La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Un rapport demandé à lIGAS et au CGAAER par le ministre de lAgriculture et le Haut Commissaire aux solidarités actives

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Un rapport demandé à lIGAS et au CGAAER par le ministre de lAgriculture et le Haut Commissaire aux solidarités actives"— Transcription de la présentation:

1 Un rapport demandé à lIGAS et au CGAAER par le ministre de lAgriculture et le Haut Commissaire aux solidarités actives francaise.fr/BRP/ /0000. pdf francaise.fr/BRP/ /0000. pdf MBW – CNLE

2 1- Mesurer la pauvreté en milieu rural : de quoi parle-t-on ? Espace à dominante rurale Zonage de lINSEE (« zonage en aires urbaines et en aires demploi de lespace rural »), selon échelle urbain/ rural. Permet danalyser isolément conditions de vie, activité, revenus, etc. dans « lespace rural », soit :. 60% du territoire,. 18% de la population (3,4 millions dhabitants en « pôles ruraux » + « couronnes », 7,7 millions dans les « autres communes »). « Bassins de vie » des bourgs et petites villes : construits pour caractériser leurs territoires dattraction (activité, démographie, etc.) « Bassins de vie » Pauvreté (Pauvreté en conditions de vie) Seuil de pauvreté monétaire : -910 en 2007 (à 60% de la médiane). -Population vivant sous le seuil en 2006 : -13,2% de la population française -15,3% de la population de lespace rural Intensité de la pauvreté moins forte dans lespace rural MBW – CNLE

3 1- Une pauvreté rurale plus fréquente et plus étendue que la moyenne; deux blocs géographiques clairs Taux de pauvreté: % de la population vivant au-dessous du seuil de pauvreté Les taux de pauvreté par département, en 2004: Les taux de pauvreté en milieu rural par département, en 2004: MBW – CNLE

4 1- Les zones rurales « pauvres » ne présentent pas un profil spécifique MBW – CNLE

5 Exemple : les départements visités par la mission Taux de pauvreté rurale Nord: 20,2 % Ariège: 18,0 % Hérault: 19,6 % Creuse: 19,5 Seine et Marne: 8,7 % Moyenne nationale 2004: 13,7 MBW – CNLE

6 2- Pourquoi la pauvreté ? Population et activité rurales (emploi, démographie, difficultés) Emploi et composition socioprofessionnelle Tableau 1 - Lemploi par catégories socioprofessionnelles dans lespace rural MBW – CNLE Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants chefs entreprise Cadres, professions intellectuelles supérieures Professions Inter- médiaires EmployésOuvriersTotal Part de chaque CSP dans lemploi rural 7,4 % 8,0 % 7,0 % 18,9 %27,1 % 31,5 % 100 % Part de lemploi rural dans lemploi total par CSP 59 % 23 % 7,7 % 13,1 % 16,2 % 22,9 %17,0 % 6

7 2 - Démographie : un « repeuplement » de lespace rural Tableau 2 - Evolution de la population par type despace Taux de croissance annuel moyen de la population de 1999 à 2006 MBW – CNLE Type despaceContribution du solde naturel Contribution du solde migratoire Ensemble Pôles urbains0,6- 0,10,5 Couronnes périurbaines 0,60,71,3 Communes multi polarisées 0,40,81,2 Espace à dominante rurale - 0,20,90,7 Ensemble0,50,20,7 7

8 2- Des migrations qui accentuent le déficit de qualification Tableau 3 - Catégorie socioprofessionnelle des migrants (15-64 ans) MBW – CNLE CSP des migrantsPart dans lensemble Retraités (de moins de 65 ans)13,2 % Sans activité professionnelle (non retraités – dont étudiants) 17,2 % Ouvriers16,0 % Employés21,2 % Professions intermédiaires17,7 % Cadres sup, professions intellectuelles8,8 % Artisans, commerçants, chefs dentreprise 5,0 % Agriculteurs exploitants0,8 % 8

9 MBW – CNLE – Un repeuplement inégal toutefois selon les zones géographiques 9

10 2 - Des difficultés lourdes qui pèsent sur le présent et sur lavenir Des indicateurs demploi marqués par le déclin de lindustrie et de lagriculture o Travail (salarié) disparu depuis parfois plusieurs générations o Formation – qualification insuffisantes Des indicateurs déquipements au rouge sur le social o « Équipements pour habitants » et % de population résidant « à plus de 15 minutes » de ces équipements apparemment globalement « acceptables » o Mais pas pour ceux qui nont pas de voiture o Des déficits significatifs pour les équipements sociaux et sanitaires (Hôpital et spécialistes, petite enfance, ANPE mission locale et formation, Internet haut débit) MBW – CNLE

11 2 - Des difficultés lourdes qui pèsent sur le présent et sur lavenir De graves problèmes de mobilité et de logement o Insuffisance des transports publics o Parc logement locatif privé dégradé et propriétaires occupants peu aidés; faiblesse de lhabitat social Quelques difficultés inattendues (par nous) o Monoparentalité en milieu rural o Endettement(s) o Addiction o Accessibilité des psychologues et psychiatres Des difficultés graves qui pèsent aussi « dans les têtes » : o Des pauvres « taiseux »; un accès insuffisant aux droits sociaux o Un espace de « mobilité imaginable » parfois incroyablement restreint o Une jeunesse rurale probablement « fragile », comme celle des banlieues MBW – CNLE

12 3- Diversité des situations individuelles : pas de modèle, quelques « figures-types » Parmi les ruraux de toujours Les exploitants agricoles spécialisés dans les secteurs en crise ou sur des exploitations « trop petites » Les salariés précaires de lagriculture et de lartisanat Les jeunes peu qualifiés Les veuves âgées Les ex-salariés dune industrie disparue Parmi les « néo-ruraux » Certains des plus aventureux parmi ceux qui ont choisi le « retour à la terre » Les familles modestes poussées par les prix à se loger loin de la ville Les familles qui espèrent survivre mieux à la campagne avec (ou sans) le RMI Les errants « Nord-Sud » MBW – CNLE

13 4- Territoires ruraux et dynamiques locales Pas de développement social sans développement économique local, et réciproquement o Les leviers et outils sont largement les mêmes (maisons de lemploi, éducation et formation, financement de projets, développement des services…), les dispositifs proposés sont similaires o Dans les situations dégradées, lun est indispensable à lautre Une gouvernance locale qui a un besoin urgent de soutien o Dimportantes lacunes en ingénierie du développement o Une échelle (territoires et compétences) trop restreinte les structures de coopération intercommunales o Un leadership faible chez les élus locaux, malgré investissement réel actions souvent intéressantes des élus ou des associations…) MBW – CNLE

14 4- Territoires ruraux et dynamiques locales: Cinq pistes daction et de réflexion pour laction publique locale 1.Une démarche active de coordination vis-à-vis des situations individuelles de précarité 2.Pour associer projets de développement local et de développement social, mieux utiliser les dispositifs disponibles (centrés ou non sur le rural), 3.Constituer une ingénierie solide de projet, soutenue sur la durée 4.Organiser des projets intercommunaux de développement à une échelle suffisante 5.LEtat doit proposer une coordination aux différents niveaux territoriaux aux compétences sectorielles complémentaires MBW – CNLE


Télécharger ppt "Un rapport demandé à lIGAS et au CGAAER par le ministre de lAgriculture et le Haut Commissaire aux solidarités actives"

Présentations similaires


Annonces Google