La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

GSOP : CDT BARAY – CNE CHAPELLE INTERVENTION SUR LE RESEAU DE DISTRIBUTION DU GAZ fuite de gaz en bâtiment fuite de gaz voie publique fuite de gaz enflammée.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "GSOP : CDT BARAY – CNE CHAPELLE INTERVENTION SUR LE RESEAU DE DISTRIBUTION DU GAZ fuite de gaz en bâtiment fuite de gaz voie publique fuite de gaz enflammée."— Transcription de la présentation:

1 GSOP : CDT BARAY – CNE CHAPELLE INTERVENTION SUR LE RESEAU DE DISTRIBUTION DU GAZ fuite de gaz en bâtiment fuite de gaz voie publique fuite de gaz enflammée

2 1) Distribution du gaz (objet de l’ordre d’opération) ≠ Transport du gaz Des conduites de transport peuvent passer dans une agglomération, donc à proximité de celles de distribution. Une fuite de gaz en ville ne proviendra pas forcement de la distribution Une fuite de gaz peut aussi provenir d’un réservoir…. P: de 20 à 100 bars Par conduite (méthane) Par réservoir (Butane /propane ) Exploitation Production Stockage - TransportDistribution Transport Distribution Basse pression (BP) : de 0 mbar à 50 mbar Moyenne pression A ( MPA) : de 50 mbar à 400 mbar Moyenne pression B ( MPB) : de 400 mbar à 4 bar Moyenne pression C ( MPC) : de 4 bar à 20 bar

3 Bondy 2007 : 1 décédé – 52 impliqués Incendie Projection Effet Thermique 2) Les effets d’une explosion de gaz

4 Surpression Niort 2007 : 1 décédé – 8 impliqués 2) Les effets d’une explosion de gaz Poches de gaz résiduel ?

5 2) Les intervention dans la Loire en 2008 Globalement 2 alertes par jour donc autant de risques d’accidents graves…. Ne sous estimez pas ces interventions !!!

6 Distribution Uniquement Distribution + transport Transport Uniquement 3) Les conduites de gaz dans la Loire A un moment ou un autre, en premier départ ou en renfort, tous les sapeurs-pompiers de la Loire seront confrontés à une opération « gaz »…

7 4) Qu’est ce que c’est que tous ces gaz ? - Ce sont tous des Hydrocarbures … constitués de Carbone et d’Hydrogène.. - Ils dégagent énormément de chaleur en brûlant ….(effet thermique, propagation incendie) - Ils explosent violemment (effet de surpression) … … et facilement - Ils sont odorisés avec le même produit - Ils ne sont ni toxiques, ni polluants Ce qu’ils ont en commun

8 4) Qu’est ce que c’est que tous ces gaz ? Ce qu’ils ont de différent Le méthane distribué par GrDF: -Toujours sous forme gazeuse - plus léger que l’air - LIE/LSE: 5% / 15% Le butane (en réservoir) : - sous forme liquéfiée - plus lourd que l’air - LIE/LSE: 1,5% / 8,5% - se liquéfie à 0°C à Patm Le propane (en réservoir) : - sous forme liquéfiée - plus lourd que l’air - LIE/LSE: 2.2% / 9,5% - se liquéfie à -40°C à Patm Le butane et propane sont liquéfiés sous pression …Si la température augmente le pression augmente …parfois jusqu’à l’éclatement Les gaz plus lourd et plus légers le sont en condition de laboratoire. Dans la réalité d’une intervention, il faut s’attendre à avoir du gaz partout …

9 5) Rappel explosimètrie LIE=5%LSE =15% 0% gaz dans l’air 100% gaz Donc plus d’air Pas assez de gaz pour exploser trop de gaz pour exploserMélange explosif 1) Théorie pour le méthane 2) Mesures avec l’explosimètre 20% LIE Alarme 1 60%LIE Alarme 2 0% LIE100% LIE Nos appareils ne nous permettent pas de mesurer au delà de la LIE. Dés l’alarme 1, on doit considérer la situation comme dangereuse car : - la mesure est très ponctuelle et on considère que si l’on a 20% de la LIE quelque part on aura plus ailleurs (le local à coté..) - même si en un endroit il y a trop de gaz pour l’explosion, forcement à d’autres on aura le mélange idéal Attention au calibrage de l’appareil …. Sur RAE : Butane: correction = 2 > si 20% lu on aura en fait 20*2 = 40% LIE Propane: correction = 1.6 > si 20% lu, on aura en fait 20*1.6 = 32 % LIE

10 La qualification de l’événement nécessite un action particulière des unités de traitement de l’alerte, en effet, selon le type d’opération, les moyens de secours seront adaptés. I – LE TRAITEMENT DE L’ALERTE Les opérateurs devront recueillir les informations suivantes : Le lieu de l’accident : VP, habitation, industries.. La localisation de la fuite : sur VP, en étage, dans les caves.. La présence ou non d’une odeur, Les circonstances et la présence de travaux : dans l’habitat, sur la voie publique.. Si possible les caractéristiques du réseau (diamètre, pression) ou du réservoir de stockage, Le type de gaz : gaz de naturel, butane, propane 6) Traitement de l’alerte Ces donnée permettent de déterminer précisément le problème auquel nous serons confronté ….et d’adapter en premier lieu le train de départ …

11 Cinq départs type sont retenus : Procédure gaz renforcée : 1 CDG-LOT GAZ + 2 FPT + 1 CDC + UPC2* + 1 FNRBC + 1 OffNRBC Les critères indicatifs de déclenchement sont les suivants : –Fuite avérée et importante sur VP dans un environnement à forte densité de population, –Fuite avérée pour laquelle il a été réceptionnée plusieurs appels (appartements différents dans le même bâtiment, plusieurs localisation dans la même voirie…..) –Fuite avérée et importante dans un E.R.P. –Le chef opérateur de l’UTA, le COS et Grdf peuvent, dès qu’ils l’estiment nécessaire, engager les moyens de la procédure gaz renforcée. 7) Les moyens de secours Ne considérez pas la procédure gaz renforcée comme exceptionnelle. Cette procédure peut être déclenchée au premier départ telle quelle … … ou en renfort des moyens déjà engagés. Dans ce cas, en principe, c’est le complément du détachement qui sera engagé

12 Fuite de gaz minime dans un bâtiment : CDG-LOTGAZ + 1 FPT Fuite de gaz minime sur voie publique : CDG-LOTGAZ + 1 FPT Fuite de gaz enflammée : CDG-LOTGAZ + 2 FPT Odeur suspecte : 1 FPT avec explosimètre à prendre au départ du CIS, si celui-ci en dispose 7) Les moyens de secours –Hors procédure gaz renforcée

13 Fuite - Déterminée et délimitée par SP(éventuellement par force de l’ordre ) - Évacuation public et interdiction d’ accès - Seuls les personnels autorisés par le COS accèdent à cette zone - Pour les fuites à l’intérieur d’un bâtiment et/ou en cas de difficultés pour établir le périmètre de 50 mètres, le COS devra établir une zone d’exclusion à priori qui comprendra d’abord l’intégralité du bâtiment concerné. -Dans certaines situations opérationnelles, le COS pourra procéder à un confinement plutôt qu’à une évacuation (Ex: le trajet d’évacuation n’est pas sécurisé ) 50m Zone d’exclusion: 100m - Déterminée par SP – tenue par force de l’ordre - interdiction d’accès du public -L’évacuation de cette zone peut être envisagée - le COS peut modifier le périmètre en fonction analyse du risque Zone contrôlée et de soutien : Si l’opération nécessite leur mise en œuvre, les zone seront dimensionnées comme suit : 8) Les périmètres interservices et le zonage

14 9) Les conditions d’engagement Les conditions générales d’engagement sont les suivantes : Positionner à priori les engins en dehors de la zone d’exclusion : avant l’adresse indiquée sur l’ordre de départ, Engager en zone d’exclusion le minimum de personnels en limitant les missions et le temps d’exposition, Les personnels devront portés la tenue 41, l’ARI est porté sur ordre du COS, Les postes radio portatifs ne sont normalement pas autorisés, sauf ordre contraire du COS. Dans ce cas, ils seront mis en fonctionnement à l’extérieur de la zone d’intervention, les communications devront se réduire au minimum (gestion de l’urgence), Les téléphones portables, bips, lecteurs mp3…sont formellement interdits, Le 1er COS ne doit pas hésiter à demander les renforts nécessaires. Les renforts peuvent être 1 second FPT, la mise en œuvre de la procédure gaz renforcée..

15 10) Méthodologie générale La méthodologie générale d’intervention décrit les principales actions à mettre en œuvre. La liste fixée ci-dessous se veut chronologique mais le contexte opérationnel peut, sur ordre du COS, justifier une mise en œuvre chronologiquement différente. Positionnement des engins Contact COS avec GrDF et/ou le chargé de travaux, Validation de la procédure à mettre en œuvre, et si nécessaire demande de passage en procédure gaz renforcée, Vérification du port des EPI adaptés Si nécessaire, mise en place de la zone d’exclusion ou décision exceptionnelle de confinement, Analyse du risque : mesures d’explosimétrie pour vérifier notamment la pertinence de la zone d’exclusion, Procéder aux opérations d’urgence en zone d’exclusion en limitant la durée d’exposition des personnels, Maîtrise du risque lié à la fuite : coupure de l’alimentation en gaz d’un appartement, d’un bâtiment, coupure de la distribution de gaz par Grdf, décompression du tronçon, colmatage de la fuite, Anticipation sur l’évolution du sinistre vérification des périmètres, demande de renforts… Retour à la normale

16 11) Fuite de gaz voie publique

17 11) Fuite de gaz dans un bâtiment

18 13) Fuite de gaz enflammée

19 1.Une organisation commune et partagée avec GrDF dont les agents ont été formés en 2008 et 2009, 2.Des dispositions s’inspirant de la doctrine nationale en cours d’évaluation, 3.Une organisation du commandement du niveau chef de colonne, 4.1 Officier NRBC pour l’appui et l’expertise 5.1 Fourgon NRBC avec des personnels spécialisés et des matériels supplémentaires 14) La procédure gaz renforcée

20 L’échelon NRBC a pour principales missions : –La collaboration et l’expertise avec GrDF –La poursuite de l’analyse des risques, –La confirmation des périmètres, –Les propositions d’évolution des périmètres (augmentation ou diminution), 14) La procédure gaz renforcée Idées de manœuvre pour le COS

21 14) La procédure gaz renforcée La mise en œuvre opérationnelle 1.Confirmation des périmètres : L’unité NRBC permet de vérifier si la limite du ou des périmètres est bonne : absence de risque en limite de la zone d’exclusion L’unité NRBC n’a pas pour mission en cas de risque d’explosion important d’indiquer si à l’intérieur du bâtiment, de la zone d’exclusion…on est à 80 % de LIE ou 85 % La poursuite de l’analyse des risques : L’unité NRBC doit s’attacher à vérifier la présence ou l’absence de risque en dehors des périmètres Par exemple : le gaz peut suivre les différents réseaux et être trouvé à une distance plus ou moins importante du lieu de l’accident, Il est donc bon de contrôler la zone d’intervention au sens large : égouts en amont et en aval, caves et circulations des habitations en amont et en aval… Ces contrôles permettront au COS de modifier si besoin les périmètres initiaux 3.La capacité opérationnelle : Au moins 2 équipes supplémentaires disposant d’explosimètres d’ambiance et d’explosimètres avec pompes intégrées permettant les prélèvement notamment dans les égouts, évents de caves D’autres moyens de détection plus spécifique, pour les cas particulier ne relevant pas du gaz de ville

22 En cas de fuite de gaz avérée, plus la fuite dure, plus le risque d’explosion augmente, Aussi la maîtrise du risque qui passe par la coupure doit être rapide, Les sapeurs-pompiers et GrDF peuvent procéder aux coupures mais sur des domaines différents, Vous devez connaître ces domaines (voir le schéma de la diapositive suivante), Sur le domaine autorisé aux SP, il n’y a pas de demande d’autorisation de coupure à demander auprès de GrDF, Sur le domaine GrDF, le COS doit faire la demande de coupure et l’action sera effectuée par GrDF 15) Coupure gaz: Domaine d’action des SP

23 façade Action GrDF Exclusivement  Lorsqu’une coupure gaz est effectuée, il ne faut pas réouvrir la vanne.  Lorsqu’une vanne est trouvée fermée, il ne faut pas l’ouvrir. 15) Coupure gaz: Domaine d’action des SP Action Sapeurs-Pompiers Fermeture uniquement


Télécharger ppt "GSOP : CDT BARAY – CNE CHAPELLE INTERVENTION SUR LE RESEAU DE DISTRIBUTION DU GAZ fuite de gaz en bâtiment fuite de gaz voie publique fuite de gaz enflammée."

Présentations similaires


Annonces Google