La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Introduction au Mémoire de Fin d’Etudes Recherche et EBM La recherche en SSP Pascal SEMAILLE Michel ROLAND DMG/CUMG ULB.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Introduction au Mémoire de Fin d’Etudes Recherche et EBM La recherche en SSP Pascal SEMAILLE Michel ROLAND DMG/CUMG ULB."— Transcription de la présentation:

1 Introduction au Mémoire de Fin d’Etudes Recherche et EBM La recherche en SSP Pascal S LE Michel ROLAND DMG/CUMG ULB

2  Introduction au Mémoire de Fin d’Etude (nommé également « TFE »)  A la recherche d’informations pertinentes médicales  La recherche en soins de santé primaire ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

3 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

4 concernent à la fois les étudiants inscrits en filière S qu’en filière G ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

5 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

6  La substance du mémoire consiste en un travail de recherche clinique ou fondamentale ou une étude clinique ou épidémiologique; il est personnel et original.  En cas de sujets cliniques, il s'agira, soit:  d'une revue rétrospective de dossiers (hospitaliers ou de médecine générale)  d’un travail de recherche (prospectif ou rétrospectif) en soins primaires  d'une étude prospective en milieu hospitalier;  de l'exposé d'un cas clinique isolé, nécessairement original et accompagné d'une revue personnelle et originale de la littérature. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

7  La substance du mémoire consiste en un travail de recherche clinique ou fondamentale ou une étude clinique ou épidémiologique; il est personnel et original.  En cas de sujets cliniques, il s'agira, soit:  d'une revue rétrospective de dossiers (hospitaliers ou de médecine générale)  d’un travail de recherche (prospectif ou rétrospectif) en soins primaires  d'une étude prospective en milieu hospitalier;  de l'exposé d'un cas clinique isolé, nécessairement original et accompagné d'une revue personnelle et originale de la littérature. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

8 Recherche quantitativeRecherche qualitative DureMolle Sciences exactesSciences humaines ESB 10/01/14 P.S le-M.Roland

9  Elle donne un aperçu du comportement et des perceptions des gens et permet d'étudier leurs opinions sur un sujet particulier, de façon plus approfondie que dans un sondage.  Elle génère des idées et des hypothèses pouvant contribuer à comprendre comment une question est perçue par la population cible et permet de définir ou cerner les options liées à cette question.  La recherche qualitative se caractérise par une approche qui vise à décrire et à analyser la culture et le comportement des humains et de leurs groupes du point de vue de ceux qui sont étudiés. Par conséquent, elle insiste sur la connaissance complète ou « holistique » du contexte social dans lequel est réalisée la recherche. La vie sociale est vue comme une série d’événements liés entre eux, devant être entièrement décrits, afin de refléter la réalité de la vie de tous les jours. La recherche qualitative repose sur une stratégie de recherche souple et interactive. Crabtree, B.F. et Miller, W.L., eds (1992). Doing qualitative Research. Newbury Park, CA: Sage ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

10  Les discussions en groupe et les entrevues individuelles en profondeur représentent les techniques qualitatives les plus fréquentes.  La recherche qualitative est fondée sur des entrevues semi-structurées ou même non structurées dans le cadre desquelles le modérateur ou l'intervieweur travaille avec un guide de discussion ou un guide d'entrevue élaboré selon le sujet et la cible de l’étude.  Comparativement aux techniques d’investigation sur la base de sondage, la recherche qualitative n'a pas recours à un questionnaire fermé. Le chercheur dispose d'une certaine latitude pour adapter le guide de discussion ou le guide d'entrevue selon les réponses et les expériences individuelles des participants. Le chercheur peut ainsi éliminer des secteurs de questions qui ne génèrent pas beaucoup d'informations utiles et ajouter ceux qui sont plus prometteurs. Crabtree, B.F. et Miller, W.L., eds (1992). Doing qualitative Research. Newbury Park, CA: Sage ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

11  Les méthodes de collecte de données les plus couramment utilisées en recherche qualitative présentent des avantages et limites spécifiques. Ces méthodes sont :  ‪ Les entretiens non structurés ‬ ;  ‪ Les entretiens semi-structurés et structurés ‬ ;  ‪ Les entretiens de groupe ‬ ;  ‪ … ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

12  Les questions se présentent dans le contexte immédiat et sont posées naturellement ; il n’y a pas de définition au préalable des questions ou de la formulation des questions.  les questions correspondent aux individus et aux circonstances et permettent d’explorer des nouveaux thèmes. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

13  Les thèmes couverts sont spécifiés à l’avance mais l’investigateur décide de la séquence et de la formulation des questions pendant l’entretien qui reste du style conversation. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

14  La formulation et la séquence exacte des questions sont déterminées à l’avance. Les questions sont formulées de sorte que les réponses soient entièrement ouvertes.  Permettent de mieux comparer les réponses ; données complètes pour chaque participant; facilitent l’organisation et l’analyse des données. Appropriés lorsque le thème de l’étude est relativement bien connu  Mais peu de souplesse pour mettre en relation l’entretien avec les individus et les circonstances ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

15  Techniques d’entretien de groupe semi-structuré qui repose sur la discussion entre participants.  Peuvent fournir rapidement une grande quantité d’informations. Méthodes utiles pour identifier et explorer les croyances, les attitudes et les comportements et pour identifier des questions pertinentes pour des entretiens individuels.  Mais n’apporte pas d’informations sur la fréquence ou la distribution des croyances ou des comportements.  Les participants peuvent s’influencer mutuellement et, par conséquent il faut faire attention en analysant les résultats. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

16  Technique d’entretien plus formelle qui tend à utiliser des groupes naturels préexistants.  Permettent de créer le rapport, d’identifier et d’explorer les problèmes et priorités communautaires, de sensibiliser aux problèmes locaux, de faire participer les gens à l’identification des solutions possibles. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

17  Questionnaires à destination des MG: biais de sélection+++  Questionnaires à destination des patients  Focus-group: ++  Interview semi-structurée: ++ ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

18  tous les travaux de fin d’étude impliquant des patients ou des volontaires sains doivent être soumis pour avis au Comité d’éthique hospitalo-facultaire- ULB-Erasme (CE ULB-Erasme) ou à un autre Comité d’éthique ayant compétence complète  Même les études rétrospectives (étude des dossiers médicaux a posteriori, sans contact direct avec les patients) doivent être soumises pour avis au Comité.  Pour le CE ULB-Erasme, le protocole d’étude et ses annexes doivent être adressés au secrétariat du Comité (Mr Georges Niset) l’étude ne pouvant débuter qu’après obtention de l’accord du Comité. Ce dernier se réunit 2 fois par mois, et le délai de réponse est en moyenne de 12 jours.  ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

19  Afin de couvrir ces travaux en responsabilité, l’Université et l’hôpital Erasme ont souscrit un contrat d’assurance avec prime forfaitaire qui n’est pas répercutée auprès des différentes facultés ou services. Il n’est donc pas nécessaire de faire de démarche spécifique en la matière (déclaration etc...), la soumission du travail pour avis au Comité étant suffisante. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

20  L’étudiant choisit son promoteur et son co-promoteur éventuel parmi:  a. Les membres de la faculté de médecine ou de l’Ecole de Santé publique titulaires d'une charge d'enseignement  b. les agrégés et docteurs en sciences médicales, quels que soient leurs titres ou leur fonction (en ce y compris les médecins hospitaliers du réseau de l’ULB).  c. les médecins des hôpitaux et/ou services universitaires, détenteurs d’un mandat définitif (professeur associé, professeur, directeur de clinique, directeur de service, chef de clinique adjoint, chef de clinique, chef de service) ayant été crédités d’un avis académique favorable lors du processus de nomination.  d. les chercheurs de la faculté titulaires d’un mandat à durée indéterminée  e. un médecin généraliste agrégé, docteur ou titulaire d'une charge d'enseignement.  La liste de promoteurs est consultable à l’adresse suivante : ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

21  Le promoteur est choisi par l’étudiant - sur son site personnel - dans une liste reprenant les noms de tous les promoteurs potentiels. Il est bien entendu que l’étudiant a obtenu au préalable l’accord de principe du promoteur pressenti après une entrevue où d’un commun accord, les grandes lignes du projet auront été déterminées.  Une procédure informatique a été développée afin de s’assurer officiellement de l’accord définitif du promoteur. Dès que l’étudiant aura validé sur son site personnel le formulaire reprenant en particulier le titre du mémoire et le nom du promoteur, un sera automatiquement envoyé au promoteur de façon à l’en informer. L’ contiendra un lien vers le site du promoteur lui permettant de confirmer son acceptation qui, en retour, sera automatiquement inscrite sur le site de l’étudiant concerné.  Le promoteur fait partie ex officio du jury avec voix délibérative. Au cas où il est remplacé par le co-promoteur lors de la défense du mémoire, ce dernier remplira le rôle de promoteur et aura donc une voix délibérative. il ne pourra pas faire partie des jurys des OAG des étudiants pour lesquels il est le promoteur. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

22  Le travail de l'étudiant étant personnel, les missions du promoteur sont:  de conseiller l'étudiant dans le choix du sujet du mémoire;  d'indiquer à l'étudiant les règles de présentation écrite et orale du travail;  de guider l'étudiant dans la phase de rédaction.  Afin de ne pas léser certains étudiants quant à la qualité de la forme, le promoteur aide l'étudiant à trouver les moyens logistiques permettant une présentation dactylographiée et la réalisation des supports médiatiques (présentation informatisée type « PowerpointPC/Mac » ou « Keynote Mac ») nécessaires. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

23  L’étudiant a la possibilité de mentionner un co- promoteur. L’acceptation du co- promoteur suit les mêmes procédures que celles décrites pour le promoteur. En plus, le promoteur doit également marquer son accord quant au choix du co- promoteur.  Le co-promoteur peut remplacer le promoteur lors de la défense du mémoire. Les conditions requises pour être co-promoteur sont semblables à celles du promoteur. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

24  La forme et le volume du travail écrit sont ceux d'une publication reprenant les rubriques suivantes: Résumé, Introduction, Méthodes, Résultats, Discussion, Références.  Le mémoire comporte au maximum 20 pages dactylographiées de format A4: caractère 12 points, interligne 1,5 ou 2, marge de 2 à 2,5 cm, correspondant à maximum mots ou caractères espaces compris (hors table des matières, résumé, tables, figures et références). ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

25  Page de couverture : le nom et prénom de l’étudiant figurent dans le coin supérieur droit + les mentions de l’année académique, de la faculté de médecine, de l’université libre de Bruxelles.  La première page correspond à la table des matières  La 2e page à la liste alphabétique des abréviations utilisées dans le travail  La 3° page: Abstract: un résumé de 300 mots maximum (2000 caractères espaces compris) reprend obligatoirement les rubriques suivantes: Introduction (se termine par une phrase explicitant les objectifs du travail ), Méthodes, Résultats et Conclusions. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

26  Les figures et tableaux sont à disposer dans le texte ou au dos des pages de manière à faciliter la lecture du mémoire.  Les annexes nécessaires éventuelles peuvent compléter le travail sans intervenir dans le décompte ci-dessus. Elles feront l’objet d’un complément annexé dans un document séparé.  Les références peuvent être dactylographiées en caractères 10 points et interligne simple.  Les références, numérotées par ordre d'apparition dans le texte, et reprises dans le texte par leur numéro, ne dépassent pas 30. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

27  Minimum 6-7 exemplaires imprimés (1 pour chaque membre du jury + 1 pour le secrétariat facultaire) + une épreuve électronique format.doc et/ou pdf au plus tard le 21 mai 2014 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

28  la défense des mémoires sera organisée sur le campus Erasme le mardi 3 juin 2014  (6 mai 14: finalisation de la composition des jurys et horaire)  La présentation orale du mémoire est limitée à 20 minutes; l'exposé est calqué sur une présentation scientifique sans interruption de l'orateur. L'étudiant est ensuite interrogé pendant minutes sur le sujet du mémoire. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

29  La note globale est basée sur la moyenne des évaluations des membres du jury et établie sur 50 pts et ramenée sur 20 pts au 10e près.  Le mémoire compte pour 20 points sur les 100 dans la grille de délibération. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

30  Stage P7 à mi-temps du 28 avril au 25 mai  Pas de stage du 26 mai au 12juin  Reprise du stage à plein-temps du 13 juin au 21 juin 2014 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

31 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

32 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

33 Enquête de l’INAMI 2007 Échantillon aléatoire de 1707 MG:  Critères inclusion:  Code de qualification 003 ou 004 en 2007  Médecins plus jeunes ou = à 60 ans en 2007  Au moins 250 patients attribués ou au moins 1250 contacts (sur base des prestations en 2005)  taux de réponse : 49,3% (842) ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

34 Enquête de l’INAMI 2007 Échantillon aléatoire de 1707 MG:  Ordinateur fixe: 78 % portable: 49.5% (ordinateur portable ET ordinateur fixe 36,9%)  8,4% n’ont pas d’ordinateur dans leur pratique  Connexion internet: 81.6% ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

35 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

36 Articles Textbooks Conférences Industrie pharmac. TV Internet Journaux ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

37 Médecine de famille Santé communautaire BiomédecinePsychodynamique EpidémiologieAnthropologie objectif/pragmatiquesubjectif/symbolique collectif individuel ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

38 Connaissance commune de base Connaissance médecin généraliste Connaissance médecin spécialiste ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

39  La lecture n’est qu’un des moyens (passifs) de formation continue parmi d’autres.  2 millions d’articles par an (>30% de redites).  20 revues gratuites.  Nécessité de sélection rapide et critique.  JETER JETER et encore JETER pour ne garder et lire que ce qui est valide et applicable.  Lire vite, bien et utile = « lecture critique ».  Temps moyen de formation continue: 2h/semaine. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

40  Notes personnelles.  Information orale:  Discussions avec collègues généralistes ou spécialistes,  Délégation pharmaceutique,  Formation médicale continue, réunions scientifiques, dodécagroupes,  GLEMs.  Information audio-visuelle:  Medivision,  Medisound,  Radio,  TV. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

41  Journaux (et autres media) grand public.  Livres de référence (Textbooks, papier et CD ROM):  Médecine interne: Harrison, Cecil, Washington, Merck manual.  Médecine de famille: Médecine Générale, concepts et pratiques (éd. Masson).  Diagnostic et traitement: Current Medical Diagnosis and Treatment (Lange).  Prévention: Guide Canadien de Médecine Préventive.  Méthodologie et traitement de l’information: L’Information médicale, une jungle à défricher.  Systèmes d’information: Approches taxinomiques, CISP-2.  Publications électroniques:  EBM guidelines.  Up-To-Date.  Différents textbooks.  CEBAM. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

42  Journaux gratuits:  Le Généraliste.  Le Journal du Médecin.  Compendium.  Revues médicales gratuites:  Etat: Folia Pharmaceutica.  Organismes assureurs: Folia Diagnostica.  Groupes financiers: Patient Care, Tempo Medical.  Revues universitaires payantes:  Revue Médicale de Bruxelles (ULB).  Revue Médicale de Liège (ULg).  Louvain Médical (UCL). ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

43  Revues de sociétés scientifiques:  Huisarts Nu (WVVH).  Revue de la Médecine Générale (SSMG).  Minerva  Revues/périodiques scientifiques payants:  British Medical Journal.  New England Journal of Medicine.  The Lancet.  JAMA.  Annals of Internal Medicine  Prescrire.  European Journal of General Practice.  Family Practice.  Family Medicine.  Canadian Family Physician.  La Revue du Praticien.  Médecine et Hygiène. « the big five » ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

44  Revues et publications diverses:  Education à la Santé: Education Santé.  Santé Publique: Archives of Public Health, European Journal of Public Health.  Santé Communautaire: Santé et Communauté, Santé Conjuguée.  Internet: divers sites scientifiques. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

45  Littérature primaire: somme des articles de recherche, de revue, etc.  Littérature secondaire: organisation de la littérature primaire, rassemblement et indexation d’articles (Medline, Current Contents, Embase etc).  Littérature tertiaire: analyse critique des publications d’une discipline déterminée (Cochrane Library, Clinical Evidence, Minerva, etc).  Littérature quaternaire: guidelines, recommandations de bonne pratique (RBP). ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

46 Les sources du savoir médical ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

47 1° source: les guidelines / RBP Les guidelines (ou recommandation de bonne pratique) sont proposés comme des véhicules pour accélérer le transfert des connaissances dans les pratiques et comme des solutions au problèmes des variations de pratiques cliniques imputables en partie à un retard dans l ’adoption des nouvelles connaissances. La motivation de ces guidelines est d ’améliorer la qualité des soins (mais aussi de « contenir » l ’escalade des coûts de la santé) Littérature quaternaire: guidelines, recommandations de bonne pratique (RBP). ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

48 Les recommandations de bonne pratique sont des recommandations basées sur les meilleures preuves disponibles à un moment donné. Les auteurs rédigent comité scientifique: amendement, critique avis d ’experts externes: amendement validation: présentation, test « sur le terrain » remarques formulées recommandation reformulée mise à jour régulière Les guidelines / RBP ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

49  Les guidelines sont considérés comme les « véhicules » de l’EMB  Mais qu’est que l’EBM ? EBM= médecine factuelle, médecine basée sur les preuves (définition francaise) médecine fondée sur les données probantes (définition canadienne) ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

50 La notion de preuve 2 dimensions: 1°) la nature des données qui s ’inscrit à l ’intérieur du cycle des connaissances: observation d ’un phénomène sur le modèle expérimental à sa confirmation dans le cadre de larges études cliniques. 2°) La suffisance des données une seule étude bien faite? plusieurs études de moins bonne qualité? ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

51 La notion de preuve La démarche qui mène de l ’analyse de l information à la connaissance réelle des phénomènes est donc un processus complexe mettant en jeu à la fois une expertise, un jugement ainsi que des valeurs individuelles et collectives sur ce que sont des données scientifiques suffisantes. Informations données scientifiques Connaissances, guidelines Expertise jugement valeurs individuelles valeurs collectives ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

52  Méta-analyses.  Revues systématiques.  RCT.  Etudes de cohortes (prospectives).  Etudes cas-témoins (rétrospectives).  Autres études (situationnelles etc).  Avis et comités d’experts.  Expérience clinique personnelle. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

53 1. Une ou plusieurs méta-analyses de qualité suffisante ou plusieurs RCTs de qualité suffisante. 2. Une RCT de qualité suffisante 3.A. Consensus international validé (de méthodologie correcte) et applicable à la situation belge ou études non RCTs validées. 3.B. Résultats contradictoires et pas de consensus validé Niveau de preuve utilisé pour les guidelines belges ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

54 Pour l ’Evidence Based Medecine (EBM) Guidelines Level of evidence A (or strong research-based evidence) Several relevant, high- quality scientific studies have been completed on the topic, and the results are convergent Level of evidence B (or moderate research-based evidence) At least one relevant, high-quality scientific study or several adequate studies have been completed on the topic Level of evidence C (or limited research-based evidence) At least one adequate scientific study has been completed on the topic Level of evidence D (or no scientific evidence) expert panel evaluation of other information that does not fulfill the criteria of scientific evidence EBM guidelines ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

55  Etre une source neutre et fiable nous aidant à valider une décision.  Cette décision, si elle correspond à un choix possible pour nous, doit encore être en accord avec le patient et avec le contexte socio – culturel où nous évoluons ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

56 L ’EBM est donc l ’utilisation systématique, judicieuse et explicite des données actuelles de la science dans les décisions visant les soins aux malades. Cependant tout n’est pas quantifiable et l ’EBM « ignore » les aspects essentiels de la médecine: la relation médecin- malade. Les faits sont établis dans des essais cliniques et les conditions d ’études sont différents de la « routine clinique ». Le patient sélectionné est bien souvent différent de la population tout venant et il est souvent difficile d ’extrapoler les résultats d ’essais cliniques. L ’EBM et la pratique clinique ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

57 LE CONTEXTE LE MEDECIN PREUVES DE LA LITTERATURE EXPERTISE CLINIQUE LES DECISIONS CLINIQUES BASEES SUR L’EVIDENCE-BASED MEDICINE PATIENT ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

58 L ’EBM et la pratique clinique L ’EBM peut donc être un véhicule utile pour fournir aux cliniciens les connaissances nécessaires à l ’interprétation des situations cliniques particulières. Ils contribuent à réduire les variations attribuables à la gestion de l ’incertitude clinique. La médecine factuelle ne dira jamais au clinicien quelles sont les questions les plus importantes auxquelles il faut répondre (c ’est toujours et seulement à lui de les trouver et de les formuler) mais l ’aidera à trouver les réponses les plus valables à ses préoccupations, réponses qu ’il devra alors transcrire dans sa pratique clinique pour le plus grand profit de ses patients. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

59 Les guidelines / RBP Site de Farmaka Site de la Société Scientifique de Médecine Générale INAMI Guidelines Canadian Medical association National Guideline Clearinghouse US ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

60 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

61 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

62 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

63 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

64 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

65 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

66 Moteur de recherche de guidelines Université de Rouen USA San Fransisco Sumsearch trip-database Les guidelines / RBP ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

67 Littérature tertiaire: analyse critique des publications d’une discipline déterminée (Cochrane Library, Clinical Evidence, Minerva, up-to-date,etc). ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

68 Cochrane librairy abonnement (internet) 365 $ Evidence Based medecine (UK) ( BMJ publishingGroup) Minerva: gratuit (accès internet, revue papier) Up to date: accès gratuit sur les sites ULB ( 499$) Centre d’Expertise KCE ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

69 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

70 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

71 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

72 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

73 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

74 Littérature secondaire: organisation de la littérature primaire, rassemblement et indexation d’articles (Medline, Current Contents, Embase etc). National Library Of Medecine accès à pubmed, medlineplus DARE Database of Abstracts of Reviews of Effects ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

75 opérateurs booléens opérateur logique permettant d’associer des notions entre elles et d’élaborer une stratégie de recherche à partir d’ensemble de mots clés. Ils doivent toujours être indiqué en majuscule et en anglais. AND correspond à « et » : par exemple vous rechercher les traitements du diabète chez l’enfant vous taperez : enfant AND diabète AND thérapeutique. On peut également utiliser « & » pour AND ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

76 opérateurs booléens OR correspond à « ou » : permet de rechercher des références où l’un et l’autre des mots exprimant un même concept apparaissent. il permet d'élargir la recherche ou augmenter le nombre de résultats. Exemple : diabète OR régime diabétiqueOn peut également utiliser « + » pour OU NOT correspond à « sauf »permet d’exclure un ensemble de références du sujet recherché. Exemple : enfant NOT adolescent. On peut également utiliser « - » ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

77 opérateurs booléens L'astérisque « * » est le symbole le plus couramment utilisé pour remplacer des lettres manquantes. Rem: la plupart des moteur de recherche utilise par défaut l'opérateur ET lorsque plusieurs mots sont saisis dans un champ de recherche. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

78 PICO reformulation de la question clinique permet principalement au médecin de clarifier sa pensée et de trouver plus rapidement l’information adéquate Patient, Intervention, Comparison, Outcome ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

79 PICO les patients de plus de 65 ans, traités pour arthrose, présentent-il moins de risques de récidiver un ulcère gastrique sous cox-2 que sous AINS P : arthrose de la hanche, femme de plus de 65 ans, antécédents d'ulcère gastrique I : coxibs C : AINS classiques O : effets secondaires gastro-intestinaux graves (perforation, ulcère, hémorragie) osteoarthritis, hip AND cyclooxygenase inhibitors AND anti- inflammatory agents, non steroidal AND adverse effects ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

80 PICO Il existe une interface “PICO” pour PubMed en version multilingue : p p ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

81 Comment retrouver les termes de recherche médicaux adéquat pour effectuer une recherche via internet ? Les recherches s’effectuent à l’aide d’un mot-clé, de texte libre, d’un titre ou d’un nom d’auteur. De nombreuses bases de données indexent les articles à l’aide de mots-clés spécifiques ou termes MeSH («Medical Subject Headings»). Ces termes forment un système hiérarchique organisé (arborescence ou thésaurus) de quelque termes MeSH bilingue français-anglais : ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

82 Retour Recherche etour Recherche ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

83 4° source: les revues médicales Littérature primaire: somme des articles de recherche, de revue, etc. British Médical Journal (BMJ) : New England Journal of Medecine: Accès aux articles gratuitement 6 mois après publication Journal of American Medical Association JAMA Lancet Prescrire : Annals of Internal Medicine ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

84  Pertinence du périodique:  Intérêt pour la médecine générale.  Intérêt individuel.  Politique éditoriale (critères de Vancouver):  Rigueur et sérieux scientifique,  Comité de rédaction,  Comité de lecture scientifique (révision par les pairs),  Exigences de forme,  Pas de biais de publication, critique des mauvais articles. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

85  Indexation dans une banque de données reconnue (littérature secondaire ou tertiaire).  Indépendance vis-à-vis du secteur marchand.  Variété des articles proposés:  Editorial,  Articles de recherche,  Articles de revue,  Méta-analyses,  Cas cliniques (case reports),  Guidelines,  Courrier des lecteurs. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

86 Revue Titre Auteur Résumé Contexte JETER LIRE (et CONSERVER) ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

87  Classification selon le temps :  Les études transversales.  Les études longitudinales.  Classification selon la nature:  Les études qualitatives.  Les études quantitatives.  Classification selon les objectifs:  Les études descriptives (observationnelles):  Transversales.  Ecologiques.  Les études analytiques:  Rétrospectives, cas-témoins.  Prospectives, de cohortes.  Les études d’intervention. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

88 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

89 Mais…cela coûte cher… Librairie virtuelle 100 € (gratuit en 4° master et pour les MGFP) ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

90 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

91 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

92 Mais…cela coûte cher… Le département de médecine générale DMG ULB dispose d’abonnements: La revue Prescrire (étudiant 160€, jeunes médecins 220€, autres 290€) Kaïros Hospitals.be La revue du praticien Patient care Food in action Le journal du médecin ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

93 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

94 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

95 1. Dispensateur de soins 2. Fonction de communication 3. Fonction de synthèse 4. Acteur central dans un réseau de soins 5. Acteur de santé communautaire 6. Continuité des soins, gardes, urgences 7. Gestionnaire de son entreprise La fonction du médecin généraliste pour le troisième millénaire (FAG 2002) ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

96 Et la recherche dans tout cela? ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

97 Pendant sa pratique quotidienne, le médecin généraliste se pose des questions, beaucoup de questions … ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

98 qui ont déjà une réponse:  quel est le 1er choix médicamenteux pour cet hypertendu de 73 ans?  dois-je donner des antibiotiques pour une otite chez un bébé de 3 mois? Domaine des guidelines, de l’EBM, de l’assurance de qualité ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

99 Le cycle de l’assurance de qualité Identifier les problèmes Choisir un autre problème Choisir indicateurs et critères Réévaluer Définir et implanter un changement (ACTION) Décider des priorités et choisir un problème Etat de la question Définir standards ESB 10/01/14

100 qui n’ont pas encore de réponse:  dois-je dépister le cancer du côlon chez cet homme de 62 ans sans aucun facteur de risque?  le port d’un lombostat pourrait-il aider ce lombalgique aigu non sciatalgique et non amélioré depuis 6 semaines par la prise en charge classique? Domaine de la recherche ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

101 La recherche peut être définie comme une action consciente visant à acquérir une connaissance plus profonde ou à maîtriser de nouveaux éléments concernant des sujets scientifiques ou techniques ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

102  Clinique et/ou recherche.  Induction et/ou déduction.  Recherche fondamentale et/ou appliquée.  Recherche quantitative et/ou qualitative.  Recherche traditionnelle, et/ou opérationnelle, et/ou recherche action. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

103 Par comparaison à la clinique:  Réfutation d’hypothèses  Nombre limité d’hypothèses (1-2).  Facteur temps moins important. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

104  Clinique et/ou recherche.  Induction et/ou déduction.  Recherche fondamentale et/ou appliquée.  Recherche quantitative et/ou qualitative.  Recherche traditionnelle, et/ou opérationnelle, et/ou recherche action. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

105 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

106  Clinique et/ou recherche.  Induction et/ou déduction.  Recherche fondamentale et/ou appliquée.  Recherche quantitative et/ou qualitative.  Recherche traditionnelle, et/ou opérationnelle, et/ou recherche action. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

107  La recherche fondamentale (ou recherche de base) étudie les phénomènes scientifiques naturels et physiques sans relation directe avec les soins au patient  La recherche appliquée (ou recherche clinique) a toujours à des degrés divers l'individu comme objet/sujet focal d'étude. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

108  Clinique et/ou recherche.  Induction et/ou déduction.  Recherche fondamentale et/ou appliquée.  Recherche quantitative et/ou qualitative.  Recherche traditionnelle, et/ou opérationnelle, et/ou recherche action. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

109 Recherche quantitativeRecherche qualitative DureMolle Sciences exactesSciences humaines ESB 10/01/14 P.S le-M.Roland

110  Clinique et/ou recherche.  Induction et/ou déduction.  Recherche fondamentale et/ou appliquée.  Recherche quantitative et/ou qualitative.  Recherche traditionnelle, et/ou opérationnelle, et/ou recherche action. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

111 RECHERCHE TRADITIONN ELLE OBJECTIF DIRECT connaissance RESULTATS universels SOUS-PRODUITS TYPE DE PROBLEMES techniques et/ou sociaux APPROCHE généralement focalisée HYPOTHESES généralement statiques POSITION DES ACTEURS externe au processus POSITION DES CHERCHEURS neutre ZONE DE RECHERCHE DUREE variable ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

112 RECHERCHE TRADITIONN ELLE RECHERCHE OPERATIONNELLE OBJECTIF DIRECT connaissancedécision optimale RESULTATS universelssituationnels SOUS-PRODUITS modèle mathématique universel TYPE DE PROBLEMES techniques et/ou sociaux dimension technique prépondérante APPROCHE généralement focalisée systémique HYPOTHESES généralement statiques dynamiques POSITION DES ACTEURS externe au processus POSITION DES CHERCHEURS neutre ZONE DE RECHERCHE représentative DUREE variable ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

113 RECHERCHE TRADITIONN ELLE RECHERCHE OPERATIONNELLE RECHERCHE-ACTION OBJECTIF DIRECT connaissancedécision optimale RESULTATS universelssituationnels SOUS-PRODUITS modèle mathématique universel modèle comportemental universel TYPE DE PROBLEMES techniques et/ou sociaux dimension technique prépondérante dimension sociale et comportementale prépondérante APPROCHE généralement focalisée systémique HYPOTHESES généralement statiques dynamiques POSITION DES ACTEURS externe au processus certains participent au processus POSITION DES CHERCHEURS neutre engagée ZONE DE RECHERCHE représentativefavorable DUREE variable long terme externe au processus ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

114 1. Introduire localement des changements en vue de résoudre un problème ou améliorer une situation donnée dans un contexte particulier. 2. Produire un « savoir stratégique » :  quels sont les effets vraisemblables de différentes stratégies ?  quelles sont les conditions (de contexte et de processus) qui influencent les effets d ’une stratégie donnée ? ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

115 Analyse du problème Inventaire de solutions alternatives DécisionMise en oeuvre Evaluation ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

116  D’ici…  Départements de Médecine Générale. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

117  Équipe :  Pascal S le: coordinateur général  Équipe: Nadine KacelenenbogenMichel Dejonghe Jean-Michel thomasAnne-Marie Offermans Marco Schetgen François Felgueroso Pascal S le Benjamin Fauquert Vincent Parmentier Philip Thibaut Naïma Bouali Laurence De May Vinciane Bellefontaine Hélène Blanc …. ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

118  D’ici…  Départements de Médecine Générale.  Société Scientifique de Médecine Générale.  Médecins-vigies.  Et d’ailleurs  Primary Care Research Networks.  EGPRN (European General Practice Research Network). ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

119  Recherches clôturées:  Recherche casuistique  Etude du suivi par le généraliste des enfants de parents séparés  Évaluation de la couverture vaccinale des MG  Inégalités en matière de santé : réalisation d’un plaidoyer argumenté pour encourager une meilleure prise en compte des inégalités socio-économiques de santé dans l’agenda politique belge et proposer des pistes d’intervention. Collaborations : UGent, Fondation Roi Baudouin.  Devenir et pratiques professionnelles des médecins généralistes en Belgique : évaluation et analyse de l’insertion des médecins généralistes sur le marché du travail et leur profil de carrière surtout à leur point de départ professionnel  … ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

120  Recherches en cours:  VIF violences familiales: élaboration et dissémination de recommandations de bonne pratique, formation des professionnels sur le sujet des violences conjugales, des violences envers les enfants et les personnes âgées. Collaborations DMG ULB, DMG VUB, Département Sociologie de la santé ULB, SPF Santé Publique.  élaboration d’un module complet type e-learning sur l’apprentissage aux médecins généralistes du recueil des données clinique pendant leur pratique dans leur dossier médical électronique (DMI). Collaboration : CNPQ, SSMG, Domus Medica, UGent  état de la question de l’organisation des soins pour les patients souffrant de maladies chroniques en Belgique. Réponse à l’appel d’offre demandant de démontrer la compétence et l’expérience de l’équipe de recherche. Collaborations : KCE, ESP ULB, DMG ULB, Unité Qualité Erasme (en attente). ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

121  Recherches en cours:  projet HURAPRIM sur les soins de santé en Afrique et la migration des professionnels de la santé Africains vers la Belgique. Réalisation d’interviews sous forme d’entretiens semi-structurés. Collaborations : UGent.  « responsabilité sociale des Facultés de Médecine » ; participation au projet de recherche-action visant à identifier et à dépasser les difficultés à mettre en œuvre le « Consensus Mondial sur la responsabilité sociale des Facultés de médecine (OMS 2009) ». Collaborations : 27 universités francophones.  … ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

122  Les champs du possible lors de vos études  Initiation à la recherche en 2° master  TFE de 4° master et du master complémentaire en MG  Participation à des recherches dans le cadre du master complémentaire en MG  Statut sui-généris (Vadémécum) : § 5.6 sur les activités médicales spécifiques (« collaboration à la recherche scientifique concernant la médecine générale ou les soins de santé de première ligne dans des centres universitaires de médecine générale ou dans le cadre d’un projet d’association scientifique de médecins généralistes ») compris dans les heures de formation ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

123 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland

124 ESB 10/01/14P.S le-M.Roland


Télécharger ppt "Introduction au Mémoire de Fin d’Etudes Recherche et EBM La recherche en SSP Pascal SEMAILLE Michel ROLAND DMG/CUMG ULB."

Présentations similaires


Annonces Google