La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Affirmation de soi ou techniques dentraînement aux habiletés sociales Dr Julie Geneste Dr Anne-Marie Tronche Psychiatres Congrès de lACATCC « de lestime.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Affirmation de soi ou techniques dentraînement aux habiletés sociales Dr Julie Geneste Dr Anne-Marie Tronche Psychiatres Congrès de lACATCC « de lestime."— Transcription de la présentation:

1 Affirmation de soi ou techniques dentraînement aux habiletés sociales Dr Julie Geneste Dr Anne-Marie Tronche Psychiatres Congrès de lACATCC « de lestime de soi à la confiance en soi » 8 et 9 fevrier 2013

2 communiquer de façon affirmée, cest exprimer ses sentiments et ses façons de voir, dune façon calme,honnête et appropriée, tout en voulant connaître les sentiments et la manière de voir dautrui. ( Boivert et Beaudry)

3 Estime de soi/ confiance en soi/ affirmation de soi LEstime de soi personnelle: jugement de valeur global que nous portons sur notre personne. (cas particulier dune bonne estime de soi sociale, dépendant de limage donnée aux autres, avec une mauvaise estime de soi personnelle). La Confiance en soi: notre sentiment de compétence personnelle, notre confiance en notre capacité à agir, à décider. Laffirmation de soi: notre capacité à exprimer nos opinions, nos émotions, afin de faire respecter nos droits tout en respectant les opinions, les émotions et les droits dautrui.

4 Affirmation de soi: Mes compétences relationnelles Confiance en soi: Mes compétences personnelles Estime de soi: Mon opinion de moi même

5 Estime de soi/confiance en soi/ affirmation de soi (daprès F. Fanget) Manque destime de soi Manque de confiance en soi Manque daffirmation de soi origine Manque de « nourritures affectives ». Attitudes envers les premières actions de lenfant. Traumatismes, échecs lors des premières relations. Domaines concernés Limage de soiLes actes Les rapports aux autres Croyances/ préjugés « je suis nul(le), sans valeur » « je ne suis pas capable » « jai besoin que lon maime » Pathologies associées Dépressions chroniques, troubles de personnalité. Dépressions, trouble danxiété généralisée. Phobies sociales, personnalité évitante traitements Thérapie sur la personnalité. Thérapie sur les comportements Thérapie daffirmation de soi

6 Laffirmation de soi est un comportement relationnel Composantes verbales Composantes non-verbales Composantes cognitives Composantes émotionnelles

7 Jeux de rôle Noter les différents types de comportement

8 passivité Affirmation de soi agressivité Laffirmation de soi est un comportement relationnel manipulation

9 Exprime pas ou peu ses besoins ( 5% du temps) Attend quon devine ses besoins. A tendance à ne pas regarder lautre en face, baisse souvent les yeux et la tête, la voix est souvent faible et peu audible. En cas de conflit dintérêt, a tendance à prendre la fuite. Se sent souvent mal, frustré regrettant de ne pas vous être exprimer. Les caractéristiques dun comportement passif

10 Les caractéristiques dun comportement agressif Impose ses besoins et ses désirs. Ne respect pas lautre. Parle à la place de lautre. Regarde lautre fixement, la posture est tendue, rigide, la voix est forte, peut sapprocher très près de lautre pour lui parler. A tendance à généraliser. En cas de conflit, nhésite pas à contre-attaquer. Regrette la détérioration de la relation.

11 Les caractéristiques dun comportement affirmé Exprime ses besoins et ses désirs. Respecte équitablement les besoins et les désirs de lautre. Parle autant quil écoute lautre (50%,50%) Direct, clair et précis dans son expression. Regarde lautre en face, la posture est décontractée, la voix est claire et suffisamment forte. En cas de conflit dintérêts, cherche un compromis. Content de sêtre exprimé et davoir respecté lautre.

12 Les 3 types de comportement passifagressifaffirmé Obtenir quelque chose rarement Quelque fois, au détriment de lautre Souvent, si linterlocuteur est en mesure de répondre favorablement Relations avec les autres « paillasson »« hérisson »favorables Émotions et satisfaction personnelle Anxiété, ruminations, Colère, Sentiment de « non accomplissement » Colère, Tension psychique Possible anxiété Soulagement satisfaction

13 Thérapie daffirmation de soi Se centre sur lapprentissage du comportement affirmé Utilise différentes techniques: Linformation La formation à lobservation Les jeux de rôles et le feedback Les techniques de relaxation Les tâches assignées Les expositions in vivo

14 Modéles théoriques des TCC Par le travail sur le comportement le thérapeute vise une modification triple: comportementale, émotionnelle et cognitive (modification des schémas de pensées: représentations de soi, des autres et du monde) Le travail comportemental est la voie dabord principale choisie (du fait de son efficacité ++)

15 conditionnement opérant Skinner: notion de renforcement Modèle SORC SORCses + Renforcement : la présence de conséquences positives permet daccroître lintensité et la fréquence du comportement qui précède. +

16 conditionnement opérant 2 types de renforcement car 2 types de conséquences positives : Renforcement positif:la réponse apporte quelque chose de nouveau et dagréable Renforcement négatif: la réponse suprime quelque chose de désagréable, apporte un soulagement (par exemple: évitement, échappement).

17 Exemple: renforcement positif Des amis viennent diner Jose mettre une belle robe Je reçois plein de compliments Le compliment renforce le comportement doser mettre une belle robe

18 Exemple: renforcement négatif Un problème de travail Je fume pour me calmer et mieux me concentrer Calme, meilleure concentration Le calme renforce le comportement de fumer en cas de stress

19 conditionnement opérant S O R Cses- Punition = aversion: la présence de conséquences négatives fait décroître lintensité et la fréquence du comportement qui le précède. SORpas de Cses extinction progressive du comportement. -

20 Lapprentissage social (Bandura, 1969) Apprentissage par imitation et par processus symbolique. Importance du renforcement anticipé: source de motivation au comportement qui serait plus importante que le renforcement réel.

21 Lapprentissage social Pour Bandura, il existe 3 types de renforcement: Renforcement externe Renforcement vicariant (observation) Auto renforcement (anticipation des réponses)

22 habituation

23 Principes thérapeutique et facteurs de changement Habituation et principes dexposition: Lhabituation est dautant plus facile que le sujet entre dans la situation anxiogène avec un faible niveau dactivation émotionnelle

24 Principes thérapeutique et facteurs de changement Le renforcement positif: doit avoir lieu le plus tôt possible, ciblé en fonction de ce que lon veut renforcer Jamais de mise en échec ! Le façonnement progressif: un comportement que lon veut produire peut être obtenu progressivement en renforçant des comportements qui sen rapproche.

25 Principes thérapeutique et facteurs de changement Apprentissage vicariant: avec utilisation de Modéles réels (thérapeutes, environnement) Le modèle doit présenter un certain prestige sans être parfait, le patient doit savoir à lavance ce quil doit observer et imiter, limitation doit être renforcée après chaque réalisation

26 Comment apprendre à saffirmer (selon F. Fanget) Principe n° 1 : Priorité à laction. Oser agir Principe n°2 : Observer après avoir agit. Observer le comportement du patient, les réactions de linterlocuteur et la qualité de la relation.

27 Comment apprendre à saffirmer (selon F. Fanget) Principe n°3 : Juger après avoir agit On saime plus lorsque lon saffirme. Principe n°4 : La façon de faire facilite laction. Apprendre des habiletés sociales à vos patients pour pouvoir saffirmer.

28 La répétition - Répétition des situations en jeux de rôle. - entraînement et exposition dans la vie réelle de manière répétitive.

29 Diagnostic du déficit en affirmation de soi Évaluation: échelle daffirmation de soi de Rathus, échelle de phobie sociale de Liebowitz Échelle destime de soi de Rosenberg Modèles explicatifs du déficit en affirmation de soi: - lanxiété inhibitrice (phobie sociale), - le manque de savoir-faire (compétences sociales), - les obstacles cognitifs (schéma précose inadapté).

30 Analyse fonctionnelle en affirmation de soi (définitions) Lanalyse fonctionnelle est une étape préalable à toute intervention psychothérapeutique. Elle est la première étape essentielle dune thérapie comportementale et cognitive.

31 lanalyse fonctionnelle Cest une analyse qualitative Permet de déterminer pour une séquence comportementale Les facteurs de déclenchement Le déroulement Les émotions et cognitions associées Les facteurs de maintien Permet de donner du sens au comportement, aux émotions et aux cognitions en mettant à jour leur fonction pour un individu donné.

32 Situation déclenchante Cognitions: interprétation de la situation émotions comportement conséquences anticipation

33 Le jeu de rôle Définition de la situation-problème Choix des participants Premier essai Feedback sur le premier essai Mise au point de variantes Deuxième essai avec variantes Feedback…

34 La communication non verbale 80% de limpression que nous font les autres, Distance interpersonnelle Contact visuel Posture Mimiques, gestes Intonation,débit,hauteur de la voix.

35 Situation-problèmes travaillées en thérapie daffirmation de soi Faire une demande Savoir dire non Faire une critique Recevoir une critique Faire un compliment Recevoir un compliment Engager une conversation

36 Pensées empêchant la demande : Si je demande, je dois obtenir. Demander directement, précisément, cest mal élevé. Si je demande, je mimpose à lautre. Si on me refuse une première fois, ce serait mal poli dinsister. Lautre doit deviner mes besoins. Ma demande va déranger lautre. Il est inutile de demander ce qui sera refusé. LA DEMANDE

37 Pensées facilitant la demande ou la rendant acceptable : Je peux demander, mais je dois accepter que lautre refuse. Une demande directe est claire pour lautre qui sait à quoi sen tenir. Grâce à lempathie, je le laisse libre de choisir sa réponse. Il est souvent nécessaire de persister dans une demande pour obtenir. Faire dabord la demande et demander ensuite si elle dérange. On ne peut être sûr que ce sera refusé. De toute façon, même en cas de refus, je serai au moins content de moi davoir demandé

38 Formulez votre demande en appliquant la méthode JEEPP :. J comme je. Commencez votre première phrase par je. (« Jaimerais, japprécierais, je souhaite... »). E comme empathie. Tenez compte de lautre. (« Je comprends bien... mais jaimerais »). E comme émotions, les vôtres (« Je suis gêné davoir à insister ») et celles de lautre (« Je comprends que vous soyez embarrassé par ma demande ») la technique pour faire une demande :

39 . P comme précis.Demandez directement ce que vous voulez. (« Je viens vous voir pour vous demander de partir à 16 heures ce soir, sil vous plaît »).P comme persistance.Répétez votre première phrase précise comme un disque rayé, en alternant avec lempathie.(« Je comprends que cela vous pose des problèmes, mais jaimerais sortir du bureau à 16 heures ») la technique pour faire une demande : JEEPP

40 Pourquoi dire non ? « Ne pas dire non, cest comme une maison sans fenêtre ni porte : Le vent, la pluie et la neige peuvent venir mouiller votre sol et abîmer les fondations. Apprenez à fermer vos fenêtres. »

41 Pensées qui peuvent empêcher ou aider un refus Ce que je veux Refuser Ce que je me dis Cognitions Ce que je fais Je refuse Pensées empêchantPensées aidant Ex : Cela va entraîner un conflit Ex : je peux dire « non » en respectant lautre

42 Les étapes de la technique du refus 1. Respecter vos droits et vos devoirs : - Vous avez le droit de dire NON - Vous ne devez jamais vous sentir obligé de vous justifier. - Si vous négociez, vous le faite toujours après avoir refusé la première demande. 2. Respecter les droits de lautre : - De faire une demande - De faire une demande - Dinsister - Dinsister

43 Les étapes de la technique du refus Votre plan daction en 5 étapes : 1 er étape : Dire NON demblée (cela suffit dans 80%) 2 ème étape : Répéter NON, méthode du « disque rayé » 3 ème étape : Manifester de lempathie 4 ème étape : Exprimer ses émotions négatives 5 ème étape : Mettre fin à la discussion

44 1. Apprenez à voir les aspects positifs chez lautre. 2. Dîtes-lui directement et précisément ce que vous appréciez (en étant franc). 3. Dîtes JE. La technique pour faire un compliment : 4. Engagez vous personnellement en exprimant votre émotion positive. (« Japprécie beaucoup que tu aies rangé ton bureau aujourdhui »).

45 1.Dites merci - : Accusez réception du fait dêtre complimenté : 2. Exprimez franchement vos émotions : quelles quelles soient : « Cela me fait plaisir que tu me dises cela » ou bien « Cela me gêne » 3. Exprimez franchement votre opinion : « Moi aussi je pense que jai cette qualité » REPONDRE A UN COMPLIMENT

46 Voici un résumé du DESC :.D : Décrire la situation précisément, brièvement et objectivement.E : Exprimer ses émotions négatives directement en employant la première personne du singulier : JE ou CELA ME.S : Suggérer une solution positive, précise, réalisable par lautre en employant la première personne du singulier.(« Japprécierais beaucoup que tu puisses être à lheure lors de nos prochains rendez-vous. »).C : Conclure par les conséquences positives pour vous si lautre accepte votre solution FAIRE UNE CRITIQUE A LAUTRE

47 Bibliographie affirmation de soi F.Fanget, Affirmez-vous, 2 ème édition, Odile Jacob, C. Cungi, Savoir saffirmer, Retz, J.M. Boisvert et M. Beaudry, Saffirmer et communiquer, Editions de lHomme, 1979 R.E. Alberti et M. Emmons, Saffirmer, savoir prendre sa place, le Jour, 1992 R.P Liberman, Entraînement aux habilités sociales pour les patients psychiatriques, Retz, F.Fanget, B. Rouchouse, Laffirmation de soi, une méthode de thérapie, avril 2007, Editions Odile Jacob (pour professionnels)

48 ECHELLE daffirmation de soi de RATHUS Nom :Prénom : Sexe : Age : Date : I ndiquer à quel degré les affirmations suivantes sont caractéristiques ou descriptives de votre comportement. Veuillez utiliser la cotation ci-dessous et mettre une note à chaque affirmation : 1 : Très caractéristique4 : Un peu non caractéristique 2 : Plutôt caractéristique5 : Plutôt non caractéristique 3 : Un peu caractéristique6: Vraiment non caractéristique 1.* La plupart des gens me semblent être plus agressifs et défendre mieux leurs droits que moi. 2. * Il mest arrivé dhésiter par timidité au moment de donner ou daccepter des rendez-vous. 3. Quand la nourriture dans un restaurant ne me satisfait pas, je men plains au serveur ou à la serveuse. 4.* Je fais attention à ne pas heurter les sentiments des autres, même lorsque je sens que lon ma blessé(e). 5.* Si un vendeur sest donné beaucoup de mal à me montrer une marchandise qui ne me convient pas parfaitement, jai un moment difficile lorsque je dois dire non.

49 ECHELLE RATHUS suite 6. Lorsquon me demande de faire quelque chose, jinsiste pour en savoir la raison. 7. Il y a des moments où je cherche une bonne et vigoureuse discussion. 8. Je me bats pour arriver aussi bien que les autres dans ma profession. 9.* A vrai dire, les gens tirent souvent profit de moi. 10. Jai du plaisir à entreprendre des conversations avec de nouvelles connaissances ou des étrangers.

50 ECHELLE RATHUS suite 11.* Souvent, je ne sais rien dire à des personnes séduisantes du sexe opposé. 12.* Jhésiterais à téléphoner à un grand établissement de commerce ou à une administration. 13.* Je préférerais poser ma candidature pour un autre travail par lettre plutôt que par un entretien personnel. 14.* Je trouve embarrassant de renvoyer une marchandise. 15.* Si un parent proche et respecté est en train de mennuyer, jétoufferais mes sentiments plutôt que dexprimer cette gêne. 16.* Il mest arrivé déviter de poser des questions par peur de paraître stupide. 17.* Pendant une discussion serrée, jai souvent peur dêtre bouleversé(e) au point de trembler de tout mon corps. 18. Si un conférencier réputé et respecté dit quelque chose que je pense inexact, jaimerais que le public entende aussi mon point de vue. 19.* Jévite de discuter les prix avec les représentants et les vendeurs. 20. Lorsque jai fait quelque chose dimportant et de valable, je marrange pour le faire savoir aux autres.

51 ECHELLE RATHUS 21. Je suis ouvert et franc au sujet de mes sentiments. 22. Si quelquun a répandu des histoires fausses et de mauvais goût à mon sujet, je le vois aussi vite que possible pour une explication. 23.* Jai souvent un moment difficile lorsque je dois dire non. 24.* Jai tendance à contenir des émotions plutôt que de faire une scène. 25. Je me plains lorsque le service est mal fait, dans un restaurant ou ailleurs. 26. * Souvent, je ne sais pas quoi dire lorsquon me fait un compliment. 27. Au cinéma, au théâtre, ou lors dune conférence, si un couple près de moi est en train de parler à voix haute, je lui demande de se taire ou daller autre part. 28. Quiconque cherche à passer devant moi dans une queue, risque une bonne explication. 29. Je suis rapide dans lexpression de mes opinions. 30.* Il y a des moments où je ne sais pas quoi dire.

52 ECHELLE DE PHOBIE SOCIALE LIEBOWITZ Nom :Prénom : Age :Sexe : date : ANXIETE 0 = Aucune 1 = Légère 2 = Moyenne 3 = Sévère 1.(P) Téléphoner en public. 2.(P) Participer au sein dun petit groupe. 3.(P) Manger dans un lieu public. 4.(P) Boire en compagnie dans un lieu public. 5.(S) Parler à des gens qui détiennent une autorité. 6.(P) Jouer, donner une représentation ou une conférence. 7.(S) Aller à une soirée. 8.(P) Travailler en étant observé. 9.(P) Ecrire en étant observé. 10.(S) Contacter par téléphone quelquun que vous ne connaissez pas très bien. 11.(S) Parler à des gens que vous ne connaissez pas très bien. 12.(S) Rencontrer des inconnus. 13.(P) Uriner dans les toilettes publiques. EVITEMENT 0 = Jamais 1 = Occasionnel ( 0-33 %) 2 = Fréquent ( %) 3 = Habituel ( %)

53 suite 14.(P) Entrer dans une pièce alors que tout le monde est déjà assis. 15.(S) Être le centre dattention. 16.(P) Prendre la parole à une réunion. 17.(P) Passer un examen. 18.(S) Exprimer son désaccord ou sa désapprobation à des gens que vous ne connaissez pas très bien. 19.(S) Regarder dans les yeux les gens que vous ne connaissez pas très bien. 20.(P) Faire un compte-rendu à un groupe. 21.(P) Essayer de « draguer » quelquun. 22.(S) Rapporter des marchandises dans un magasin. 23.(S) Donner une soirée. 24.(S) Résister aux pressions dun vendeur insistant. TOTAL : A = E = Deux scores : S = Interaction sociale A.S = E.S = P = Performance A.P = E.P = ECHELLE DE PHOBIE SOCIALE LIEBOWITZ

54 Léchelle destime de soi de Rosenberg (Traduction de O. CHAMBON 1992) Date : Nom : Prénom : Indiquez la réponse qui vous semble correcte pour chacune des dix affirmations suivantes, selon que vous soyez : fortement en accord, en accord, en désaccord, ou fortement en désaccord. 1 : fortement en accord 2 : en accord 3 : en désaccord 4 : fortement en désaccord 1. * Dans lensemble, je suis satisfait de moi………………………………………. 2. Parfois, je pense que je vaux rien……………………………………………… 3. * Je pense que jai un certain nombre de bonnes qualités ………………………. 4. * Je suis capable de faire les choses aussi bien que la plupart des gens…………. 5. Je sens quil ny a pas grand chose en moi dont je puisse être fier…………….. 6. Parfois, je me sens réellement inutile…………………………………………..

55 Léchelle destime de soi de Rosenberg 6. Parfois, je me sens réellement inutile………………………………………….. 7. * Je pense que je suis quelquun de valable, au moins autant que les autre gens…. 8. Jaimerais pouvoir avoir plus de respect pour moi- même………………………… 9. Tout bien considéré, jai tendance à penser que je suis un(e) raté(e)……………… 10. *Jai une opinion positive de moi- même………………………………………….. total :

56


Télécharger ppt "Affirmation de soi ou techniques dentraînement aux habiletés sociales Dr Julie Geneste Dr Anne-Marie Tronche Psychiatres Congrès de lACATCC « de lestime."

Présentations similaires


Annonces Google