La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Qu’est-ce que la biodiversité ? Le grand scientifique américain, Edward o. Wilson considéré comme l’inventeur du mot biodiversity, en donne la définition.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Qu’est-ce que la biodiversité ? Le grand scientifique américain, Edward o. Wilson considéré comme l’inventeur du mot biodiversity, en donne la définition."— Transcription de la présentation:

1

2 Qu’est-ce que la biodiversité ?

3

4 Le grand scientifique américain, Edward o. Wilson considéré comme l’inventeur du mot biodiversity, en donne la définition suivante : « la totalité de toutes les variations de tout le vivant »

5

6 La biodiversité - ou diversité biologique - désigne la variété et la diversité des formes de vie sur Terre.

7 La biodiversité dont nous sommes les témoins aujourd’hui est le fruit d’une évolution qui s’est façonnée depuis environ 3,5 milliards d'années, au gré de processus naturels et est actuellement, de plus en plus sous l’influence des êtres humains.

8 Elle constitue la toile de la vie et de son évolution possible dont nous faisons intégralement partie et dont nous sommes totalement dépendants.

9 L'espèce humaine joue un rôle clé à toutes les échelles de la biodiversité. Cependant, elle impacte de plus en plus le milieu naturel, en s'appropriant la nature et par ses besoins de production nécessaire à son alimentation, qui engendrent des déchets bien plus que l'environnement ne peut en recycler.

10 Espèces présentes sur la côte Atlantique

11 Les espèces présentes sur la cote atlantique sont: - les mouettes-les goélands-les baleines -les dauphins-les requins-les orques -les marsouins-les éléphants de mer -les otaries -les phoques-les tortues -les hippocampes -le corail -plusieurs poissons-plusieurs crustacés -plusieurs espèces de héron

12 Sur la côte atlantique cohabitent de nombreuses espèces d'oiseaux migrateurs ou non.

13 Le Goéland Ce sont des oiseaux de taille moyenne ou grande, généralement gris ou blancs, avec souvent des marques noires sur la tête ou les ailes. Ils ont un bec long et épais, des pieds palmés. Les pattes sont de couleur verte, jaune, rose ou rouge.

14 Le Canard Siffleur : Le Canard Siffleur est une espèce d'oiseaux assez commune qui migre pour hiverner sur les côtes françaises. Le cri caractéristique du mâle est à l'origine de son nom.

15 Le Héron Cendré: De la même famille que les cigognes, les hérons cendrés se caractérisent par un long cou, un bec long et pointu et de hautes pattes. Il fréquente tous les milieux humides et peu profonds. C'est un migrateur partiel qui ne se déplace généralement pas au-delà de 500 km.

16 L'Avocette Elégante : Elle a de longues pattes gris pâle, légèrement bleutées, terminées par des pieds palmés. Cet oiseau est migrateur, mais hiverne en grande partie en France.

17 Le Macareux : La particularité la plus flagrante de cet oiseau est son gros bec : comprimé latéralement en forme de triangle et très coloré en période nuptiale. D'une trentaine de centimètres de long, son envergure peut atteindre les 60 centimètres pour un poids de 500 grammes et un âge maximal de 22 ans.

18 Il existe de même de nombreux poissons, en voici quelques-uns : - Le Merlan :. C'est un poisson argenté de 30 à 50 cm. Il vit le long des littoraux de l'Atlantique Nord, en Manche ainsi qu'en mer du Nord.

19 Le Bar : on l’appelle aussi Loup de mer en Méditerranée, c’est un poisson d'eaux côtières et c’est un prédateur. Il aime les eaux peu profondes.

20 Le Mulet: Bien qu'il existe quelques 80 espèces de mulets, le mulet à grosses lèvres est le plus répandu sur nos côtes. Supportant très bien la pollution, une eau peu riche en oxygène et peu saline, le mulet fréquente dès le printemps les estuaires et remonte jusque dans les ports où il trouve sa nourriture.

21 Le saumon: Son corps ressemble à celui des autres salmonidés et sa couleur varie avec l'âge. Son dos est brun, vert ou bleu, et ses flancs et son ventre, argentés. Les spécimens capturés mesurent de 80 à 85 cm et pèsent en moyenne 4,5 kg. Le saumon de l'Atlantique est reconnu pour sa combativité et sa chair rose délicieusement parfumée.

22 Liste des espèces que nous pouvons consommer

23 Poisson que l’on peut consommer : L'araignée de mer, le bar de ligne, le cabillaud du Pacifique, le colin d'Alaska, la crevette grise, la daurade grise de ligne, le hareng, l'huitre, le lieu jaune de ligne, le lieu noir, le maquereau, le merlu blanc du Cap, la moule, la sardine, le saumon du Pacifique, la sole d'Hastings, le tacaud, le thon germon de ligne du Golfe de Gascogne, le tilapia d'Europe, le tourteau, la truite et enfin le turbot d'Europe.

24

25 Liste des espèces à éviter

26 Les espèces à éviter sont : le thon rouge, le cabillaud, la raie, le saumon de L’Atlantique et la sole.

27 Espèces marines qui ont disparu et celles qui sont en voie de disparition

28 Tortue luth Grosse tortue de mer (jusqu’à 2m de long). Sa carapace a des arêtes et a l’aspect du cuir.

29 Baleine noire de l’Atlantique Nord Grosse baleine(jusqu’à 16m de long) sans nageoire dorsale.

30 Baleine à bec commune Baleine à bec qui mesure de 6 à 9m de long et qui vit dans les eaux froides et profondes.

31 Rorqual bleu Le plus gros animal de la planète peut mesurer jusqu’à 33m de long

32 Maraîche Gros requin océanique qui peut mesurer jusqu’à 3m de long

33 Grand requin blanc Très gros requin fortement migrateur

34 Raie tachetée Corps aplati et rond et à la queue longue(50 à 75cm)

35 Qui sont les responsables de la disparition des espèces marines ?

36 Les Responsables de la disparition des espèces marines sont : -La pollution. -Le lubrifiant des bateaux. -Le réchauffement climatique. -Rejets des eaux usées. -L’utilisation excessive des pesticides sur les champs. - la pollution par les eaux usées domestiques. - la pollution des eaux pluviales. - la pollution par l'industrie et l'agriculture.

37

38 La surpêche, destinée à alimenter un marché de viande et de nageoires de requins.

39 La pêche sportive qui se démocratise de plus en plus, ainsi que la pêche au thon et à l’espadon car elle provoque la prise accessoire de millions de requins chaque année.

40 Conséquences de la disparition d’une espèce

41 La disparition d’une espèce réduit d’abord la biodiversité, c'est-à-dire la richesse du patrimoine naturel, elle peut néanmoins être bénéfique à la biodiversité, en donnant leur chance à d’autres formes de vie, comme ce fut le cas pour les mammifères après la disparition des dinosaures.

42 La disparition d’une espèce peut mettre en jeu le fonctionnement même des écosystèmes, qui résulte d’équilibres fragiles : Elle peut condamner ainsi toutes celles qui dépendent d’elle: prédateurs qui n’auront plus rien à manger, parasites qui disparaîtront avec leur hôtes, plantes qui dépendent d’elle pour leur propagation… Ce phénomène est appelé Co-extinction.

43 La disparition de quelques espèces peut donc ruiner le fonctionnement de l’écosystème induisant un effet boule de neige incontrôlable. Or, si nous avons l’impression pour nombre d’entre nous de vivre dans un environnement entièrement artificiel, nous avons besoin de la nature, qui assure une série de services indispensables à notre survie : régulation des climats, épuration de l’air, production d’eau potable et approvisionnement des nappes phréatiques, décomposition et recyclage des déchets formant les sols arables, protection des sols contre l’érosion, maintien des cycles biogéochimiques, contrôle des parasites, virus et autres maladies, etc… Pour ces raisons, la disparition accélérée d’espèces sauvages a des répercussions sur la survie de l’homme lui-même.

44 Comment pouvons-nous agir ?

45 Pour préserver et protéger la biodiversité, des mesures ont été décidées lors du sommet de la terre à Rio en 1992 et à l'occasion d'autres réunions. Des stratégies ont été, ou sont mises en place par de nombreux gouvernements. Mais la biodiversité n'est pas que l'affaire des politiques. C'est l'affaire de tous !

46 Nous pouvons tous agir pour préserver la biodiversité, en modifiant nos comportements, en consommant moins et mieux, en appliquant des gestes pleins de bon sens, que l'on oublie parfois ou que l'on ignore souvent.

47 Par exemple : Au quotidien: Cela peut être de choisir des modes de déplacement alternatifs (vélo, transports en commun, covoiturage), d'économiser l’eau et l’énergie (ampoules à faible consommation, géothermie, panneaux solaires), de limiter et trier ses déchets, d'éviter les produits toxiques, de ne pas utiliser de pesticides et privilégier le compost aux engrais dans le jardin. C'est également acheter local et de saison, adapter sa consommation. Ou encore, éviter l'inutile et le superflu pour privilégier des produits réutilisables, rechargeables ou réparables fera de vous un consommateur responsable !

48 Qu’est-ce que l’aquaculture ?

49 L’aquaculture est le terme générique qui désigne toutes les activités de production animale ou végétale en milieu aquatique. L'aquaculture se pratique en bord de mer (on parle dans ce cas de « cultures marines » ou mariculture), des rivières ou des étangs.

50 L'aquaculture fournit 60 % des poissons d'eau douce, 40% des mollusques, 30 % des crevettes et 5 % des poissons d'eau de mer. L’aquaculture représente environ 50% de la « production » de poisson mondiale et permet de limiter l’exploitation de certaines espèces de poissons.

51

52 Est-ce une solution ?

53 La majorité des poissons d’élevage sont carnivores. Ainsi, les nourrir requiert des quantités considérables de…poissons sauvages. Paradoxal, quand on sait que l’aquaculture, outre satisfaire les consommateurs, vise aussi à réduire la pression de pêche sur les espèces sauvages !

54 L’aquaculture comme mode de pêche durable est possible mais à la condition de respecter des normes strictes car l’aquaculture peut être plus polluante et néfaste que la pêche sauvage.

55 L’élevage de poissons produit une quantité énorme de déchets de façon concentrée. Exemple : l’ensemble des fermes d’élevage de saumons en Ecosse rejettent par jour autant de déjection que les habitants d’Edimbourg.

56 De plus, les élevages industriels nécessitent l’utilisation massive d’antibiotiques pour éviter la transmission de maladies. Les poissons concernés par ce traitement sont porteurs de germes très contaminants pour les poissons sauvages.

57 Conclusion En conclusion, il n’existe plus aujourd’hui d’espèces à consommer sans modération en raison des divers paramètres à considérer (méthodes de pêche utilisées, état des stocks, pollution diverses…). Une solution pour les consommateurs est de préférer des espèces herbivores d’élevage comme le Tilapia, le Pangasius ou des espèces comme le bar de ligne.!


Télécharger ppt "Qu’est-ce que la biodiversité ? Le grand scientifique américain, Edward o. Wilson considéré comme l’inventeur du mot biodiversity, en donne la définition."

Présentations similaires


Annonces Google