La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Albert Marquet (1875-1947) Patrick Simon © 2005. Albert Marquet Albert Marquet, par Camoin, 1904.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Albert Marquet (1875-1947) Patrick Simon © 2005. Albert Marquet Albert Marquet, par Camoin, 1904."— Transcription de la présentation:

1 Albert Marquet ( ) Patrick Simon © 2005

2 Albert Marquet Albert Marquet, par Camoin, 1904

3 Ses débuts à Paris En 1890, Albert Marquet vient s’installer à Paris avec sa famille et entre à l’école des Arts décoratifs où il se lie avec Henri Matisse ; ils deviennent tous deux élèves de Gustave Moreau à l’École des Beaux-Arts. “Notre Dame de Paris”, 1910

4 Où il rencontre Matisse Sur les conseils de ce dernier, ils vont copier les anciens au Louvre mais ils ont la révélation des impressionnistes, Cézanne, Van Gogh, Seurat chez Durand- Ruel. “Paris sous la neige”, , National Gallery Ottawa, Canada

5 Fauviste ? “Pont neuf”, 1906, National Gallery, Washington Marquet fut un peintre de forte personnalité, constant et toujours semblable à lui même. On le classe dans le fauvisme mais ses rapports avec Matisse, Manguin, Moreau sont plutôt des rapports d'amitié.

6 Le style Marquet Il consacre une grande partie de son temps à l'étude du paysage et s'efforce de lui donner vie par la recherche d'un certain flou, dans l'inachèvement des volumes: c'est l'âme de ce tableau né d'un frémissement maîtrisé. « Quand Marquet était resté quelques temps sans peindre, il se sentait perdu, hors de son monde », écrira Marcelle Marquet.

7 Peintre de la mer Né à Bordeaux en 1875, mort à Paris en 1947 “Port d’Alger, pointe du Penin”, 1921

8 De l’Italie... “Baie de Naples”, 1902, Musée de l’Hermitage

9 Notamment à Naples “Naples, le voilier”, 1909

10 Tate Gallery, London “Baie de Naples”, 1908

11 En passant par la France “Port de Saint Tropez”, 1905, Musée de l'Annonciade, Saint-Tropez

12 … La mer “Saint Jean de Luz”, 1907

13 Sables d’Olonne Les Sables d'Olonne ont souvent inspiré Marquet. L'œuvre témoigne de la vue qu'avait l'artiste depuis la maison qu'il louait au bord de la mer. Par sa composition très architecturée, animée par les taches de couleurs vives des personnages, ce tableau est un bel exemple de l'art de Marquet dans sa pleine maturité. “Plage des Sables d'Olonne au remblai quadrillé”, 1933

14 Fécamp en haute Normandie “La plage de Fécamp”

15 Collection particulière “Le vieux port, Marseille”, 1916, collection particulière. Exposé en 2005 à Montréal dans le cadre de l’exposition “Les peintres de la Provence”

16 Colby College of museum of art, Maine “Poupée à la fenêtre”, 1935

17 Musée de l’Hermitage “Port de Hambourg”, 1909

18 Accademia Carara, Bergame, Italie Porto Vecchio à Marseille, 1916

19 Mais pas seulement S’il voyage dans toute l’Europe et en Afrique du Nord, peignant le spectacle sans cesse changeant des grands ports – Marseille, Le Havre, Naples, Hambourg, Constantinople, Rotterdam, Alger –, c’est peut-être à Paris, sur les bords de la Seine, que Marquet aima finalement le mieux vivre.

20 National Gallery, Ottawa “Petit squarre avec lampadaire”, 1904

21 National Gallery, Ottawa “Paris sous la neige”,

22 Musée Fabre, Montpellier Quai des Augustins sous la neige

23 La recherche du trait synthétique Marquet n'est pas le peintre de la violence et de la rage qui s'étaient alors emparées des fauves, et qui leur faisaient éclabousser leurs toiles de vermillon, d'outre-mer ou de cadmium. Dès 1908 Marquet assourdit sa palette, trouve dans les brumes de Hambourg des accords de gris nouveaux, et ce dessin qui découvre l'essentiel des formes, et qui rythme la surface comme une écriture.

24 National Gallery, Washington “Pont Neuf”, 1906

25 Musée de l’Hermitage “Port de Menton”, 1905

26 Musée de Grenoble “Citadelle de Tanger”, 1913

27 Ainsi que des portraits Entre chaque voyage ou séjour à l'étranger, il revient à Paris, son port d'attache, où il peint les rues, les quais, le Pont Saint-Michel... que surplombe son atelier. Il n'est pas seulement paysagiste, il peint, également, des natures mortes, à la manière hollandaise du XVIIème siècle, quelques portraits, dont celui de sa mère, et des nus, notamment Yvonne, son modèle préféré. Le côté multiple de son oeuvre en fait un artiste que les jeunes peintres d'aujourd'hui, de New York et de Tokyo, revendiquent comme leur maître.

28 Centre Georges Pompidou “Matisse dans l’atelier de Mangin”, 1905, Centre national d’Art et culture Georges Pompidou

29 Centre Georges Pompidou “La femme blonde”, 1919

30 Musée de San Francisco “Deux femmes”, 1973


Télécharger ppt "Albert Marquet (1875-1947) Patrick Simon © 2005. Albert Marquet Albert Marquet, par Camoin, 1904."

Présentations similaires


Annonces Google