La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Batton-Hubert M. 1, Bonnevialle M. 1, Joliveau T. 2, Paran F. 1 1 : Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, Centre S ITE, FRANCE 2 : Université.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Batton-Hubert M. 1, Bonnevialle M. 1, Joliveau T. 2, Paran F. 1 1 : Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, Centre S ITE, FRANCE 2 : Université."— Transcription de la présentation:

1 Batton-Hubert M. 1, Bonnevialle M. 1, Joliveau T. 2, Paran F. 1 1 : Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, Centre S ITE, FRANCE 2 : Université Jean Monnet de Saint-Etienne, I SIG -U MR E VS et C RENAM, FRANCE Intégrer une dimension écologique et paysagère dans la planification territoriale. Méthode et questionnement à propos de la démarche Infrastructures Vertes et Bleues (IVB) dans les SCoT de la Loire (France) Conférence OPDE 2008 Thème : Analyses multicritères et environnement Université Laval, Québec

2 Plan 1. Le projet : un atelier formation/recherche 2. La démarche IVB 3. Les continuums écologiques 4. L’approche multicritères 5. Bilans et perspectives

3 Des fondements scientifiques pour la planification territoriale Démarche formelle habituelle 3 Démarche IVB - Compilation de documents préparatoires de servitudes du territoire - Discussion/négociation en de multiples commissions de la conformité des actions de développement avec les objectifs environnementaux et paysagers - Ecologie du paysage, données, outils géonumériques - Représentation cartographiques des critères à prendre en compte dans la décision - Prise en compte d’un système de contrainte à 3 registres Scientifique Organisationnel Sociopolitique

4 Demande et proposition Demande : Un service de l’état (DDE-Loire) demande à des chercheurs de rendre leur démarche plus efficace et plus participative Enjeux : - dimension écologique - procédure de planification territoriale - traitement de données géonumériques et combinaison multicritères - dimension participative Réponse : - Délaisser le champs de l’expertise et proposer un dispositif spécifique à l’interface de la recherche et de l’action pour construire la question posée - Un atelier de formation/recherche mettant en œuvre la méthode sous forme de jeu de rôles - Testé avec des chercheurs et des praticiens dans le cadre des Ateliers « Modélisation spatiale et décision territoriale participative » (Juin 2007) et d’un cours de Master (février 2008) 4

5 La démarche IVB pour des enjeux locaux et nationaux Démarches originelles : REN (Suisse) ; REDI (Conseil Général 38) ; continuum biologiques (agglomération de Belfort-Montbéliard, DIREN Franche-Comté) Echelle spatiale : - Nationale (Grenelle de l’environnement) : trame verte et bleue nationale instrument décentralisé d’aménagement durable et de concertation instrument de gestion intégrée du territoire (biodiversité ordinaire, fonctions des écosystèmes. - Régionale (DIREN Rhône-Alpes) : biodiversité, qualité paysagère, aménités - Métropolitaine (DTA Lyon) - Agglomération (expérimentation SCoT Sud-Loire 2005) : DDE, DIREN, DDAF, ASCONIT. Application SCoT Nord-Loire aider à améliorer la méthodologie de construction des IVB dans les exercices de planification les méthodes permettant d’objectiver les IVB sont en effet loin d’être totalement « stabilisées » 5

6 Expérimentation de la démarche IVB à l’échelle d’une agglomération L’Etat national (DIREN) engagé dans une « expérimentation décentralisée » à l’occasion du projets de SCOT Sud-Loire : descendante et technocratique L’Etat local (DDE) engagé dans une démarche appropriée des IVB en s’appuyant sur la valorisation du potentiel local d’innovation et de recherche (Université – Ecole des Mines) : ascendante et participative 6 ?

7 Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) coordination dans l’espace et dans le temps des différentes politiques publiques d’aménagement du territoire, à l’échelle intercommunale - projet de territoire (document de planification stratégique élaboré pour 10 ans) - détermine les grands équilibres (entre les espaces urbains, à urbaniser et les espaces naturels, agricoles et forestiers, dans une perspective de développement territorial durable) Des IVB dans les SCoT 7 Infrastructures Vertes et Bleues (IVB) ensemble d’espaces reliés et hiérarchisés - déplacements doux des hommes (espaces d’aménités reliant les lieux de vie et de loisirs du territoire) - grands axes de déplacement des animaux ou «continuums écologiques» (garants de la survie des populations et reliant les foyers de nature et de biodiversité de grands ensembles naturels) « Vert » pour les milieux naturels terrestres « Bleu » pour les milieux naturels aquatiques

8 Terrain d’étude : le SCoT Sud-Loire 8 Superficie : ha Habitants : Communes : 117 Bassins hydrographiques : 2 Entités géographiques : - Moyenne montagne (3 massifs) - Vallées (3) - Plaine (1) Patrimoine : nature protégée/ordinaire Espace fragile : urbanisation non- maitrisée, conflits d’usage

9 Vers une modélisation du concept d’IVB Cartes Méthode initialeAdaptation Continuums écologiques Milieux remarquables Nature Loisirs Liaisons douces Paysage Homme Obstacles Cartes Continuums écologiques Déplacements d’animaux Nature protégée Zonages réglementaires PaysagePatrimoine Attractivité et valeur du site Déplacements doux Réseaux et déplacements humains Modèles Cartes finales IVB SuperpositionSuperposition Modèle de Combinaison 9

10 Le modèle du continuum écologique Principes et concepts: réseau écologique 10 Schéma d’un réseau écologique Zones de développement: ensemble de milieux transformés ou dégradés mais qui restent potentiellement favorables à un ou plusieurs groupes écologiques. Zones d’extension: zones de moindre qualité que les zones nodales mais correspondant au même type générique de milieux. Continuums: ensemble de milieux favorables à un groupe écologique composé d’éléments continus (zone nodale + zone d’extension + marges complémentaires). Corridors: espace libre d’obstacle offrant des possibilités d’échanges entre les zones nodales ou les zones de développement Zones nodales: zones noyaux, milieux naturels de bonne qualité, sources de biodiversité.

11 Modèle continuum écologique : une simplification du concept de réseau écologique La conservation de la biodiversité nécessite la protection des réseaux écologiques : - milieux réservoirs de biodiversité - connections entre ces milieux Pour chaque continuum, 4 milieux: - structurants : Zones réservoirs (développement des espèces emblématiques) - attractifs : Milieux connexes et complémentaires aux milieux structurants (déplacements faciles) - peu fréquentés : Milieux connexes aux milieux structurants et attractifs (déplacements rares, pénétration moins facile) - répulsifs : Milieux qui ne sont a priori pas fréquentés par les espèces (obstacle au déplacement) A chacun de ces milieux est associé un coefficient de résistance 5 types de continuums : - BBA : Boisé de Basse Altitude - MAH : Milieux Aquatiques et Humides -ZTS : Zones Thermophiles Sèches - AEL : Agricoles Extensifs et des Lisières - BMA : Boisé de Moyenne Altitude 11

12 R = 0R = 5R = 100R = 30 0 point 100 m50 m 10 m 500 points 2000 points 3000 points Modèle continuum écologique et critères : mode de calcul C = R* D C: Coût de déplacement (en points) R: Coefficient de résistance D: Distance (en m) Milieu structurant Milieu attractifMilieu peu fréquentéMilieu répulsif 12

13 Améliorer le modèle continuum écologique et les critères Outils informatiques : - mode raster mieux adapté à la spatialisation des continuums écologiques (déplacements des animaux habituellement continus) Données : - manque d’une cartographie de l’occupation du sol à vocation écologique sur l’ensemble du territoire - rediscussion nécessaire de la classification Corine LandCover Paramétrage/mode de calcul : - intégrer le modèle d’obstacles aux continuums - recherche plus fondamentale en écologie pour améliorer la modélisation des réseaux écologiques (ex: distinction des espèces, fonctionnement plus réaliste…) - recherche d’autres méthodes de construction des continuums - améliorer les connaissances des populations animales (inventaires, génétique des populations, observations…) 13

14 Autres modèles pour d’autres critères : des modèles à construire 14 Milieux remarquable (Participation significative (PS), forte(PF), majeure (PMJ) ex : Natura 2000, ZNIEFF… Loisirs, liaisons douces, paysage (Participation significative (PS), forte(PF), majeure (PMJ) ex : Monuments historiques, Parcs… Nature protégée… Zonages réglementaires Paysage / patrimoine… ? Attractivité, valeur du site, zones d’intérêt patrimonial, zones d’intérêt paysager, densité d’habitat et de fréquentation Déplacements doux… ?? Données ? Echelle de travail ? Modes de déplacements ? Usages ? Modèle ?

15 Combinaison des différents critères dans la méthode originelle pour un potentiel IVB du territoire × × = 100 × BBA AEL MAH Potentialités d’accueil pour la majorité des espèces animales Agrégation des continuums par somme pondérée

16 Démarche multicritère pour un atelier participatif (type Saaty) Agrégation des critères (continuums écologiques, milieux remarquables, loisirs, liaisons douces et paysage) Prise en compte des préférences des acteurs impliqués pour l’attribution des poids (pondérations) 16 - Un enjeu est associé à un critère - Un critère est associé à un poids issu des préférences d’acteurs. Continuums Ecologiques MAHAEL (ZTS) BBAPMJ Nature protégée Paysage-Patrimoine, Déplacements doux Enjeu IVB PFPSPF PS PMJ Arbre de décision multicritère

17 17 Atelier : les fiches acteurs du jeu de rôle Les acteurs en présence : Monde de la protection de la nature Monde de la chasse Monde de la pêche Monde de l’agriculture Monde des services de l’État Monde des établissements publics Monde des promoteurs touristiques Les fiches acteurs : Nom Échelle d’action Activités principales Objectifs spécifiques Fiche de restitution Des fiches acteurs caricaturales et simplistes pour faciliter : - l’appropriation rapide du rôle, - l’expression de préférences et de points de vue tranchés. 7 fiches acteurs comme point de départ à l’interprétation d’un rôle lors de la simulation de concertation

18 Pondérations choisies lors de l’atelier SAGEO 18 Poids sous-critère/Continuum BBA/Continuum0,0738 MAH/Continuum0,0943 ZTS/Continuum0,2453 AEL/Continuum0,3588 Poids sous-critère/MR PMJ_MR/MR0,0554 PF_MR/MR0,0243 PS_MR/MR0,0213 Poids sous-critère/LLD PMJ_LLP/LLP0,0695 PF_LLP/LLP0,0305 PS_LLP/LLP0,0267 Pondérations choisies par les « agriculteurs » Poids sous-critère/Continuum BBA/Continuum0,1123 MAH/Continuum0,4051 ZTS/Continuum0,0285 AEL/Continuum0,0448 Poids sous-critère/MR PMJ_MR/MR0,0131 PF_MR/MR0,0545 PS_MR/MR0,0078 Poids sous-critère/LLD PMJ_LLP/LLP0,0581 PF_LLP/LLP0,2412 PS_LLP/LLP0,0345 Pondérations choisies par les «pêcheurs » Poids sous-critère/Continuum BBA/Continuum0,271 MAH/Continuum0,2049 ZTS/Continuum0,0598 AEL/Continuum0,0358 Poids sous-critère/MR PMJ_MR/MR0,181 PF_MR/MR0,0744 PS_MR/MR0,0303 Poids sous-critère/LLD PMJ_LLP/LLP0,0933 PF_LLP/LLP0,0359 PS_LLP/LLP0,0137 Pondérations choisies par concertation Poids sous-critère/Continuum BBA/Continuum0,3174 MAH/Continuum0,3174 ZTS/Continuum0,0344 AEL/Continuum0,1087 Poids sous-critère/MR PMJ_MR/MR0,037 PF_MR/MR0,037 PS_MR/MR0,037 Poids sous-critère/LLD PMJ_LLP/LLP0,037 PF_LLP/LLP0,037 PS_LLP/LLP0,037 Pondérations choisies par les « chasseurs »

19 Résultats cartographique de l’atelier 19 Quelles seraient les IVB selon les préférences des acteurs seuls ou en concertation? Chasseur Pêcheur Agriculteur Concertation

20 Enseignements tirés de l’expérimentation Sur la méthode IVB : -Approche complexe et difficilement communicable -Validité écologique critiquable -Données Corine LandCover pas bien adaptées -Combinaison multicritère « sauvage » Sur la méthode AMC proposée : -nécessite un accompagnement technique -rend la négociation aspatiale, pas d’anticipation des conflits -vers la pondération des zones ? Sur l’atelier : -mobilisateur, très dense, beaucoup à assimiler 20

21 Bilan de la démarche Atelier Demandeur (DDE) - Amélioration concrète de la méthode avec test d’applicabilité direct - Questions de fond sur les principes, la mise en œuvre, les présupposés Enseignants-chercheurs - Appropriation rapide de la méthode et de ses contraintes d’application - Construction d’un cas pédagogique très proche d’un cas réel (le simplifier ?) - Possibilités de tester des hypothèses méthodologiques sur la participation, l’utilisation de l’AMC, la modélisation spatiale Participants - Démarche mobilisatrice - Facilite la transposition de la nouvelle démarche dans d’autres lieux - Fait apparaître les problèmes potentiel de la méthode en vraie grandeur - Approche abstraite : données Corine LandCover mise en cause seulement dans l’application réelle. 21

22 Perspectives de la démarche Problématiques de recherche -Approfondir ou développer les critères / construction d’un modèle de combinaison global -Proposer un modèle pertinent des critères patrimoine-paysage et déplacements doux -Revoir le calcul des continuum -Mettre au point une stratégie participative d’enrichissement des données -Réfléchir à d’autres approches AMC Problématiques opérationnelles -Intégration de scénarios de développement territorial (urbanisation, aménagements…) -Changement d’échelle (du SCOT au PLU) -Cartographie des zones de conflits potentiels 22

23 MERCI DE VOTRE ATTENTION 23 Source : CG Isère (Plaquette corridors écologiques)

24 BONUS 24

25 25 Construction des milieux à partir des données Corine Land Cover

26 26 Potentiel faible Potentiel fort

27 27 Espèces emblématiques: chevreuil, sanglier…

28 28 Jouer sur les paramètres…

29 29 Attribution des préférences par comparaison binaire : calcul de poids Comparer l’élément de la colonne de gauche (cible) à celui de la ligne du haut. Ici, le critère BBA est préféré 5 fois à l’élément MAH. Ici, le critère BBA est préféré 4 fois à l’élément ZTS OU Ici, le critère ZTS est 0,25 fois préféré à l’élément BBA Un élément situé à gauche est par convention examiné en fonction de sa dominance sur un élément situé au sommet de la matrice

30 Exemple : Fiche « Acteur 4 » : monde de l’agriculture Nom : Syndicalistes paysans Échelle d’action : Départementale Activités principales : - Défendre les exploitations familiales ; - Obtenir des prix rémunérateurs pour les productions ; - Produire plus sain et assurer la traçabilité ; - Aider les agriculteurs à mieux gérer leurs exploitations ; - S’ouvrir vers les autres pour valoriser l’agriculture (ex : fermes pédagogiques, vente de produits du terroir à la ferme, gîte rural…). Objectifs spécifiques : - Maintenir les exploitations agricoles en milieu péri-urbain en protégeant les surfaces agricoles et en maintenant la possibilité de déplacement des engins et des bêtes ; - Limiter l’extension des boisements et de l’urbanisation pour enrayer la diminution des terres agricoles, et par exemple pouvoir réaliser l’épandage dans de bonnes conditions ; - Limiter les contraintes réglementaires pesant sur les exploitations agricoles (zones de protection écologique, périmètres de protection des captages…) ; - Faire valoir potentiel économique d’une terre (parfois certaines prairies génèrent plus de valeur ajoutée par l’élevage que certaines terres cultivées). 30


Télécharger ppt "Batton-Hubert M. 1, Bonnevialle M. 1, Joliveau T. 2, Paran F. 1 1 : Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, Centre S ITE, FRANCE 2 : Université."

Présentations similaires


Annonces Google