La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Défense de lorganisme contre les bactéries. A. Les mécanismes non spécifique de le défense antimicrobienne A. Les mécanismes non spécifique de le défense.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Défense de lorganisme contre les bactéries. A. Les mécanismes non spécifique de le défense antimicrobienne A. Les mécanismes non spécifique de le défense."— Transcription de la présentation:

1 Défense de lorganisme contre les bactéries

2 A. Les mécanismes non spécifique de le défense antimicrobienne A. Les mécanismes non spécifique de le défense antimicrobienne agissant sur tout organisme, indépendamment de l'espèce agissant sur tout organisme, indépendamment de l'espèce mécanismes actifs lors du premier contact mécanismes actifs lors du premier contact pas améliorée par des expositions répétées pas améliorée par des expositions répétées sont innées, sont innées, les barrière anti-infectieux sont externes et internes les barrière anti-infectieux sont externes et internes

3 1. Les barrières externes de défense non spécifique 1. Les barrières externes de défense non spécifique fonctionne sur la surface du corps (peau et muqueuses); fonctionne sur la surface du corps (peau et muqueuses); les barrières sont représentées par des moyens mécaniques, chimiques, environnementaux et cellulaires. les barrières sont représentées par des moyens mécaniques, chimiques, environnementaux et cellulaires. Les mécanismes de défense de la peau Les mécanismes de défense de la peau -L'intégrité anatomique de la peau; -Lexfoliation des cellules superficielles; -Les conditions de vie défavorables (la kératine, une faible humidité, les concentrations élevées de sel, la sécrétion de sébum, le pH acide); -Le lysozyme présent dans la sécrétion des glandes sudoripares; -La barrière écologique représenté par micro-organismes commensaux (principalement à Gram positif).

4 Les mécanismes de défense des muqueuses Les mécanismes de défense des muqueuses sont mécanismes antimicrobiens complexe, mais moins efficace que les mécanismes de défensela peau; sont mécanismes antimicrobiens complexe, mais moins efficace que les mécanismes de défense de la peau; présents dans tous les muqueuses ou spécifiques pour certaines muqueuses; présents dans tous les muqueuses ou spécifiques pour certaines muqueuses; Les mécanismes communs: Les mécanismes communs: - Lintégrité de la muqueuse; - Lintégrité de la muqueuse ; - Le couche de mucus qui masque la présence des récepteurs pour les ligands microbiens, contient de lysozyme et de lactoferrine; - l'élimination des microorganismes par le lavage des surfaces par des sécrétions ou d'excrétion; - La barrière biologique des muqueuses normalement colonisés;

5 Les mécanismes de défense de la muqueuse Les mécanismes de défense de la muqueuse La conjonctive: La conjonctive: –Le lavage par la sécrétion des glandes lacrymales –l'éliminationdes micro-organisme par le mouvement des paupières –l'élimination des micro-organisme par le mouvement des paupières –La présence de lysozyme dans les larmes Les voies respiratoires: Les voies respiratoires: - La filtration aérodynamique: - La filtration aérodynamique : Les particules> 15 mm sont retenues par les poils du nez; Les particules> 15 mm sont retenues par les poils du nez; Les particules de 10 à 15 mm sont impactées sur la muqueuse nasale, naso-pharyngienne, laryngienne, Les particules de 10 à 15 mm sont impactées sur la muqueuse nasale, naso-pharyngienne, laryngienne, particule <10 µm – impaction de particules sur la muqueuse bronchique; particule <10 µm – impaction de particules sur la muqueuse bronchique ;

6 - La sédimentation : les particules de 5 à 10 mm – sont retenues sur la muqueuse des petits bronches; - Les macrophages alvéolaires : la phagocytose de particules <5 mm; - Le transport mucociliaire - Le transport mucociliaire – les particules impactées ou sédimentées et les particules phagocytes sont éliminées dans l'oropharynx ou à l'extérieur

7 L'appareil digestif L'appareil digestif LoropharynxLoropharynx - La desquamation épithéliale - La mastication et la déglutition L'estomacL'estomac - la sécrétion de HCl (pH 2,5 à 3) LintestineLintestine - Les mouvements péristaltiques - Les acides biliaires, les enzymes digestives

8 Les voies urinaires Les voies urinaires - Le lavage par l'écoulement de l'urine; - pH acide et l'osmolalité urinaire élevée - effet antibactérien de la sécrétion de la prostate et les glandes periuretrale. Les voies génitales féminines Les voies génitales féminines - la descuamation continue de la muqueuse vaginale et régulier de la muqueuse utérine; - Le pH acide généré par la présence de lactobacili dans la flore vaginale - La glaire cervicale - La transport mucociliaire de la muqueuse des trompes utérines

9 2. Les barrières internes de défense non spécifique Mécaniques: le ciment intercellulaire, la membrane basale, le tissu conjonctif, les fasciae. Mécaniques: le ciment intercellulaire, la membrane basale, le tissu conjonctif, les fasciae. Chimiques: Chimiques: constituants: le système du complément et le lysozyme; constituants: le système du complément et le lysozyme; généré en réponse à l'infection: l'interféron et les protéines de phase aiguë; généré en réponse à l'infection: l'interféron et les protéines de phase aiguë; Cellulaires Cellulaires Les phagocytes «professionnels» (les neutrophiles et les macrophages), les cellules NK. Les phagocytes «professionnels» (les neutrophiles et les macrophages), les cellules NK.

10 Le système du complément -Cest un complexe de substances protéiques synthétisées par les macrophages (C2 et C4), le foie (C3, C5 et C9), de la rate (C5şi C8) et l'épithélium intestinal (C1); -est activé par de réactions enzymatiques en cascade ( proenzime inactive enzymes) –la voie alternative (LPS, composés d'endotoxine-like) –la voie classique (protéine C-réactive, les anticorps); - Les fonctions: cytolyse - par le complexe C5, C6-C9; cytolyse - par le complexe C5, C6-C9; opsonisation par C3b opsonisation par C3b action pro inflammatoire par C3a et C5. action pro inflammatoire par C3a et C5.

11

12 L'interférons L'interférons - Ce sont des glycoprotéines avec un poids moléculaireréduite, de type: - Ce sont des glycoprotéines avec un poids moléculaire réduite, de type: –alpha (synthétisée par les leucocytes) –bêta (synthétisé par les fibroblastes) –gamma (synthétisé par les lymphocytes T que limfokine) - La synthèse de alpha et bêta l'interféron est stimulée par des virus (en particulier l'ARN); - Les fonctions: inhiber la réplication des virus en bloquant la synthèse des protéines virales (action antivirale); inhiber la réplication des virus en bloquant la synthèse des protéines virales (action antivirale); effet antiprolifératif; action dimmunomodulateur – activation fonctionnelle des macrophages, cellules NK et les lymphocytes T cytotoxiques, favorise l'expression du CMH (le complexe majeur d'histocompatibilité) de classe I. action dimmunomodulateur – activation fonctionnelle des macrophages, cellules NK et les lymphocytes T cytotoxiques, favorise l'expression du CMH (le complexe majeur d'histocompatibilité) de classe I.

13

14 Les protéines de phase aiguë Les protéines de phase aiguë - Ce sont représentée par la protéine C réactive (CRP), alpha 1-antitrypsine, alpha 2 macroglobuline, le fibrinogène, Lorosomucoid, Lamyloïde A; - la plupart sont synthétisé dans le foie après l'effet stimulant de cytokines pro- inflammatoires (IL-1, IL-6, TNF-alpha); - CRP, le meilleur étudié, a un effet d'activation du complément par voie classique et dopsonization.

15

16 Les cellules phagocytaires Les cellules phagocytaires Les polynucléaires neutrophiles (PMN) Les polynucléaires neutrophiles (PMN) -Représente la première ligne cellulaire de la défense; -se mobilisent en foyers de linfection sous l'effet chimiotactique des composés d'origine tissulaire, bactérienne ou l'activation du complément; -ont des récepteurs pour les structures de la surface microbienne; -ont des récepteurs pour C3b et Fc des IgG

17 - Les microorganismes phagocytés sont tués et digérés par la fusion avec les lysosomes du phagocytes par: "explosion respiratoire" (production de radicaux oxygénés toxiques); "explosion respiratoire" (production de radicaux oxygénés toxiques); production de polypeptides basiques avec un effet antimicrobien (défensines): le lysozyme, la lactoferrine, les hydrolases, le pH acide,. production de polypeptides basiques avec un effet antimicrobien (défensines): le lysozyme, la lactoferrine, les hydrolases, le pH acide,.

18

19

20

21 Les macrophages Les macrophages -Ce sont des cellules avec une longue durée de viequi sont mobilisés dans le foyer de l'infection après les neutrophiles; -Ce sont des cellules avec une longue durée de vie qui sont mobilisés dans le foyer de l'infection après les neutrophiles; -Moins efficaces que les PMN pour détruire les micro-organismes phagocytés; -Les bactéries facultative intracellulaires sont tués seulement après leur activation par limfokine. Les cellules NK Les cellules NK - La production de perforine formant des canaux dans la membrane cytoplasmique détermine la mort cellulaire par lyse osmotique; - Détruire les cellules infectées par un virus - Leur activité est stimulée par les interférons.

22

23

24

25 B.Les mécanismes spécifique de le défense antimicrobienne(immunité) B.Les mécanismes spécifique de le défense antimicrobienne (immunité) réponse spécifique dirigée contre les structures reconnues comme non-self (non-soi) (Ag) par le système immune; réponse spécifique dirigée contre les structures reconnues comme non-self (non-soi) (Ag) par le système immune; La réponse primaire (après le premier contact) nécessite plusieurs jours pour lactivation des effecteurimmunitaire; La réponse primaire (après le premier contact) nécessite plusieurs jours pour lactivation des effecteur immunitaire; La réponse spécifique est renforcée par des expositions répétées (réponse secondaire); La réponse spécifique est renforcée par des expositions répétées (réponse secondaire); La réponse immunitaire peut être: La réponse immunitaire peut être: - la réponse humorale (ou sérique), assuré par les Ac spécifiquesproduits par les lymphocytes B - la réponse humorale (ou sérique), assuré par les Ac spécifiques produits par les lymphocytes B - cellulaire, impliquant les lymphocytes T

26 Classification d'immunitéselon le mode d'obtention Classification d'immunité selon le mode d'obtention Limmunitéactive Limmunité active naturelles - postinfection naturelles - postinfection artificielle - après la vaccination artificielle - après la vaccination Immunité passive Immunité passive naturelles – les anticorps maternels transmis néonatale naturelles – les anticorps maternels transmis néonatale - transplacentaire (IgG) - par le lait maternel(IgA) - par le lait maternel (IgA) artificielle - seroterapie ou seroprofilaxie artificielle - seroterapie ou seroprofilaxie

27 1.La réponse immunitaire humorale L'action est assurée par des anticorps spécifiques pour un type particulier d'épitopes antigéniques (IgM, IgG, IgA, IgE, IgD), produite par des plasmocytes; L'action est assurée par des anticorps spécifiques pour un type particulier d'épitopes antigéniques (IgM, IgG, IgA, IgE, IgD), produite par des plasmocytes; lymphocytes B reconnaissent et se lient à un Ag donné, se transforment en plasmocytes et leur prolifération est favorisée par les lymphocytes T (la réponse immunitaire T-dépendante ) lymphocytes B reconnaissent et se lient à un Ag donné, se transforment en plasmocytes et leur prolifération est favorisée par les lymphocytes T (la réponse immunitaire T-dépendante ) anticorps IgM apparaissent le premier dans la réponse immunitaire primaire; anticorps IgM apparaissent le premier dans la réponse immunitaire primaire; certaines cellules deviennent lymphocytes B de mémoire, responsables de la réponse immunitaire secondaire; certaines cellules deviennent lymphocytes B de mémoire, responsables de la réponse immunitaire secondaire; certaines antigènes polysaccharidiques (Ag de la capsule, LPS) peut activer les cellules B sans l'intervention des cellules T (réponse immunitaire T- indépendant) certaines antigènes polysaccharidiques (Ag de la capsule, LPS) peut activer les cellules B sans l'intervention des cellules T (réponse immunitaire T- indépendant)

28

29

30 Laction antimicrobienne d'anticorps Laction antimicrobienne d'anticorps - neutralise les toxines et les exoenzymes (surtout IgG1); - bloc la fixation des bactéries et des virus à les récepteurs cellulaires; - effet dopsonisation (favorisant la phagocytose des bactéries encapsulées - se liant aux récepteurs Fc à la surface des PMN) - effet microbicide - activation du complément par voie classique ( Ac IgM sont 1000 x plus efficace que les Ig G); - Ac fixé sur déterminants antigéniquesde la surface des cellules infectées le transforme en cibles pour le complément et les cellules NK (ont récepteurs pour les IgG (cytotoxicité Ac-dépendant); - Ac fixé sur déterminants antigéniques de la surface des cellules infectées le transforme en cibles pour le complément et les cellules NK (ont récepteurs pour les IgG (cytotoxicité Ac-dépendant); - IgA offre la protection antimicrobienne de la muqueuse.

31

32 2. La réponse immunitaire cellulaire lymphocytes T jouent un rôle majeur dans la défense immunitaire contre les pathogènes intracellulaires - lymphocytes T jouent un rôle majeur dans la défense immunitaire contre les pathogènes intracellulaires -sont deux sous-populations de cellules lymphocytes T cytotoxiques qui identifient les cellules infectées exprimant a la surface Ag viral associé à la classe I du CMH et les tue en induisant l'apoptose ou la formation des perforines; lymphocytes T cytotoxiques qui identifient les cellules infectées exprimant a la surface Ag viral associé à la classe I du CMH et les tue en induisant l'apoptose ou la formation des perforines; Lymphocytes T helper Lymphocytes T helper * La sous-population Th-1, activé par Ag associée à la classe II du CMH recepteurs de la surface des cellules présentatrices d'antigène(macrophages, cellules dendritiques), stimule défense cellulaire par la production de limfokine (certaines de ces cellules deviennent cellules de la mémoire); * La sous-population Th-1, activé par Ag associée à la classe II du CMH recepteurs de la surface des cellules présentatrices d'antigène (macrophages, cellules dendritiques), stimule défense cellulaire par la production de limfokine (certaines de ces cellules deviennent cellules de la mémoire); La sous-population Th-2 stimule la réponse immunitaire médiée par des Ac. * La sous-population Th-2 stimule la réponse immunitaire médiée par des Ac.

33

34

35

36

37 Caractéristiques de la défense immunitaire néonatale Le nouveau-né a la capacité de développer la réponse immunitaire, mais n'a pas d'expérience antigénique; Le nouveau-né a la capacité de développer la réponse immunitaire, mais n'a pas d'expérience antigénique; La protection spécifique est prévue dans les premiers mois de lanticorps IgG maternels transmis transplacentaire; La protection spécifique est prévue dans les premiers mois de lanticorps IgG maternels transmis transplacentaire; La taux de catabolisme de lAc maternels dépasse leur taux de synthèse, ce qui explique l'hypogammaglobulinémie physiologique entre 2-4 mois de la vie extra-utérine (fenêtre immunologique) La taux de catabolisme de lAc maternels dépasse leur taux de synthèse, ce qui explique l'hypogammaglobulinémie physiologique entre 2-4 mois de la vie extra-utérine (fenêtre immunologique) Les conséquences: Les conséquences : une sensibilité plus grande à l'infection par des bactéries à Gram- négatif ou des bactéries facultative intracellulaires; une sensibilité plus grande à l'infection par des bactéries à Gram- négatif ou des bactéries facultative intracellulaires; La possibilité de prévention de l'infection du n.n. par la vaccination de la mère La possibilité de prévention de l'infection du n.n. par la vaccination de la mère La programmation correcte des vaccinations La programmation correcte des vaccinations Le diagnostic sérologique des infections congénitales Le diagnostic sérologique des infections congénitales


Télécharger ppt "Défense de lorganisme contre les bactéries. A. Les mécanismes non spécifique de le défense antimicrobienne A. Les mécanismes non spécifique de le défense."

Présentations similaires


Annonces Google