La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Jeaurat de Bertry, Allégorie révolutionnaire, 1794, musée Carnavalet, Paris. Leçon : Les idées nouvelles au XVIIIe siècle Problématique : La philosophie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Jeaurat de Bertry, Allégorie révolutionnaire, 1794, musée Carnavalet, Paris. Leçon : Les idées nouvelles au XVIIIe siècle Problématique : La philosophie."— Transcription de la présentation:

1 Jeaurat de Bertry, Allégorie révolutionnaire, 1794, musée Carnavalet, Paris. Leçon : Les idées nouvelles au XVIIIe siècle Problématique : La philosophie des Lumières, aux origines de la Révolution ?

2 Montesquieu ( ) Voltaire ( ) Diderot ( ) Rousseau ( ) Hyacinthe Rigaud, Louis XV en costume de sacre, 1730, Château de Versailles. Des contemporains de Louis XV, monarque absolu de droit divin. I. Les combats des philosophes

3 Contre larbitraire et labsolutisme Il y a, dans chaque Etat, trois sortes de pouvoirs : la puissance législative, la puissance exécutrice des choses qui dépendent du droit des gens, et la puissance exécutrice de celles qui dépendent du droit civil. Par la première, le prince ou le magistrat fait des lois pour un temps ou pour toujours, et corrige ou abroge celles qui sont faites. Par la seconde, il fait la paix ou la guerre, envoie ou reçoit des ambassades, établit la sûreté, prévient les invasions. Par la troisième, il punit les crimes ou juge les différends des particuliers. On appellera cette dernière la puissance de juger ; et lautre, simplement la puissance exécutrice de lEtat. Lorsque, dans la même personne ou dans le même corps de magistrature, la puissance législative est réunie à la puissance exécutrice, il ny a point de liberté, parce quon peut craindre que le même monarque ou le même sénat ne fasse des lois tyranniques pour les exécuter tyranniquement. MONTESQUIEU, De lesprit des lois, Quels sont les trois pouvoirs définis par Montesquieu ? 2.Pourquoi ces pouvoirs doivent-ils être séparés ? 3.Au nom de quel principe Diderot dénonce-t-il lidée dun pouvoir détenu par une seule et unique personne ? Aucun homme na reçu de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du ciel, et chaque individu de la même espèce a le droit den jouir aussitôt quil jouit de la raison (…). La puissance qui sacquiert par la violence nest quune usurpation, et ne dure quautant que la force de celui qui commande lemporte sur celle de ceux qui obéissent : cest la loi du plus fort. DIDEROT, article « Autorité politique », Encyclopédie, Document 1 Document 2

4 Contre les privilèges et les inégalités Jusquici je nai point distingué les états, les rangs, les fortunes ; et je ne les distinguerai guère plus dans la suite, parce que lhomme est le même dans tous les états ; que le riche na pas lestomac plus grand que le pauvre et ne digère pas mieux que lui ; que le maître na pas les bras plus longs ni plus forts que ceux de son esclave ; quun grand nest pas plus grand quun homme du peuple (…). Vous vous fiez à lordre actuel de la société sans songer que cet ordre est sujet à des révolutions inévitables, et quil vous est impossible de prévoir ni de prévenir celle qui peut regarder vos enfants. Nous approchons de létat de crise et du siècle des révolutions. Qui peut vous répondre de ce que vous deviendrez alors ? Tout ce quont fait les hommes, les hommes peuvent le détruire : il ny a de caractères ineffaçables que ceux quimprime la nature, et la nature ne fait ni princes, ni riches, ni grands seigneurs. ROUSSEAU, Emile ou De léducation, Reformulez le point de vue exprimé par Rousseau. 2.Montrez quil remet en question lorganisation de la société du XVIIIe siècle. 3.Quelles sont les deux valeurs défendues par Voltaire ? Moins de dogmes, moins de disputes, moins de malheurs : si cela nest pas vrai jai tort. La religion est instituée pour nous rendre heureux dans cette vie et dans lautre. Que faut-il pour être heureux dans la vie à venir ? Etre juste. Pour être heureux dans celle-ci que faut-il ? Etre indulgent. Ce serait le comble de la folie de prétendre amener tous les hommes à penser dune manière uniforme sur la métaphysique. VOLTAIRE, Traité sur la tolérance, Contre lintolérance et linjustice Document 4 Document 3

5 Montesquieu ( ) Voltaire ( ) Diderot ( ) Rousseau ( ) Au XVIIIe siècle, des philosophes contestent les principes dune monarchie de droit divin et dun pouvoir royal sans partage. Ils défendent au contraire lidée des droits naturels de lHomme : liberté, égalité. Ce mouvement de pensée est appelé les Lumières, puisquil entend éclairer lHomme, le sortir de son ignorance.

6 II. La diffusion des idées des Lumières Document 1

7 Document 2 1.Quest-ce que lEncyclopédie ? 2.Sous quelle forme se présente-t-elle ? 3.Quelle est lambition de ses auteurs ? Document 3

8

9

10 1. LEncyclopédie est un dictionnaire en 28 volumes rédigé par 150 collaborateurs, où lon fait le point de toutes les connaissances du temps et de toutes les réflexions politiques. 2. Elle se présente sous la forme darticles et de planches illustrées. 3. Cest la synthèse de la pensée des Lumières. Ils entendent ainsi développer le goût du progrès technique tout en formant lesprit critique.

11 Pour mémoire…

12 Le premier véhicule automobile à moteur vapeur a été construit entre 1769 et 1771 par Nicolas-Joseph Cugnot, un ingénieur militaire. Le fardier de Cugnot modèle de Musée des Arts et Métiers, Paris.

13 Les idées des philosophes se répandent dans les milieux cultivés et font lobjet de débat. La ville est lespace privilégié de la diffusion des Lumières. Les cafés Les salons Les loges maçonniques Le colporteur

14 La diffusion de lEncyclopédie En Europe, les ouvrages des Lumières sont largement diffusés. Certains souverains sentourent de philosophes et sinspirent de leur pensée. Jai travaillé près de trente ans à cet ouvrage (lEncyclopédie). De toutes les persécutions quon peut imaginer, il nen est aucune que je naie essuyée. Louvrage a été proscrit et ma personne menacée par différents édits du roi et par plusieurs arrêts du Parlement. Nous avons eu pour ennemis déclarés la cour, les grands, les militaires, qui nont jamais eu dautre avis que celui de la cour, les prêtres, la police, les magistrats, ceux dentre les gens de lettres qui ne coopéraient pas à lentreprise, les gens du monde, ceux dentre les citoyens qui sétaient laissé entraîner par la multitude. (…) Il serait bien digne de Sa Majesté Impériale de faire le rôle contraire à celui quon a fait en France et de porter lEncyclopédie, qui nest quun précieux manuscrit, à létat dun bel ouvrage. Javoue que jaurais grand plaisir décrire au frontispice « Ce sont les Français qui lont voulu mauvais, cest la souveraine des Russes qui la rendu bon ». Cité dans M. Tourneux, Diderot et Catherine II, 1899.

15 Rappel de la problématique : La philosophie des Lumières, aux origines de la Révolution ? A travers leurs œuvres, les philosophes remettent en cause lensemble des fondements de lordre politique et social. Sils ne sont pas à proprement parler des révolutionnaires, les Lumières appellent néanmoins à réformer les institutions pour les conformer à la raison.


Télécharger ppt "Jeaurat de Bertry, Allégorie révolutionnaire, 1794, musée Carnavalet, Paris. Leçon : Les idées nouvelles au XVIIIe siècle Problématique : La philosophie."

Présentations similaires


Annonces Google