La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Ce qui n’est pas connu n’existe pas… Constats et réflexions sur la reconnaissance des organismes communautaires au Qu é bec Christian Jetté LAREPPS Université.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Ce qui n’est pas connu n’existe pas… Constats et réflexions sur la reconnaissance des organismes communautaires au Qu é bec Christian Jetté LAREPPS Université."— Transcription de la présentation:

1 Ce qui n’est pas connu n’existe pas… Constats et réflexions sur la reconnaissance des organismes communautaires au Qu é bec Christian Jetté LAREPPS Université de Montréal Rencontre régionale sur la reddition de comptes et la valorisation de l’action communautaire Hôtel Le Dauphin Drummondville 26 mars 2009

2 © Christian Jetté 2009 Plan de la présentation 1)Quelques précisions sur les recherches 2)Cinq constats 3)L’ère des paradoxes 4)La voix et l’image 5)Conclusion en trois temps

3 © Christian Jetté 2009 Quelques précisions sur les recherches Données et analyses tirées : Thèse de doctorat sur le Programme de soutien aux organismes communautaires comme forme institutionnelle structurante du modèle québécois de développement social ( ) Recherche en cours portant sur l’évolution des rapports entre le MSSS et les organismes communautaires dans le contexte de la Nouvelle gestion publique (NGP)

4 © Christian Jetté )La présence des o.c. a transformé l’État-providence dans la santé et les services sociaux  L’essor des o.c. peut être interpr é t é comme le développement d’un nouveau tiers secteur en santé et santé et services sociaux  L’action des o.c. a eu pour effet de mettre les rapports de consommation au centre des rapports sociaux…  Les innovations sociales suscitées par les o.c. ont participé à l’évolution et la structuration de certaines pratiques et politiques en santé et services sociaux  L’action des o.c. constitue un compromis entre les principes de la critique sociale (justice, égalité, sécurité) et ceux de la critique artiste (autonomie, créativité, liberté)

5 © Christian Jetté )L’appui d’acteurs du secteur public a été déterminant dans la structuration des rapports entre l’État et les o.c.  Aspect méconnu (ou non dit) de l’histoire des o.c.  L’État n’est pas un bloc monolithique, pas plus que les o.c.  Appui de certains fonctionnaires, ministres et organismes publics  Appui aux plans national, régional et local  Participe à la coconstruction de certaines politiques publiques

6 © Christian Jetté )L’État ne joue pas aux dés avec la reconnaissance des milieux communautaires 1.Soutenus par un mouvement social fort 2.S’insèrent dans une problématique socialement reconnue : priorisation des problématiques et/ou réduction des co û ts 3.S ’ inscrivent dans le contexte de l ’ adoption de nouvelles politique publiques 4.Assument leur rôle d ’ acteur social (coh é sion et leadership)

7 © Christian Jetté )Un « Welfare Mix » à deux vitesses Malgré une volonté d’articuler le domaine de la santé avec celui des services sociaux, le premier a toujours eu priorité sur le second Santé : évolue davantage en fonction d’innovations technologiques Social : évolue davantage en fonction d’innovations sociales Les o.c. oeuvrent principalement dans le domaine des services sociaux Les o.c. agissent principalement sur les déterminants sociaux de la santé : revenu, travail, scolarité, logement Donc, diffusion inégale des innovations produites par les o.c. dans le système sociosanitaire

8 © Christian Jetté )Une reconfiguration des rapports entre les o.c. et l’État marquée par la NGP La NGP : contrôle, mesure, calculabilit é, performance Pourquoi ? Meilleur contrôle du co û t des services de sant é par une meilleure int é gration au syst è me des diff é rents producteurs de services Conjoncture difficile pour les o.c. : leur action g é n è re de nombreuses incertitudes pour le MSSS dans le contexte des principes d ’ action mis en oeuvre par la NGP Avec les récentes réformes (autoritaires et hiérarchiques), o.c plus portés par le changement que porteurs de changement Favorise le d é veloppement à la pi è ce (encore une fois … ) des milieux communautaires Rester attentif aux d é bats autour du PSOC

9 © Christian Jetté 2009 L’ère des paradoxes Tiers secteur : proximité, réciprocité, participation, expérimentation Secteur public : calculabilité, contrôle, mesure, performance, résultats D’une part : politique du SACA (2001) et cadre de référence et plan d’action (2004) réitèrent l’autonomie des o.c. et leur reconnaissance D’autre part : Loi 24 sur la gouverne (2001) et Loi 25 sur les agences (2003), intégration hiérarchique, ententes de services, données probantes Les o.c. sont « performants » précisément lorsqu’ils échappent à une trop grande emprise de certains dispositifs de mesure et de contrôle. L’originalité de leur action peut être préservée à condition d’établir des compromis entre les différents principes d’action

10 © Christian Jetté 2009 La voix et l’image Contexte de développement des NTIC Importance de se faire voir et entendre (l’exemple du mouvement altermondialiste) Sortir d’une vision binaire : étatisation ou privatisation Rôle de l’opinion publique et pression politique Rôle des médias Et les organismes communautaires en santé et services sociaux?

11 © Christian Jetté 2009 Reconnaissance et visibilité 1)Processus de reconnaissance qui s ’ est souvent effectu é en vase clos, c ’ est- à - dire focalisation sur les rapports avec l ’É tat ( à travers le MSSS) parfois per ç u comme une entit é abstraite et monolithique 2)R é sultat : peu d ’ initiatives visant à é largir les d é bats et à int é grer l ’ opinion publique ou d ’ autres acteurs au processus de reconnaissance (recherche d ’ appuis) 3)Les o.c. manquent de visibilit é : ils sont absents de la sc è ne m é diatique. Donc, pas de reconnaissance publique de leur pertinence et de leur apport au fonctionnement et à la coh é sion d ’ ensemble de la soci é t é qu é b é coise 4)Pr é gnance (?) d ’ une culture de l ’ implication vocationnelle au sein des milieux communautaires qui a entra î n é une sorte de pudeur à vanter ses m é rites …

12 © Christian Jetté 2009 Conclusion : c’est une période difficile… Un système sociosanitaire à la recherche de cohésion : - entre santé et social - entre différents établissements - entre producteurs de services - entre principes d’action (vision) Des milieux communautaires qui doivent trouver une plus grande cohésion comme acteur social malgré la diversité de leurs pratiques : - régional versus national - local versus régional - entre secteurs - entre régions…

13 © Christian Jetté 2009 Conclusion : … mais pas désespérée ! Un certain poids politique des o.c. par l’ampleur des services dispensés Règles institutionnelles maintiennent certains acquis (ex : PSOC, SACA) Malgré les discours sur les ententes de services, le financement à la mission globale a augmenté au cours des cinq dernières années Effets pervers et remise en question de la NGP au plan international : - blocage sur les innovations - déficit de participation citoyenne

14 © Christian Jetté 2009 Conclusion : quelques enjeux Milieux communautaires : - Protéger le financement à la mission globale - Se faire entendre davantage sur la scène publique afin d’élargir les perspectives du débat entre étatisation et privatisation - Renforcer leur cohésion comme acteur social - Rétablir leur capacité de coconstruction des politiques publiques Ministère de la santé et des services sociaux : - Construction d’un véritable Welfare mix - Faire des compromis à partir d’une pluralité de principes d’action - S’ouvrir davantage à la participation citoyenne en soutenant des dispositifs démocratiques (certains choix sont politiques)


Télécharger ppt "Ce qui n’est pas connu n’existe pas… Constats et réflexions sur la reconnaissance des organismes communautaires au Qu é bec Christian Jetté LAREPPS Université."

Présentations similaires


Annonces Google