La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Financement du Vieillissement1 Passé, présent et avenir du préfinancement du coût budgétaire du vieillissement R. SAVAGE Colloque IBFP Juin 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Financement du Vieillissement1 Passé, présent et avenir du préfinancement du coût budgétaire du vieillissement R. SAVAGE Colloque IBFP Juin 2009."— Transcription de la présentation:

1 Financement du Vieillissement1 Passé, présent et avenir du préfinancement du coût budgétaire du vieillissement R. SAVAGE Colloque IBFP Juin 2009

2 Financement du Vieillissement2 Plan de l’Exposé 1. Fondements d’une stratégie: contexte, concepts et contours 2. De 2001 à 2008 – Vicissitudes et décryptage d’un échec 3. Etat des lieux actuels et perspectives budgétaires à politique inchangée 4. Stratégies futures possibles

3 Financement du Vieillissement3 Quelques abréviations …  SOPR =Solde primaire = R - DPR  SOPRh = Solde primaire hors Vieillissement = R – DPRh  R = Recettes; DPR = Dépenses primaires  DPRh =Dépenses primaires hors Vieillissement  CBV = Coût budgétaire du Vieillissement  CEV = Comité d’Etude du vieillissement  CSF = Conseil Supérieur des Finances

4 Financement du Vieillissement4 I. Fondements 1. Les données de départ : - Equilibres budgétaires Premières estimations du CBV par le CEV en 2002 (Gr.1) 2. La problématique : Assurer un financement « indolore » du CBV en misant sur: - la réduction du poids des charges d’intérêts - les gains de CBV (env. 1% de PIB) 3. Neutralité intertemporelle et équité intergénérationnelle: Concept de préfinancement

5 Financement du Vieillissement5 I. Fondements (suite) 4.La Loi de 2001 – le Fonds de Vieillissement 5. Trajectoires normatives de 2002 (GR.1) - un surplus de 0,7% de PIB en 2005 et - de 1 à 1,5% de PIB en Pas d’effort restrictif à opérer à court, moyen et long terme sur le solde primaire hors vieillissement (SOPRh)(Gr.2) 7.Trajectoire du Fonds de Vieillissement

6 Financement du Vieillissement6 Gr.1- Trajectoire macro-budgétaire CSF 2002

7 Financement du Vieillissement7 Gr.2: CBV Rapport Traject. CSF

8 Financement du Vieillissement8 Tab. 1 : Scénario illustratif CSF a. Marge budgétaire : +2,9% de PIB Dont: 2,0% de réduction des charges d’intérêts (I) 0,9% de réduction de V (CBV) 1b. Utilisation de marge prévue: +1% de PIB d’augmentation de surplus budgétaire 1,9% de PIB de détérioration (expansive) du SOPRh (surtout en recettes: -1,6% de PIB) Scénario CSF 2002, surplus 1,5% RDPR, dt:VhVSOPRIBNFDetteSOPRh ,6-0,6-0,90,3-1,0-2,01,0-31,6-1, ,00,9 0,0-0,9-1,40,5-26,80, ,03,02,80,2-3,0-2,0-1,0-33,2-0,2

9 Financement du Vieillissement9 II. Analyse d’un échec 1. GR.3 - Des écarts croissants entre objectifs et réalisations

10 Financement du Vieillissement10 II. Analyse d’un échec (suite) 2. La hausse supérieure du CBV Une décomposition simple:  Vl = coût du Vieilliss. en valeur = Vv * Pv  Yl = PIB effectif = Yv * Py  Yv = PIB de la trajectoire CEV de 2002  vl = Yv) * (Yv /  vl = Vl / Yl = (Vv / Yv) * (Yv / Yv) * (Pv / Py) (1) (2) (3) (1) = Effet « Volume pur » (% PIB tendanciel) (2) = Effet « différentiel de croissance » ou « dénominateur » (3) = Effet « prix-relatifs »

11 Financement du Vieillissement11 Tab.2 : Réalisations versus trajectoire CSF 2002  Les dépenses de vieillissement ont augmenté (+1,3% de PIB) au lieu de reculer (-0,9% de PIB) comme anticipé, soit un écart de 2,2%  Le Solde primaire hors vieillissement s’est détérioré de 1% de PIB de plus que prévu.  En conséquence, le BNF s’est détérioré de 1,6% de PIB au lieu de s’améliorer de 1% de PIB

12 Financement du Vieillissement12 2. La hausse supérieure du CBV (Suite) Tab.3 : Comparaison pour la période : CSF 2002 (trajectoire normative) et réalisations.

13 Financement du Vieillissement13 2. La hausse supérieure du CBV (Suite)  Effets « prix-relatifs » sont négligeables ;  En volumes, le CBV en est de 2,1% de PIB supérieur aux prévisions;  0,4% de PIB s’explique par une croissance économique plus faible (effet-dénominateur), soit 2% réalisés (en moyenne) par rapport à 2,3% prévus;  L’essentiel cependant (1,7% de PIB en 7 ans) provient d’un rythme de croissance plus soutenu qu’anticipé des dépenses de vieillissement (2,7% l’an contre 1,7% seulement « prévu »)  Les dépenses de chômage n’interviennent que pour 0,3% de PIB environ du dépassement, et ce tout comme les soins de santé. L’écart principal (près de 0,6% de PIB) se situe en pensions et prépensions.

14 Financement du Vieillissement14 3. Les incidences indirectes sur les dépenses primaires hors vieillissement (DPRhv) et les dépenses totales.  Même raisonnement et décomposition que pour les dépenses de Vieillissement  Ici, seul l’effet « différentiel de croissance » (ou « dénominateur ») pèse significativement et défavorablement, à concurrence de 0,3% de PIB  Au total (dépenses de vieillissement incluses), ces incidences « non-discrétionnaires » primaires totalisent environ 1% de PIB, dont: - 0,7% de PIB d’effet-dénominateur total (croissance) - et 0,3% de PIB d’effet-chômage.

15 Financement du Vieillissement15 3. Incidences directes sur les DPRhv (suite)  Par contre, les charges d’intérêts sont inférieures de 0,7% de PIB;  Au total, les incidences non-discrétionnaires identifiées défavorables ne représentent que 0,3% de PIB (1% de PIB en DPR moins 0,7% de PIB en intérêts);  D’autres incidences non-discrétionnaires non identifiées peuvent avoir joué (facteurs socio- démographiques, révisions méthodologiques, effets de compositions en recettes);  En finale, l’essentiel de l’écart d’évolution de solde budgétaire observé en 2008 (par rapport à 2001, soit 2,6% de PIB), se localise sur le versant « discrétionnaire expansif » (2,3%).

16 Financement du Vieillissement16 3 (Fin) - Décomposition de l’écart d’évolution du BNF (Réalisations – CSF2002)

17 Financement du Vieillissement17 4. Les impulsions discrétionnaires (Gr.4)

18 Financement du Vieillissement18 4. Les impulsions discrétionnaires (suite)  La politique budgétaire et fiscale a été fortement expansive, de l’ordre de 4% de PIB au minimum en 7 ans, dont près de la moitié en dépenses  Elle a été environ deux fois plus expansive que ce qui était prévu et intégré dans la trajectoire CSF de juin 2002 (une impulsion, surtout fiscale, de l’ordre de 1,6% de PIB)  C’est là que réside l’essentiel de l’écart de réalisation.

19 Financement du Vieillissement19 5. Conclusions intermédiaires  Echec d’une stratégie?  La politique de préfinancement n’a pas vraiment été appliquée  Y-a-t-il d’autres stratégies que budgétaires?  Réduction du CBV par des « réformes structurelles »?  Relèvement du taux d’emploi et élargissement de la base de financement?  C’est ce qui a été tenté en et s’est révélé trop coûteux budgétairement  Retour à la case de départ

20 Financement du Vieillissement20 III. Etat des lieux et Perspectives 1. A court-moyen terme : Changement radical de perspectives macro- économiques – Incertitudes sur le LT 2. Révision des estimations induites de CBV à l’horizon Des perspectives macro-budgétaires massivement dégradées à politique inchangée

21 Financement du Vieillissement21 1. Perspectives macro-économiques post durablement dégradées.  Les perspectives de croissance réelle à l’horizon 2015 (TAB4) sont au mieux divisées par 2 (1% au lieu de 2% selon le CEV-2002), même en cas de reprise cyclique en  Impact mécanique majeur sur la trajectoire budgétaire (potentiellement un impact négatif de 4% de PIB sur le BNF)  Réenclenchement structurel de l’effet « Boule de neige » dès : Impact négatif en termes de charges d’intérêts

22 Financement du Vieillissement22 Tableau comparatif: Hypoth. CEV-2002 et 2009 (Tab.4)

23 Financement du Vieillissement23 2. Révisions en hausse du CBV (CEV-2009 / CEV- 2002) sur la période  CBV revus en hausse : écart de 2,3% en valeur et 2,8% à prix constants, dt: - 1,7% de PIB d’effet « différentiel de croissance » - 1,1% de PIB corrigé (en Vol.) pour différentiel de croiss., - 0,7% de PIB « seulement » en volume corrigé hors chômage (0,1% de PIB l’an de structurel)  La croissance réelle des DPRhv totales ( ) est revue en hausse à 3,3% contre 2,7% en 2002 (écart annuel de 0,6%)  En termes de différentiel de croissance en vol. « DPRhv / PIB », on passe de 0,7% à 2,2% l’an (un écart de 1,5% l’an).

24 Financement du Vieillissement24 CBV comparés 2009 / 2002 (Tab.5)

25 Financement du Vieillissement25 2. Révisions en hausse du CBV sur la période (suite)  Au total, l’écart se détériore de 1,6% l’an, soit près de 12% cumulativement en 7 ans (un alourdissement « endogène » du CBV de 2,8% de PIB);  De nouveau, le ralentissement de la croissance alourdit le poids relatif des dépenses hors vieillissement (à concurrence de 1,4 à 1,5% de PIB additionnel)  Au total, la « charge » primaire endogène « structurelle », suite au nouveau contexte, s’alourdit de 4,3% de PIB environ en volume sur la période (0,6% de PIB l’an)  Les effets « prix-relatifs » favorables annoncés (de l’ordre de 0,5% de PIB) doivent être mis « sous réserve » (déflateur 2009 du PIB trop élevé)

26 Financement du Vieillissement26 Gr.5: CBV comparés 2009 / 2002

27 Financement du Vieillissement27 3. Des perspectives budgétaires à moyen et long terme massivement dégradées à politique inchangée 1. Un effet déficitaire permanent et une composante structurelle croissante 2. Le réenclenchement de l’effet « Boule de neige » et l’envolée du taux d’endettement 3. La détérioration escomptée des soldes primaires structurels, liée au vieillissement 4. L’impact limité des « boni conjoncturels » en cas de (possible) reprise cyclique en

28 Financement du Vieillissement28 Gr.6: Trajectoire à politique inchangée Scénario de base (CBV du CEV-2009)

29 Financement du Vieillissement29 Gr.7 : Trajectoire à politique inchangée

30 Financement du Vieillissement30 Gr. 8: Soldes primaires structurels & incidences cycliques

31 Financement du Vieillissement31 3. Perspectives budgétaires massivement dégradées (suite) 1.Après s’être détériorée de pratiquement 4% de PIB entre 2007 et 2010, la composante cyclique du déficit ne s’améliore que plus modestement (+1,5% de PIB entre 2010 et 2015) du fait d’une reprise supposée progressive et du ralentissement de la croissance tendancielle; 2.L’amélioration du solde primaire effectif reste marginale (+0,1% de PIB) car le gain « cyclique » est absorbé par la poursuite de la détérioration « endogène » du solde primaire structurel (-1,4% de PIB en ).

32 Financement du Vieillissement32 Gr. 9: Soldes primaires des deux Entités à politique inchangée.

33 Financement du Vieillissement33 4 : Stratégies futures possibles  Un effort restrictif majeur devient dans tous les cas incontournable à CT & MT (6 à 8 ans), ne fût-ce que pour ramener le déficit à 1,5% voire 0% de PIB (un effort primaire cumulé de 4,5 à 6% de PIB).  Ceci contribuera per se à permettre un préfinancement substantiel du CBV post (de 40 à 80%, selon l’importance de l’ajustement budgétaire à court-moyen terme).

34 Financement du Vieillissement34 Gr.10 : Efforts discrétionnaires primaires Scénario « équilibre 2015 »

35 Financement du Vieillissement35 Gr.11 : Scénario « équilibre 2015 »

36 Financement du Vieillissement36 Gr. 12 – Scénario alternatif (déficit 2015 de 1,5% PIB) et préfinancement plus faible (40%)

37 Financement du Vieillissement37 Gr. 13 – Scénario alternatif (déficit 2015 de 1,5% PIB) et préfinancement plus faible


Télécharger ppt "Financement du Vieillissement1 Passé, présent et avenir du préfinancement du coût budgétaire du vieillissement R. SAVAGE Colloque IBFP Juin 2009."

Présentations similaires


Annonces Google