La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le système respiratoire des mammifères. Les voies respiratoires supérieures L’air entre par les narines et la bouche. L’air est ensuite réchauffé et humidifié.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le système respiratoire des mammifères. Les voies respiratoires supérieures L’air entre par les narines et la bouche. L’air est ensuite réchauffé et humidifié."— Transcription de la présentation:

1 Le système respiratoire des mammifères

2 Les voies respiratoires supérieures L’air entre par les narines et la bouche. L’air est ensuite réchauffé et humidifié par les cornets nasaux et l’épithélium (capillaires) de la cavité nasale. L’air traverse le pharynx, la glotte et le larynx. Le pharynx est la section du tube digestif qui relie l’œsophage à la bouche et à la cavité nasale. La glotte est l’ouverture de la trachée, le tube qui amène l’air dans les poumons. Cette ouverture est protégée par l’épiglotte, qui empêche les aliments de pénétrer dans la trachée.

3 Les voies respiratoires supérieures Le larynx (les cordes vocales) quand tu respires normalement, tes cordes vocales sont séparées par une large ouverture. Mais quand tu parles les muscles de ton larynx se contractent et rapprochent les cordes vocales: Le passage de l’air à travers l’ouverture plus petite fait vibrer les cordes vocales et produit un son. Après avoir traversé le larynx, l’air passe dans un tube flexible, la trachée.

4 Les voies respiratoires inférieures La trachée se divise en deux bronches. Chaque bronche pénètre dans un poumon. Les subdivisions de chaque bronche forment un réseau de tubes de plus en plus étroits appelés bronchioles. Chaque bronchiole aboutit à une grappe de petits sacs toujours humides, appelés alvéoles. C’est dans les alvéoles que se produit l’échange gazeux. Si l’on pouvait étendre toutes les alvéoles d’un poumon humain, elles couvriraient la surface d’un terrain de tennis.

5 Les voies respiratoires inférieures La paroi des alvéoles n’a qu’une cellule d’épaisseur et est adjacent à une réseau de capillaires. Le sang contenu dans les capillaires libèrent CO 2 et capte l’O 2 destiné à toutes les parties de l’organisme. L’échange gazeux s’effectue par diffusion simple et diffusion facilitée.

6 Les voies respiratoires inférieures Chaque poumon est divisé en lobes: trois pour le droit et deux pour le gauche (pour laisser un espace pour le cœur) Un lobe est composé de lobules qui comprennent chacun une bronchiole.

7

8 Les mécanismes de la respiration La respiration est le processus par lequel les mammifères ventilent leurs poumons. La ventilation est basée sur le principe physique: l’air circule d’une zone de haute pression vers une zone de basse pression, jusqu’à ce que l’équilibre soit atteint. Nous utilisons des muscles intercostaux et du diaphragme pour régir la pression de l’air à l’intérieur de nos poumons.

9 Les mécanismes de la respiration Le diaphragme est un muscle plat; il sépare la région des poumons (la cavité thoracique) de la région de l’estomac et du foie (la cavité abdominale). Sa fonction est de faciliter la ventilation des poumons. Les muscles intercostaux et le diaphragme travaillent simultanément.

10 Les mécanismes de la respiration Quand nous inspirons, les muscles intercostaux externes et le diaphragme se contractent. La cage thoracique se dilate, et le diaphragme s’abaisse dans la cavité thoracique. Le volume de la cavité thoracique augmente donc. L’augmentation de son volume entraîne une diminution de la pression de l’air à l’intérieur. Les poumons peuvent se dilater; la pression de l’air à l’intérieur des poumons baisse: elle est maintenant inférieur à la pression de l’air dans le milieu externe. L’air entre dans les poumons, puisqu’il est «attiré» vers une zone de basse pression.

11 Les mécanismes de la respiration Inspiration s’inverse pour l’expiration. Le diaphragme se relâche et reprend sa forme convexe; les muscles intercostaux externes se relâchent eux aussi. Les muscles intercostaux internes se contractent et la cage thoracique retrouve à sa position initiale. La pression monte dans la cavité thoracique et les poumons contractent; la pression augmente à l’intérieur des poumons, et l’air en sort par la trachée.

12 L’échange gazeux Dans le système respiratoire humain, l’échange de l’oxygène et du gaz carbonique se fait par diffusion à travers la membrane cellulaire. Pour entrer dans la circulation sanguine, l’oxygène inspiré doit d’abord se dissoudre dans le liquide qui recouvre chaque alvéole. L’oxygène est plus concentré dans l’air que le sang; le dioxyde de carbone est plus concentré dans le sang que l’air. Par conséquent, l’oxygène diffuse à travers la paroi des capillaires et entre dans la circulation sanguine. Le CO 2 fait le trajet inverse et pénètre dans les poumons.

13 La capacité pulmonaire La quantité d’air inspiré et d’air expiré correspond aux volumes suivants: Le volume courant est le volume d’air inspiré et expiré lors d’un mouvement respiratoire normal. Le volume de réserve inspiratoire est le volume d’air qui peut être inspiré en plus du volume courant.

14 La capacité pulmonaire Le volume de réserve expiratoire- est le volume d’air qui peut être expulsé des poumons en plus du volume courant. La capacité vitale est le volume total de gaz échangeable. (volume courant + volume de réserve inspiratoire + volume de réserve expiratoire) Le volume résiduel est la quantité de gaz qui demeure dans les poumons et les voies respiratoires après une expiration complète. (

15 La capacité pulmonaire Le rythme auquel l’oxygène passe dans la circulation sanguine correspond à l’efficacité respiratoire.


Télécharger ppt "Le système respiratoire des mammifères. Les voies respiratoires supérieures L’air entre par les narines et la bouche. L’air est ensuite réchauffé et humidifié."

Présentations similaires


Annonces Google