La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Croiser les connaissances entre professionnels et personnes en grandes difficultés sociales: un levier pour une nouvelle approche de la formation CFNPT,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Croiser les connaissances entre professionnels et personnes en grandes difficultés sociales: un levier pour une nouvelle approche de la formation CFNPT,"— Transcription de la présentation:

1 Croiser les connaissances entre professionnels et personnes en grandes difficultés sociales: un levier pour une nouvelle approche de la formation CFNPT, Nancy juin 2007 Dr Bruno de Goër PASS Centre hospitalier. BP CHAMBERY Cedex

2 Professionnels de santé et personnes « pauvres » Quant les médecins savent soigner une pathologie, en cas d’échec, le réflexe est de considérer que la faute en revient au patient (il n’a pas suivi les conseils, les traitements…) Relations soignants/personnes en difficultés parfois conflictuelles: priorités et logiques différentes… Pour mieux comprendre les interactions, les connaissances issues de l’expérience vécue sont indispensables Seuls les plus pauvres, qui ont cette expérience, peuvent la transmettre, si des conditions sont réunies. Il faut donc se former ensemble, en confrontant les connaissances respectives, dans un cadre méthodologique et éthique rigoureux

3 Trois expériences de formation croisée pour des professionnels de Savoie Entre personnes ayant vécu la grande pauvreté et professionnels oeuvrant dans le champ de la santé –3 journées en 2005, 1 un an après (27 juin 2006) –19 professionnels libéraux, hospitaliers et associatifs avec 8 personnes ayant vécu la pauvreté, membres du Mouvement ATD Quart Monde et du Secours Catholique –Animation: PASS, ATD Quart Monde, formation continue du centre hospitalier de Chambéry –Outils: issus du programme Quart-Monde Partenaire

4 Trois expériences pour des professionnels de Savoie (2) Entre professionnels de la diététique et personnes de la rue –1 journée en avril 2006, suivie d’une deuxième de « travaux pratiques » (23 juin 2006) –17 professionnels dont diététiciennes hospitalières et libérales avec 7 personnes en très grande précarité (accompagnement: L’Herminette et Le Pivolet) –Animation: Lasaire scoop –Outils: mis en place spécifique, avec les personnes Entre professionnels et personnes ayant vécu l’exil –2 journées consécutives juin 2006 –22 professionnels dont libéraux, avec 12 personnes ayant connu la migration. accompagnement des migrants: REVIH-STS et Migration Santé Rhône Alpes –Animation: REVIH-STS, PASS –Outils: issus du programme Quart-Monde Partenaire

5 Le croisement des savoirs et des pratiques: pré requis Chacun est considéré comme détenteur de savoirs : le savoir d’expérience est complémentaire et situé au même niveau que le savoir universitaire et le savoir d’action Aucun acteur n’est isolé : les personnes ayant l’expérience de l’exclusion doivent vivre l’association avec d’autres personnes ayant les mêmes conditions de vie et avoir des espaces de réflexion, d’expression et de dialogue Tous se placent dans une position de recherche

6 Les conditions de mise en œuvre d’une formation croisée Présence effective des personnes en situation de pauvreté: une évidence! Créer les conditions d’autonomie des savoirs en vue de leur mise en réciprocité: pas de lien de dépendance avec des professionnels, chaque acteur a un groupe de référence Etablir un espace de confiance et de sécurité: règles de confidentialité, cadre éthique. Une équipe pédagogique est indispensable Outils permettant l’expression de tous. Un outil efficace: les récits d’expériences. Leur analyse croisée à partir d’un angle d’attaque permet à tous les acteurs de se situer à égalité.

7 S’assurer de l’absence de conséquences négatives pour les personnes en situation de précarité Liberté de parole: pas de lien de dépendance avec les professionnels Co-formatrices: elles doivent être reconnues comme telles. Indemnisation (attention aux conséquences administratives!), attestation de formation. Si seuls les professionnels ont à y gagner, sentiment d’injustice et perte de confiance. Les participants doivent en tirer un bénéfice pour eux et leur milieu.

8 Des retours très positifs Des professionnels: changement de représentations. Ils notent mieux comprendre les réactions de personnes en difficultés mais aussi de patients “ tout venant ”, et tentent de s’adapter Des personnes en difficultés: elles en retirent de nouvelles connaissances, une fierté certaine, et une meilleure confiance en elles face aux professionnels dont elles comprennent aussi mieux les limites de leur champ d’action. Pour deux co-formations, demande spontanée des participants d’une journée complémentaire. La troisième a été vécue comme trop courte.

9 Références Le croisement des savoirs. Quand le Quart-Monde et l’Université pensent ensemble. Co-éditions de l’Atelier et Quart-Monde Paris, 1999, 525 p. Le croisement de pratiques. Quand le Quart-Monde et les professionnels se forment ensemble. Editions Quart- monde, 2002, 227 p. Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion Rhône Alpes. Dossier Ressources « Connaître pour agir ensemble ». 190 p. Résonance Santé. Bulletin d’information des réseaux REVIH-STS et santé précarité du bassin Chambérien. 2005, 4 p. Professionnels/publics précaires: le choc de la confrontation. La Santé de l’Homme. INPES, N°382, Mars 2006, P 28-29

10 La charte du croisement des savoirs et des pratiques Publications-.html


Télécharger ppt "Croiser les connaissances entre professionnels et personnes en grandes difficultés sociales: un levier pour une nouvelle approche de la formation CFNPT,"

Présentations similaires


Annonces Google