relation avec le contenu qui nappartient à personne mais par rapport auquel la personne enseignante est à la fois représentante et médiatrice auprès des personnes enseignées qui sont censées désirer y avoir accès, latteindre et le comprendre. Mais insignare veut dire en même temps mettre une marque, conférer une distinction. Aussi la personne enseignante devra-telle penser des modes évaluatifs suffisamment clairs et explicités afin que dans les enchevêtrements diplômants de linstitutionnalisation des savoirs les personnes ayant désir de sinstruire puissent non seulement sy repérer mais constituer pour elles-mêmes un itinéraire qui ait du sens.

9 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Former vient du latin formare qui signifie au sens fort, donner lêtre et la forme, et au sens faible, organiser, établir. Former implique une action en profondeur de transformation, en vue de donner une forme à quelque chose qui nen avait pas ou quil fallait changer. Se former, en apprenant, signifie donc travailler son information pour lui donner une forme qui correspond à un mouvement interne de transformation de soi- même. Vu sous cet angle, comme le pense le philosophe Michel Fabre, former est plus ontologique quinstruire ou éduquer : dans la formation cest lêtre même qui est en jeu, dans sa forme. Éduquer avec ces deux sens majeurs nourrir, élever des animaux et faire sortir oriente le champ sémantique vers une élévation, une extraction plus ou moins ontologique. On se forme en séduquant. Cest léducation qui est le terme principal, le terme animateur. Il y faut du soin pour que sélève un petit dhomme, cest une élévation qui précisément nest pas un élevage. Tout se passe comme si léducation était du registre dun projet implié dune région essentielle de soi-même à connaître. Léducation est élan de soi vers soi par le truchement de l autre. Cette poussée rencontre la formation comme véritable mise en forme, organisation pertinente de cet élan créateur.

10 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Lêtre humain néchappe pas au fait davoir à se situer dans un univers de phénomènes allant de son corps à linfini. La question du sens est celle de létablissement dun lien entre lhomme, les autres hommes et le monde, par le truchement de valeurs socialement reconnues. Cette reliance essentielle et conscientisée ouvre les voies de la connaissance de soi à partir de laquelle nous pouvons commencer une vraie discussion sur le sens de léducation. Léducateur nest pas simplement un être de savoir et de savoir-faire, un érudit, une boite à fiches comme Léon Bloy ironisait à propos de Marcel Mauss. Il est cet être conscient et lucide qui sappuie sur la connaissance de soi, expérientiellement assumée, pour accueillir le savoir des autres, au bénéfice du doute, et le faire fructifier. Dans ce domaine, comme lécrit René Char la lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil. La blessure est celle de linachèvement et des résistances psychologiques de tous ordres. Blessure inéluctable mais qui, par sa profondeur même, nous rapproche de la compréhension du monde et de nous-mêmes. Léducateur est de ce fait toujours potentiellement un homme de défi avant dêtre un être de médiation.

11 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Le rapport à la connaissance de soi introduit un trou noir dans la région du savoir, en lempêchant ainsi de devenir totalitaire. Cest la dissidence dun seul dont nous parle un psychologue social comme Serge Moscovici en sappuyant sur Soljenitsyne au temps du Goulag. Cest lécole de dedans et la distinction entre savoir-gnose et savoir-épistémé (Georges Lerbet). Mais inversement le rapport au savoir est déterminant devant les dangers de laveuglement de toute emprise sectaire et mystique. Le savoir débarrasse le fanatique de toutes ses béquilles instituées. Après coup, bien souvent, il ne reste que le vide et lécroulement du personnage religieux, du gourou aux yeux bleus aériens. Cest la raison pour laquelle lesprit sectaire naime pas lhomme de savoir et lui oppose sans cesse un au-delà des mots indiscutable. Le savoir dans ce cas représente une petite bombe dans la violence symbolique que lesprit sectaire fait peser sur ses partisans abusés. Tout est tenté pour la désamorcer, même le bûcher en son temps, et aujourdhui la flamme spectaculaire des médias toujours en quête de sensationnel.

12 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) La vie intérieure pose la question permanente : qui suis-je ? Pour les bouddhistes, comme pour les lacaniens, le je est un leurre, une illusion doptique, que la méditation ou lanalyse vont dénouer. Les structuralistes et les partisans de la mort de lhomme ne sintéressent au sujet que pour mieux mettre en lumière son imbrication et sa consistance éphémère dans le jeu structuré des relations sociales. Les existentialistes, les personnalistes, les phénoménologues, les freudiens nord-américains, les interactionnistes, les ethnométhodologues, ne veulent pas abandonner limportance du moi dans linterprétation du monde et dans laction sur celui-ci. Dans cette lutte pour lexplication de lêtre-au-monde, le sujet, après une période de déclin, revient à la mode en sciences humaines, non sans une interrogation permanente sur le désenchantement du monde et une sortie de la société hors toute religion (Marcel Gauchet). On parle du retour du sujet (Alain Touraine) en même temps que du retour du religieux, de la plénitude de lunivers (David Bohm) ou du réenchantement du monde par une nouvelle alliance (Ilya Prigogine et Isabelle Stengers). D autres, au contraire, maintiennent le caractère évanescent du sujet (M. Gauchet, DR.Dufour)

13 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) La bataille fait rage entre les différents courants qui veulent sapproprier la présence ou labsence du sujet. Lhomme, dans tout cela, lhomme de la rue, ny retrouve pas ses petits et regarde, ahuri, la mitraille des concepts et les exclusions théoriques. Personne ne sort plus heureux et plus conscient de cette mise en scène de la vie intellectuelle. Les questions cruciales demeurent inchangées : - Quen est-il de la naissance, du développement humain, du travail digne de ce nom, de la souffrance, de la peur, de la liberté, de lamour, de la vieillesse, de la mort ? - Pourquoi sommes-nous sur cette terre, dans quel dessein, avec quelle finalité ? - Pourquoi y-a-t-il quelque chose plutôt que rien ? - Quappelle-t-on conscience ? est-ce la conscience de quelque chose ou lêtre-conscience qui dépasse la singularité biologique et mentale pour devenir transpersonnel ? - Quest-ce que lengagement, la responsabilité, léthique, dans cette époque de lextrême barbarie qui a inventé le génocide à répétition, la Shoah et la purification ethnique ?

14 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) - Que pouvons-nous faire, individuellement et collectivement, pour construire ensemble une autre civilisation digne de lêtre humain ? - Sommes condamnés à subir la géopolitique du chaos (Ignacio Ramonet), le laminoir de la mondialisation communicante avec son cortège dexclusions et de pollutions ? Les citoyens peuvent-ils être autre chose que des petits robots à voter sous les grandes machineries des producteurs de mirages ? La vie intérieure est un travail dexister comme dit Max Pagès. Elle articule paradoxalement un sens secret de la totalité et une saisie immédiate de la fragmentation. Le sentiment de la totalité la dirige vers les voies de la Connaissance de soi et du monde nouménal. Lappréhension de la parcellisation loblige à vivre dans le miroitement des savoirs dont certains éclairs fulgurants soulèvent cependant des zones dombre imprévisibles.

15 Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Léducation est au carrefour, à linterface des savoirs en actes et de la Connaissance intime. Léducation est le processus qui exprime la dynamique de la vie intérieure en contact avec le monde extérieur. Elle ne saurait être définie par des disciplines scientifiques ou des catégories de pensée instituées. Elle est de lordre du devenir improbable pour chaque personne. Elle nexiste pas a priori, mais se fonde dans son mouvement même. Elle na pas de but, ni de projet autre que dans linstant de la réflexion. Être, cest séduquer, toujours avec lautre, et, par là même fonder ce que nous sommes dans le cours de ce qui advient. Essence et existence coïncident dans léducation. La vie intérieure met en acte léducation singulière. Elle avance et éclaircit le monde des formes, mentales, culturelles, sociales, matérielles, La reliance ainsi vécue est nommée amour ou compassion, suivant les cultures. Un éducateur est toujours un être relié. Pour le moins cherche-t-il à lêtre. Mais paradoxalement une quête de la reliance est une impasse. La reliance est une donnée immédiate de la conscience sans objet.


Télécharger ppt "Éduquer aujourd hui René Barbier (CRISE, Sciences de léducation, université Paris 8) Lécole est en crise un peu partout dans le monde. Malgré tout, comparativement."

Présentations similaires


Annonces Google