La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Enquête de pratique déclarée sur l’utilisation de la L-Asparaginase dans les leucémies aiguës de l’enfant Dr. Véronique Le Cam-Duchez Dr Jeanne-Yvonne.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Enquête de pratique déclarée sur l’utilisation de la L-Asparaginase dans les leucémies aiguës de l’enfant Dr. Véronique Le Cam-Duchez Dr Jeanne-Yvonne."— Transcription de la présentation:

1 Enquête de pratique déclarée sur l’utilisation de la L-Asparaginase dans les leucémies aiguës de l’enfant Dr. Véronique Le Cam-Duchez Dr Jeanne-Yvonne Borg Dr. Brigitte Pautard SHIP Commission thrombose et hémostase pédiatrique

2 Effets de la L-asparaginase sur l’hémostase Diminution de la synthèse hépatique des protéines L asparagine dépendantes : Diminution de la synthèse hépatique des protéines L asparagine dépendantes : –Hypofibrinogénémie, –Diminution de l'antithrombine –Diminution de l'antithrombine –Hypo albuminémie.

3 L-asparaginase et risque thrombotique chez les patients atteints de LAL 2 métaanalyses 2 métaanalyses –1 chez l’enfant : Caruso, Blood 2006  17 études prospectives (n=1752)  5,2 % de thromboses symptomatiques –2,9 % de TVC –2,3 % de MI ± EP  Discussion sur l’impact des thrombophilies constitutionnelles –1 chez l’adulte : Caruso, Blood 2007  13 études prospectives (n=323)  5,9 % de thromboses veineuses symptomatiques à la phase d’induction

4 Étude française rétrospective : CAPELAL Haematologica 2008 Fibrinogène Fibrinogène –Diminution progressive jusqu’à la 5 ème cure –Nadir moyen 1,1 g/L –< 0,8 g/L chez 39 % des patients Antithrombine Antithrombine –Nadir moyen = 59 % à la 4 ème perfusion –< 60 % chez 50 % des patients Survie sans maladie moins bonne si thrombose Survie sans maladie moins bonne si thrombose Diminution des thromboses si perfusion d’antithrombine Diminution des thromboses si perfusion d’antithrombine

5 Enquête de pratique déclarée 2 parties dans cette enquête : 2 parties dans cette enquête : –La première sur l’utilisation pratique de la L-asparaginase chez l’enfant avec la conduite en fonction des taux de fibrinogène et d’antithrombine –La seconde sur la réalisation ou non d’une bilan de recherche de facteurs biologiques de risque de thrombose Le questionnaire a été préparé par l’équipe d’hémostase de Rouen puis corrigé et amendé par Thomas Lecompte (GEHT), Marie-Françoise Hurtaud (commission pédiatrie du GEHT) et accepté par Brigitte Pautard ( Le questionnaire a été préparé par l’équipe d’hémostase de Rouen puis corrigé et amendé par Thomas Lecompte (GEHT), Marie-Françoise Hurtaud (commission pédiatrie du GEHT) et accepté par Brigitte Pautard (Commission thrombose et hémostase pédiatrique de la SHIP)

6 1 ère partie

7 2 ème partie

8 22 Réponses : 3 réponses "non applicables" : Dr MC Vergnes (Bordeaux), Dr V Eschwège (St Antoine), Dr M Dreyfus (Bicêtre) Hôpital Hémato onco pédiatre Hémostasien Amiens Dr Brigitte Pautard Dr Bertrand Roussel Argenteuil Dr Philippe Bensaid Dr Catherine Trichet Brugmann (Belgique) Pr Anne Demulder Caen Dr Odile Minckes / Dr Patrick Boutard Dr Agnès Lequerrec Dijon Dr Gérard Couillault Dr Fabienne Dutrillaux Le Mans Dr Vaninna Giacobbi-Millet Dr Fabienne Pineau-Vincent Liège (Belgique) Dr Marie- Françoise Dresse Dr Elisabeth Collard Lille Dr Françoise Mazingue Dr Bénédicte Wibaut Marseille Dr Marion Le Meignen Dr Marie-Françoise Alliaud Montpellier Dr Geneviève Margueritte Dr Christine Biron-Andréani Nantes Dr Françoise Mechinaud Dr Catherine Ternisien Paris – Antoine Béclère Dr Martine Wolf Paris - Necker Dr Marianne Debré Dr Dominique Lasne Paris – Robert Debré Dr Marie Ouachée Dr Marie-Françoise Hurtaud Poitiers Dr F. Millot Dr Catherine Boinot Rouen Dr Pascale Schneider Dr JY Borg /Dr V Le Cam-Duchez Saint Etienne Dr Claire Berger Dr Roland Meley Toulouse Pr A. Robert Pr Pierre Sié Tours Dr Pascale Blouin / Dr Odile Lejars Dr Bénédicte Delahousse

9 Première partie de l'enquête OUINON Faites vous une détermination quotidienne de la concentration plasmatique : de fibrinogène ? 15 4 d'antithrombine ? 12 7 Autres : (protéine C, protéine S) 1 14 Si OUI avez-vous la réponse au jour le jour ? 13 1 sf fibri

10 A propos du fibrinogène OUINON Faites vous une détermination quotidienne de la concentration plasmatique : de fibrinogène ? 15 4 Quelle attitude adoptez-vous vis à vis du résultat de fibrinogène ? Traitement Substitutif ? 6 13 Si OUI lequel ?Clottagen 4 Autres.. ___________? Au dessous de quelle concentration ?_0,5 g/l : 4 cas - < 1g/l : 1cas Recul de la prochaine cure de Kidrolase ? 11 3 Au dessous de quelle concentration ?____ 0,5 g/l : 15 cas ________ Reprise des cures sur quel critère ? >0,5 g/l : 10 cas – > 0,8 g/L : 1 cas - >1 g/L : 1 cas – 0,7 à 1 g/l spontané : 1 cas

11 Fibrinogène : 15 OUI 11 ne font pas de traitement substitutif mais 11 ne font pas de traitement substitutif mais – décalent la cure de L asparaginase quand le fibrinogène est au dessous de 0,5 g/L (1 NR) –le taux de fibrinogène pour la reprise de la cure est variable :  Le plus souvent : >0,5 g/l (8 cas)  1 cas > 1 g/L  1 non répondu 4 font un traitement substitutif 4 font un traitement substitutif –Par Clottagen (2 Oui, 2 NR) –Au dessous de 0,5 g/L (3 dont 1 précise après 24H arrêt de Kidrolase, 1NR) –2 décalent aussi la cure jusqu'à ce que le fibrinogène soit remonté au dessus de 0,5 g/L

12 Fibrinogène : 4 NON 2 ne font pas de traitement substitutif mais 2 ne font pas de traitement substitutif mais – décalent la cure de L asparaginase quand le fibrinogène est au dessous de 0,5 g/L –le taux de fibrinogène pour la reprise de la cure est variable :  > 0,5 g/l (1 cas)  > 0,8 g/L (1 cas) 2 font un traitement substitutif 2 font un traitement substitutif –Par Clottagen au dessous de 0,5 g/L ou de 1g/L –Ou décale la cure jusqu'à ce que le fibrinogène soit remonté au dessus de 0,7 à 1 g/L spontanément !

13 A propos de l'antithrombine OUINON Faites vous une détermination quotidienne de la concentration plasmatique : d'antithrombine ? 12 7 Quelle attitude adoptez-vous vis à vis du résultat de l'antithrombine ? Traitement de compensation ? 14 3 Si OUI lequel ?Aclotine 14 Autres.. ___________? Au dessous de quelle concentration ?____50% : 1 cas – 60% : 7 cas – 60-65% : 1 cas – 65% : 1 cas – 70 % : 2 cas – 80 % : 1 cas Recul de la prochaine cure de Kidrolase ? 2 10 Au dessous de quelle concentration ?____ 60% : 1cas – 65% : 1 cas Reprise des cures sur quel critère ? 70% spontané : 1 cas

14 Antithrombine : 12 OUI Parmi les 12 OUI, 2 équipes ne font pas le dosage réellement quotidiennement mais seulement 1 jour /2 Parmi les 12 OUI, 2 équipes ne font pas le dosage réellement quotidiennement mais seulement 1 jour /2 10 font un traitement substitutif par Aclotine ® 10 font un traitement substitutif par Aclotine ® –Au dessous d'un taux variable d'antithrombine  < 50 % : 1 cas  < 60 % : 6 cas  < 70 % : 3 cas  < 80% : 1 cas –Recul de la cure (9 NON, 1NR) 1 seule équipe ne fait pas de traitement substitutif mais recule la cure de L asparaginase quand l'antithrombine est < 60% 1 seule équipe ne fait pas de traitement substitutif mais recule la cure de L asparaginase quand l'antithrombine est < 60%

15 Antithrombine : 7 NON Parmi les 7 NON, 2 équipes n'ont rien répondu à la suite de l'enquête concernant l'antithrombine Parmi les 7 NON, 2 équipes n'ont rien répondu à la suite de l'enquête concernant l'antithrombine 3 font un traitement substitutif par Aclotine ® 3 font un traitement substitutif par Aclotine ® –Au dessous d'un taux variable d'antithrombine  < 60 % : 1 cas  < 65 % : 1 cas  < % : 1 cas ou recule la cure endessous de 65% et ne la reprend que si la remontée spontanée atteint 70 % –Recul de la cure (9 NON, 1NR) 1 seule équipe ne fait pas de traitement substitutif mais n'a pas répondu sur le recul de la cure 1 seule équipe ne fait pas de traitement substitutif mais n'a pas répondu sur le recul de la cure 1 équipe ne fait pas de traitement substitutif et ne recule pas la cure 1 équipe ne fait pas de traitement substitutif et ne recule pas la cure

16 Deuxième partie de l'enquête OUINON Demandez-vous systématiquement un "bilan de thrombophilie" chez tous les patients qui vont recevoir de la Kidrolase 12 7 Si OUI, Quels tests demandez-vous ? ________variable+++_________ Quand le demandez-vous ?_____________au diagnostic: 12 cas__________ Attendez-vous les résultats pour débuter la Kidrolase ? 4 13 S'il est positif, modifiez-vous votre attitude thérapeutique ? 13 4 Une anticoagulation préventive est-elle réalisée ? 13 2 Si OUI laquelle ? HBPM13 laquelle, posologie _______________________variable+++__________ Autres.. ________? Une surveillance biologique est-elle réalisée (activité anti-Xa) 8 5 Si OUI quelle est l'activité anti-Xa souhaitée ?_ variable+++__________ Si vous ne le demandez pas systématiquement dans quelles circonstances le faites- vous ? _______________________variable+++__________

17 A propos de la recherche de facteurs biologiques de risque de thrombose : 12 équipes font systématiquement un bilan à la recherche de facteurs de risque de thrombose 12 équipes font systématiquement un bilan à la recherche de facteurs de risque de thrombose 7 équipes ne le font que dans certains cas : 7 équipes ne le font que dans certains cas : –Antécédent de thrombose chez un apparenté du 1 er degré : 1 cas –Antécédent familial de thrombose ou facteur de risque particulier : 2 cas (dont 1 où cela semble dépendre du médecin qui prend en charge) –Antécédent personnel de thrombose chez l'enfant : 1 cas –Survenue d'une thrombose lors d'une précédente cure de L- asparaginase chez l'enfant : 1 cas –2 non répondus

18 Ces bilans comprennent des analyses variables 13 équipes seulement ont répondu à la question des analyses demandées dans ce cadre : 13 équipes seulement ont répondu à la question des analyses demandées dans ce cadre : –1 bilan de thrombophilie complet ? –Protéine C, Protéine S: 11 cas - Antithrombine : 10 cas –Mutation Leiden du facteur V : 12 cas –Mutation 20210A du facteur II : 10 cas –Polymorphisme de la MTHFR : 4 cas –Homocystéine totale plasmatique : 5 cas –Anticoagulant circulant : 3 cas –Ac anti-phospholipides ou anti-cardiolipine et anti-  2GPI : 3 cas –Résistance à la protéine C activée : 3 cas –Facteurs VIII, IX : 2 cas ; XI, XII : 1 cas –± facteur VIII : 1 cas –Lipoprotéine a : 2 cas –Cholestérol / triglycérides : 1 cas

19 Parmi les 12 qui font systématiquement le bilan: Toutes le font au moment du diagnostic de leucémie aiguë Toutes le font au moment du diagnostic de leucémie aiguë 9 d'entre elles n'attendent pas le résultat pour débuter la L-asparaginase 9 d'entre elles n'attendent pas le résultat pour débuter la L-asparaginase –Dans 7 cas si le bilan est positif, il y a modification de l'attitude thérapeutique avec mise en route d'une anticoagulation préventive –Dans 2 cas il n'y a pas de modification et pas d'utilisation d'anticoagulant 3 attendent les résultats pour débuter les cures de L- asparaginase : 3 attendent les résultats pour débuter les cures de L- asparaginase : –Dans 2 cas il y a modification de l'attitude thérapeutique avec utilisation d'une anticoagulation préventive –Dans 1 cas il n'y a pas de modification thérapeutique car il y a de toutes façons utilisation d'une anticoagulation préventive

20 Parmi les 7 qui ne font pas systématiquement le bilan: 2 n'ont pas répondu à la suite du questionnaire 2 n'ont pas répondu à la suite du questionnaire 4 d'entre elles n'attendent pas le résultat pour débuter la L-asparaginase mais modifient leur attitude thérapeutique avec mise en route d'une anticoagulation préventive 4 d'entre elles n'attendent pas le résultat pour débuter la L-asparaginase mais modifient leur attitude thérapeutique avec mise en route d'une anticoagulation préventive 1 attend les résultats pour débuter les cures de L-asparaginase et modifie son attitude thérapeutique avec utilisation d'une anticoagulation préventive. 1 attend les résultats pour débuter les cures de L-asparaginase et modifie son attitude thérapeutique avec utilisation d'une anticoagulation préventive.

21 Modalités d'utilisation des anticoagulants Quelle que soit la raison pour laquelle un traitement anticoagulant est utilisé, les modalités thérapeutiques sont variables Quelle que soit la raison pour laquelle un traitement anticoagulant est utilisé, les modalités thérapeutiques sont variables Dans les 13 réponses positives concernant l'utilisation d'une anticoagulation préventive Dans les 13 réponses positives concernant l'utilisation d'une anticoagulation préventive –13 utilisent une HBPM –Lovenox prophylactique : 2 cas - dose prophylactique médecine : 1 cas –Lovenox : 60 U/Kg/jr : 1 cas – Lovenox : 100 U/kg/jr : 1 cas –HBPM : 0,05 ml/10 Kg : 1 cas - Héparine isocoagulante : 1 cas –Lovenox en fonction du poids : 0,1 ml si 10 kg Surveillance activité anti-Xa : Surveillance activité anti-Xa : –OUI dans 8 cas  Activité anti Xa souhaitée : –0,1 à 0,5 : 1 cas- 0,1 à 0,3 : 1 cas –0,2 à 0,3 : 1 cas- < 0,4 : 1 cas  Dépistage d'un surdosage –NON dans 5 cas

22 Conclusions Cette enquête de pratique déclarée montre une hétérogénéité variable dans les pratique Cette enquête de pratique déclarée montre une hétérogénéité variable dans les pratique –Assez peu importante en matière de traitement substitutif concernant le fibrinogène ou l'antithrombine –Plus importante en matière de recherche de facteurs biologiques de risque de thrombose –Et en matière d'anticoagulation … La question reste : faut-il tenter d'homogénéiser ces pratiques ? La question reste : faut-il tenter d'homogénéiser ces pratiques ? Si oui… sur quelles bases ? Étude prospective multicentrique ? Si oui… sur quelles bases ? Étude prospective multicentrique ?


Télécharger ppt "Enquête de pratique déclarée sur l’utilisation de la L-Asparaginase dans les leucémies aiguës de l’enfant Dr. Véronique Le Cam-Duchez Dr Jeanne-Yvonne."

Présentations similaires


Annonces Google