La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Stigma et discrimination liés à l’infection à VIH influences sur la santé en milieu carcéral Dr Goerger-Sow Coordinateur médical CISIH Guadeloupe Santo.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Stigma et discrimination liés à l’infection à VIH influences sur la santé en milieu carcéral Dr Goerger-Sow Coordinateur médical CISIH Guadeloupe Santo."— Transcription de la présentation:

1 Stigma et discrimination liés à l’infection à VIH influences sur la santé en milieu carcéral Dr Goerger-Sow Coordinateur médical CISIH Guadeloupe Santo Domingo 4-7mars 2004

2 Prison française et système de soin Réforme 18 janvier 1994 Chaque établissement pénitentiaire relié à établissement hospitalier Conditions de prise en charge « les mêmes à l’intérieur de la prison qu’à l’extérieur » Soins organisés autour de l’UCSA, SMPR, CSST

3 Prison française  UCSA unités de consultations et de soins ambulatoires dépend d’un service hospitalier Prise en charge clinique, thérapeutique et préventive ; CDAG : (consultation de dépistage anonyme et gratuite)  SMPR Service psychiatrique de secteur  CSST structures de prise en charge des toximanes

4 Prévention et politique de réduction des risques en France  Risques sexuels Préservatifs dans les unités médicales Tests systématiquement proposés à l’entrée Entretien et conseils CDAG  Risque parentéral Traitements de substitution Eau de javel,matériel stérile  Traitement post exposition (sexuel ou autre) Kits de traitement de 3 jours sur place

5 GUADELOUPE GUADELOUPE Population  HIV Prevalence  1 % PLWHA Known  2701 en JUIN 2003 Incidence  128 new hiv/aids /2002 women  45,7 %

6 GUADELOUPE.GUADELOUPE Basse Terre Pointe a Pitre Marigot Saint Martin

7 Prisons Guadeloupe et infection à VIH Prisons Guadeloupe et infection à VIH PREVENTION -Antenne CDAG : centre de dépistage du CHU -Vacations ENTRAID (association de soutien aux malades) SOINS -Consultations par spécialistes hospitaliers des personnes vivant avec le VIH/SIDA -Infirmerie de l’UCSA

8 Antenne du centre de dépistage Entretiens de prévention et rendu des résultats de tests réalisés - à l’entrée au centre pénitentiaire ou - à la demande des détenus

9 CDAG Centre pénitentiaire H et56F Consultants testés pour le VIH

10 Tests réalisés en prison à l’entrée

11 CDAG Centre pénitentiaire Classe Age 1297H et 56 F testés pour VIH

12 CDAG Centre pénitentiaire % VIH H et 56 F testés

13 CDAG CHU % VIH H et 1795 F testés

14 Prévalence + à l’entrée centre pénitentiaire

15 Consultations spécialisées patients vivant avec le VIH/SIDA Consultations réalisées dans le temps « CDAG » 45 patients ont été pris en charge de 1996 à H et 3F

16 Patients vivant avec le VIH/SIDA Origine: Guadeloupe: 35 (33H,2F) Dominique: 6 (5H,1F) Métropole: 3 Amérique centrale: 1

17 Modes de transmission HOMMES Hétéro: 24 (57%) Homo-Bi 7 (16,6%) Toxico I.V. 6 (14,3%) Inconnu 5 (12,1%) FEMMES 2 1

18 Patients vivant avec le VIH/SIDA Age

19 Patients vivant avec le VIH/SIDA Addictions à l’entrée: Crack: 21 (47,6% des H) (1F sur 3) Alcool: 4 (9,5% des H) Subutex: 3 (4,7% des H) (1F sur 3) Héroine 0

20 Caractéristiques (Statistiques CDAG prison) addictions au crack H F 2000 n interrogés ont consommé 20,8 % 0 actuelle 12 % % 12,5%

21 Caractéristiques (Statistiques CDAG hors prison 2002) addictions au crack 2002 CDAG consultants hors prison 7,4% 4,4% Actuelle 3,7% 1,8% NR 14% 10,4%

22 Découverte en prison Pour 17 détenus soit 37,7% (15H et 2 F) la séropositivité dépistée en prison En plus de l’effet de choc de l’annonce,de l’isolement se rajoutent les questions:comment ne pas dire, qui le saura, je connais les gens ici ils vont me rejeter, se moquer Grande dépression nécessitant un soutien psychologique ou psychiatrique

23 Patients vivant avec le VIH/SIDA Stade : A:37, B: 6, C: 2. suivi moins régulier que prévu Trithérapie : 19 très bonne observance : 10 Une femme a accouché et a eu traitement prophylactique

24 Patients vivant avec le VIH/SIDA Sortie  personnel médical pas toujours prévenu de l’orientation; pour ceux qui restent en Guadeloupe,plus de la moitié ont un suivi irrégulier  2 ont bénéficié de remise de peine pour raison médicale  4 étrangers ont été expulsés

25 Stigma et discrimination Comme dans la population générale Spécificité en prison

26 en population générale  Sondage sida info service en 2003 auprès personnes séropositives discrimination évoquée dans relations amicales pour 50% des interrogés  En Guadeloupe aucun séropositif n’a parlé en public de sa séropositivité L’homosexualité est cachée et stigmatisée.

27 Stigma et discrimination entretiens CDAG prison  la protection à l’extérieur repose souvent sur des arguments tels que: « Je choisis mes partenaires » « Elles sont propres,en bonne santé » « Je les connais » « Elles ne fréquentent pas des « macomères ». « Je ne fréquente pas des femmes qui ont le SIDA » « Ma ou mon partenaire est marié(e) »

28 Stigma et discrimination entretiens prison  A l’inverse l’angoisse est grande à la suite d’un rapport non protégé ou de rupture de préservatif avec partenaire inconnu(e) ou prostitué(e)  L’homosexualité ou les pratiques homosexuelles en prison sont rarement dévoilées

29 Stigma et discrimination et prévention Accidents d’exposition au sang Si un gardien de prison est mordu ou blessé par un détenu,Il vient,affolé,craignant une contamination et demande prévention Les précautions prises par le personnel soignant ne seront pas spontanément les mêmes que lorsqu’il s’agit d’ un détenu Si un détenu au cours d’une bagarre a reçu du sang d’un surveillant demandera-t-on facilement le test du surveillant pour protéger le détenu?

30 Stigma et discrimination et prévention Addiction au crack manque de prise en charge adaptée

31 Stigma et discrimination Le séropositif n’est pas parmi les gens honorables que l’on côtoie, il est différent de la norme, on le reconnaît à son aspect,sa conduite, son côté asocial; il est plus prisonnier que gardien de prison

32 Stigma et discrimination Entraîne marginalisation Exclusion Et diminution de soutien de la société  Les conséquences sont encore plus graves en milieu fermé

33 Stigma et discriminations en prison  La peur d’être stigmatisé responsable d’auto-discrimination: Refus de dépistage Refus de faire connaître son statut de séropositif Refus de se faire suivre Refus de se traiter

34 Stigma et discriminations et soins La peur d’être stigmatisé responsable  d’auto-discrimination: Refus de dépistage Refus de faire connaître son statut de séropositif exple : Un détenu n’avait pas signalé sa séropositivité, il est hospitalisé en urgence; diagnostique :Pneumocystose

35 Stigma et discriminations Difficulté de parler de sa maladie et peur d’être stigmatisé sont responsables  d’auto-discrimination: Si découverte de séropositivité en prison,à qui parler Si période d’angoisse dans la nuit ou le week end qui pourra écouter

36 Stigma et discriminations Difficulté de parler de sa maladie et peur d’être stigmatisé sont responsables  d’auto-discrimination: Les venues régulières à l’UCSA ou la prise journalière de traitement peuvent être des révélateurs de la maladie;les détenus préfèrent ne pas venir faire leur bilans C’est difficile de prendre des médicaments devant des codétenus Certains préfèrent arrêter tout traitement

37 Stigma et discriminations  La peur d’être stigmatisé responsable De carence en prévention Très peu de détenus viendront chercher à l’UCSA des préservatifs un traitement préventif en cas de risque sexuel

38 Stigma et discriminations en prison  Etrangers Double peine jugement+expulsion: -s’ils ne nécessitent pas de traitement, ils ne pourront pas être suivis à l’extérieur -s’ils ont un tt, le juge peut s’opposer à la non expulsion pour raison médicale si « risque d’atteinte à l’ordre publique »  homosexuels difficulté pour se protéger  Exclusion de certains emplois Interdiction aux séropositifs de travailler dans les cuisines

39 Réponses soins identique pour tous  Sensibilisation du personnel soignant du personnel pénitentiaire des détenus  Formation au councelling  Travail sur confidentialité  Soutien psychologique des détenus  Travail de prise en charge en équipe UCSA,SMPR

40 Stigma et discriminations réponses  Information claire sur maladie,les modes de transmission et sur prévention aux détenus, aux soignants aux surveillants de prison  Préservatifs et lubrifiant d’accès facile  Substitution Échanges de seringues,eau de javel

41 Stigma et discriminations réponses  Le traitement prophylactique à l’UCSA - en cas d’AES le risque lié au sang, pas à la personne - en cas de risque sexuel

42 Stigma et discriminations réponses  Etrangers Pas de double peine pour ceux dont l’état de santé peut avoir des conséquences d’une exceptionnelle gravité ou s’ils ne peuvent bénéficier d’un traitement approprié dans leur pays d’origine  Homosexuels lutter contre homophobie

43 Stigma et discriminations réponses  Faire connaître et appliquer « la loi sur suspension de peine » pour les détenus dont l’état de santé est incompatible avec maintien en détention ou qui sont en fin de vie

44 Conclusion Stigma et discrimination plus lourds de conséquences en milieu fermé Efforts de tous les soignants sont la base d’une prise en charge optimale Nécéssité de travail en équipe avec SMPR, travailleurs sociaux Travail de fond sur confidentialité et droit de « réserve »? Travail de fond avec population

45 Merci


Télécharger ppt "Stigma et discrimination liés à l’infection à VIH influences sur la santé en milieu carcéral Dr Goerger-Sow Coordinateur médical CISIH Guadeloupe Santo."

Présentations similaires


Annonces Google