La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES BANQUES DANS LA CRISE Journée détude de lOFCE - 12 février 2009 « La crise financière, ses causes, son déroulement et ses conséquences. Quelles leçons.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES BANQUES DANS LA CRISE Journée détude de lOFCE - 12 février 2009 « La crise financière, ses causes, son déroulement et ses conséquences. Quelles leçons."— Transcription de la présentation:

1 LES BANQUES DANS LA CRISE Journée détude de lOFCE - 12 février 2009 « La crise financière, ses causes, son déroulement et ses conséquences. Quelles leçons ? » Mathieu PLANE et Georges PUJALS (OFCE)

2 Plan de la présentation Dans le cadre de cette présentation, nous développerons successivement les trois points suivants : De la crise des « subprimes » à la crise bancaire : les principales dates-clés Les effets sur les banques Les leçons à tirer de cette crise

3 De la crise des « subprimes » à la crise bancaire : les principales dates-clés (1) 08/02/2007 : Premiers effets directs de la crise des « subprimes » sur les banques HSBC lance un « profit warning » en raison du relèvement de ses provisions pour créances douteuses sur le marché immobilier américain 02/04/2007 : Première faillite dun établissement prêteur spécialisé New Century, le numéro deux du « subprime », se déclare en faillite 06/2007 : Premiers effets indirects de la crise via le mécanisme de la titrisation – Début de la contagion Bear Stearns, la cinquième banque dinvestissement américaine, doit renflouer deux de ses hedge funds exposés au « subprime » 30/07/2007 : La crise débarque en Europe Menacé de faillite, lallemand IKB reçoit le soutien de sa maison-mère, la banque publique KfW 09/08/2007 : Mouvement de panique sur des craintes de contamination générale, les taux interbancaires senvolent (crise de liquidité) BNP Paribas gèle trois de ses fonds de placement (sicav monétaires dynamiques) « infectés »

4 De la crise des « subprimes » à la crise bancaire : les principales dates-clés (2) 13/09/2007 : Première banque victime collatérale de la crise A court de liquidités, le cinquième prêteur immobilier du Royaume-Uni (Northern Rock) se tourne vers la Banque dAngleterre pour solliciter un prêt durgence en raison de la défiance généralisée qui conduit les banques à se méfier les unes des autres. Pris de panique, ses clients se précipitent en masse dans leurs agences pour retirer leurs avoirs. 24/10/2007 : Première grande banque à annoncer dimportantes dépréciations dactifs sur les « subprimes » Merrill Lynch annonce 7,9 milliards de dollars de dépréciations dactifs UBS et Citigroup suivront bientôt et bien dautres encore… 15/09/2008 : Un géant de la banque américaine seffondre, la crise prend une nouvelle dimension (effet domino) La quatrième banque dinvestissement américaine, Lehman Brothers, se déclare à la surprise générale en faillite. La faillite de Lehman est surtout la conséquence du refus des autorités américaines de sauver cet établissement, lesquelles souhaitent ainsi « faire un exemple » Acteur de taille moyenne très investi en « subprimes », Lehman semblait être un bon choix pour donner une « leçon » au monde de la finance Cette faillite marque un véritable tournant de la crise, qui passe alors à la vitesse supérieure

5 Les effets sur les banques Nous évaluerons les effets de la crise sur les établissements bancaires à partir des cinq critères suivants : La capitalisation boursière Le résultat net Le montant des dépréciations dactifs Les ratios de solvabilité et le niveau des fonds propres Les mouvements stratégiques (en particulier les opérations de fusions- acquisitions)

6 Capitalisation boursière des banques (indice 100 en 1990) 6

7 Chute de la capitalisation boursière des banques depuis le début de la crise 7 Mds de $en %pts de PIB Monde USA Allemagne France UK Italie Espagne

8 Part des banques dans la capitalisation boursière totale (en %) 8

9 9

10 La capitalisation boursière Chute historique de lindice de référence des valeurs bancaires européennes : -65% en un an (2008) -75% par rapport au plus haut atteint à la mi-2007 Total des dix premières capitalisations boursières européennes 330 milliards de $ début 2009 contre 900 milliards de $ à la fin 2006

11 Indice de profit des banques calculé à partir de datastream (100 en 1990) 11

12 Evolution du résultat net des banques calculé à partir des comptes de résultat (en Mds de $) 12

13 Evolution du résultat net des banques et dépréciations dactifs 13 Nombre de banques (% de la CB du pays) en % de la CB mondiale (2007) Var. Profit (en %) En Mds de $ En pts de PIB Allemagne 2 (77 %) Espagne 3 (81 %) France 4 (82 %) Italie 3 (70 %) UK 5 (95 %) USA 10 (86 %) Total

14 Le résultat net Dune manière générale, forte baisse des résultats obtenus par les principales banques mondiales en 2008 Il sagit notamment de la conséquence : De pertes directes sur les crédits « subprimes » Plus encore, de « colossales » dépréciations dactifs sur les produits titrisés Indirectement, de pertes importantes voire dun net ralentissement sur les activités de la BFI (trading, titrisation, financement des hedge funds et des LBO,…), lesquelles avaient fortement contribué aux bénéfices des établissements bancaires sur la période récente Il existe cependant de fortes disparités dun établissement à lautre Le meilleur exemple étant celui du Royaume-Uni : HSBC a enregistré le plus fort profit parmi les grandes banques européennes en 2008 (9.8 milliards deuros), alors que RBS a réalisé la plus grosse perte (près de 30 milliards deuros)

15 Principales pertes et dépréciations dactifs en Europe et aux Etats-Unis (en Mds de $) Etats-UnisEurope Wachovia 96.7UBS48.5 Citigroup 67.2HSBC33.1 Merrill Lynch56.6RBS16.5 Washington Mutual 45.6CS15.0 Bank of America27.4 BayerischeLB14.8 National City26.2IKB14.7 Morgan Stanley21.5 JP Morgan Chase20.5 Lehman Brothers18.2 Total352.5Total127.8

16 Le montant des dépréciations dactifs Les estimations du coût global de la crise sur les banques (pertes et dépréciations d'actifs) ont été en permanence revues à la hausse trimestre après trimestre A la fin 2008, il était évalué pour lensemble du secteur financier mondial autour de : 1000 Mds de dollars, selon les données fournies par Bloomberg début 2009 Dont les ¾ dans le secteur bancaire, soit 750 milliards de dollars Les 2/3 ont été enregistrées par les banques américaines Le 1/3 restant provient pour lessentiel des banques européennes La banque suisse UBS N°1 des dépréciations dactifs en Europe avec un montant proche de 50 milliards de dollars, soit deux fois moins que son équivalent aux Etats-Unis (Wachovia ; 96,7) Le coût provisoire de cette crise a déjà atteint un niveau record : 300 milliards de dollars pour la crise des Caisses dEpargne aux Etats-Unis dans les années milliards de dollars pour la crise bancaire japonaise au cours des la décennie 1990

17 Evolution Ratio Tier one 17

18 Les ratios de solvabilité et le niveau des fonds propres Les pertes et dépréciations dactifs accumulées par les banques mondiales ont réduit dautant leurs fonds propres Doù la nécessité de procéder à des recapitalisations pour renflouer leur bilan et restaurer leur ratio de solvabilité A linstar des Etats-Unis, environ 110 milliards deuros ont déjà été injectés par les Etats européens depuis lautomne 2008 dans le capital des banques européennes Dont 40% au Royaume-Uni Par ailleurs, un très grand nombre détablissements bancaires ont également procédé à des levées de fonds sur les marchés (augmentations de capital) Le secteur bancaire a même représenté 50% des augmentations de capital réalisées dans le monde en 2008, soit léquivalent de 220 milliards de dollars. Les établissements bancaires mondiaux ont levés plus de 320 milliards de dollars depuis le début de la crise

19 Les mouvements stratégiques Au cours des derniers mois, le paysage bancaire américain et européen a été profondément remodelé par : Des faillites retentissantes En particulier Lehman Brothers et Washington Mutual aux Etats-Unis De nombreuses nationalisations totales ou partielles principalement en Europe Notamment au Royaume-Uni, au Bénélux et en Europe du Nord (Islande, Irlande et Danemark) Une multiplication des opérations de fusions-acquisitions des deux côtés de lAtlantique Les fusions-acquisitions dans le secteur bancaire ont représenté ¼ du total au niveau mondial en 2008, soit 681 milliards de dollars Parmi les plus importantes, nous citerons en particulier…

20 Les leçons à tirer de cette crise Une « sélection naturelle », mais impitoyable, des banques sest opérée Les principaux gagnants : Santander, BNP Paribas, JP Morgan Chase, Bank of America ou encore Wells Fargo Les grands perdants : Citigroup, Wachovia, Fortis, RBS et UBS Le retour en force de lEtat dans la sphère bancaire et financière Nationalisation partielle ou totale des établissements bancaires en difficultés Organisation et pilotage des rachats de banques au bord de la faillite Le cas Lehman Brothers Une remise en cause de certains business models Fragilité des établissements spécialisés dans les prêts hypothécaires ainsi que des banques dinvestissement globales indépendantes Supériorité du modèle de la banque universelle Quel(s) modèle(s) pour lavenir ? Les dépôts : le nouveau « dogme » au sein de lindustrie bancaire

21 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "LES BANQUES DANS LA CRISE Journée détude de lOFCE - 12 février 2009 « La crise financière, ses causes, son déroulement et ses conséquences. Quelles leçons."

Présentations similaires


Annonces Google