La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Utilisation des données par les décideurs et promotion des données Expérience de la Commission de lUEMOA.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Utilisation des données par les décideurs et promotion des données Expérience de la Commission de lUEMOA."— Transcription de la présentation:

1 Utilisation des données par les décideurs et promotion des données Expérience de la Commission de lUEMOA

2 UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE Togo Bénin Burkina Faso Sénégal Mali Guinée Bissau Côte dIvoire Niger

3 SOMMAIRE 1. Rappel succinct des objectifs de lUEMOA; 2. Harmonisation des données issues des comptes nationaux; 3. Utilisation des données pour lexercice de la surveillance multilatérale(SM); 4. Programme statistique pluriannuel ; 5. Perspectives.

4 1-Objectifs de la Commision Les objectifs du Traité sont : 1. L'institution d'une surveillance multilatérale des politiques macro-économiques des États membres ; 2. La création dun marché commun ; 3. Lharmonisation du cadre légal et réglementaire de lactivité économique ; 4. Lélaboration des politiques sectorielles communes.

5 Cas spécifique de la SM Activités statistiques : Priorité sur les comptes nationaux et les indicateurs macro-économiques, avec le programme PARSTAT,PARI II) appuyés par lUnion Européenne (UE); Mise en œuvre du Pacte de Convergence, de Stabilité, de Croissance et de Solidarité( en 2000) et adoption de critères de convergence et de mécanisme de sanctions; Lessentiel des critères de convergence est constitué de ratios avec le PIB au dénominateur (4 des 8 critères): Solde budgétaire de base sur PIB nominal, Encours de la dette publique totale rapporté au PIB nominal, Pression fiscale ( Recettes fiscales /PIB) et Déficit extérieurs courant /PIB.

6 2-Harmonisation des données issues des comptes nationaux Les données issues des comptes nationaux nétaient pas comparables pour au moins quatre raisons : les données de base sont de qualité inégale et obtenues selon des processus différents ; Une différence dans la méthodologie délaboration des comptes nationaux les champs couverts par les comptes sont variables; les outils utilisés, notamment pour les comptes prévisionnels, sont différents

7 2-Harmonisation des données issues des comptes nationaux (suite) Travaux avec PARSTAT pour une harmonisation des champs et des méthodes délaboration des comptes ; Règlement n° 11/2002/CM/UEMOA portant adoption des modalités de calcul du Produit Intérieur Brut (PIB) dans les Etats membres de lUEMOA. Mise en exécution dun programme à MT de rénovation des comptes nationaux pour le passage au nouveau système de comptabilité nationale, SCN 93 avec ERE TES Poursuite des travaux de rénovation des comptes nationaux dans 7 des 8 pays de lUEMOA : Bénin, Burkina Faso, Côte dIvoire, Mali, Niger, Sénégal et Togo.

8 3-Utilisation des données pour lexercice de la surveillance multilatérale Lexercice de la surveillance multilatérale exige des producteurs des données aussi actuelles et exactes que possible. Mais il y a les fréquentes révisions des comptes nationaux. Il ressort que la prise en compte des PIB « plus comparables » a un impact sur le profil des critères de convergence, notamment ceux qui font intervenir le PIB au dénominateur. ( augmentation du niveau du PIB et changement du profil dévolution des critères sur la base des PIB plus comparables : amélioration pour 3 critères : solde budgétaire de base, taux dendettement et solde extérieur courant et détérioration pour la pression fiscale).

9 3-Utilisation des données pour lexercice de la surveillance multilatérale(suite) Pour le « solde budgétaire de base rapporté au PIB nominal » : En 2002, lécart se situe dans une fourchette de 0,0 point à 0,6 point selon les Etats; Pour le taux dendettement, lécart a varié entre 1,6 point à 39,8 points; Pour le taux de pression fiscale, cest une fourchette comprise entre -1.4 point et -0.2 point; Pour le déficit extérieur courant hors dons rapporté au PIB nominal, lécart est de de 0,1 point à 2,5 points.

10 4- Programme statistique pluriannuel Pour aller au delà des besoins de la surveillance multilatérale, la Commission de l'UEMOA s'est dotée d'un programme statistique régional pluriannuel. Les chantiers de ce programme se concentrent sur : – la consolidation des acquis de PARSTAT; – le suivi du DSRP régional; – lélaboration des statistiques sur les secteurs économiques et sociaux (Agriculture, Industrie, Santé, etc) ; – Et le renforcement institutionnel. (soutien à la formation régionale de statisticiens, intégration des bases de données, diffusion des données.

11 5-Les perspectives 1. la poursuite de la mise en œuvre du Programme statistique pluriannuel; 2. l'amélioration de la gestion de la base de données pour rendre le dispositif actuel de surveillance multilatérale plus performant; 3. le renforcement institutionnel des maillons essentiels des systèmes statistiques nationaux des Etats membres de lUEMOA, des Comités Nationaux de Politiques Economiques (CNPE), des Instituts Nationaux de statistique et des Directions de Prévision dans les Etats membres.

12 5-Les perspectives (suite) 5. le suivi et lévaluation du programme économique régional (PER). Par Décision du Conseil des Ministres, lUEMOA sest engagée sur ce programme qui sarticule autour de quatre axes principaux : réhabilitation et modernisation des infrastructures, amélioration de la compétitivité des industries, réduction de la pauvreté et promotion du développement humain, promotion de centres dexcellence dans les domaines de la formation supérieure et de soins hospitaliers de haut niveau. 6. Suivi et évaluation du DSRP régional : adopté par les Chefs dEtats ( 35 indicateurs ont été adoptés )

13 FIN Je vous remercie de votre attention


Télécharger ppt "Utilisation des données par les décideurs et promotion des données Expérience de la Commission de lUEMOA."

Présentations similaires


Annonces Google