La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Atelier sur les meilleures pratiques Docteur Boubacar SARR Coordinateur PNLC – Sénégal Dakar du 21 au 25 Mai 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Atelier sur les meilleures pratiques Docteur Boubacar SARR Coordinateur PNLC – Sénégal Dakar du 21 au 25 Mai 2007."— Transcription de la présentation:

1

2 Atelier sur les meilleures pratiques Docteur Boubacar SARR Coordinateur PNLC – Sénégal Dakar du 21 au 25 Mai 2007

3

4 SENEGAL

5 SENEGAL: Généralités Pays sahélien de Km2. Pointe de lAfrique de lOuest limites : Mali (Est), la Mauritanie (Nord), les deux Guinées (Sud) et lAtlantique (Ouest) La pluviométrie : du Nord au Sud 300 à 1200mm 3 zones climatiques : La zone forestière au Sud, La savane arborée au centre, La zone de steppe semi désertique au Nord. Hydrographie : 3 grands fleuves le Sénégal, la Casamance, et la Gambie

6 SENEGAL -Populations 11,6 Millions dhabitants, Accroissement 2,5% (x2/ 25 ans) Densité : 54h au Km², variable +++ (+4387 à 12) Forte migration interne (au profit des centres religieux) Population jeune ( 50% 15 ans) et rurale à 58%, (urbanisation ) Organisation administrative: 11 régions, 34 départements, 92 arrondissements, 320 communautés rurales, villages. Quelques indicateurs socio sanitaires –Espérance de vie à la naissance 54 ans –Taux de mortalité à 18 pour mille –Mortalité infantile à 61 pour mille (2005), –Mortalité infanto juvénile 121 pour mille (2005) –Mortalité maternelle 434 pour NV –Taux de scolarisation 50%, analphabétisme 73% –Niveau de pauvreté extrême : 12,6% en 2000.

7 SENEGAL : Le SYSTEME DE SANTE Système pyramidal : base au sommet : La case de santé (agent de santé communautaire) Le poste de santé (Infirmier, Niveau primaire) Le centre de santé (médecin), + postes de santé = district sanitaire La région médicale coordination activités des districts dune région Lhôpital régional structure de référence de la région, (spécialistes) Lhôpital national (spécialistes universitaires) ) Le niveau central (ministère et ses démembrements: Niveau de conception)

8 AMPLEUR ET CAUSES DE CECITE AU SENEGAL Définition Prévalence estimée à 1,42% (réserves) aveugles déficients visuels. Conséquences socioéconomiques Les principales causes de cécité: - Cataracte = 0,31% - Trachome = 0,26% - Glaucome = 0,16% - Cécités cornéennes = 0,40% - Onchocercose = 0,01% - Causes indéterminées = 0,28% Plus de 80% des cécités sont évitables ou curables

9 HISTORIQUE PNLC (1993), 3 axes defforts : –Prévention des affections oculaires cécitantes –Traitement : soins de qualité à moindre coût –Prise en charge et réinsertion des malvoyants Missions essentielles –Rendre les soins oculaires accessibles. –Informer et sensibiliser pour prévenir les affections cécitantes. –Promouvoir la réinsertion des handicapés visuels et aveugles.

10 OFFRE EN SOINS OCULAIRES : LES RESSOURCES HUMAINES 46 ophtalmologistes: ( 1/, Norme OMS: 1/ ) –31 dans le secteur public:19 à Dk et 12 en régions –Mauvaise répartition spatiale : (75% à Dakar) –Faible performance: cataractes par chirurgien/an 76 T echniciens S upérieurs en O phtalmologie –74 dans le public, 35 à DK et 39 en régions Autres catégories de professionnels de la santé oculaire inexistantes

11 OFFRE EN SOINS OCULAIRES : LES INFRASTRUCTURES 14 centres primaires (pas de chirurgie de la cataracte) 19 centres secondaires (chirurgie de la cataracte : 3 centres universitaires (HALD, HPD, Abbas NDAO) Observations Fatick = seule région SANS CSO Mauvaise répartition des centres : 60% des centres concentrés sur l'axe NORD (Dakar - St Louis) Dakar = 36% des infrastructures et tous les centres tertiaires. Plateau technique vétuste et sous équipement prononcé. Absence de politique de maintenance

12 LE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA CECITE MISSIONS, BUTS –Promotion de la santé oculaire. OBJECTIF GENERAL: –Réduire la prévalence de la cécité à moins d1% OBJECTIFS SPECIFIQUES : –Prise en charge correcte des affections oculaires à tous les niveaux du système de santé –Atteinte des normes de disponibilité en ressources humaines et infrastructures –Disponibilité et accessibilité aux médicaments essentiels en ophtalmologie et des équipements optiques –Disposer dun système dinformation pertinent pour assurer un suivi

13 LE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA CECITE GRANDES ORIENTATIONS STRATEGIQUES –Renforcement de capacité des structures de soins oculaires existantes –Elargissement de loffre en décentralisant les activités de soins oculaires. –Intégration des soins oculaires primaires dans les soins de santé primaire –Communication pour un changement de comportement des populations

14 CATARACTE: SITUATION AU SENEGAL AMPLEUR: –Prévalence = 0,31% aveugles –Incidence = (2/1000) nouveaux cas par an –TCC > 700/million, accroissement du backlog OBJECTIFS: –TCC à 1500 en 2010, ( plus de interventions/an) DEFIS : –Lever les barrières (améliorer le recrutement) –Garantir la qualité –Impliquer activement les autres secteurs

15 STRATEGIES PRECONISEES : Recrutement des patients à tous les niveaux du système de santé. –Niveau communautaire et poste de santé: Dépistage (ASC ICP) –Centre de santé : Diagnostic, Prise en charge ou référence –A lhôpital Régional : Promotion des stratégies avancées –Niveau central : Promotion des activités de masse (camps) Relèvement débit/qualité –Renforcement de capacité du personnel existant : –Renforcement quantitatif du personnel : Opérateurs de cataracte Disponibilité et accessibilité des consommables (implants) Renforcement des plateaux techniques Information- Éducation – Communication Recouvrement correct des coûts Réorganisation du fonctionnement des services (Augmenter les matinées opératoires) Monitorage

16 EVOLUTION DU VOLUME DE CATARACTES OPEREES PAR REGION AU SENEGAL

17 EVOLUTION DU TAUX DE CHIRURGIE DE LA CATARACTE AU SENEGAL

18 EVOLUTION DU TAUX DIMPLANTATION PAR REGION AU SENEGAL

19 Contraintes de la Chirurgie de la cataracte au Sénégal Pauvreté des populations (accès) Sous développement (investissement) Faible priorisation par lautorité politique –Peu de ressources affectées –Faible implication des leaders Accessibilité géographique Vécu socioculturel –Peur –Ignorance et fausses croyances –Agressivité médiatique des tradipraticiens

20 STRATEGIES MISES EN ŒUVRE Le camp de cataracte

21 STRATEGIES MISES EN ŒUVRE Les Opérateurs de cataracte

22 AUTRES STRATEGIES MISES EN ŒUVRE : Améliorer le recrutement. –Niveau communautaire et poste de santé : Dépistage par les relais, agents de santé communautaire et ICP Formation ICP en SOP Formation des relais et distributeurs dIvermectine au dépistage) Au cours des campagnes de trichiasis Au cours du traitement de masse à lazithromycine –Centre de santé : Diagnostic, Prise en charge ou référence Création de 10 unités de soins dont 5 avec chirurgie de cataracte –A lhôpital Régional : Promotion de stratégies avancées Renforcement plateau technique –Niveau central : Promotion des activités de masse (camps) Renforcement de capacité du personnel existant : –Mise à niveau des chirurgiens à lextra et à limplantation –Amélioration plateau technique Disponibilité et accessibilité aux consommables (LME) –Insertion Liste des Médicaments Essentiels –Diversification des sources dapprovisionnement en consommables

23 Points forts de la Chirurgie de la cataracte au Sénégal Existence dau moins une offre par région Maîtrise de la technique de l extra capsulaire Qualité de la chirurgie (Taux dimplantation) Organisation du système de santé (possibilité daction à chaque niveau) Opportunité de circuit dapprovisionnement avec la Pharmacie Nationale dApprovisionnement

24 Points faibles de la Chirurgie de la cataracte au Sénégal Indisponibilité des statistiques du secteur privé (faible complétude) Déficit en chirurgiens de la cataracte Débit des services de chirurgie faible Coût élevé des prestations et très variable dun point à un autre Equipement inadéquat (plateau technique) Absence de culture du monitorage Communication faible Faible qualité de laccueil (liste dattente)

25 Opportunités de la Chirurgie de la cataracte au Sénégal Nouvelles orientations de la Politique de santé –Approche communautaire (relais et agents de santé communautaire, soldat de la prévention…) –Phase 2 du PNDS axée sur la lutte contre la maladie Organisation du système de santé –Décentralisation de loffre (création de points de prestation au niveau des centres de santé –Intégration du dépistage dans le PMA des ICP Nouvelle politique de médicaments Existence dun pôle de formation

26 CONCLUSIONS La cataracte reconnue en tant que problème majeur de santé –Engagement politique fort pour une lutte efficace –Intégration et Implication effective de tout le système de santé Progrès réels, mais en deçà des attentes au Sénégal –Nécessité daccélérer et dintensifier le plaidoyer et la sensibilisation


Télécharger ppt "Atelier sur les meilleures pratiques Docteur Boubacar SARR Coordinateur PNLC – Sénégal Dakar du 21 au 25 Mai 2007."

Présentations similaires


Annonces Google